Archives par mot-clé : lingua

MA SUBLIME FLAMME – LE CHANSONNIER PÉTRARQUE SONNET 289 (2ème Partie) CANZONIERE CCLXXXIX – L’alma mia fiamma

*

FRANCESCO PETRARQUE CHANSONNIER

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca 
Sonetto 289

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 289
CCLXXXIX
Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

SECONDA PARTE
Deuxième Partie

289/366

*

Alisa Bogdanova
Georgian National Opera Theater

*******

[Pétrarque souligne combien Laure était sage
et combien il était ignorant de ses vertus.]

*******
L’alma mia fiamma oltra le belle bella,
Ma sublime flamme plus belle que les autres belles,
ch’ebbe qui ’l ciel sí amico e sí cortese,
qui avait pour ami le si courtois ciel,
anzi tempo per me nel suo paese
est dans son pays trop tôt ainsi
è ritornata, et a la par sua stella.
repartie, et son étoile aussi.

*

Or comincio a svegliarmi, e veggio ch’ella
Je commence à me réveiller et je vois qu’elle a
per lo migliore al mio desir contese,
fait au mieux en réfrénant mes désirs,
e quelle voglie giovenili accese
et que de mes envies brûlantes elle a
temprò con una vista dolce e fella.
tempérées par sa vue douce et grave.

*

Lei ne ringrazio, e ’l suo alto consiglio,
Je l’en remercie, ainsi que son avisé conseil,
che col bel viso, e co’ soavi sdegni,
qu’avec son beau visage et son doux dédain,
fecemi, ardendo, pensar mia salute.
elle m’a fait, en me consumant, penser à mon salut.

*

O leggiadre arti, e lor effetti degni,
Ô arts gracieux, et leurs dignes effets,
l’un co la lingua oprar, l’altra col ciglio,
l’un opérant par la langue, l’autre par les cils,
io gloria in lei et ella in me vertute!
m’apportant de la gloire par elle et lui apportant de la vertu par moi !


************

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 289
le chansonnier Pétrarque Sonnet 289
canzoniere poet

FRANCESCO PETRARQUE CHANSONNIER

*

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 35 – Verso 35

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 35
Strophe 35

I-35

Qual Austro fero, ou Bóreas na espessura
Tel le féroce Auster, ou Borée dans l’épaisseur
De silvestre arvoredo abastecida,
Des arbres sauvages,
Rompendo os ramos vão da mata escura,
Brise les branches des bois sombres,
Com ímpeto e braveza desmedida;
Avec impétuosité et fureur ;
  Brama toda a montanha, o som murmura,
Toute la montagne brame, les murmures s’entendent,
Rompem-se as folhas, ferve a serra erguida:
Les feuilles sont brisées,  les sommets frissonnent :
   Tal andava o tumulto levantado,
Tel marchait le tumulte s’élevant,
Entre os Deuses, no Olimpo consagrado.
Parmi les dieux de l’Olympe consacré.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 34- Verso 34

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 34
Strophe 34

I-34

Estas causas moviam Citereia,
Ces causes animaient Cythérée,
  
 E mais, porque das Parcas claro entende
Qui plus est, des Parques, elle a compris clairement
Que há de ser celebrada a clara Deia,
Qu’elle sera célébrée telle une Déesse éclatante,
Onde a gente belígera se estende.
Là où ce peuple guerrier s’étendra.
Assim que, um pela infâmia, que arreceia,
Donc, l’un par l’infamie, de perdre la gloire
E o outro pelas honras, que pretende,
Et l’autre pour les honneurs, qu’il attend,
Debatem, e na porfia permanecem;
Débattant et guerroyant sans cesse ;
 A qualquer seus amigos favorecem.
Chacun avec ses amis en soutien.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

A Lesbie – VII- CATULLE – CATULLUS -Ad Lesbiam

 

CATULLI CARMEN VII
C.V. CATULLI CARMINUM LIBER
litterarum
– Littérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE
CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE VII

Erato la Muse de la Poésie Lyrique
Simon Vouet




Ad Lesbiam

A Lesbie

Cyrene_and_Cattle_-_Edward_Calvert

Quaeris, quot mihi basiationes
Si tu me demandes combien de baisers
  Tuae, Lesbia, sint satis superque.
De ta part, Lesbie, sont satisfaisants et sont assez.
  Quam magnus numerus Libyssae harenae
Je dis : autant que de grains de sable en Lybie
Lasarpiciferis iacet Cyrenis
Autour des fruitiers de Cyrène
Oraclum Iovis inter aestuosi
entre l’oracle sensuel
Et Batti veteris sacrum sepulcrum;
et le tombeau sacré de l’antique Battus ;
Aut quam sidera multa, cum tacet nox,
ou autant que d’étoiles dans le silence de la nuit,
Furtivos hominum vident amores:
Montrant les furtifs désirs humains :
Tam te basia multa basiare
Donc, de si nombreux baisers
Vesano satis et super Catullo est,
seraient satisfaisants et suffisants pour Catulle,
Quae nec pernumerare curiosi
Assez pour punir les curieux
Possint nec mala fascinare lingua.
Et aussi ensorceler leurs langues.












**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Catulle – Catullus
Catulli Carmen VII

************************

LA LESBIE DE CATULLE

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines.








Ferdinand Brunetière
 (1849 – 1906)
Revue littéraire – À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 1882

******************************

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 33- Verso 33

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTÉRATURE PORTUGAISELuis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 33
Strophe 33

I-33

Sustentava contra ele Vénus bela,
Se tenait contre lui la belle Vénus,
Afeiçoada à gente Lusitana,
Affectueuse avec  le peuple Lusitanien,
Por quantas qualidades via nela
Pour les nombreuses qualités qu’elle voyait en lui
Da antiga tão amada sua Romana;
De l’antique et tant aimée Rome :
Nos fortes corações, na grande estrela,
Des cœurs forts, une grande étoile,
Que mostraram na terra Tingitana,
Ce qu’ils montrèrent en Maurétanie Tingitane,
E na língua, na qual quando imagina,
Et sur la langue, qui, quand elle l’écoute,
Com pouca corrupção crê que é a Latina.
Est à peine une corruption de la langue latine.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades