Archives par mot-clé : hache

LES MEILLEURES SÉRIES ET LES PIRES SÉRIES…


**

LES MEILLEURES SERIES
&
LES PIRES

**

*
LES SOPRANO
1999
Note globale : 19/20
Originalité : 5/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Le + : tout est excellent et maîtrisé – Proche de la perfection.
James Gandolfini immense et parfait.
Le – : rien

*
DEXTER
2006
Note globale : 18/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Le + : le personnage, les acteurs, le suspens
Le – : rien

*
MAD MAN
2007
Note globale : 18/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Le + : le contexte, les acteurs !
Le – : rien

*
THE WIRE
SUR ECOUTE
2002
Note globale : 18/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Le + : La référence dans le monde de la série
Série parfaite autour du trafic de drogue à Baltimore
Le – : rien

*

BREAKING BAD
2008
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : originalité et mise en scène ; formidables jeux d’acteur de Bryan Cranston et Aaron Paul

*

CHERNOBYL – TCHERNOBYL
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Captivant et effrayant à la fois. A voir absolument.
Incontournable.

*

TWIN PEAKS
1990
Note globale : 17/20
Originalité : 5/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Série culte + BO culte
Un incontournable autour du cadavre de Laura Palmer, des chutes de Snoqualmie et du  Salish Lodge & Spa de l’Etat de Washington !
Formidable Kyle MacLachlan dans la peau de l’agent spécial Dale Cooper. 

*
NARCOS
2015
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : une plongée crédible dans le monde de Pablo Escobar et du trafic de drogue colombien – Mention pour le rôle tenu par Wagner Moura

*
DEADWOOD
2004
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : l’intrigue, la merveilleuse reconstitution crédible dans les années 1870 d’une petite ville dans le Dakota du Sud
Mention spéciale pour Timothy Olyphant (Seth Bullock), Ian McShane (Al Swearengen)


*
SONS OF ANARCHY
2008
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : le scénario et la bande d’acteurs : Charlie Hunnam, Maggie Siff, Katey Sagal, Ron Perlman, Theo Rossi, Kim Coates, Tommy Flanagan
Série passionnante.

*
GAME OF THRONES
2011
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : l’originalité du scénario et les personnages.
Une série qui mérite son succès populaire !

*
TREME
2010
Note globale : 17/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 5/5
Le + : le cadre et l’ambiance à la Nouvelle Orléans et la formidable musique omniprésente !!

*
PEAKY BLINDERS
2013
Note globale : 16/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Une superbe reconstitution de Birmingham et des acteurs tous exceptionnels : Cillian Murphy, Helen McCrory, Paul Anderson, Sophie Rundle…

*
HATUFIM
2010-2012
Note globale : 16/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Voir critique


*
ASH VS. EVIL DEAD
2015
Note globale : 16/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : totalement déjanté !! Bruce Campbell extraordinaire !
Pour ceux qui aiment le loufoque 100%.

*
BOARDWALK EMPIRE
2010
Note globale : 16/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5

*
24 HEURES CHRONO
2001
Note globale : 16/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : de l’action et encore de l’action ; pas une seconde de répit pour Jack Bauer (Kiefer Sutherland)

*
ROME
2005-2007
2 Saisons
Note globale : 16/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Nous suivons les aventures passionnantes de deux soldats romains : Kevin McKidd (Lucius Vorenus), Ray Stevenson (Titus Pullo), entre la chute de la République et la naissance de l’Empire. Passionnant !

*

THE KNICK
2014
Note globale : 16/20
Originalité : 5/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 4/5
Nous suivons les déboires du staff de l’hôpital Knickerbocker de New York, des chirurgiens aux infirmières au début du 20ème siècle.
Le rendu est excellent et les acteurs très crédibles : André Holland, Jeremy Bobb, Juliet Rylance notamment.
Clive Owen brillantissime !

*
PROFIT
1996
Note globale : 16/20
Originalité : 5/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 4/5
Excellent Adrian Pasdar, totalement glaçant. Série Culte malgré les 8 épisodes seulement. Critique en règle du libéralisme et du capitalisme.
« Celui qui pense que dominer autrui est une science se trompe. C’est un art. ».

THE WALKING DEAD
2010
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : série prenante et passionnante (surtout les premières saisons)
Le – : essoufflement dans la durée

*

NARCOS : Mexico
2018
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
La suite de Narcos. On s’attache un peu moins aux acteurs, Michael Peña moins charismatique, mais le tout reste de qualité et nous sommes vite branchés !

*
THIS IS US
2016
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Série très touchante et remarquablement traitée. Pas une seconde d’ennui entre New York et Los Angeles…
Des acteurs au top : Milo Ventimiglia fantastique, Mandy Moore, Sterling K. Brown, Chrissy Metz, Justin Hartley, Susan Kelechi Watson, Chris Sullivan

*
EL CHAPO
2017
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 4/5
Intérêt de la série : 4/5
Le + : reconstitution vraiment crédible du trafic et de la politique dans le Sinaloa et dans tout le Mexique en suivant les pas de Joaquín Guzmán ; belle performance de Marco de la O !

*
AU SERVICE DE LA FRANCE
2015
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 5/5
Période de la décolonisation bien rendue avec beaucoup d’humour. Une palette d’acteurs français tous très bons (pour une fois) et très attachants : Hugo Becker, Wilfred Benaïche, Christophe Kourotchkine, Karim Barras, Bruno Paviot,Jean-Édouard Bodziak, Mathilde Warnier etc.

*
HITLER LE CERCLE DU MAL
Hitler’s Circle of Evil

2018
Note globale : 15/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 5/5
Plongée passionnante dans le cercle intime du Führer, de son ascension au pouvoir jusqu’à son suicide, des peurs, des loyautés, des trahisons, des luttes de pouvoir. Quelques imprécisions historiques toutefois.

*
SANTA CLARITA DIET
2017
Note globale : 14/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 5/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Le + : le duo merveilleux Drew Barrymore (Sheila Hammond), Timothy Olyphant (Joel Hammond)
De l’humour et encore de l’humour !!

*
FRIDAY NIGHT LIGHTS
2006
Note globale : 14/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 4/5

*

SIX FEET UNDER
2001 – 2005
5 Saisons
Note globale : 14/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 4/5
Les 5 saisons se regardent avec plaisir ; les personnages sont très intéressants et avec de l’épaisseur. Mention spéciale pour Michael C. Hall (que l’on retrouvera dans Dexter), Peter Krause, Mathew St. Patrick.

*
HOMELAND
Depuis 2011
7 Saisons
Note globale : 14/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 4/5
Nous suivons, l’agent de la CIA, excellente Claire Danes, qui souffre de troubles bipolaires, combattant Al-Qaïda, entre Kaboul et Islamabad, Berlin, les Etats-Unis. Série addictive.

*

VIKINGS
2013
5 Saisons
Note globale : 14/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 4/5
Série passionnante qui nous plonge en Scandinavie, à la fin du 8ème siècle. Nous rentrons dans la famille Ragnar Lodbrok, joué par Travis Fimmel, un acteur australien, un jeune guerrier viking, qui désire explorer l’ouest, vers de nouveaux horizons, vers l’Angleterre…
Très bons acteurs et série prenante !

*

MESSIAH
2020
Note globale : 14/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 4/5
Série à suivre pour les différents angles traités : crise israélo-palestinienne, Syrie, Etat Islamique, CIA. Des questions sur la foi, sur la croyance, des plongées politico-philosophico-religieuse intéressantes.
Mehdi Dehbi parfait !

*
THE ENGLISH GAME
2020
Note globale : 14/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 4/5
Sur la naissance du foot professionnel, sur la mise en place des règles et des stratégies que nous retrouverons bien après. Entre joueurs aristocrates et ouvriers.
Excellente série
Très belles brochettes d’acteurs au jeu impeccable : Edward Holcroft, Kevin Guthrie, Toni Collette, Craig Parkinson

*
HOUSE OF CARDS
2013
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Le + : série très pro
Le – : série à la longue ennuyeuse. Surtout les dernières saisons !

*
GOMORRA
La Série
2014
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Le + : excellente reconstitution sur le trafic de drogues à Naples. Excellents Marco D’Amore et Marco Palvetti (saisons 1 & 2)

*
LA CASA DEL PAPEL
2017
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Le + : l’action et une palette de bons et attachants acteurs espagnols : Álvaro Morte, Miguel Herrán, Jaime Lorente, Úrsula Corberó, etc.

*
KALIFAT
2020
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Sur la radicalisation en Europe et dans l’Etat Islamique. A voir absolument.

**
TRUE DETECTIVE
2014
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5

*

Docu-série
Rise of Empires: Ottoman
L’Essor de l’Empire Ottoman

2020
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 4/5
Le siège de Constantinople, les premiers pas de Mehmet II, nous suivons avec intérêt les deux mois de siège qui déboucherons à la chute du 29 mai 1453, les combats entre Constantin XI et du général Giovanni Giustiniani contre les forces ottomanes.


*

POLDARK
2015
Note globale : 13/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5a
Série romantique mais bien jouée et prenante avec des paysages de Cornouailles magnifiques. Mention spéciale pour les interprétations d’Aidan Turner dans le rôle du gentil et de Jack Farthing dans le rôle du méchant.

**
THE HANDMAID’S TALE
LA SERVANTE ECARLATE

2017
Note globale : 12/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Série à la longue énervante voire ennuyeuse. Un peu trop caricatural.

*
SUBURRA
2012
Note globale : 12/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Mafia et corruption sur Rome, le Vatican et Ostie. Nous suivons avec intérêt les magouilles et les règlements de compte de trois jeunes malfrats, joués avec efficacité par Alessandro Borghi, Giacomo Ferrara, Eduardo Valdarnini.

*
BROTHERS AND SISTERS
2006
Note globale : 12/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Des beaux portraits autour de l’entreprise familiale Ojai Foods avec des politiciens, des avocats, des secrets de famille, un vétéran de la guerre, des alcooliques, des toxicomanes, etc. le tout arrosé de vin californien.
Pas déplaisant et de bons acteurs.

*

ANNE WITH AN E
Anne avec un E

2017-2019
Note globale : 12/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Les dernières années du XIXe autour de la ville d’Avonlea, sur l’île-du-Prince-Édouard. L’imagination est débordante dans la première saison, la meilleure des trois, et de loin. Amybeth McNulty est dans cette série, et encore plus dans la première saison, phénoménale ; elle porte la série !
Mention pour les décor et pour les acteurs à Geraldine James et à Lucas Jade Zumann.
La dernière saison casse la série en la plongeant dans un mélo sirupeux que n’avaient pas les premiers épisodes.

*

THE EDDY
2020
Note globale : 12/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Andre Holland (Elliot Udo), en patron d’une boîte de jazz, essaie d’éviter le naufrage et les voyous qui lui tournent autour. Quelques longueurs malgré tout.


WANDERLUST
2018
Note globale : 12/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Un couple étudie d’autres possibilités de rencontres afin de le booster et de casser la monotonie. Toni Collette et Steven Mackintosh, très biens dans les rôles principaux.

*

DRACULA
Mini-série de 3 épisodes
2020
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Un nouveau Dracula qui s’éloigne à chaque épisode de la version de Bram Stoker, pour se retrouver dans notre monde dans le dernier épisode. De l’humour et de la sensualité, dans de beaux décors, qui sauvent la série et un Claes Bang savoureusement diabolique.

*

Mini-Série documentaire
Don’t Fuck with Cats : un tueur trop viral
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Mini-série presque trop longue. On s’ennuie un peu et il nous tarde que Luka Rocco Magnotta soit arrêté.

*

HACHE – H
(prononcer Hacé, « Helena avec un H », H comme Heroina)
2019
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Barcelone, années 60, trafic de drogues et prostitution. Série assez ennuyeuse et soporifique.

*

LA REINE DU SUD
Queen of the South

Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Bonne actrice principale Alice Braga, très convaincante. Manque toutefois d’originalité après El Chapo, Narcos, etc.

*
PRISON BREAK
2005
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 2/5
Le + : la première saison est regardable
Le – : après on s’ennuie ferme !!

*
OZARK
2017
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Bonne composition de Jason Bateman
Une nouvelle série sur le blanchiment de l’argent de la drogue mais avec une balade dans la région des Monts Ozarks et dans les vallées encaissées dans le Missouri !

*
SHERLOCK
2010
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 2/5
Benedict Cumberbatch en fait des tonnes ; Martin Freeman joue une composition plus intéressante et beaucoup plus nuancée.
Série très vite lassante.


*
STRANGER THINGS
2016
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5


*
MARVEL’S THE PUNISHER
2017
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Le + : Jon Bernthal sur-vitaminé
Le – : le scénario qui est sous-vitaminé !!!

*
BETTER CALL SAUL
2015
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 3/5
Du Breaking Bad bis ou ter !!

*
LES PETITS MEURTRES D’AGATHA CHRISTIE
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Toujours un peu la même recette. Mais un Samuel Labarthe et une Élodie Frenck convaincants.

*
ALPHONSE PRESIDENT
2017
Série humoristique
Note globale : 11/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 4/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Alphonse Dumoulin, joué par Michel Vuillermoz excellent, professeur d’Histoire à la retraite devient le Président de la République Française. La France est au bord du gouffre. Pourra-t-elle compter sur un homme providentiel ?

*
PUERTA 7
2019
1 Saison
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Série sur les hooligans d’une équipe argentine, sur la corruption, la violence, les gangs et la drogue. Dolores Fonzi a un rôle un peu manichéen. C’est le défaut principal de la série : le manichéisme. Manque de relief.

*

LA TRÊVE
2016-2018
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
La série policière nous plonge dans les arcades d’une commune isolée de Wallonie autour de la Semois et des épaisses forêts. Une série qui se regarde mais pas vraiment d’originalité. Yoann Blanc campe un policier qui arrive de Bruxelles et dont les méthodes d’investigation vont déranger les habitudes locales…du déjà-vu !!

*

WEEDS
2005
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Les trois premières saisons sont les meilleures. Bonne interprétation de Mary Louise Parker ; ensuite, nettement moins intéressant !

*
YOU
2018
Note globale : 10/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Un air de Dexter. Une voix off un peu pénible à la longue.
Saison 1 à New-York et Saison 2 à Los Angeles dans les quartiers bobo – Un peu lassant à la longue.

*
MANHUNT: UNABOMBER
2017
Note globale : 10/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 3/5
Nous suivons la traque de Theodore Kaczynski, surnommé Unabomber, par le FBI et notamment par le profiler James R. Fitzgerald (joué par Sam Worthington). Le tout reste assez conventionnel et Sam Worthington un peu fade aussi.

*
LES REVENANTS
2012
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 2/5
La première saison est de loin la meilleure. Les intrigues pourraient être plus passionnantes.

*

BODYGUARD
2018
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 2/5
Série assez intéressante sans être bouleversante. La série vaut surtout pour la prestation de Richard Madden, impeccable !

*

LE BAZAR DE LA CHARITÉ
2019 – Mini-série
Note globale : 10/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 3/5
Intérêt de la série : 2/5
Mini-série honorable et assez bien construite. 1897 à Paris, un incendie dévastateur détruit le Bazar de la Charité. Une belle bande d’acteurs homogènes pour servir cette reconstitution : Audrey Fleurot, Julie de Bona, Camille Lou, Gilbert Melki, Josiane Balasko, Florence Pernel, Antoine Duléry.

*
DÉRAPAGES
2020
Note globale : 9/20
Originalité : 3/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Série sociale autour de la violence du chômage et des méthodes des entreprises. Beaucoup de lourdeurs. Eric Cantona n’est pas très bon dans ce rôle comme de nombreux autres. Alice de Lencquesaing et surtout Gustave Kervern s’en sortent avec les honneurs.

*
L’EFFONDREMENT
2019
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Episodes très inégaux. Acteurs moyens dans l’ensemble. Beaucoup d’incohérences.

*
SPARTACUS
2010
Note globale : 8/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 3/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Du sang puis du sexe puis du sang et encore… Avec quelques intrigues…Lassant à la longue !
Andy Whitfield & Manu Bennett toutefois convaincants malgré une réalisation sans surprise !

*

RAGNARÖK
2020
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
1/3 histoires d’ados + 1/3 légendes scandinaves et 1/3 d’écologie simpliste.

*
TRUE BLOOD
2008
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Série pour ados qui vieillit très vite !!!

*

GIRI / HAJI
2019
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Les allers-retours incessants entre Londres et Tokyo ne donnent pas non plus assez de rythme à cette série plate, sinon ennuyante. Les personnages sont tout aussi sans épaisseur et pas du tout attachants.

*

BANDITS DES BOIS
DE BENDE VAN JAN DE LICHTE

2019
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Quelques beaux décors et une reconstitution correcte. Mention pour Tom Van Dyck dans le rôle du bailli. Regardable.

*
ARROW
2012
Note globale : 8/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 2/5
Le + : de l’action et encore de l’action
Le – : tout le reste

*
FREUD
2020
Note globale : 7/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 1/5
Enquête policière à travers un jeu Freud, Siggi, joué par Robert Finster, convenable toutefois dans le rôle, dans la peau caricaturale d’un détective…

*

THE STRANGER
INTIMIDATION

Mini Série – 2020
Note globale : 6/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 1/5
Peu d’intérêt entre secrets, chantage et la disparition de l’épouse d’Adam Price …Une mini-série britannique bien trop longue et conventionnelle.

*
SPINNING OUT
Note globale : 6/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 1/5
Le seul et unique intérêt reste le patinage. Sinon, mélo et stéréotypes.
Aucun intérêt sinon.

*
VIRGIN RIVER
2019
Note globale : 6/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 2/5
Intérêt de la série : 1/5
Le + : des beaux paysages
Le – : tout le reste

*
DALLAS
1978
Note globale : 7/20
Originalité : 4/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Le + : la série qui a influencé de nombreuses autres séries (House of Cards par exemple) et des personnages qui sont restés dans notre inconscient : Larry Hagman (J.R.), Patrick Duffy (Bobby), Linda Gray (Sue Ellen)
Le – : tout le reste

*

LUCIFER
2016
Note globale : 6/20
Originalité : 2/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Le + : quelques tentatives humoristiques
Le – : très ennuyeux

*
ZEIT DER GEHEIMNISSE
LES SECRETS DE NOËL

2019
Note globale : 5/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 2/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Trois générations se retrouvent autour de trois noëls. On s’ennuie ferme et l’histoire n’est vraiment pas intéressante.

*
BOY TOY
chico de juguete
2019
Note globale : 4/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Série prétexte pour montrer Marbella, des mannequins et du sexe…Série ennuyeuse, sans profondeur et sans intérêt.

*
LOST : LES DISPARUS
2004
Note globale : 4/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Le + : ça a été un véritable phénomène à sa sortie !!!
Le – : la liste serait longue !!!

*
MARSEILLE
2016
Note globale : 4/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Juste Gérard Depardieu qui fait ce qu’il peut à lui seul pour sauver la série. Dommage pour tout le reste ! Caricatural !!!

*
EL DRAGON
El Dragón : le retour d’un guerrier
2019
Note globale : 4/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 1/5
Le + : les paysages de Mexico et Ciudad Juarez
Le – : beaucoup de choses mais surtout un scénario lamentable et des beaux acteurs pas du tout crédibles !!!

*
OSMOSIS
2019
Note globale : 2/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 0/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 0/5
Oups !!! Série totalement ratée !! Passez !!!

*

DOLLY PARTON’S HEARTSRINGS
2019
Note globale : 2/20
Originalité : 1/5
Acteurs : 0/5
Mise en scène : 1/5
Intérêt de la série : 0/5
1 épisode pour une chanson de Dolly Parton dans son Dollywood !! Pour les inconditionnels de Dolly Parton et pour la old country music !!
Love is like a butterfly !!!

*

THE WITCHER
LE SORCELEUR
2019
Note globale : 1/20
Originalité : 0/5
Acteurs : 1/5
Mise en scène : 0/5
Intérêt de la série : 0/5
Série ado bof avec des superbes répliques : « le mal c’est le mal« …avec le beau Henry Cavill pour faire trembler les adorateurs du sorceleur !

*
LOCKE AND KEY
2020
Note globale : 0/20
Originalité : 0/5
Acteurs : 0/5
Mise en scène : 0/5
Intérêt de la série : 0/5
Pathétique – Lieux communs
en un seul mot : NUL

*
LES MEILLEURES SERIES

*

****************




LA DUCHESSE DE LANGEAIS VS NE TOUCHEZ PAS A LA HACHE – L’Energie Balzacienne découpée à la hache de Rivette

BALZAC  &  Jacques RIVETTE

LA DUCHESSE DE LANGEAIS
& NE TOUCHEZ PAS A LA HACHE  (2007)

BALZAC RIVETTE La Duchesse de Langeais Artgitato peinture-ingres-la-grande-odalisque

L’ENERGIE BALZACIENNE
DECAPITEE PAR LA HACHE DE RIVETTE

Ne Touchez pas à la Hache de Rivette reprend le livre de Balzac paru d’abord sous ce titre en 1833 dans l’Echo de la Jeune France.

Comment Rivette a t-il pu faire d’un des plus beaux romans d’amour un film pesant et ennuyeux ?

Essayons de comprendre pourquoi les ingrédients prennent chez Balzac et pourquoi la sauce semble si lourde dans l’autre cas.

  • LA FRAGILITE ET L’INVULNERABILITE

Ce qui marque d’abord dans la Duchesse de Langeais c’est cette impression d’équilibre. La présentation du couvent de l’île de Majorque : «  Les tempêtes de tout genre qui agitèrent les quinze premières années du dix-neuvième siècle se brisèrent donc devant ce rocher…Une rigidité conventuelle que rien n’avait altérée recommandait cet asile dans toutes les mémoires du monde catholique …Nul couvent n’était d’ailleurs plus favorable au détachement complet des choses d’ici-bas exigé par la vie religieuse». « Nous sommes dans le lieu hors d’atteinte, hors du temps, hors des hommes, « ce roc est protégé de toute atteinte »

Ce qui marque d’abord dans le film de Rivette, c’est sa faille, sa fragilité (que l’on retrouve après dans Balzac), son déséquilibre, marqué par la jambe en bois du Général Arnaud de Montriveau (Guillaume Depardieu) ; alors que la voix du chœur pendant la messe le submerge, il sort, claudiquant, le bruit de la jambe sur le dallage, et se remet face à la mer. Je pense que c’est le meilleur moment du film.

  • L’ENERGIE DU CONTRASTE BALZACIEN CONTRE LA SIMILITUDE MOLLE DE RIVETTE

Balzac agrémente son récit d’oppositions et de différences constantes.  Ce sont celles-ci qui dynamisent le récit : « de la femme, il savait tout ; mais de l’amour, il ne savait rien », « A Paris, tous les hommes doivent avoir aimé. Aucune femme n’y veut de ce dont aucune n’a voulu », « Semblable à tous les gens réellement forts, il était doux dans son parler », « Il voyait d’un côté l’enfer des sables, et de l’autre le paradis terrestre de la plus belle oasis qui fut en ces déserts », « Cette velléité de grandeur, cette réalité de petitesse, ses sentiments froids et ces élans chaleureux », « Et se voyant tous égaux par leur faiblesse, ils se crurent tous supérieurs », « Leurs calculs ne se rencontrent jamais, les uns sont la recette et l’autre est la dépense. De là des mœurs diamétralement opposées ». Reprendre la Duchesse de Langeais sans reprendre ces oppositions, c’est ne pas reprendre la vie du texte, c’est un peu l’amoindrir.

Dans le film, les deux acteurs qui jouent la duchesse et le Général se ressemblent. Ils ont l’air frère et sœur. Nous sommes dans le drame bourgeois triste. Ce qui fait la force des personnages balzaciens c’est déjà de les inscrire dans une histoire, pour le Général, celle des guerres napoléoniennes, la Restauration, la disgrâce, le retour en grâce et pour la duchesse, son histoire familiale, celle du faubourg Saint-Germain, de la mode. La rencontre est toute dans ces oppositions. C’est ce qui en fait la force.

Qui est le général ? Comment est-il ? « Il était petit, large de buste, musculeux comme un lion. Quand il marchait, sa pose, sa démarche, le moindre geste trahissait et je ne sais quelle sécurité de force qui imposait et quelque chose de despotique ». Tout le contraire de la duchesse, plongée dans la frénésie de la mode et des bals et de l’apparence. « Elle vivait dans une sorte de fièvre de vanité, de perpétuelle jouissance qui l’étourdissait. Elle allait assez loin en conversation, elle écoutait tout, et se dépravait à la surface du cœur ». « Elle était coquette, aimable, séduisante jusqu’à la fin de la fête, du bal » Comment un tel animal et une beauté coquette, comment cette Belle et cette Bête ont pu tomber amoureux ? Certainement pas comme dans le film de Rivette, avec la discussion sur le canapé et le rendez-vous à son domicile, ce qui n’est pas réellement passionnant. Dans la Belle et la Bête, comme dans Balzac, nous sommes dans l’effroi : « Elle sentit en le voyant une émotion assez semblable à celle de la peur ».

La rencontre pour la duchesse est préparée, anticipée. Dans le film, une rencontre, un récit à l’écart, des séries de rendez-vous, je t’aime mais tu ne m’aimes pas, renversement des rôles…

  • LA STRUCTURE DES TRIANGLES DANS BALZAC

Des triangles structurants de Balzac, un seul est cité au début du film et le cinéaste ne jouera que de celui-ci. Le récit n’a plus de force, ni de présence. Il devient plat.

LE TRIANGLE DIVIN
C’est celui qui est repris chez Rivette : « La religion, l’amour et la musique ne sont-ils pas la triple expression d’un même fait, le besoin d’expansion dont est travaillée toute âme noble ? Ces trois poésies vont toutes à Dieu, qui dénoue toutes les émotions terrestres. Ainsi cette sainte trinité humaine participe-t-elle des grandeurs infinies de Dieu, que nous ne configurons jamais sans l’entourer des feux de l’amour, des sistres d’or de la musique, de lumière et d’harmonie. N’est-il pas le principe et la fin de nos œuvres ? »

LE TRIANGLE SOCIAL
Ce triangle, qui donne du fond à la lecture et du corps aux personnages. « L’art, la science et l’argent forment le triangle social où s’inscrit l’écu du pouvoir, et d’où doit procéder la moderne aristocratie. Un beau théorème vaut un grand nom. Les Rothschild, ces Fugger modernes, sont princes de fait. Un grand artiste est réellement un oligarque, il représente tout un siècle, et devient presque toujours une loi »

LE TRIANGLE MORAL DU GENERAL
«  Quel homme, en quelque rang que le sort l’ait placé, n’a pas senti dans son âme une jouissance indéfinissable, en rencontrant chez une femme qu’il choisit, même rêveusement, pour sienne, les triples perfections morales, physiques et sociales qui lui permettent de toujours voir en elle tous ses souhaits accomplis ? Si ce n’est pas une cause d’amour, cette flatteuse réunion est sans contredit un des plus grands véhicules du sentiment. Sans la vanité, disait un profond moraliste, l’amour est un convalescent. »

LE TRIANGLE DU PARAÎTRE DE LA DUCHESSE

La coquetterie de la mode (« Une coquetterie naturelle »), le jeu de la représentation (« Elle paraissait devoir être la plus délicieuse des maîtresses en déposant son corset et l’attirail de sa représentation » ; « Sans qu’elle n’est eût l’air de jouer » ; « Elle déploya cette chatterie de paroles, cette fine envie de plaire » ; « N’était-ce pas chez une femme de cette nature un délicieux présage d’amusement » ; « La duchesse de Langeais avait reçu de la nature les qualités nécessaires pour jouer les rôles de coquette »  et le bal (« Depuis dix-huit mois, la duchesse de Langeais menait cette vie creuse, exclusivement remplie par le bal, par des triomphes sans objet, par des passions éphémères, nées et mortes pendant une soirée »)

La rencontre se fait sur une base guerrière et stratégique. Sur la base du jeu et du paraître pour la duchesse.

« Il y eût un moment où elle comprit que la créature aimée était la seule dont la beauté, dont l’esprit pussent être universellement reconnus » ; « Un amant est le constant programme de ses perfections personnelles. Madame de Langeais apprit, jeune encore, qu’une femme pouvait se laisser aimer ostensiblement sans être complice de l’amour, sans l’approuver, sans le contenter autrement que par les plus maigres redevances de l’amour, et plus d’une sainte-nitouche lui révéla les moyens de jouer ces dangereuses comédies » Lui, le général, est aussi dans la conquête guerrière, plus naturelle pour lui, quoique « de l’amour, il ne savait rien ». « Cette difficile, cette illustre conquête… Ces niaiseries flattèrent, à son insu, le général… » « J’aurai pour maîtresse madame de Langeais »

La suite, la rencontre, les jeux, les feux et les dangers de l’amour, c’est en reprenant le livre que vous aurez des émotions réelles.

Dans Rivette, j’ai senti l’ennui, la lourdeur, la nuit. Ce que je ressens en reprenant Balzac, c’est ce regard sur la vie, cette analyse dans le temps donc hors du temps, intemporelle et toujours belle. Dire vite ce que la vie met longtemps à nous dire. Chaque page est belle. Et il y a quelque chose dans chaque phrase, dans chaque respiration de la phrase. Il y a une pensée en action, qui regarde, qui analyse, qui structure.

Il faudrait reprendre le cheminement de la voix de la Duchesse dans le couvent et le jeu, toujours le jeu, entre les ombres et les lumières, entre l’intérieur et l’extérieur, entre ce qui s’entend et ce qui se laisse voir, pour devenir certitude. La certitude que c’est elle, bien elle, uniquement elle. « Cette voix, légèrement altérée par un tremblement qui lui donnait toutes les grâces que prête aux filles leur timidité pudique, tranchait sur la masse du chant, comme celle d’une prima donna sur l’harmonie d’un final ». Comment filmer cette impression dite en une phrase : « La musique, passant du majeur au mineur, sut instruire son auditeur de la situation présente ».

« Il n’y a que le dernier amour d’une femme qui satisfasse le premier amour d’un homme »

Jacky Lavauzelle