Archives par mot-clé : Martinstor

Martinstor LADENBURG La Tour Martin de Ladenburg

Allemagne
Deutschland
Германия – 德国 – ドイツ

LADENBURG
Altstadt

Martinstor Ladenburg

—-

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Martinstor Ladenburg
La Tour Martin de Ladenburg

 

 

Zu Beginn des 13. Jahrhunderts gab es in Ladenburg vier Stadttore: Das Martinstor im Norden, das Schriesheimer Tor im Osten, das Heidelberger Tor im Süden und das Neckartor im Westen.
Au début du XIIIe siècle, il existait à Ladenburg quatre tours :
– Une au nord (la dernière qui existe en l’état) La Tour de Martin
– Au sud, la Tour Heidelberg,
– A l’est, la Tour Schriesheimer
– A l’ouest la Tour Neckar

Martinstor Ladenburg La Tour Martin Artgitato (2)

Martinstor Ladenburg La Tour Martin Artgitato (1)

 Martinstor Ladenburg La Tour Martin Artgitato (3)

Martinstor Ladenburg La Tour Martin Artgitato (4)

Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant

*****

******

1751
LADENBURG DANS LA PREMIERE ENCYCLOPEDIE

LADENBOURG, (Géog.) Ladenburgum, petite ville d’Allemagne au palatinat du Rhin, entre Heidelbern & Manheim sur le Necker. Elle appartient à l’évêché de Worms, & à l’électeur Palatin. Long. 27. 17. lat. 49. 27. (D. J.)
Jaucourt
L’Encyclopédie, 1re éd
1751 – Tome 9, p. 172
****

1674
TURENNE A LADENBURG en Juin 1674

« Turenne, après l’avoir battu, le poursuit, et bat encore sa cavalerie à Ladenbourg (juillet 1674) ; de là il court à un autre général des Impériaux, le prince de Bournonville, qui n’attendait que de nouvelles troupes pour s’ouvrir le chemin de l’Alsace ; il prévient la jonction de ces troupes, l’attaque, et lui fait quitter le champ de bataille (octobre 1674). »
Le Siècle de Louis XIV
12

*****

1856
LA MENTION DE LADENBURG
DANS LES MEMOIRES DE SAINT-SIMON

Le duc de Marlborough, avancé vers Coblentz, laissoit en incertitude d’une entreprise sur la Moselle, ou de vouloir seulement attirer le gros des troupes de ce côté-là ; mais bientôt, pressé d’exécuter son projet, il marcha à tired’aile au Rhin et le passa à Coblentz le 26 et le 27 mai. Le maréchal de Villeroy venu jusqu’à Arlon craignit encore un Hoquet, que l’Anglois, embarquant son infanterie, la portât en Flandre bien plus tôt qu’il n’y pourroit être retourné, et ne fît quelque entreprise vers la mer. Dans ce soupçon, il laissa une partie de son infanterie assez près de la Meuse pour pouvoir joindre le marquis de Bedmar à temps, et lui avec le reste de sa cavalerie se mit à suivre l’armée ennemie, tandis que M. de Bavière et le prince Louis de Bade se côtoyoient de fort près. Tallard, sur les nouvelles de la cour et du maréchal de Villeroy, avoit quitté l’électeur et fait repasser le Rhin à son armée. Il s’étoit avancé à Landau, et le maréchal de Villeroy avoit passé la Moselle entre Trèves et Thionville. Le marquis de Bedmar étoit demeuré en Flandre à commander les troupes françaises et espagnoles qui y étoient restées, et M. d’Overkerke celles des ennemis. Marlborough cependant passa le Mein entre Francfort et Mayence, et passa par le Bergstras sur Ladenbourg pour y passer le Necker. Les maréchaux de Villeroy et de Tallard se virent, et se concertèrent, les troupes du premier sur Landau, celles du second sous Neustadt, d’où Tallard remena son armée passer le Rhin sur le pont de Strasbourg le 1er juillet. Alors celle de Marlborough étoit arrivé à Ulm, et le prince Eugène, parti de Vienne, s’étoit rendu à Philippsbourg, d’où il étoit allé camper à Rothweil pour couvrir le Würtemberg, et ce dessein manqué mena son armée à Ulm, où il conféra avec le prince Louis de Bade et le duc de Marlborough qui avoient les leurs à portée.

Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon
Mémoires du duc de Saint-Simon
Texte établi par Adolphe Chéruel
Hachette, 1856 -Tome 4, pp. 277-301

******************