Archives par mot-clé : émeraude

BEATRIZ – POEME DE ANTERO DE QUENTAL

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

traduction Jacky Lavauzelle
LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

Antero de Quental

18 avril 1842 – Ponta Delgada (Les Açores)-  11 septembre 1891 Ponta Delgada
 18 de abril de 1842 – Ponta Delgada, 11 de setembro de 1891

______________________________________ 

Traduction Jacky Lavauzelle

 _______________________________________

BEATRIZ
_______________________________________

Henri Rousseau, Le Douanier Rousseau, Combat de tigre et buffle,1891

************


Bandeirante a sonhar com pedrarias
Bandeirante* rêvant de pierres,
Com tesouros e minas fabulosas,
De trésors et de mines fabuleuses,
Do amor entrei, por ínvias e sombrias
Par amour, je suis entré à travers les sombres
Estradas, as florestas tenebrosas.
Routes, et les forêts ténébreuses.

[* aventurier]

*

Tive sonhos de louco, à Fernão Dias…
J’ai fait des rêves fous, ô Fernão Dias Pais …
Vi tesouros sem conta: entre as umbrosas
J’ai vu d’innombrables trésors : dans d’épaisses
Selvas, o outro encontrei, e o ônix, e as frias
Jungles, où j’ai trouvé entre autres l’onyx, les froides
Turquesas, e esmeraldas luminosas…
Turquoise et les lumineuses émeraudes …

*


E por eles passei. Vivi sete anos
Et je les ai parcourus. J’ai vécu sept ans
Na floresta sem fim. Senti ressábios
Dans ces forêts sans fin. J’ai ressenti des moments
De amarguras, de dor, de desenganos.
D’amertume, de douleur, de déceptions.

*


Mas voltei, afinal, vencendo escolhos,
Mais je suis revenu, après tout, surmontant les obstacles,
Com o rubi palpitante dos seus lábios
Avec le rubis lancinant de tes lèvres
E os dois grandes topázios dos seus olhos!
Et les deux grandes topazes de tes yeux !

********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

PUBLILIUS SYRUS : IN LUXURIAM – CONTRE LE LUXE

Publilius Syrus

IN LUXURIAM
Contre le luxe

Publilius Syrus Contre la luxure In Luxuriam Argitato

Traduction Jacky Lavauzelle – artgitato.com

Luxurie victa Martis marcent moenia.

Rome est affaiblie par le luxe.

Tuo palato clausus pavo pascitur,

Pour ton palais, le paon est mis en cage,

Plumato amictus aureo, Babylonico ;

Cet oiseau aux plumes dorées, de Babylone ;

Gallina tibi Numidica, tibi gallus spado ;

Pour vous la pintade de Numidie, pour vous le chapon ;

Ciconia etiam grata, peregrina hospita,

La cigogne est la bienvenue aussi, cet étranger dans ta maison,

Pietaticultrix, gracilipes, crotalistria,

Qui a de la piété filiale, grêle, joueuse de castagnettes,

Avis exsul hiemis, titulus tepidi temporis,

Cette exilée de l’hiver, qui annonce la saison chaude,

Nequitiae nidum in cacabo fecit meo.

La  dépravation le niche maintenant dans ton chaudron.

Quo margarita cara, tribacca, et Indica ?

Pourquoi  vendre si chères les perles, les pendants d’oreilles ?

Au ut matrona ornata phaleris pelagiis

La matrone ornée de coquillages s’encanaille

Tollat pedes indomita in strato extraneo ?

Prenant son pied avec un étranger dans son lit ?

Smaragdum ad quam rem viridem, pretiosum vitrum ?

La verte émeraude, ce verre précieux, la posséder, mais dans quel but ?

Quo Carchedonios optas ignes lapideos,

Nous voulons des agates, ces pierres au feu ressemblantes,

Nisi ut scintillent ? Probitas est carbunculus.

N’est-ce pas pour qu’elles nous fassent scintiller? L’honnêteté est la plus belle des pierres.

Aequum est induere nuptam ventum textilem ?

Est-il juste que la tenue de la mariée  laisse ainsi passer le vent ?

Palam prostare nudam in nebula linea ?

Et elle, manifestement exposée nue dans un nuage de lin ?

 

Affiche à partir du tableau de Thomas Couture, Les Romains de la décadence, Musée Orsay 1847