Archives par mot-clé : le faiseur de bien

The Doer of Good OSCAR WILDE LE FAISEUR DE BIEN

LE FAISEUR DE BIEN OSCAR WILDE
The Doer of Good




Traduction – Texte Bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

OSCAR WILDE
1854-1900

Photos Napoléon Sarony

 





Poem by Oscar Wilde
The Doer of Good
Poems in Prose

Poème d’Oscar Wilde
 LE FAISEUR DE BIEN

Poème en Prose


 Christ Healing the Blind Man
Le christ guérissant l’aveugle
1640
Gioacchino Assereto

 

****
The Doer of Good OSCAR WILDE LE FAISEUR DE BIEN

It was night-time and He was alone.
Il faisait nuit et Il était seul.

And He saw afar-off the walls of a round city and went towards the city.
Et Il vit au loin les murailles d’une ville ronde et Il se dirigea vers la ville.

*

And when He came near He heard within the city the tread of the feet of joy, and the laughter of the mouth of gladness and the loud noise of many lutes.
Et quand Il s’approcha, Il entendit dans la ville des pas joyeux de pieds, le rire gai et le bruit de nombreux luths.
And He knocked at the gate and certain of the gatekeepers opened to Him.
Et Il frappa à la porte et un portier Lui ouvrit.

*

And He beheld a house that was of marble and had fair pillars of marble before it.
Et Il vit une maison qui était en marbre et qui avait des piliers de marbre.
The pillars were hung with garlands, and within and without there were torches of cedar.
Les piliers étaient garnis de guirlandes, et à l’intérieur comme à l’extérieur se trouvaient des torches de cèdre.
 And He entered the house.
Et Il entra dans la maison.

*

And when He had passed through the hall of chalcedony and the hall of jasper, and reached the long hall of feasting, He saw lying on a couch of sea-purple one whose hair was crowned with red roses and whose lips were red with wine.
Et quand Il eut traversé la salle la calcédoine et la salle du jaspe, Il arriva au long hall du festin et vit couché sur un canapé de pourpre marine quelqu’un dont les cheveux étaient couronnés de roses rouges et dont les lèvres étaient rouges de vin.

*

And He went behind him and touched him on the shoulder and said to him, `Why do you live like this?’
Et Il alla derrière lui, le toucha sur l’épaule, et lui demanda : « Pourquoi vis-tu ainsi ? »

*

And the young man turned round and recognised Him, and made answer and said,
Et le jeune homme se retourna, Le reconnut, et répondit :
`But I was a leper once, and you healed me. How else should I live?’
« J’ai été lépreux une fois, et tu m’as guéri. Comment pourrais-je vivre autrement ?  « 

*

And He passed out of the house and went again into the street.
Et Il sortit de la maison et retourna dans la rue.

*

And after a little while He saw one whose face and raiment were painted and whose feet were shod with pearls.
Et peu de temps après, Il vit une femme dont le visage était maquillé, les vêtements étaient peints et dont les pieds étaient garnis de perles.
And behind her came, slowly as a hunter, a young man who wore a cloak of two colours.
Et derrière elle, arrivait lentement, tel un chasseur, un jeune homme qui portait un manteau de deux couleurs.
Now the face of the woman was as the fair face of an idol, and the eyes of the young man were bright with lust.
Or, le visage de la femme était comme le visage d’une idole, et les yeux du jeune homme étaient brillants de luxure.

*

And He followed swiftly and touched the hand of the young man and said to him,
Et Il le suivit promptement, toucha la main du jeune homme, et lui dit :
`Why do you look at this woman and in such wise?’
« Pourquoi regardes-tu cette femme et de cette manière ? »

*

And the young man turned round and recognised Him and said,
Et le jeune homme se retourna et Le reconnut, et dit :
`But I was blind once, and you gave me sight.
« J’ai été aveugle une fois, et tu m’as donné la vue. 
  At what else should I look?’
Quoi d’autre devrais-je regarder ? »

*

And He ran forward and touched the painted raiment of the woman and said to her,
Et Il courut en avant, et toucha les vêtements peints de la femme, et lui dit :
`Is there no other way in which to walk save the way of sin?’
« N’y a-t-il d’autres moyens que de choisir le chemin du péché ? »

*

And the woman turned round and recognised Him, and laughed and said,
Et la femme se retourna, Le reconnut, se mit à rire et dit :
`But you forgave me my sins, and the way is a pleasant way.’
« Tu m’as pardonné mes péchés, et le chemin est agréable. »

*

And He passed out of the city.
Et Il sortit de la ville.

*

And when He had passed out of the city He saw seated by the roadside a young man who was weeping.
Et après être sorti de la ville, Il vit assis au bord de la route un jeune homme qui pleurait.

*

And He went towards him and touched the long locks of his hair and said to him,
Et Il s’approcha de lui, lui toucha les longues mèches de ses cheveux, et lui dit :
`Why are you weeping?’
« Pourquoi pleures-tu ? »

*

And the young man looked up and recognised Him and made answer,
Et le jeune homme leva les yeux, Le reconnut et répondit:
  `But I was dead once and you raised me from the dead. 
 « Mais je suis mort une fois et tu m’as ressuscité des morts.
What else should I do but weep?’
Que puis-je faire d’autre que pleurer ? »

****

The Doer of Good OSCAR WILDE

Œuvre d’OSCAR WILDE Poems Poèmes

 

 OSCAR WILDE




Traduction – Texte Bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

OSCAR WILDE
1854-1900

Photos Napoléon Sarony

 





Poem by Oscar Wilde

Poème d’Oscar Wilde

****

Amor Intellectualis

Oft have we trod the vales of Castaly
Souvent nous avons foulé les vallées de Castalie
  And heard sweet notes of sylvan music blown
Et entendu de douces notes de musique sylvestre soufflées

**

HELAS !
1881

To drift with every passion till my soul
Dériver avec chaque passion jusqu’à ce que mon âme
 Is a stringed lute on which all winds can play,
Soit un luth sur lequel tous les vents pourraient jouer sur chacune de mes cordes,

**

THE ARTIST
L’ARTISTE

One evening there came into his soul the desire to fashion an image of The Pleasure that Abideth for a Moment.
Un soir, dans son âme, le désir de façonner une image du Plaisir d’un Instant, s’immisça.

**

THE DISCIPLE
LE DISCIPLE

When Narcissus died the pool of his pleasure changed from a cup of sweet waters into a cup of salt tears, and the Oreads came weeping through the woodland that they might sing to the pool and give it comfort.
Quand Narcisse mourut, le bassin de son plaisir vira d’une coupe d’eau douce à une coupe de larmes salées, alors les Oréades vinrent pleurant dans la forêt chanter au bord du bassin afin de lui donner du réconfort.

**

THE DOER OF GOOD
LE FAISEUR DE BIEN

It was night-time and He was alone.
Il faisait nuit et Il était seul.
And He saw afar-off the walls of a round city and went towards the city.
Et Il vit au loin les murailles d’une ville ronde et Il se dirigea vers la ville.

**

THE HOUSE OF JUDGMENT
LA MAISON DU JUGEMENT

And there was silence in the House of Judgment, and the Man came naked before God.
Et il y eut un silence dans la Maison du Jugement, et l’Homme vint nu devant Dieu.
And God opened the Book of the Life of the Man.
Et Dieu ouvrit le Livre de la Vie de l’Homme.

**

THE MASTER
LE MAÎTRE

Now when the darkness came over the earth Joseph of Arimathea, having lighted a torch of pinewood, passed down from the hill into the valley.
Or, quand les ténèbres arrivèrent sur la terre, Joseph d’Arimathie, ayant allumé une torche de bois de pin, descendit de la colline dans la vallée.

**

Tædium Vitæ

To stab my youth with desparate knives, to wear
Poignarder ma jeunesse avec de désespérants couteaux, porter
This paltrey age’s gaudy livery,
La livrée criarde de cette époque dérisoire,

*

CAMMA

As one who poring on a Grecian urn
Comme celui qui, penché sur une urne grecque,
 Scans the fair shapes some Attic hand hath made,
Contemple les formes parfaites que la main Attique a réalisées,

*******************

SUR OSCAR WILDE

****************

OSCAR WILDE EST TOUJOURS VIVANT !
d’Arthur Cravan
1913

« C’était la nuit du vingt-trois mars dix-neuf cent treize. Et si je vais donner des détails minutieux sur l’état d’âme que j’avais en cette soirée de fin d’hiver, c’est que ce furent les heures les plus mémorables de ma vie. Je veux aussi montrer les étrangetés de mon caractère, foyer de mes inconséquences… »

***