Archives par mot-clé : gustav klimt

TYPHON, Titan des vents forts et des tempêtes, NEPTUNE & MINERVE – OS LUSIADAS VI-13 – LES LUSIADES – Luís de Camões

Typhon, Gustav Klimt, frise Beethoven, (détail)

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO VI
CANTO SEXTO

Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VI-13 LES LUSIADES VI-13

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

**************


Noutra parte esculpida estava a guerra,
Plus loin, une sculpture représentait la guerre,
Que tiveram os Deuses com os Gigantes;
Que les Dieux livrèrent avec les Géants ;
Está Tifeu debaixo da alta serra
C’est Typhon emprisonné sous la haute montagne
De Etna, que as flamas lança crepitantes;
De l’Etna, par ses yeux les flammes crépitent ;
Esculpido se vê ferindo a terra
Se trouve aussi sculpté, frappant la terre,
Netuno, quando as gentes ignorantes
Neptune, quand les ignorants
Dele o cavalo houveram, e a primeira
Reçurent de lui son cheval, et le premier
De Minerva pacífica oliveira.
Olivier de paix de Minerve.


*****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LE PAYS DORÉ de GEORGE ORWELL – 1984 – THE GOLDEN COUNTRY

LITTÉRATURE ANGLAISE
____________________________

TRADUCTION
JACKY LAVAUZELLE

___________________________

George Orwell
25 juin 1903 – 21 janvier 1950


Nineteen Eighty-Four
1984

_______________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
_______________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1984.jpg.

__________________________________

LE PAYS DORÉ 
THE GOLDEN COUNTRY
__________________________

Gustav Klimt
Les Forces du Mal et les trois Gorgones
1902
Palais de la Sécession, Vienne

Dans la première partie, le Pays Doré arrive après le souvenir de sa mère et de sa sœur où il est question de sacrifice et de tragique. Le passage est d’autant plus fort que ce sacrifice mais en relief la solidarité et la cohésion de la famille, ce qu’Orwell décrit comme cette sphère où régnaient l’intimité, l’amour et l’amitié. Ce sont là les ciments du tragique.
Dans la Première Encyclopédie, Jaucourt, disait du tragique : « Le vrai tragique règne, lorsqu’un homme vertueux, ou du-moins plus vertueux que vicieux, est victime de son devoir, comme le sont les Curiaces ; ou de sa propre faiblesse, comme Ariane & Phèdre ; ou de la faiblesse d’un autre homme, comme Polieucte ; ou de la prévention d’un père, comme Hippolyte ; ou de l’emportement passager d’un frère, comme Camille ; qu’il soit précipité par un malheur qu’il n’a pu éviter, comme Andromaque ; ou par une sorte de fatalité à laquelle tous les hommes sont sujets, comme Œdipe ; voilà le vrai tragique ; voilà ce qui nous trouble jusqu’au fond de l’âme, & qui nous fait pleurer. »  Désormais, il n’existe plus de vertu, et tout se vaut, l’égale validité de tous les discours annule le discours lui-même et la pensée dans ses fondements. Plus rien n’est mis en relief, que la pensée unique de l »Angsoc, du Parti, de Big Brother.
Le souvenir familial et cette douce intimité va se terminer dans les eaux vertes et vaseuses et glisser dans la lumière et la paix du Pays Doré.
Le souvenir est récurrent, comme de l’oxygène pour vivre le temps présent sombre et inhumain.
Dans la seconde partie de 1984, le Pays Doré devient alors réel. Le paysage qui le protège et qui sert de cadre à sa rencontre amoureuse entre Winston et Julia, n’est rien d’autre que ce Pays Doré. Dans un lieu qui semble vierge de l’oppression et de la pesante observation du régime. Enfin, les êtres peuvent se laisser aller et ne plus contrôler leurs actes et leurs expressions.
Le passé devient le présent et le rêve la réalité. Orwell utilise les mêmes mots et les mêmes descriptions.
Dans la dernière partie, Winston est isolé et torturé, jour et nuit, incessamment.
Le Pays Doré devient un puits de lumière. La pensée du Pays doré ce fait à son insu. Il y retrouve Julia, mais ce rêve risque fort de le perdre complètement. Après les souffrances et les drogues, la pensée vagabonde une dernière fois dans ce pays de lumière. Il y retrouve Julia comme si elle se trouvait à l’intérieur de lui. Il la gardera à jamais en lui dans l’attente de la balle qui arrivera bientôt. Mais comme ce souvenir reste douloureux.

Jacky Lavauzelle

L’âge d’or, Lucas Cranach l’Ancien, 1530

PREMIÈRE PARTIE
PART 1
PRÉLUDE A 
L’APPARITION DU PAYS DORÉ 

LA DISPARITION DU TRAGIQUE

He could not remember what had happened, but he knew in his dream that in some way the lives of his mother and his sister had been sacrificed to his own.
« Il ne pouvait se souvenir de ce qui s’était passé, mais il savait dans son rêve que, d’une certaine manière, les vies de sa mère et de sa sœur avait été sacrifiées à la sienne.
It was one of those dreams which, while retaining the characteristic dream scenery, are a continuation of one’s intellectual life, and in which one becomes aware of facts and ideas which still seem new and valuable after one is awake.
C’était un de ces rêves qui, tout en conservant le paysage caractéristique du rêve, sont en fait une continuation de sa vie intellectuelle, dans lequel on prend conscience de faits et d’idées qui semblent encore nouveaux et précieux après le réveil même.
The thing that now suddenly struck Winston was that his mother’s death, nearly thirty years ago, had been tragic and sorrowful in a way that was no longer possible.
Ce qui a soudainement frappé Winston, c’est que la mort de sa mère, il y a près de trente ans, avait été tragique et douloureuse d’une manière qui, aujourd’hui, ne serait plus possible.
Tragedy, he perceived, belonged to the ancient time, to a time when there was still privacy, love, and friendship, and when the members of a family stood by one another without needing to know the reason.
La tragédie, selon lui, appartenait à une époque ancienne, à une époque où il y avait encore de l’intimité, de l’amour et de l’amitié, et où les membres d’une famille se tenaient l’un à côté de l’autre sans avoir besoin d’en connaître la raison.
His mother’s memory tore at his heart because she had died loving him, when he was too young and selfish to love her in return, and because somehow, he did not remember how, she had sacrificed herself to a conception of loyalty that was private and unalterable.
La mémoire de sa mère lui déchirait le cœur car elle était morte en l’aimant, alors que lui était trop jeune et trop égoïste pour l’aimer en retour, et car, en quelque sorte, il ne se souvenait plus comment, elle s’était sacrifiée à une conception, intime et inaltérable, de la loyauté.
Such things, he saw, could not happen today.
De telles choses, il le savait, ne pouvaient plus arriver aujourd’hui.
Today there were fear, hatred, and pain, but no dignity of emotion, no deep or complex sorrows.
Aujourd’hui, il y avait de la peur, de la haine et de la douleur, mais pas de dignité émotionnelle, pas de chagrins profonds ou complexes.
All this he seemed to see in the large eyes of his mother and his sister, looking up at him through the green water, hundreds of fathoms down and still sinking.
Tout cela, il semblait le voir dans les grands yeux de sa mère et de sa sœur, le regardant à travers l’eau verte, des centaines de brasses en-dessous et qui continuait toujours de couler. »

Part 1, Chapter 3
Première partie,  Chapitre 3
**

PREMIÈRE PARTIE
PART 1
APPARITION DU PAYS DORÉ 

Suddenly he was standing on short springy turf, on a summer evening when the slanting rays of the sun gilded the ground.
Soudain, il se tenait sur un gazon court et élastique, un soir d’été quand les rayons obliques du soleil doraient le sol.
The landscape that he was looking at recurred so often in his dreams that he was never fully certain whether or not he had seen it in the real world.
Le paysage qu’il regardait se reproduisait si souvent dans ses rêves qu’il n’était jamais entièrement certain de l’avoir vu dans le monde réel.
In his waking thoughts he called it the Golden Country.
Dans ses pensées éveillées, il l’appelait le Pays Doré.
It was an old, rabbit-bitten pasture, with a foot-track wandering across it and a molehill here and there.
C’était un vieux pâturage envahi de lapin, où un sentier serpentait et quelques taupinières ici et là.
In the ragged hedge on the opposite side of the field the boughs of the elm trees were swaying very faintly in the breeze, their leaves just stirring in dense masses like women’s hair.
Dans la haie à l’abandon sur le côté opposé du champ, les branches des ormes se balançaient très faiblement dans la brise, leurs feuilles remuant juste en masses denses comme les cheveux des femmes.
Somewhere near at hand, though out of sight, there was a clear, slow-moving stream where dace were swimming in the pools under the willow trees.
Quelque part, à proximité, bien que hors de vue, il y avait un ruisseau clair et paisible où nageaient quelques poissons dorés sous les saules.

The girl with dark hair was coming towards them across the field.
La fille aux cheveux noirs s’approchait de lui à travers les champs.
With what seemed a single movement she tore off her clothes and flung them disdainfully aside.
Avec, dans ce qui semblait être un seul et unique mouvement, elle arracha ses vêtements et les jeta avec dédain sur le côté.
Her body was white and smooth, but it aroused no desire in him, indeed he barely looked at it.
Son corps était blanc et lisse, mais cela ne suscita aucun désir en lui, puisqu’il le regardait à peine.
What overwhelmed him in that instant was admiration for the gesture with which she had thrown her clothes aside.
Ce qui le submergeait à cet instant, c’était beauté du geste avec lequel elle avait jeté ses vêtements de côté.
With its grace and carelessness it seemed to annihilate a whole culture, a whole system of thought, as though Big Brother and the Party and the Thought Police could all be swept into nothingness by a single splendid movement of the arm.
Cette grâce et cette insouciance semblaient anéantir toute une culture, tout un système de pensée, comme si Big Brother et le Parti et la Police de la Pensée pouvaient tous être emportés dans le néant par ce seul mouvement splendide du bras.
That too was a gesture belonging to the ancient time.
C’était aussi un geste appartenant à l’ancien temps.
Winston woke up with the word ‘Shakespeare’ on his lips.
Winston se réveilla avec le mot «Shakespeare» sur ses lèvres.

Part 1, Chapter 3
Première partie,  Chapitre 3

**

DEUXIÈME PARTIE
PART 2

‘Don’t go out into the open.
-Ne sortez pas en plein air.
There might be someone watching.
Il pourrait y avoir quelqu’un qui regarde.
We’re all right if we keep behind the boughs.’
Nous serons bien en sécurité si nous restons derrière les branches.

They were standing in the shade of hazel bushes.
Ils se tenaient debout à l’ombre des noisetiers.
The sunlight, filtering through innumerable leaves, was still hot on their faces.
La lumière du soleil, filtrant à travers d’innombrables feuilles, était encore chaude sur leurs visages.
Winston looked out into the field beyond, and underwent a curious, slow shock of recognition.
Winston regarda le champ au loin et subit un lent et curieux choc.
He knew it by sight.
Il le reconnaissait.
An old, close-bitten pasture, with a footpath wandering across it and a molehill here and there.
Un vieux pâturage bien tondu, avec un sentier pour se promener et des taupinières ici et là.
In the ragged hedge on the opposite side the boughs of the elm trees swayed just perceptibly in the breeze, and their leaves stirred faintly in dense masses like women’s hair.
Dans la haie à l’abandon du côté opposé, les branches des ormes se balançaient de façon perceptible dans la brise, et leurs feuilles remuaient faiblement en masses denses comme les cheveux des femmes.
Surely somewhere nearby, but out of sight, there must be a stream with green pools where dace were swimming?
Sûrement quelque part à proximité, mais hors de vue, il devait y avoir un ruisseau avec des étangs verts où les poissons dorés nageaient ?

‘Isn’t there a stream somewhere near here?’ he whispered.
-N’y a-t-il pas un ruisseau quelque part près d’ici ? murmura-t-il .

‘That’s right, there is a stream.
-C’est vrai, il y a un ruisseau.
It’s at the edge of the next field, actually.
C’est au bord du champ à côté, en effet.
There are fish in it, great big ones.
Il y a du poisson dedans, des très gros.
You can watch them lying in the pools under the willow trees, waving their tails.’
Vous pouvez les regarder allongés dans les étangs sous les saules, qui agitent leurs queues.

‘It’s the Golden Country — almost,’ he murmured.
-C’est le Pays Doré – c’est presque ça, murmura-t-il.

‘The Golden Country?’
– Le Pays Doré ?

‘It’s nothing, really. A landscape I’ve seen sometimes in a dream.’
– Ce n’est rien, vraiment. Un paysage que j’ai vu parfois dans un rêve

‘Look!’ whispered Julia.
-Regardez ! chuchota Julia.

A thrush had alighted on a bough not five metres away, almost at the level of their faces.
Une grive s’étaient posée sur une branche à cinq mètres de là, presque au niveau de leurs visages.
Perhaps it had not seen them.
Peut-être ne les avait-elle pas vus.
It was in the sun, they in the shade.
Elle se trouvait en effet au soleil, alors qu’eux se trouvaient à l’ombre.

**

TROISIÈME PARTIE
PART 3

One day — but ‘one day’ was not the right expression; just as probably it was in the middle of the night: once — he fell into a strange, blissful reverie.
Un jour – mais «un jour» n’était pas la bonne expression ; probablement qu’il s’agissait du milieu de la nuit : une fois – il tomba dans une rêverie étrange et heureuse.
He was walking down the corridor, waiting for the bullet.
Il marchait dans le couloir, attendant la balle du revolver.
He knew that it was coming in another moment.
Il savait que cela arriverait d’un instant à l’autre.
Everything was settled, smoothed out, reconciled.
Tout était réglé, lissé, réconcilié.
There were no more doubts, no more arguments, no more pain, no more fear.
Il n’y avait plus de doute, plus d’arguments, plus de douleur, plus de peur.
His body was healthy and strong.
Son corps était sain et fort.
He walked easily, with a joy of movement and with a feeling of walking in sunlight.
Il marchait avec aisance, avec la joie de bouger et avec une agréable sensation de marcher au soleil.
He was not any longer in the narrow white corridors in the Ministry of Love, he was in the enormous sunlit passage, a kilometre wide, down which he had seemed to walk in the delirium induced by drugs.
Il n’était plus dans les étroits couloirs blancs du Ministère de l’Amour, il était dans un énorme couloir ensoleillé, large d’un kilomètre, descendant, il lui semblait y marcher dans un délire provoqué par la drogue.
He was in the Golden Country, following the foot-track across the old rabbit-cropped pasture.
Il était dans le Pays Doré, suivant le sentier à travers le vieux pâturage infesté de lapin.
He could feel the short springy turf under his feet and the gentle sunshine on his face.
Il pouvait sentir le gazon court et élastique sous ses pieds et le doux soleil sur son visage.
At the edge of the field were the elm trees, faintly stirring, and somewhere beyond that was the stream where the dace lay in the green pools under the willows.
Au bord du champ se trouvaient les ormes, dont les branches remuaient légèrement, et quelque part, plus loin, se trouvait le ruisseau où le poissons dorés nageaient dans les mares vertes sous les saules.

Suddenly he started up with a shock of horror.
Soudain, il ressentit un choc d’horreur.
The sweat broke out on his backbone.
La sueur perlait sur son épine dorsale.
He had heard himself cry aloud:
Il s’entendit pleurer à haute voix :

‘Julia! Julia! Julia, my love! Julia!’
« Julia! Julia! Julia, mon amour! Julia! »

For a moment he had had an overwhelming hallucination of her presence.
Pendant un moment, il avait eu l’hallucination écrasante de sa présence. She had seemed to be not merely with him, but inside him.
Elle avait semblé être non seulement avec lui, mais en lui.
It was as though she had got into the texture of his skin.
C’était comme si elle était entrée dans la texture de sa peau.
In that moment he had loved her far more than he had ever done when they were together and free.
À ce moment-là, il l’avait beaucoup plus aimée qu’il ne l’avait jamais était lorsqu’ils étaient ensemble et libres.
Also he knew that somewhere or other she was still alive and needed his help.
Il savait aussi que quelque part, elle était encore en vie et avait besoin de son aide.

He lay back on the bed and tried to compose himself.
Il se rallongea sur le lit et essaya de se reprendre.
What had he done?
Qu’avait-il fait ?
How many years had he added to his servitude by that moment of weakness?
Combien d’années avait-il ajouté à sa servitude par ce moment de faiblesse ?

Part 3, Chapter 4
Troisième partie,  Chapitre 4

************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

EMBRASSER – Poème de Marina Tsvétaïeva – Марина Ивановна Цветаева – 1915 – В лоб целовать

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Par-Pierre-Choumoff.jpg.
Marina Tsvétaïeva – photo de Pierre Choumoff ( Пётр Ива́нович Шу́мов )

Marina Ivanovna Tsvetaïeva
Марина Ивановна Цветаева

poétesse russe
русская поэтесса
Moscou 26 septembre 1892 – Ielabouga 31 août 1941
26 сентября 1892, Москва — 31 августа 1941, Елабуга

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1911-Photo-de-Maximilian-Voloshin-801x1024.jpeg.

____________________________________________

EMBRASSER
1917
В лоб целовать
____________________________________________

 Gustav Klimt, le baiser

******

В лоб целовать — заботу стереть.
Embrasser le front – supprimer les soucis.
В лоб целую.
J’embrasse le front.

*

В глаза целовать — бессонницу снять.
Embrasser les yeux – supprimer l’insomnie.
В глаза целую.
J’embrasse les yeux.

*

В губы целовать — водой напоить.
Embrasser les lèvres – donner à boire.
В губы целую.
J’embrasse les lèvres.

*

В лоб целовать — память стереть.
Embrasser le front – effacer la mémoire.
В лоб целую.
J’embrasse le front.

**

5 июня 1917
5 juin 1917

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2.png.

__________________________________________
Poésie de Marina Tsvétaïéva
Поэзия Марины Чветаевой

__________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est En-1924.jpg.
Marina Tsvétaïeva en 1924
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

BEAUTY KHALIL GIBRAN LA BEAUTE PROPHET XXV

BEAUTY Khalil Gibran The Prophet
Sur La Beauté

The Prophet XXV
BEAUTY KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898



جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET XXV
 BEAUTY
LA BEAUTE

1923


*

beauty-khalil-gibran-artgitato-la-beaute-gustav-klimt-le-baiserGustav Klimt
Le Baiser
1906-1908
Galerie Österreichische, Vienne

*

BEAUTY KHALIL GIBRAN

And a poet said, « Speak to us of Beauty. »
Et le poète demanda : « Parle-nous de la Beauté. »

And he answered, saying:
Et il répondit en disant :

Where shall you seek beauty, and how shall you find her unless she herself be your way and your guide?
Où allez-vous chercher la beauté, et comment allez-vous la trouver, si elle-même n’est votre chemin et votre guide ?
Et comment parlerez-vous d’elle, si elle n’est le fil qui tisse vos paroles ?

And how shall you speak of her except she be the weaver of your speech?
Et comment allez-vous parler de la beauté, si elle-même n’est pas le tisserand de votre discours ?

The aggrieved and the injured say, « Beauty is kind and gentle.
Ceux qui sont injuriés et blessés disent : «La beauté est bonne et douce.

Like a young mother half-shy of her own glory she walks among us. »
Comme une jeune mère à moitié intimidée par sa propre gloire qui marche parmi nous « .

And the passionate say, « Nay, beauty is a thing of might and dread.
Et ceux qui sont passionnés disent : «Non, la beauté est une chose qui vient de la force et de la peur.

Like the tempest she shakes the earth beneath us and the sky above us. »
Comme la tempête elle secoue la terre sous nos pieds et le ciel au-dessus de nous « .

The tired and the weary say, « Beauty is of soft whisperings. She speaks in our spirit.
Ceux qui sont fatigués disent : «La beauté se compose de doux chuchotements. Elle parle dans notre esprit.

Her voice yields to our silences like a faint light that quivers in fear of the shadow. »
 Sa voix cède à nos silences comme une faible lumière qui tressaille dans la peur de l’ombre « .

But the restless say, « We have heard her shouting among the mountains,
Mais les inquiets disent : «Nous avons entendu des cris dans les montagnes,

And with her cries came the sound of hoofs, and the beating of wings and the roaring of lions. »
Et avec ces cris, arrivent le bruit des sabots, le battement des ailes et le rugissement des lions « .

At night the watchmen of the city say, « Beauty shall rise with the dawn from the east. »
La nuit, les gardiens de la ville disent :  «La beauté se lèvera, à l’aube, de l’est. »

And at noontide the toilers and the wayfarers say, « We have seen her leaning over the earth from the windows of the sunset. »
Et à midi,  les travailleurs et les passants disent : « Nous avons vu la beauté se pencher sur la terre depuis les fenêtres du coucher du soleil. »

In winter say the snow-bound, « She shall come with the spring leaping upon the hills. »
En hiver, ceux qui sont recouverts de neige disent : «Elle arrivera avec le printemps sautant sur les collines. »

And in the summer heat the reapers say, « We have seen her dancing with the autumn leaves, and we saw a drift of snow in her hair. »
Et dans la chaleur de l’été, les moissonneurs disent : « Nous avons vu la beauté danser avec les feuilles d’automne, et nous l’avons vue avec de la neige dans ses cheveux. »

All these things have you said of beauty.
Toutes ces choses, vous les dites de la beauté.

Yet in truth you spoke not of her but of needs unsatisfied,
Pourtant, en vérité, vous n’avez pas parlé d’elle, mais de vos besoins non satisfaits,

And beauty is not a need but an ecstasy.
Et la beauté est pas un besoin mais une extase.

It is not a mouth thirsting nor an empty hand stretched forth,
Elle n’est pas une bouche assoiffée, ni une main vide tendue,

But rather a heart enflamed and a soul enchanted.
Mais plutôt un cœur enflammé et une âme enchantée.

It is not the image you would see nor the song you would hear,
Elle n’est pas l’image de ce que vous souhaitez voir, ni la chanson que vous voulez entendre,

But rather an image you see though you close your eyes and a song you hear though you shut your ears.
Mais plutôt une image que vous voyez si vous fermez vos yeux et une chanson que vous entendez si vous bouchez vos oreilles.

It is not the sap within the furrowed bark, nor a wing attached to a claw,
Elle n’est pas la sève à l’intérieur sous l’écorce ridée, ni une aile attachée à une griffe,

But rather a garden for ever in bloom and a flock of angels for ever in flight.
Mais plutôt un jardin éternellement en fleurs et un groupe d’anges à jamais en vol.

People of Orphalese, beauty is life when life unveils her holy face.
Gens d’Orphalese, la beauté est la vie quand la vie dévoile son saint visage.

But you are life and you are the veil.
Mais vous êtes la vie et vous êtes le voile.

Beauty is eternity gazing at itself in a Mirror.
La beauté est l’éternité se contemplant dans un miroir.

But you are eternity and you are the mirror.
Mais vous êtes l’éternité et vous êtes le miroir.

******

BEAUTY KHALIL GIBRAN
Sur la Beauté