Archives par mot-clé : obsidional

COMPLEXITE SUCREE Poème érotique de Jacky Lavauzelle

*

Poème érotique




 COMPLEXITE SUCREE
poème érotique de
Jacky Lavauzelle

Dans le simple acide
Cauteleux
Dans l’un turbide
Une rambleur forlignait l’horizon
Sans un goût au fond de la gorge
Une fenaison de mots hiémaux
Pas un son sucré
Pas une seule désinence
Un bruit umami de mots
De lettres
Se levant à la diane




Ilotes des eaux, cocottes des mers
Salopes des profondeurs
Diaphanes et salées
Poivrées et hyalines
Dans le duo des vases smaragdines
La vie déjà jouait son gambit
Sacrifice inutile des ondes
Ecartant les cuisses
Au bateau qui passe
Ecartant les heures
Roulant inutilement la nitescence des rouleaux
La terre voisine s’obrombait
Lentement
Une odeur petrichor rentrait dans nos narines en fusion
Tels des taureaux avant l’accouplement
Pénétrant
Et l’esprit immarcescible et la grâce nivéale
N’en ayant que faire
Du monde et des hommes








Ton cul lui-même était devenu flavescent
Perclus, paralysé de tant de coups démontés
Le contadin mussant
Dans le revers d’une feuille
en restait coi
N’ayant jamais pensé qu’un tel coït fut possible.
Le sexe violacé adamantin
Pouvant défoncer n’importe quelle défense
La queue grignait de plus belle
Ne cherchant qu’une route
Sans la foule
Après tout
Dans les durs entrelacs d’une étrange thébaïde
La brouette callipyge
N’en demandait pas tant
La dame clamait tant et tant
De profondes objurgations
N’étant pas une péronnelle de l’année
En en voulant pour son compte




Et l’homme brave artisan
Mondant l’ariane
S’appliquait dans le caligineux inlassablement
Dans cette ocelle précautionneuse
Un hapax unique et fondamental
La belle tintinnabulait et brinquebalait
D’un avant et d’un arrière
Arrachant le dais et lui lacérant les couilles
Sur le présent glacis
Il la manégeait bien fort
Sans la ménager nullement
Et bien malignement
C’en était beau à voir
L’alliciant lâcha la purée incoercible
L’être devenu chair lui montra des purs gestes hypocoristiques
Quasi christiques
Que notre gaillard abhorrait
Lui redonnant vigueur








Lui montrant les dernières nouveautés haptonomiques
Le gland minium redevenu jaspe
Renouvelant des nouvelles attaques obsidionales
Des battements ignés
Le foutre vulnéraire girandole effaça les brûlures
En entrant dans l’empyrée écuissée
Diaprant les attributs de la douce alanguie en se lénifiant
D’un revers se détacha de la squalide
L’aigrefin s’en alla plein d’hubris
Avec l’inanité dans ses poches
Et poussant un rot à faire vomir un crapeau
La belle n’était plus sylphide
Ni belle ni nitide
Le vent n’était plus zéphyr
L’anoure n’était plus poney




La nature déhiscente n’était plus la Nature
Un lieu abscons tout au plus
Une misère impéritique
La nature avait désormais
Le cul à l’envers.

 

Jacky Lavauzelle
COMPLEXITE SUCREE
POEME EROTIQUE