Archives par mot-clé : géorgie

CHANSONS GEORGIENNES – LES PLUS BELLES CHANSONS DE GEORGIE – საქართველოს ულამაზესი სიმღერები –

*****

Chansons Géorgiennes chansons de géorgie
Géorgie
საქართველო

LES PLUS BELLES CHANSONS DE GEORGIE
CHANSONS GEORGIENNES

Chansons géorgiennes Les plus belles chansons de Géorgie

____________________________________________________________

საქართველოს ულამაზესი სიმღერები


____________________________________________________________

CHANSONS GEORGIENNES

სოსო მიქელაძე – მიყვარხარ
Soso Mikeladze
Miyvarxar
Je t’aime

****
gigi gegelashvili გიგი გეგელაშვილი
&
inga beradze ინგა ბერაძე
საბრძოლო
Sabrdzolo
Se battre

 

****

თამარ გვერდწითელი
Tamar Gverdtsiteli
მრავალჟამიერ

*****


Gigi Gegelashvili – გიგი გეგელაშვილი
ჰერიო ბიჭებო

****
ინგა ბერაძე
Inga Beradze
მინდა 
Je veux 

ქართული ხმები
Voix Géorgiennes
ჰერიო ბიჭებო

თამარ გვერდწითელი
Tamar Gverdtsiteli
საქართველო
Géorgie


*****

თამარ გვერდწითელი
Tamar Gverdtsiteli
სიყვარული დაფრინავს

****

ჯანსუღ კახიძე
Jansug Kakhidze
შენ დაგეძებ დილაა თუ ბინდია

****

ჯანსუღ კახიძე
Jansug Kakhidze
ოღონდ შენთან მამყოფინა

****

Giya Kancheli
სად მიდიხარ

***

ჯანსუღ კახიძე 
ოღონდ შენთან მამყოფინა
Jansug Kakhidze
Seulement toi

*****

chansons de géorgie Chansons géorgiennes
Géorgie
საქართველო

LES PLUS BELLES CHANSONS DE GEORGIE
CHANSONS GEORGIENNES

____________________________________________________________

საქართველოს ულამაზესი სიმღერები

*******************

Scènes de la vie Géorgienne
CHANTS ET MUSIQUES
EN 1863

Cette bataille sauvage, ces luttes étranges durent environ deux heures, et se terminent au signal du chef de la fête, élu parmi le peuple géorgien. A sa voix, la scène change soudain. La foule se forme par groupes inégaux dans la plaine ardente, les plus riches sous des tentes, les autres sous de larges ombrelles en toile écrue ; hommes et femmes s’accroupissent autour de petites tables basses, et le festin commence. La musique orientale, bruyante, folle, éveille les échos de la Montagne-Rouge. Les femmes, vêtues de leurs plus éclatans costumes, pieds nus ou chaussés de babouches à hauts talons, se dépouillent de leurs tchadras, et leurs voiles écartés laissent voir des visages frais comme ces roses qu’aimait le poète Hafiz. Égayée par la variété des costumes étincelans, la plaine ressemble de loin à un vaste champ de blé mouvant tout étoile de marguerites, de bluets et de coquelicots. Les jeunes filles dansent au son de la zourna (fifre) et de la dahira (tambourin), et les mélodies populaires du Caucase se croisent dans l’air, pareilles aux fusées d’un feu d’artifice. La danse et les chansons alternent. Les azarpèches, les koulas (vases à boire), les cornes de buffle circulent à la ronde, et les outres se vident au milieu des cris, des quolibets lancés d’un groupe à l’autre. Les moins bruyans se racontent des légendes du pays, jouent aux cartes ou au loto; les plus graves, comme des fakirs indiens, fument en silence et agitent machinalement entre leurs doigts des chapelets d’ambre ou d’anthracite. Si quelque chanteur en renom assiste à la fête, on se presse autour de lui, et il chante à pleine voix une de ces romances de guerre ou d’amour qui expriment si fidèlement la fière mélancolie propre au caractère géorgien, celle-ci par exemple :

« Toutes les fois que la nuit, sous mon bourka (manteau), je dors sans me réveiller jusqu’à l’étoile matinale,

« Trois visions du paradis descendent vers moi, et je vois dans mon rêve trois merveilleuses beautés.

« Les yeux de la première beauté brillent d’un éclat qui fait pâlir les étoiles de la nuit.

«Quand la deuxième lève ses cils, son regard a la pénétration des yeux du serpent.

« Jamais la nuit, dans les montagnes, n’est aussi sombre que chez la troisième le noir profond de ses yeux.

«Et quand à l’aurore mon sommeil s’envole, sans me lever encore, je regarde dans le vide du firmament.

« Je regarde sans cesse, et je rêve en silence : si j’avais de l’argent, de l’argent, je construirais une maison;

«Je l’entourerais de hautes murailles, et je m’y enfermerais avec mes visions.

«Du matin au matin, je leur chanterais des chansons ; de l’aurore à l’aurore, mes regards plongeraient dans leurs yeux. »

….

Héraklé, scènes de la vie géorgienne
Henri Cantel
Revue des Deux Mondes
Tome 46
1863

*****

chansons de géorgie Chansons géorgiennes
Géorgie
საქართველო

LES PLUS BELLES CHANSONS DE GEORGIE
CHANSONS GEORGIENNES

____________________________________________________________

Михаил Лермонтов Демон I-3 LE DEMON DE LERMONTOV

Демон Михаил Лермонтов
LE DEMON LERMONTOV
Poème de Lermontov

1841

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
Михаил Лермонтов
Poésie de Lermontov

стихотворение  – Poésie

 

 

Михаил Юрьевич Лермонтов
Mikhaïl Lermontov

1814-1841

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE LERMONTOV

Демон
LE DEMON
1841

**

DEMON LERMONTOV
Михаил Лермонтов
ЧАСТЬ I
PREMIERE PARTIE

III

DEMON LERMONTOV

*

И над вершинами Кавказа
Et sur les sommets du Caucase
Изгнанник рая пролетал:
Volait notre exilé du Paradis :
Под ним Казбек как грань алмаза,
Au-dessous du mont Kazbek*, comme une facette du diamant,
Снегами вечными сиял,
Brillaient les neiges éternelles
И, глубоко внизу чернея,
Et, dans la noire vallée,
Как трещина, жилище змея,
Tel le passage d’un serpent,
Вился излучистый Дарьял,
Se recroquevillait la passe de Darial**,
И Терек, прыгая, как львица
Et le fleuve Terek***, sautant comme un lion
С косматой гривой на хребте,
La crinière dressée sur la crête,
Ревел, — и горный зверь и птица,
Se délectait- et les animaux et les oiseaux de la montagne
Кружась в лазурной высоте,
Qui cerclaient les hauteurs de l’azur,
Глаголу вод его внимали;
Se pénétraient des versets des flots ;
И золотые облака
Et les nuages ​​dorés
Из южных стран, издалека
Des lointains pays du Sud
Его на север провожали;
 Le poussaient vers le nord ;
И скалы тесною толпой,
Et la masse des massifs
Таинственной дремоты полны,
Ensommeillés et mystérieux,
Над ним склонялись головой,
Au-dessus, inclinant la tête,
Следя мелькающие волны;
Regardait l’onde vacillante ;
И башни замков на скалах
Et sur les rochers, les tours des châteaux
Смотрели грозно сквозь туманы —
Surveillaient à travers les nuées
У врат Кавказа на часах
Les portes du Caucase
Сторожевые великаны!
Tels les géants de la Garde !
И дик и чуден был вокруг
Et autour grouillant et massif
Весь божий мир, но гордый дух
Tout ce que Dieu créa, mais notre esprit fier
Презрительным окинул оком
Dédaigneusement regarda
Творенье бога своего,
La création de leur dieu,
И на челе его высоком
Et sur son front glacial
Не отразилось ничего.
Rien ne vint s’y refléter

******

*Kazbek  [Казбек ყაზბეგი] sommet volcanique qui culmine à 5047 mètres et qui se trouve actuellement en Géorgie

**La passe de Darial  [Дарьяльское ущелье  დარიალის ხეობა] ene limite naturelle entre la Russie et la Géorgie

***Fleuve Terek [Терек თერგი] coule sur 623 km en Russie et en Géorgie

*******

Poème de Lermontov
Михаил Лермонтов