Archives par mot-clé : géorgie

Cathédrale de Svétitskhovéli სვეტიცხოვლის საკათედრო ტაძარი – სვეტიცხოველი MTSKHETA – მცხეთა

*****
Cathédrale de Svétitskhovéli
სვეტიცხოვლის საკათედრო ტაძარი
სვეტიცხოველი

MTSKHETA – მცხეთა

*

Cathédrale de Svétitskhovéli MTSKHETA - მცხეთა
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Cathédrale de Svétitskhovéli MTSKHETA - მცხეთა

____________________________________________________________





MTSKHETA
მცხეთა
Cathédrale de Svétitskhovéli
სვეტიცხოვლის საკათედრო ტაძარი სვეტიცხოველი

XIe siècle


________________________

******

*****
Cathédrale de Svétitskhovéli
სვეტიცხოვლის საკათედრო ტაძარი
სვეტიცხოველი

MTSKHETA – მცხეთა

*

Cathédrale de Svétitskhovéli MTSKHETA - მცხეთა
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Cathédrale de Svétitskhovéli MTSKHETA - მცხეთა

Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები

    *****
LES ARTISTES GEORGIENS
ქართველი მხატვრები
LES SCULPTEURS GEORGIENS
ქართველი მოქანდაკეები

Sculpteurs Géorgiens
Zurab Tsereteli – LE MONUMENT DE SAINT GEORGES -PLACE DE LA LIBERTE -TBILISSI -თავისუფლების მოედანი – თბილისი

 

LES ARTISTES GEORGIENS : Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

LES ARTISTES GEORGIENS : Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები

____________________________________________________________


LES ARTISTES GEORGIENS
ქართველი მხატვარი
[kartveli mkhat’vari]
ქართველი მოქანდაკეები
LES SCULPTEURS GEORGIENS


____________________________________________________________

**

ელგუჯა ამაშუკელი
ELGUJA AMASHUKELI

LA MERE DES GEORGIENS
ბარელიეფი « თბილისის 1500 წელი »
1500 ans de Tbilissi
1958
TBILISSI

LES ARTISTES GEORGIENS : Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები

***

ბიძინა გიორგის  ავალიშვილი
Bidzina George AVALISHVILI

დ. 30 აგვისტო, 1922, თბილისი — გ. 2002
30 août 1922 – 2002
LES ARTISTES GEORGIENS : Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
ბიძინა გიორგის ავალიშვილი – Bidzina George AVALISHVILI  buste d’Akaki Shanidze – Université d’Etat de Tbilissi – Jardin
Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
ბიძინა გიორგის ავალიშვილი – Bidzina George AVALISHVILI buste du linguiste აკაკი შანიძე AKAKI SHANIDZE – Université d’Etat de Tbilissi – Jardin

***

კარლო ბაკურაძე
Karlo BAKURADZE
კარლო ნიკოლოზის ძე ბაკურაძე

დ. 14 იანვარი, 1927,თბილისი
Né le 14 janvier 1927 à Tbilissi
Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
Buste par Karlo Bakuradze de გიორგი ჩუბინაშვილი GIORGI CHUBINASHVILI Historien de l’art – Université d’Etat de Tbilissi – Jardin

***

მერაბ ბერძენიშვილი
MERAB BERDJENISHVILI

დ. 10 ივნისი, 1929, თბილისი — გ. 17 სექტემბერი, 2016, სტამბოლი, თურქეთი
Né le 10 juin 1929 Tbilissi – 17 septembre 2016 Istanbul (Turquie)

Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
მერაბ ბერძენიშვილი, MERAB BERDJENISHVILI, ტორსი,Torsi, TORSE, TORSO, 1977

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI
TBILISSI
შოთა რუსთაველი

Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
მერაბ ბერძენიშვილი, MERAB BERDJENISHVILI – Monument Shota Rustaveli – Tbilissi

****

დავით ბოლქვაძე
David BOLKVADZE
Davit BOLKVADZE
დაიბადა 1955 წელს
Né en 1955

Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
დავით ბოლქვაძე – David BOLKVADZE -ტორსი – TORSE – TORSO – 2014 – Adjara Art Museum

****

დიმიტრი ჩიკვაიძე
DIMITRI CHIVKVAIDZE
Né en 1951

Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები
დიმიტრი ჩიკვაიძე – DIMITRI CHIVKVAIDZE – ერთიანობის – UNITE -UNITY 1990

 ****




****

SCULPTEURS GEORGIENS

****

თენგიზ ღვინიაშვილი
Tengiz GHVINIASHVILI

1 სექტემბერი, 1925 – 2007
1er septembre 1925-2007
თენგიზ ღვინიაშვილი – Tengiz GHVINIASHVILI – Jardin de l’Université d’Etat de Tbilissi – monument Ivan Javakhishvili ივანე ჯავახიშვილი

***

დავით გოგიჩაიშვილია
DAVID GOGICHAISHVILI
Davit Gogichaishvili
LA FONTAINE DE COLCHIDE DE KOUTAÏSSI კოლხეთის შადრევანი

****

კარლო გრიგოლია
KARLO GRIGOLA
1927-2014

კარლო გრიგოლია – KARLO GRIGOLLA – ჭაბუკის პორტრეტი – Chabukis Portreti
PORTRAIT DE JEUNE GARCON –  YOUTH’S PORTRAIT –  1971Georgian National Museum D. Shevernadze National Gallery საქართველოს ეროვნული მუზეუმი დ. შევარდნაძის ეროვნული გალერეა –




****

მარინა ივანიშვილი
MARINA IVANISHVILI
Née en 1952

მარინა ივანიშვილი – MARINA IVANISHVILI- ტორსი – TORSE -TORSO – 1987 – D. Shevernadze National Gallery – საქართველოს ეროვნული მუზეუმი

****

LA STATUE DE MEDEE à BATUMI
მედეა
SCULPTURE DE DAVID KHMALADZE
დავით ხმალაძე
Davit Khmaladze

****

TAMARA KVESITADZE
BATUMI
თამარ კვესიტაძე
ALI & NINO
MAN and WOMAN 
2007

****

ალექსანდრე მაღლაკელიძე
ALEXANDRE MAGLAKELIDZE
Né en 1946

ალექსანდრე მაღლაკელიძე – ALEXANDRE MAGLAKELIDZE – იკაროსი -ICARE -ICAROS 1984

****

ლევან მჭედლიძე
Levan MCHEDLIDZE

Sculpture par ლევან მჭედლიძე Levan MCHEDLIDZE du linguiste Géorgien Ioseb Kipshidze იოსებ ყიფშიძე dans la Cour de l’Université d’Etat de Tbilissi

***

 სიმონ – ვაჟა მელიქიშვილი
Simon Vazha MELIKISHVILI

LE DEUIL

****

მიქატაძე დიმიტრი (ჯუნა)
Dimitri MIKATADZE
1932–2005

Monument Ioane Petritsi იოანე პეტრიწის მონუმენტი Philosohe Géorgien du XIIe siècle – Statue érigée en 1995 sur la Rue Nikoloz Baratashvili à Tbilissi ნიკოლოზ ბარათაშვილის ქუჩა.

 

****

 ავთანდილ მონასელიძე
Avtandil MONASELIDZE
né en 1947

BERIKAOBA
ბერიკაობა
LA RONDE EFFRENEE

****

დავით მონავარდისაშვილი
David MONAVARDISASHVILI
Davit Monavardisashvili
né en 1959

Le grand enchanteur




****

იაკობ ნიკოლაძე
Iakob NIKOLADZE – Jakob NIKOLADZE

დ. 28 მაისი 1876, ქუთაისი — გ. 10 მარტი, 1951, თბილისი
28 mai 1876 Koutaïssi – 10 mars 1951 Tbilissi
Sculpture du chimisite პეტრე გრიგოლის ძე მელიქიშვილი PIERRE MELIKISHVILI par იაკობ ნიკოლაძე Iakob NIKOLADZE Université d’Etat de Tbilissi – Jardin

***

გიორგი ოჩიაური
Giorgi OCHIAURI

დ. 10 იანვარი, 1927, შუაფხო, დუშეთის რაიონი — გ. 18 ოქტომბერი, 2017
10 janvier 1927 Shuapkho – 18 octobre 2017
გიორგი ოჩიაური – Giorgi OCHIAURI buste de გიორგი წერეთელი Giorgi TSERETELI dans les Jardins de l’université d’Etat de Tbilissi
გიორგი ოჩიაური Giorgi OCHIAURI – Buste du psychologue et philosophe Géorgien დიმიტრი უზნაძე DIMITRI UZNADZE – Université d’Etat de Tbilissi – Jardin

გიორგი ოჩიაური Giorgi OCHIAURI – Buste du philologue et critique littéraire კეკელიძე კორნელი Korneli Kekelidze – Université d’Etat de Tbilissi – Jardin

***

EDOUARD SHANARO
ედუარდ შანარო
Eduard Shakhnazarov
ედუარდ შახნაზაროვი
Né en 1959
 L’érotisme en tension

EDOUARD SHANARO - Eduard Shakhnazarov - L'érotisme en tension

***

GIORGI SHKHVATSABAIA
გიორგი შხვაცაბაია
LES DRAPEAUX FLOTTANTS – 1988 –  დროშები ჩქარა

****

IRAKLI TSULADZE
წულაძე ირაკლი

 LE LAMPISTE
2008
Tbilissi – Tbilisi

გაზაფხულის ხმა
L’AIR DU PRINTEMPS
Monument Sound of Spring
ცეკვის და მუსიკის შადრევანი
LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE
1973
Dancing and Music Fountain

**

LEVAN VARDOSANIDZE
ლევან ვარდოსანიძე
Né en 1957

DJ
2011

***

LES PEINTRES GEORGIENS

artgitato.com/les-artistes-georgiens-peintres-georgiens-peintres-georgiens/

*****

MUSEES EN GEORGIE

******

BATUMI
MUSEE D’ART D’ADJARA
აჭარის ხელოვნების მუზეუმი
Acharis Khelovnebis Muzeumi
State Art Museum of Adjara
Adjara Art Museum

*****

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

****
LES SCULPTEURS GEORGIENS
ქართველი მოქანდაკეები

 

LES ARTISTES GEORGIENS : Les Sculpteurs Géorgiens- ქართველი მოქანდაკეები

TRIOLET SENTIMENTAL- POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI – ვალერიან გაფრინდაშვილი

***
Peinture de David Maisashvili დავით მაისაშვილი Brouillard Fog 1991 – 101×75 – Tbilissi
POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI
ვალერიან გაფრინდაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI - ვალერიან გაფრინდაშვილი
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI - ვალერიან გაფრინდაშვილი

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

VALERIAN GAPRINDASHVILI
ვალერიან გაფრინდაშვილი

21 décembre 1888 – 31 janvier 1941
21 დეკემბერი, 1888 – 31 იანვარი, 1941

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

TRIOLET SENTIMENTAL
სენტიმენტალური ტრიოლეტი
santimentaluri trioleti   

_______________________________________________________________

ვარ მოწყენილი, ვით ზამთარში ნაზი ბეღურა,
var mots’q’enili, vit zamtarshi nazi beghura,
Je suis triste, comme le doux moineau d’hiver,
ვით შემოდგომის ღამეებში თეთრი ვერსალი,
vit shemodgomis ghameebshi tetri versali,
dans la nuit d’automne, comme dans un Versailles blanc,
შენ სილამაზეს ჩემი ტრფობა ესაფეხურა.
shen silamazes chemi t’rpoba esapekhura.
Mon amour regarde le reflet de ta beauté.
   ვარ მოწყენილი ვით ზამთარში ნაზი ბეღურა.
var mots’q’enili vit zamtarshi nazi beghura.
Je suis triste, comme le doux moineau d’hiver,
მე განშორების ცივი თოვლი დიდხანს მეხურა.
me ganshorebis tsivi tovli didkhans mekhura.
enseveli par la neige glaciale de notre séparation.
ვტიროდი ხარბათ _ მარტოობით ნაალერსალი.
vt’irodi kharbat _ mart’oobit naalersali.
J’ai crié fort, j’ai crié solitaire.
ვარ მოწყენილი, ვით ზამთარში ნაზი ბეღურა,
var mots’q’enili, vit zamtarshi nazi beghura,
Je suis triste, comme le doux moineau d’hiver,
ვით შემოდგომს ღამეებში თეთრი ვერსალი.
vit shemodgoms ghameebshi tetri versali.
Comme un blanc Versailles dans une nuit d’automne.

საქართველოს აღმოჩენა

***
POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI
ვალერიან გაფრინდაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI - ვალერიან გაფრინდაშვილი
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

POEME GEORGIEN DE VALERIAN GAPRINDASHVILI - ვალერიან გაფრინდაშვილი

____________________________________________________________

 

LA TOUR DE L’HORLOGE TBILISSI & LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE რევაზ გაბრიაძე

   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
LA TOUR DE L’HORLOGE TBILISSI
&
LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE
რევაზ გაბრიაძე

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

LA TOUR DE L'HORLOGE TBILISSI & LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE რევაზ გაბრიაძე
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

LA TOUR DE L'HORLOGE TBILISSI & LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE რევაზ გაბრიაძე

**

____________________________________________________________

Cette horloge penchée a été créée par Rezo Gabriadze. La tour se dresse tout à côté de son théâtre.
Elle semble être une réminiscence des temps anciens, un vestige abandonné et sauvé des mains du temps. Mais cette horloge date de 2010 et est volontairement penchée, meurtrie, cassée, brisée en tous sens. Les étayages sur le côté renforcent notre méprise. L’horloge marque le temps et rien ne résiste aux ravages du temps. Comme le disait Shakespeare : O, how shall summer’s honey breath hold out  Oh ! comment le souffle de miel de l’été tiendrait-il Against the wrackful siege of batt’ring days,  Contre le siège dévastateur des jours en bataille, When rocks impregnable are not so stout,  Quand les rochers imprenables ne sont jamais assez colossaux, Nor gates of steel so strong, but Time decays?
Ni les portes d’acier si puissantes, désintégrés par les effets du Temps ?
Autant la créer cassée, puisque telle elle finira.

À la fin de chaque heure, l’ange  sort de la porte peinte et appelle… et, deux fois par jour, à midi et à dix-neuf heures, la tour devient le principal monument architectural de Tbilissi à l’instar de la grande horloge de Prague et les passants admirent pendant plus d’une minute, les poupées mécaniques, avec au menu une rencontre, un mariage, des enfants et la mort.

*****

Devant son front chargé de rides
Soudain nos yeux se sont baissés ;
Nous voyons à ses pieds rapides
La poudre des siècles passés.
À l’aspect d’une fleur nouvelle
Qu’il vient de flétrir pour toujours,
Ah ! par pitié, lui dit ma belle,
Vieillard, épargnez nos amours !

Je n’épargne rien sur la terre,
Je n’épargne rien même aux cieux,
Répond-il d’une voix austère :
Vous ne m’avez connu que vieux.

Ce que le passé vous révèle
Remonte à peine à quelques jours.
Ah ! par pitié, lui dit ma belle,
Vieillard, épargnez nos amours !

Pierre-Jean de Béranger
Le Temps
Œuvres complètes de Béranger
H. Fournier
1839

Le passé n’est plus rien, que la Mort qui se vange,
De ne pouvoir du temps entrerompre le cours,
L’advenir n’a point d’estre, et par mille destours
Va, finet, décevant quiconque à luy se range.

Que si le temps plus long n’est autre qu’un instant,
A quoy vous sert, mortels, de vouloir vivre tant,
Sinon pour d’un instant allonger vostre vie ?

Antoine Favre
Les entretiens spirituels
Le temps n’est qu’un instant
Centurie I
Sonnet 64

AU TEMPS

Ô toi que le bonheur redoute,
Fatidique vieillard, seul ami du malheur,
Dieu qui portes la faux, éternel moissonneur,
Ô Temps ! — ma voix t’implore, écoute
Ce vœu, — le dernier vœu que doit gémir mon cœur.

           Hâte pour moi ton vol suprême ;
Des espoirs décevants moissonne en moi la fleur ;
Étouffe dans mon sein une implacable ardeur :
Fais que j’oublie autant que j’aime !
Détruis un lâche amour, ô divin destructeur !

Auguste Lacaussade
Au Temps
X
Insania
Alphonse Lemerre éditeur
1896
Poésies d’Auguste Lacaussade, tome 1

LES RAVAGES DU TEMPS

SONNET 65
SHAKESPEARE

Since brass, nor stone, nor earth, nor boundless sea
Ni le bronze, ni la pierre, ni la terre, ni la mer infinie
But sad mortality o’ersways their power,
Ne peuvent combattre contre la puissance de la triste mortalité,
How with this rage shall beauty hold a plea,
Comment, contre cette rage, la beauté pourrait-elle lutter,
Whose action is no stronger than a flower?
Quelle action engager, elle qui n’est pas plus forte qu’une fleur?

*

O, how shall summer’s honey breath hold out
Oh ! comment le souffle de miel de l’été tiendrait-il
Against the wrackful siege of batt’ring days,
Contre le siège dévastateur des jours en bataille,
When rocks impregnable are not so stout,
Quand les rochers imprenables ne sont jamais assez colossaux,
Nor gates of steel so strong, but Time decays?
Ni les portes d’acier si puissantes, désintégrés par les effets du Temps ?

*




*

O fearful meditation! where, alack,
Ô terrible méditation ! Hélas,
Shall Time’s best jewel from Time’s chest lie hid?
Comment voler le plus magnifique bijou de la poitrine du Temps ?
Or what strong hand can hold his swift foot back?
Ou quelle main forte peut retenir son pied agile et rapide ?

*

 Or who his spoil of beauty can forbid?
Comment lui interdire de toucher au butin de la beauté ?
O, none, unless this miracle have might,
Non ! rien n’y peut !  à moins qu’un miracle ne le puisse,
That in black ink my love may still shine bright.
Et fasse briller encore mon amour par l’encre noire !

Trad Jacky Lavauzelle

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS

 

   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
LA TOUR DE L’HORLOGE TBILISSI
&
LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE
რევაზ გაბრიაძე

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

LA TOUR DE L'HORLOGE TBILISSI & LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE რევაზ გაბრიაძე
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

LA TOUR DE L'HORLOGE TBILISSI & LE THEÂTRE DE REZO GABRIADZE რევაზ გაბრიაძე

**

 

 

L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია

L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI
St. Nicolas Church
წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo
République autonome d’Adjarie
აჭარის ავტონომიური რესპუბლიკა
Acharis Avtonomiuri Respublika 
L'EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI - St. Nicolas Church - წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
BATUMIბათუმი

******

L'EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI - St. Nicolas Church - წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

MEDEE BATUMI

A LA DECOUVERTE DE
BATUMI
ბათუმი

BATUMI – A LA DECOUVERTE DE BATUMI -ბათუმი – REPUBLIQUE AUTONOME D’ADJARIE აჭარის ავტონომიური რესპუბლიკა

____________________________________________

SAINT NICOLAS BATUMI
St. Nicolas Church
(Saint Nicholas Church in Batumi)
წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
Tsminda Nicolozis Eklesia

16 Rue Paranavaz Mepe
16 Parnavaz Mepe St, Batumi,
ფარნავაზ მეფის ქუჩა
ბათუმი

_____________________________________________
 En 1854, la décision a été prise de construire une église de grande envergure.
La construction de la cathédrale Saint Nicolas de Batoumi a débuté en 1865 et s’est terminée en 1871.
La première liturgie a eu lieu en 1871. Au cours de l’Union soviétique, l’église a cessé de fonctionner.
En 1946, l’église a été restaurée par le don de la paroisse orthodoxe et a restauré le sacerdoce.
Une deuxième étape des travaux de restauration a été réalisée entre 1998 et 1899.

Sur le mur ouest de l’église se trouve une pierre commémorative portant une inscription en grec : L’église grecque de Saint-Nicolas. La plaque précise la période de construction de Saint Nicolas entre 1865 et 1871

Εκκλησία του Αγίου Νικολάου
La plaque commémorative de Saint Nicolas Batumi écrite en grec
****
Vue de Saint Nicolas à partir de la პიაცა კაპიტალი Piazza Capital
**
Vue générale de l’Eglise de Saint Nicolas côté Rue Paranavaz Mepe ფარნავაზ მეფის ქუჩა
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია

L’EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI – St. Nicolas Church – წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია

**

SAINT NICOLAS
ÉVÊQUE ET CONFESSEUR
(6 décembre)

La légende de saint Nicolas a été écrite par des docteurs d’Argos, qui est une ville de la Grèce, et de là viendrait, d’après Isidore, le nom d’Argoliques donné aux Grecs. Et l’on dit aussi que cette légende a d’abord été écrite en grec par le patriarche Méthode, puis traduite en latin, avec de nombreuses additions, par le diacre Jean.

I

Nicolas, citoyen de la ville de Patras, était né de parents riches et pieux. Son père s’appelait Épiphane, sa mère Jeanne. Ses parents, après l’avoir enfanté dans la fleur de leur âge, s’abstinrent ensuite de tout contact charnel. Le jour même de sa naissance, Nicolas, comme on le baignait, se dressa et se tint debout dans la baignoire ; et, durant toute son enfance il ne prenait le sein que deux fois par semaine, le mercredi et le vendredi. Dans sa jeunesse, évitant les plaisirs lascifs de ses compagnons, il fréquentait les églises, et retenait dans sa mémoire tous les passages des Saintes Écritures qu’il y entendait.

À la mort de ses parents, devenu très riche, il chercha un moyen d’employer ses richesses, non pour l’éloge des hommes, mais pour la gloire de Dieu. Or un de ses voisins, homme d’assez noble maison, était sur le point, par pauvreté, de livrer ses trois jeunes filles à la prostitution, afin de vivre de ce que rapporterait leur débauche. Dès que Nicolas en fut informé, il eut horreur d’un tel crime, et, enveloppant dans un linge une masse d’or, il la jeta, la nuit, par la fenêtre, dans la maison de son voisin, après quoi il s’enfuit sans être vu. Et le lendemain l’homme, en se levant, trouva la masse d’or : il rendit grâces à Dieu, et s’occupa aussitôt de préparer les noces de l’aînée de ses filles. Quelque temps après, le serviteur de Dieu lui donna, de la même façon, une nouvelle masse d’or. Le voisin, en la trouvant, éclata en grandes louanges, et se promit à l’avenir de veiller pour découvrir qui c’était qui venait ainsi en aide à sa pauvreté. Et comme, peu de jours après, une masse d’or deux fois plus grande encore était lancée dans sa maison, il entendit le bruit qu’elle fit en tombant. Il se mit alors à poursuivre Nicolas, qui s’enfuyait, et à le supplier de s’arrêter, afin qu’il pût voir son visage. Il courait si fort qu’il finit par rejoindre le jeune homme, et put ainsi le reconnaître. Se prosternant devant lui, il voulait lui baiser les pieds ; mais Nicolas se refusa à ses remerciements, et exigea que, jusqu’à sa mort, cet homme gardât le secret sur le service qu’il lui avait rendu.

II

Après cela, l’évêque de le ville de Myre étant mort, tous les évêques de la région se réunirent afin de pourvoir à son remplacement. Il y avait parmi eux un certain évêque de grande autorité, de l’avis duquel dépendait l’opinion de tous ses collègues. Et cet évêque, les ayant tous exhortés à jeûner et à prier, entendit dans la nuit une voix qui lui disait de se poster le matin à la porte de l’église, et de consacrer comme évêque le premier homme qu’il verrait y entrer. Aussitôt il révéla cet avertissement aux autres évêques, et s’en alla devant la porte de l’église. Or, par miracle, Nicolas, envoyé de Dieu, se dirigea vers l’église avant l’aube, et y entra le premier. L’évêque, s’approchant de lui, lui demanda son nom. Et lui, qui était plein de la simplicité de la colombe, répondit en baissant la tête : « Nicolas, serviteur de Votre Sainteté. » Alors les évêques, l’ayant revêtu de brillants ornements, l’installèrent dans le siège épiscopal. Mais lui, dans les honneurs, conservait toujours son ancienne humilité et la gravité de ses mœurs ; il passait ses nuits en prières, macérait son corps, fuyait la société des femmes ; et il était humble dans son accueil, efficace dans sa parole, actif dans ses conseils, sévère dans ses réprimandes. – Une chronique rapporte aussi que saint Nicolas prit part au Concile de Nicée.

III

Un jour, des matelots, se trouvant en péril sur la mer, prièrent ainsi avec des larmes : « Nicolas, serviteur de Dieu, si ce que l’on nous a dit de toi est vrai, fais que nous l’éprouvions à présent ! » Aussitôt quelqu’un apparut devant eux, qui avait la figure du saint, et qui leur dit : « Vous m’avez appelé, me voici ! » Et il se mit à les aider, avec les voiles et les câbles et les autres agrès du bateau ; et, sur-le-champ, la tempête cessa. Ainsi sauvés, ces matelots rentrèrent dans l’église où était Nicolas ; et ils le reconnurent de suite, bien qu’ils ne l’eussent jamais vu. Alors ils le remercièrent de leur délivrance ; mais il leur dit d’en remercier Dieu, le mérite n’en pouvant être attribué qu’à la miséricorde divine et à leur propre foi.

IV

En un certain temps, toute la province du diocèse de saint Nicolas fut frappée d’une terrible famine, à tel point que personne n’avait rien à manger. Là-dessus l’homme de Dieu apprend que des vaisseaux, chargés de grains, stationnent dans le port. Il s’y rend aussitôt et demande aux gens de l’équipage de venir en aide aux affamés, ne serait-ce qu’en leur abandonnant cent muids de grain par vaisseau. Mais eux : « Père, nous ne l’osons pas, car notre cargaison a été mesurée à Alexandrie, et nous devons la livrer tout entière aux greniers impériaux ! » Le saint leur, répondit : « Faites pourtant ce que je vous dis, et je vous promets, au nom de Dieu, que les douaniers impériaux ne trouveront aucune diminution dans votre cargaison ! » Et ces hommes firent ainsi ; et, lorsqu’ils furent arrivés à leur destination, ils livrèrent aux greniers impériaux la même quantité de grain qui avait été mesurée à Alexandrie. Ils virent le miracle, le publièrent, et glorifièrent Dieu dans la personne de son serviteur. Or le blé dont ils s’étaient dessaisis fut distribué par Nicolas suivant les besoins de chacun, et de façon si miraculeuse, que non seulement il suffit pendant deux ans à nourrir la région, mais qu’il put encore servir à d’abondantes semailles.

V

Cette région avait autrefois adoré les idoles ; et, au temps même de saint Nicolas, des paysans avaient gardé la coutume de pratiquer certains rites païens, sous un arbre consacré à Diane. Pour mettre fin à cette idolâtrie, le saint fit couper cet arbre. Alors le démon, furieux, prépara une huile contre nature qui avait la propriété de brûler dans l’eau et sur les pierres. Puis, prenant la forme d’une religieuse, il monta dans une barque, accosta des pèlerins qui naviguaient vers saint Nicolas, et leur dit : « Je regrette de ne pas pouvoir vous accompagner auprès du saint homme. Veuillez du moins, en souvenir de moi, enduire de cette huile les murs de son église et de sa maison ! » Mais voici que, la barque du démon s’étant éloignée, les pèlerins virent s’approcher d’eux une autre barque où était Nicolas. Et celui-ci leur dit : « Cette femme, que vous a-t-elle dit et que vous a-t-elle donné ? » Les pèlerins lui racontèrent ce qui s’était passé. Alors il leur dit : « Cette femme n’est pas une religieuse mais l’impudique Diane elle-même ; et, si vous en voulez une preuve, jetez son huile à la mer ! » À peine l’eurent-ils jetée qu’elle s’enflamma, ce qui prouvait bien son caractère contre nature. Et la seconde barque alors disparut ; mais, quand les pèlerins entrèrent dans l’église de saint Nicolas, ils reconnurent en lui l’homme qui la montait.

VI

Certaine nation s’étant révoltée contre l’empire romain, l’empereur envoya contre elle trois princes, Népotien, Ours, et Apilion. Ceux-ci, arrêtés en chemin par un vent contraire, firent relâche dans un port du diocèse de saint Nicolas. Et le saint les invita à dîner chez lui, voulant préserver son peuple de leurs rapines. Or, en l’absence du saint, le consul, s’étant laissé corrompre à prix d’argent, avait condamné à mort trois soldats innocents. Dès que le saint l’apprit, il pria ses hôtes de l’accompagner, et, accourant avec eux sur le lieu où devait se faire l’exécution, il trouva les trois soldats déjà à genoux et la face voilée, et le bourreau brandissant déjà son épée au-dessus de leurs têtes. Aussitôt Nicolas, enflammé de zèle, s’élance bravement sur ce bourreau, lui arrache l’épée des mains, délie les trois innocents, et les emmène, sains et saufs, avec lui. Puis il court au prétoire du consul, et en force la porte, qui était fermée. Bientôt le consul vient le saluer avec empressement. Mais le saint lui dit, en le repoussant : « Ennemi de Dieu, prévaricateur de la loi, comment oses-tu nous regarder en face, tandis que tu as sur la conscience un crime si affreux ? » Et il l’accabla de reproches, mais, sur la prière des princes, et en présence de son repentir, il consentit à lui pardonner. Après quoi les messagers impériaux, ayant reçu sa bénédiction, poursuivirent leur route, et soumirent les révoltés sans effusion de sang ; et ils revinrent alors vers l’empereur, qui leur fit un accueil magnifique.

Mais quelques-uns des courtisans, jaloux de leur faveur, corrompirent le préfet impérial, qui, soudoyé par eux, accusa ces trois princes, devant son maître, du crime de lèse-majesté. Aussitôt l’empereur, affolé de colère, les fait mettre en prison et ordonne qu’on les tue, la nuit, sans les interroger. Informés par leur gardien du sort qui les attend, les trois princes déchirent leurs manteaux et gémissent amèrement ; mais soudain, l’un d’eux, à savoir Népotien, se rappelant que le bienheureux Nicolas a naguère sauvé de la mort, en leur présence, trois innocents, exhorte ses compagnons à invoquer son aide.

Et en effet, sur leur prière, saint Nicolas apparut cette nuit-là à l’empereur Constantin, lui disant : « Pourquoi as-tu fait arrêter injustement ces princes, et les as-tu condamnés à mort tandis qu’ils sont innocents ? Hâte-toi de te lever et fais-les remettre en liberté au plus vite ! Sinon, je prierai Dieu qu’il te suscite une guerre où tu succomberas, et tu seras livré en pâture aux bêtes ! » Et l’empereur : « Qui es-tu donc, toi qui, entrant la nuit dans mon palais, oses me parler ainsi ? » Et lui : « Je suis Nicolas, évêque de la ville de Myre. » Et le saint se montra de la même façon au préfet, qu’il épouvanta en lui disant : « Insensé, pourquoi as-tu consenti à la mise à mort de trois innocents ? Va vite travailler à les faire relâcher ! Sinon, ton corps sera mangé de vers et ta maison aussitôt détruite. » Et le préfet : « Qui es-tu donc, toi qui me fais de telles menaces ? » Et lui : « Sache, dit-il, que je suis Nicolas, évêque de la ville de Myre ! »

L’empereur et le préfet, s’éveillant, se firent part l’un à l’autre de leur songe, et s’empressèrent de mander les trois prisonniers. « Êtes-vous sorciers, leur demanda l’empereur pour nous tromper par de semblables visions ? » Ils répondirent qu’ils n’étaient point sorciers, et qu’ils étaient innocents du crime qu’on leur reprochait. Alors l’empereur : « Connaissez-vous, leur dit-il, un homme appelé Nicolas ? » Et eux, en entendant ce nom, levèrent les mains au ciel, et prièrent Dieu que, par le mérite de saint Nicolas, il les sauvât du péril où ils se trouvaient. Et lorsque l’empereur eut appris d’eux la vie et les miracles du saint, il leur dit : « Allez et remerciez Dieu, qui vous a sauvés sur la prière de ce Nicolas ! Mais rendez-lui compte de ma conduite, et portez-lui des présents de ma part ; et demandez-lui qu’il ne me fasse plus de menaces, mais qu’il prie Dieu pour moi et pour mon empire ! » Quelques jours après, les princes vinrent trouver le serviteur de Dieu, et, se prosternant devant lui, et l’appelant le véritable serviteur de Dieu, ils lui racontèrent en détail ce qui s’était passé. Et lui, levant les mains au ciel, il loua Dieu, et renvoya les trois princes chez eux, après les avoir bien instruits des vérités de la foi.

VII

Lorsque le Seigneur voulut rappeler à lui saint Nicolas, celui-ci le pria de lui envoyer ses anges ; et, en voyant venir les anges, il baissa la tête et récita le psaume : In te, Domine, speravi, etc. Puis il rendit l’âme au bruit d’une musique céleste. Cela eut lieu en l’an du Seigneur 313. Il fut enseveli dans une tombe de marbre ; et de sa tête se mit à couler une source d’huile et de ses pieds une source d’eau ; aujourd’hui encore une huile sainte sort de ses membres, qui apporte la santé à bien des malades. Cette huile cessa un jour de couler : cela se produisit lorsque le successeur de saint Nicolas, qui était un homme excellent, se vit chassé de son siège par des envieux. Mais dès que l’évêque fut réinstallé sur son siège, l’huile se remit aussitôt à couler. Longtemps après, les Turcs détruisirent la ville de Myre. Et comme quarante-sept soldats de la ville de Bari passaient par là, quatre moines leur ouvrirent la tombe de saint Nicolas : ils prirent ses os, qui nageaient dans l’huile, et les transportèrent dans la ville de Bari, en l’an du Seigneur 1087.

VIII

Certain homme avait emprunté de l’argent à un Juif, en lui jurant, sur l’autel de saint Nicolas, de le lui rendre aussitôt que possible. Et comme il tardait à rendre l’argent, le Juif le lui réclama : mais l’homme lui affirma le lui avoir rendu. Il fut traîné devant le juge, qui lui enjoignit de jurer qu’il lui avait rendu l’argent. Or l’homme avait mis tout l’argent de sa dette dans un bâton creux, et, avant de jurer, il demanda au Juif de lui tenir son bâton. Après quoi il jura qu’il avait rendu son argent. Et, là-dessus, il reprit son bâton, que le Juif lui restitua sans le moindre soupçon de sa ruse. Mais voilà que le fraudeur, rentrant chez lui, s’endormit en chemin et fut écrasé par un chariot, qui brisa en même temps le bâton rempli d’or. Ce qu’apprenant, le Juif accourut : mais bien que tous les assistants l’engageassent à prendre l’argent, il dit qu’il ne le ferait que si, par les mérites de saint Nicolas, le mort était rendu à la vie : ajoutant que lui-même, en ce cas, recevrait le baptême et se convertirait à la foi du Christ. Aussitôt le mort revint à la vie ; et le Juif reçut le baptême.

Un autre Juif, voyant le pouvoir qu’avait saint Nicolas d’opérer des miracles, plaça dans sa maison une image de ce saint. Et lorsqu’il avait à sortir pour quelque longue absence, il disait à l’image : « Nicolas, je te confie la garde de mes biens ; que si tu ne veilles pas sur eux comme je l’exige, je me vengerai en te rouant de coups ! » Or un jour, en l’absence du Juif, des voleurs arrivent qui emportent tout, ne laissant que l’image. Et le Juif, lorsqu’il se voit dépouillé, dit à l’image : « Seigneur Nicolas, ne t’avais-je pas installé dans ma maison pour garder mes biens ? Pourquoi donc ne l’as-tu pas fait ? C’est toi qui paieras pour les voleurs ! Je vais te rouer de coups : cela refroidira ma rage ! » Et il se mit à frapper cruellement la statue. Alors le saint apparut aux voleurs, qui se partageaient les dépouilles du Juif, et leur dit : « Voyez comme j’ai été battu à cause de vous ! Mon corps en est encore tout bleu ! Allez vite rendre ce que vous avez pris : faute de quoi la colère de Dieu retombera sur vous et vous serez pendus. » Et les voleurs : « Qui es-tu donc, toi qui nous dis tout cela ? » Et lui : « Je suis Nicolas, serviteur du Christ ; et celui qui m’a mis en cet état est le Juif que vous avez volé. » Effrayés, ils courent chez le Juif lui racontent leur vision, apprennent de lui ce qu’il a fait à la statue, lui rendent tous ses biens, et rentrent dans la bonne voie, tandis que le Juif, de son côté, se convertit à la foi chrétienne.

Certain homme célébrait tous les ans, en grande sollennité, la fête de saint Nicolas, à l’intention de son fils, qui étudiait les belles-lettres. Or un jour, pendant le repas de la fête, le diable, vêtu en pèlerin, frappe à la porte et demande l’aumône. Le père ordonne aussitôt à son fils de porter une aumône au pèlerin ; et le jeune homme, ne trouvant plus le pèlerin devant la porte, le poursuit jusqu’à un carrefour, où le diable se jette sur lui et l’étrangle. Ce qu’apprenant, le père se lamente, ramène le corps dans sa maison, le place sur son lit, et s’écrie : « Saint Nicolas, est-ce donc ici la récompense des honneurs que je te rends depuis tant d’années ? » Et aussitôt l’enfant, comme se réveillant, ouvre les yeux et se remet sur ses pieds.

IX

Un noble avait prié saint Nicolas de lui faire obtenir un fils, promettant qu’en récompense il se rendrait avec son fils au tombeau du saint et lui offrirait un vase d’or. Le noble obtient un fils et fait faire un vase d’or. Mais ce vase lui plaît tant qu’il le garde pour lui-même et, pour le Saint, en fait faire un autre d’égale valeur. Puis il s’embarque avec son fils pour se rendre au tombeau du saint. En route le père ordonne à son fils d’aller lui prendre de l’eau dans le vase qui d’abord avait été destiné à saint Nicolas. Aussitôt le fils tombe dans la rivière et se noie. Mais le père, malgré toute sa douleur, n’en poursuit pas moins son voyage. Parvenu dans l’église de saint Nicolas, il pose sur l’autel le second vase ; au même instant une main invisible le repousse avec le vase, et le jette à terre : l’homme se relève, s’approche de nouveau de l’autel, est de nouveau renversé. Et voilà qu’apparaît, au grand étonnement de tous, l’enfant qu’on croyait noyé. Il tient en main le premier vase, et raconte que, dès qu’il est tombé à l’eau, saint Nicolas est venu le prendre, et l’a conservé sain et sauf. Sur quoi le père, ravi de joie, offre les deux vases à saint Nicolas.

Un homme riche avait obtenu, grâce à l’intercession de saint Nicolas, un fils qu’il avait appelé Dieudonné. Aussi avait-il construit, en l’honneur du saint, une chapelle dans sa maison, où il célébrait solennellement sa fête tous les ans. Or un jour Dieudonné est pris par la tribu des Agaréniens, et amené en esclavage au roi de cette tribu. L’année suivante, au jour de la Saint-Nicolas, l’enfant, pendant qu’il sert le roi, une coupe précieuse en main, se met à pleurer et à soupirer, en songeant à la douleur de ses parents, et en se rappelant la joie qu’ils éprouvaient naguère à la Saint-Nicolas. Le roi l’oblige à lui confesser la cause de sa tristesse ; puis, l’ayant apprise : « Ton Nicolas aura beau faire, tu resteras ici mon esclave ! » Mais au même instant un vent terrible s’élève, renverse le palais du roi, et emporte l’enfant avec sa coupe, jusqu’au seuil de la chapelle, où ses parents sont en train de célébrer la fête de saint Nicolas. – Mais, d’après d’autres auteurs, cet enfant aurait été de la Normandie, et aurait été ravi par le sultan ; et comme celui-ci, le jour de la Saint-Nicolas, après l’avoir battu, l’avait jeté en prison, voici que l’enfant s’endormit et, à son réveil, se trouva ramené dans la chapelle de ses parents.

Jacques de Voragine
La Légende dorée
CHAPITRE III – SAINT NICOLAS
(1261-1266)
Traduction par T. de Wyzewa.
Perrin et Cie, 1910

*********
GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo
République autonome d’Adjarie
აჭარის ავტონომიური რესპუბლიკა
Acharis Avtonomiuri Respublika 
L'EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI - St. Nicolas Church - წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია
BATUMIბათუმი

******

L'EGLISE DE SAINT NICOLAS BATUMI - St. Nicolas Church - წმინდა ნიკოლოზის ეკლესია

BROUILLARDS – POEME GEORGIEN de VAJA-PCHAVELA ვაჟა ფშაველა – 1886 – ხევზედ მიდიან ნისლები

******

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

***
OTAR CHKHARTISHVILI – ოთარ ჩხარტიშვილი – Ma cour – My Yard – Différentes saisons – Tbilissi
POEME GEORGIEN DE VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

poème géorgien Vaja-Pchavela
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

poème géorgien vaja-pchavela

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა

 26 juillet 1861 – 10 juillet 1915
26 ივლისი, 1861 – 10 ივლისი, 1915

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

BROUILLARDS
ხევზედ მიდიან ნისლები
1886

_______________________________________________________

ხევზედ მიდიან ნისლები,
khevzed midian nislebi,
Les brouillards se jettent sur le ravin,
გაჩქარებულნი, მღერითა.
gachkarebulni, mgherita.
Sifflant et chantant.
როგორ ხარობენ ტივლები,
rogor kharoben t’ivlebi,
Comme s’ils se réjouissaient,
რომ მიწას ჰფარვენ ბნელითა!
rom mits’as hparven bnelita!
De couvrir la terre de ténèbres !

ვეღარას ვხედავ ბეჩავი,
vegharas vkhedav bechavi,
Je marche aveuglément,
გამიქრენ წვერნი მთისანი;
gamikren ts’verni mtisani;
Dans cette montagne disparue ;
ვაჰმე, ვეღარა მწვდებიან
vahme, veghara mts’vdebian
Les rayons se sont perdus
სათბობლად სხივნი მზისანი.
satboblad skhivni mzisani.
D’un soleil évanescent.

ბარემ მეც ჩამთქით, ნისლებო,
barem mets chamtkit, nislebo,
Venez, brouillards, venez
დამნაცრეთ, დამაფერფლეთო,
damnatsret, damaperpleto,
Que je disparaisse, que je m’efface,
თვალნი დამთხარეთ, გულისაც
tvalni damtkharet, gulisats
Rien devant les yeux, rien dans le coeur
სადილი გაიკეთეთო.
sadili gaik’eteto.
Venez me dévorer.

სად მიხვალ, სადა, ყორანო,
sad mikhval, sada, q’orano,
Où vas-tu corbeau joliment
შენ მაინც შამიბრალია,
shen maints shamibralia,
Crassant gaiment
  მიამხანაგე, გენაცვლე,
miamkhanage, genatsvle,
Viens, ne m’oublie pas,
ყრანტალით გამახარია!..
q’rant’alit gamakharia!..
Viens près de moi que je t’écoute !

წავიდეთ, ერთად წავიდეთ,
ts’avidet, ertad ts’avidet,
Allons, allons ensemble,
მოვშორდეთ მშობელს მხარესა,
movshordet mshobels mkharesa,
Quittons la contrée de nos parents,
ნუღარ ვიხილავთ საყვარლის
nughar vikhilavt saq’varlis
Nous ne verrons plus mon adoré
ჩვენის ქვეყნისა მთა-ველსა.
chvenis kveq’nisa mta-velsa.
Pays aux majestueuses montagnes.

წავიდეთ, გადავიკარგნეთ.
ts’avidet, gadavik’argnet.
Allons, allons, partons.
დავსთელოთ სხვისნი არენი!
davstelot skhvisni areni!
Partons vers d’autres cieux !
ვანჩქლიოთ, ერთად ვანჩქლიოთ
vanchkliot, ertad vanchkliot
Dépêche-toi, ensemble nous verserons
ცრემლის წყარონი მწარენი.
tsremlis ts’q’aroni mts’areni.
Nos dernières larmes.

*****
POEME GEORGIEN DE VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

poème géorgien Vaja-Pchavela
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Poème de vaja-pchavela

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

POEME GEORGIEN de
VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა

 26 juillet 1861 – 10 juillet 1915
26 ივლისი, 1861 – 10 ივლისი, 1915

POEME GEORGIEN de VAJA-PCHAVELA ვაჟა ფშაველა : JE SUIS SUR UN BORD ET TOI DE L’AUTRE – გამოღმით მე ვარ, გაღმა – შენ

*****
Toile de Zurab Tsereteli au Moma de Tbilissi – Photo JL – Série Les insatiables de 2014

******

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

***
POEME DE VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

Vaja-Pchavela
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Poème de vaja-pchavela

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა

 26 juillet 1861 – 10 juillet 1915
26 ივლისი, 1861 – 10 ივლისი, 1915

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

JE SUIS SUR UN BORD ET TOI DE L’AUTRE
გამოღმით მე ვარ, გაღმა – შენ
1895

გამოღმით მე ვარ, გაღმა – შენ
gamoghmit me var, gaghma – shen
Je suis sur un bord et toi de l’autre
შუაზე მოდის მდინარე,
shuaze modis mdinare,
Au milieu coule la rivière,
ხიდი არ გვიძე წყალზედა,
khidi ar gvidze ts’q’alzeda,
Aucun pont n’enjambe cette eau,
ფიქრი გვკლავს მოუთმინარე.
pikri gvk’lavs moutminare.
Pour nous rapprocher l’un de l’autre.
მინდა გაკოცო, მაკოცო,
minda gak’otso, mak’otso,
Je veux tant t’embrasser,
შენს სახეს ვხედავ მღიმარეს,
shens sakhes vkhedav mghimares,
Je vois un sourire sur ton visage,
მაგრამ ვერსაით გამოვედ
magram versait gamoved
Mais je ne peux pas traverser
ამ სატიალო მდინარეს.
am sat’ialo mdinares.
Cette terrible et maudite rivière !
მეც უნავო ვარ, შენაცა,
mets unavo var, shenatsa,
Je n’ai pas de barque , tout comme toi,
ცურვა არ ვიცით, ვტირითა;
tsurva ar vitsit, vt’irita;
Nous ne savons pas nager non plus , j’en pleure ;
მეშველიც არვინ გვიჩნდება
meshvelits arvin gvichndeba
Ni personne ici
 არც ციდან, აღარც ძირითა,
arts tsidan, agharts dzirita,
Ni le ciel pour nous aider !
შენ მე მიმელი, მე – შენა
shen me mimeli, me – shena
Tu es là-bas, je suis ici
 გაცინებული პირითა.
gatsinebuli p’irita.
Toi, toujours le sourire sur ton visage.

ვეღარც ხმას გაწვდენ, გითხრა რამ,
vegharts khmas gats’vden, gitkhra ram,
Tu n’entends plus ma voix,
მდინარე ბრაზობს, ღრიალებს,
mdinare brazobs, ghrialebs,
Tant rugit la rivière déchaînée,
ჩემს ძახილსა ნთქავს მის ზვირთი,
chems dzakhilsa ntkavs mis zvirti,
Elle emporte mes mots
როგორ შავადა ტრიალებს!..
rogor shavada t’rialebs!..
Dans un si sombre tourbillon..

რა უნუგეშო ყოფნაა,
ra unugesho q’opnaa,
Il ne me reste plus qu’à suivre
წელთა სვლა მხოლოდ მზერაში;
ts’elta svla mkholod mzerashi;
Ces années qui s’envolent ainsi ;
რომ მოვკვდე, ბევრით ჰჯობია,
rom movk’vde, bevrit hjobia,
Que je meurs ! C’est ce qu’il y a de mieux,
მაინც გარგივარ ვერრაში!..
maints gargivar verrashi!…
Tant je suis impuissant !
არა, ის მინდა, გხედავდე,
ara, is minda, gkhedavde,
Non ! Non ! J’ai tant de plaisir à te voir,
ნუგეშსა ვპოვებ ცქერაში.
nugeshsa vp’oveb tskerashi.
Je trouve tant de réconfort en toi.

*****
POEME DE VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

******

Vaja-Pchavela
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Poème de vaja-pchavela

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

VAJA-PCHAVELA
ვაჟა ფშაველა

 26 juillet 1861 – 10 juillet 1915
26 ივლისი, 1861 – 10 ივლისი, 1915

IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – წულაძე ირაკლი – 2008

   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – წულაძე ირაკლი

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - წულაძე ირაკლი
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - ირაკლი ტალუდაძე

**

IRAKLI TERADZE
ირაკლი წულაძე

LE LAMPISTE
The statue of a lamplighter

____________________________________________________________

Rue Baratashvili
Baratashvili Street
მეფარნე
ბარათაშვილის ქუჩა
თბილისი, 310 სმ, ბრინჯაო, რკინა, ქვა, 2008
à côté du Théâtre – rue Baratashvili, Tbilissi, 310 cm, bronze, fer, pierre, 2008

___________________________________________________________

LAMPISTERIE

La lampisterie est cet endroit plein de silence,
Où sont les lampes,
Où, dans les huiles et les pétroles,
Les mèches trempent,
Les mèches molles, —

Lampisterie, endroit obscur où sont les lampes.

Et le lampiste coule là,
Coule des jours monotones et sans éclat,
Sans gloire, sans smart : — en général,
Le lampiste s’habille mal,

Et les occasions sont rares,
(Peut-être le premier
Janvier ?)
Bien rares où le chef de gare
Serre sa main, sa main loyale,
Mais sale.

Mais le lampiste est un modeste,
Qu’inquiètent peu les égards :
Il se fiche du tiers, du quart,
Et du ziste comme du zeste, —
Pourvu que les lampes lui restent.

Il ne demande même pas à monter en grade :
Tout au plus, parfois, songe-t-il
Que, s’il avait des appointements comme Rothschild,
Peut-être mettrait-il une autre huile
Que celle de l’administration, dans sa salade…
(Et puis, au fond,
C’est encore une affaire d’appréciation.)

Lampisterie, endroit plein d’ombre et de silence, où trempe

La salade du lampiste, dans l’huile des lampes.

Franc-Nohain
Lampisterie
Les Chansons des trains et des gares
Édition de la Revue blanche, 1900

   *****
IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – ირაკლი წულაძე

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - ირაკლი წულაძე
Géorgie
საქართველო

SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

    *****
Rue Gorgasali à Tbilisi
გორგასლის ქუჩა თბილისში
Saint Abo ou saint Habo, jeune arabe chrétien, venu de Bagdad esclave qui mourut martyr par la main des musulmans.
Il est fêté le 6 janvier en Orient.
Il a confessé sa foi au procès et a été martyrisé le 6 janvier 786.

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Artiste géorgien
ქართველი მხატვარი
Sculpture géorgienne
ქართული ქანდაკება

 

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI

____________________________________________________________

1988

აბო თბილელი
ჰაბო ტფილელი
Saint Abo de Tiflis
Abo Tbileli
აბო თბილელი
né à Bagdad en 756 – ბაღდადი
Mort le 6 janvier 786 à Tbilissi –თბილისი
გარდაიცვალა : 6 იანვარი 786
martyr chrétien et le saint patron de Tbilissi

Icône de saint Abo de Tiflis

 

__________________________________________________________________

 

SAINT ABO

****

En 786, saint Abo de Tiflis fut dénoncé aux chrétiens par les autorités arabes à Tbilissi et arrêté. Il a confessé sa foi au procès et a été martyrisé le 6 janvier 786.

La statue se trouve dans le grand square qui se trouve entre la Rue Gorgasali გორგასლის ქუჩა et la Rue Ioseb Grishashvili იოსებ გრიშაშვილის ქუჩა , à proximité de l’Ambassade d’Azerbaïdjan.

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Extrait du poème
de
Shota Nishnianidze
(18 mars 1929 Tbilissi – 1999 Tbilissi)
შოთა ნიშნიანიძე
ჰაბო ანუ ფერფლის ლეგენდა
Abo ou la légende des cendres

რაც არ უნდა დიდი იყოს საქართველოს მსხვერპლი,
Qui que soit la plus grande victime de la Géorgie,

სიყრუე და გულქვაობა გადამთიელ ხეპრის, –
Surdité et chasteté
იმ ფერფლს, შავ ფერფლს,
Les cendres, les cendres noires,
სიძულვილის აუწონელ ზღვა ფერფლს
Une mer impie de cendres
აბოს ფერფლი გადასწონის,
Au-dessus des cendres,

ერთი მუჭა ფერფლი…
Une poignée de cendres …

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI
Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI
Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI

____________________________________________________________

PEINTURES DE LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი

*****

 

PEINTURES
Levan Chogoshvili – ლევან ჭოღოშვილი

*

Levan Chogoshvili - ლევან ჭოღოშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

IA ARSENISHVILI - ია არსენიშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI -PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა - GEORGIE TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი





Levan Chogoshvili
ლევან ჭოღოშვილი

Né le 22 mai 1953
*
PEINTRE GEORGIEN
TBILISSI
ნარიყალა


LEVAN CHOGOSHVILI AU MUSEE GEORGIEN DES BEAUX-ARTS DE TBILISSI

________________________

Une partie de la salle consacrée à LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi (au centre la toile « Noël »)

***

შობა
Shoba
NOËL
CHRISTMAS
2016

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Noël

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
118×170

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi
***

გრიგოლ ხანძთელი
SAINT GREGOIRE DE KHANDZTA
SAINT GRIGOL KHANDZTELI
Gregory of Khandzta
2002

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Saint Grégoire de Khandzta

Grégoire de Khandzta est né 759 et mort le 5 octobre 861
Figure ecclésiastique géorgienne, il fonda et dirigea de nombreuses communautés monastiques à Tao-Klarjeti, région historique du sud-ouest de la Géorgie.

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
153×80

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

***

სტამბული
Stambuli
De la Série « La fin de l’Aristocratie »
From the « Annihilated Aristocracy » Series
ISTANBUL
2014

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Istanbul -2014
 

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
88×62

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi
**

თბილისი
TBILISSI
TBILISI
2000 – 2013

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi
LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi – Détail

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
92×67

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

***

DE LA SERIE « LA FIN DE L’ARISTOCRATIE »
From the « Annihilated Aristocraty » Series
2014

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – De la série « La Fin de l’Aristocratie »


ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier

Tempera on paper
62×87

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

________________________

Toile de LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi

PARCOURS DE LEVAN CHOGOSHVILI

De 1970 à 1975 – Académie d’Etat des beaux-arts de Tbilissi, თბილისის სამხატვრო აკადემია  département de peinture
1979 Levan produit un film non officiel sur la culture ethnique géorgienne au-delà des frontières de la Géorgie soviétique
1990 – Membre de l’Association de l’histoire des sciences მეცნიერების ისტორიის ასოციაცია  (Académie des sciences de Géorgie  საქართველოს მეცნიერებათა აკადემია )
1995 – Président de l’Association pour la protection de l’art ancien chrétien
1997 – 2007 – Professeur à l’Académie des arts de Tbilissi, თბილისის სამხატვრო აკადემია responsable du studio interdisciplinaire des arts
De 1998 à aujourd’hui – Représentant du programme d’échange d’artistes en Géorgie (IAAB) « Basel-Tbilisi-Freiburg » de la Fondation Christoph Merian (Suisse)
2000 – Fondateur du Centre d’art contemporain
2000 – Cofondateur de l’Institut de la photographie et des nouveaux médias du Caucase (CCCD)
2001 – 2004 – Professeur à l’Institut de la photographie et des nouveaux médias du Caucase (Maf Media Art Farm)
2001 – Fondateur du Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les arts (AIRL)
2002 – subvention de la fondation Pollock-Krasner, New York
à partir de 2007 – Professeur à l’Université euro-caucasienne de l’IB

***

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi – Détail

PARTICIPATION AUX EXHIBITIONS DE LEVAN CHOGOSHVILI

1976 – exposition collective Tbilisi Cinema House
1977 – exposition collective  Maison des artistes de Tbilissi
1987 – exposition de groupe, Galerie Empedocle Restivo, Palerme
1987 – 1ère exposition du groupe « 10ème étage », Musée Karvasla, Tbilissi
1988 – exposition de groupe pour les victimes du séisme en Arménie, Maison des artistes, Tbilissi
1988 – exposition de groupe, CAH, Moscou
1988 – 1ère exposition d’artistes non-conformistes de Géorgie, Musée Karvasla, Tbilissi
1990 – exposition collective Fondation Mona Bismarck, Paris
1990 – exposition de groupe au festival international de l’art, Cagnes-sur-Mer (Prix du Président de la France pour la meilleure sélection nationale)
1990 – exposition collective «De Pirosmani à l’avant-garde, galerie «Brok » à Barcelone
1995 – exposition de groupe, Galerie d’art moderne, Tbilissi
1995 – exposition de groupe, Festival international d’art, Ankara, Premier prix de la meilleure sélection nationale
1995 – exposition collective, Centre d’art «Senet», Bakou
1996 – Sans titre, Galerie +/-, Bâle
1996 – exposition de deux hommes «Entre passé et présent», Centre international de l’art, Tbilissi
1996 – exposition de groupe dans le cadre du projet international «Icon and Perception», Tbilissi
1996 – 1ère Biennale internationale d’art contemporain de Tbilissi, Blue Gallery
2002 – exposition du centre pour la réhabilitation des victimes torturées, Tbilissi
Musée d’histoire
2002 – exposition de groupe, Tbilisi, Old Gallery
2002 – 2ème Biennale à Florence, Italie
2004 – Double Bottom, dans le cadre du projet international de la société AIRL «Tuesday is Gone», Club 22, Tbilissi
2004 – «Recherche sans frontières», conservation et échanges culturels à l’ère interculturelle, Institut Goethe, Tbilissi
2005 – “Saberebi Desert Group”, Air Gallery, Londres
2005 – Mercredi appelle l’avenir, conservateur Daniel Baumann, CNA, Tbilissi
2006 – Restons vivants jusqu’à lundi, Daniel Baumann, Galerie Elene Akhvlediani, Tbilissi
2007 – Chaque jour est samedi, Tbilissi

*

Levan Chogoshvili - ლევან ჭოღოშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

IA ARSENISHVILI - ია არსენიშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI -PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა - GEORGIE TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი





Levan Chogoshvili
ლევან ჭოღოშვილი