Archives par mot-clé : Langue

À Quelqu’un au Paradis – Edgar Poe Poème – To One in Paradise

EDGAR POE POEME
LITTERATURE AMERICAINE

EDGAR POE POEME Traduction Jacky Lavauzelle*******

EDGAR POE POEME Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

EDGAR POE POEME

*********




 To One in Paradise
À Quelqu’un au Paradis

 **

*****

Edgar Poe Poème Trad Jacky Lavauzelle

**

Thou wast that all to me, love,
Amour, tu as été tout ce pour quoi
For which my soul did pine—
Mon âme a désiré ardemment –
A green isle in the sea, love,
Amour, une île verte au milieu de la mer,
A fountain and a shrine,
Une fontaine et un sanctuaire,
All wreathed with fairy fruits and flowers,
Couronnés de fruits et de fleurs féeriques,
And all the flowers were mine.
Et toutes les fleurs étaient miennes.

*

Ah, dream too bright to last!
Ah ! rêve trop brillant pour durer !
Ah, starry Hope! that didst arise
Ah ! Espoir étoilé ! qui est né
But to be overcast!
Que pour être recouvert !
A voice from out the Future cries,
Une voix pleure des tréfonds du Futur,
  “On! on!”—but o’er the Past
« Va ! va ! « – mais sur le Passé
 (Dim gulf!) my spirit hovering lies
(Sombre abîme !) Mon esprit planant devient
Mute, motionless, aghast!
Muet, immobile, atterré !

*

For, alas! alas! with me
Car, hélas! hélas! avec moi
The light of Life is o’er!
La lumière de Vie n’est plus !
No more—no more—no more—
N’est plus – n’est plus – n’est plus-
 (Such language holds the solemn sea
(Un tel langage tient la mer solennelle
 To the sands upon the shore)
Aux sables sur la rive)
  Shall bloom the thunder-blasted tree,
Ne fleurira plus l’arbre ravagé par la foudre,
Or the stricken eagle soar!
Ne s’envolera plus l’aigle abattu !

*

And all my days are trances,
Et tous mes jours sont des transes,
And all my nightly dreams
Et tous mes rêves nocturnes
Are where thy grey eye glances,
Suivent les feux de ton œil gris,
And where thy footstep gleams—
Là où ton pas brille …
In what ethereal dances,
Dans quelles danses éthérées,
By what eternal streams.
Par quels courants éternels.

***************

LES PERSONNAGES D’EDGAR POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

EDGAR POE POEME 

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle EDGAR ALLAN POE POEME

A Lesbie – VII- CATULLE – CATULLUS -Ad Lesbiam

 

CATULLI CARMEN VII
C.V. CATULLI CARMINUM LIBER
litterarum
– Littérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE
CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE VII

Erato la Muse de la Poésie Lyrique
Simon Vouet




Ad Lesbiam

A Lesbie

Cyrene_and_Cattle_-_Edward_Calvert

Quaeris, quot mihi basiationes
Si tu me demandes combien de baisers
  Tuae, Lesbia, sint satis superque.
De ta part, Lesbie, sont satisfaisants et sont assez.
  Quam magnus numerus Libyssae harenae
Je dis : autant que de grains de sable en Lybie
Lasarpiciferis iacet Cyrenis
Autour des fruitiers de Cyrène
Oraclum Iovis inter aestuosi
entre l’oracle sensuel
Et Batti veteris sacrum sepulcrum;
et le tombeau sacré de l’antique Battus ;
Aut quam sidera multa, cum tacet nox,
ou autant que d’étoiles dans le silence de la nuit,
Furtivos hominum vident amores:
Montrant les furtifs désirs humains :
Tam te basia multa basiare
Donc, de si nombreux baisers
Vesano satis et super Catullo est,
seraient satisfaisants et suffisants pour Catulle,
Quae nec pernumerare curiosi
Assez pour punir les curieux
Possint nec mala fascinare lingua.
Et aussi ensorceler leurs langues.












**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Catulle – Catullus
Catulli Carmen VII

************************

LA LESBIE DE CATULLE

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines.








Ferdinand Brunetière
 (1849 – 1906)
Revue littéraire – À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 1882

******************************

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 33- Verso 33

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTÉRATURE PORTUGAISELuis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 33
Strophe 33

I-33

Sustentava contra ele Vénus bela,
Se tenait contre lui la belle Vénus,
Afeiçoada à gente Lusitana,
Affectueuse avec  le peuple Lusitanien,
Por quantas qualidades via nela
Pour les nombreuses qualités qu’elle voyait en lui
Da antiga tão amada sua Romana;
De l’antique et tant aimée Rome :
Nos fortes corações, na grande estrela,
Des cœurs forts, une grande étoile,
Que mostraram na terra Tingitana,
Ce qu’ils montrèrent en Maurétanie Tingitane,
E na língua, na qual quando imagina,
Et sur la langue, qui, quand elle l’écoute,
Com pouca corrupção crê que é a Latina.
Est à peine une corruption de la langue latine.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades