Archives par mot-clé : egito

NIHIL NOVUM – Poème de FLORBELA ESPANCA – RIEN DE NOUVEAU – Poème Posthume

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

*****
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

RIEN DE NOUVEAU
NIHIL NOVUM

Recueil – Coleção
Recueil Posthume
Reliquiae
1934

Poème paru en 1934 
Sonetos Completos (Livro de Mágoas, Livro de Sóror Saudade, Charneca em Flor, Reliquiae)
Coimbra
Livraria Gonçalves

____________________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Tamara et le Démon, illustration du poème de Mikhaïl Lermontov, 1890

****************


Na penumbra do pórtico encantado
Dans la pénombre du portique enchanté
De Bruges, noutras eras, já vivi;
De Bruges, jadis, j’ai vécu ;
Vi os templos do Egito com Loti;
J’ai vu les temples d’Egypte avec Loti ;
Lancei flores, na Índia, ao rio sagrado.
J’ai jeté des fleurs, en Inde, dans le fleuve sacré.

*

No horizonte de bruma opalizado,
À l’horizon de la brume opalisée,
Frente ao Bósforo errei, pensando em ti!
Devant le Bosphore j’errai, pensant à toi !
O silêncio dos claustros conheci
Le silence des cloîtres j’ai connu
Pelos poentes de nácar e brocado…
Aux couchants de nacre et de brocart …

*

Mordi as rosas brancas de Ispaã
J’ai croqué les roses blanches d’Ispahan
E o gosto a cinza em todas era igual!
Au goût de cendre !
Sempre a charneca bárbara e deserta,
Toujours la lande barbare et déserte,

*

Triste, a florir, numa ansiedade vã!
Triste, à fleurir d’une vaine anxiété !
Sempre da vida ? o mesmo estranho mal,
Toujours dans la vie ? le même mal étrange,
E o coração ? a mesma chaga aberta!
Et le cœur? la même plaie ouverte !

**************

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LA CÉLÉBRITÉ DES FOUS – FERNANDO PESSOA POÈME DE 1929 – GAZETILHA

************

Poème de Fernando Pessoa



Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935

ÁLVARO DE CAMPOS
( heterónimo – hétéronyme)
Tavira ou Lisboa, 13 ou 15 de Outubro de 1890 — 1935
******


Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 



Poesia de Fernando Pessoa


GAZETILHA
******
LA CÉLÉBRITÉ DES FOUS
****

Janeiro 1929
Janvier 1929

*****

 Dos Lloyd Georges da Babilônia
Des Lloyd George de Babylone
Não reza a história nada…
L’histoire n’a rien conservé
Dos Briands da Assíria ou do Egito,
Des Briand d’Assyrie ou d’Égypte,
Dos Trotskys de qualquer colônia
Des Trotsky d’une colonie quelconque
Grega ou romana já passada
De la Grèce ou de Rome oubliée
O nome é morto, inda que escrito.
Le nom est mort, même si l’écriture demeure.



Só o parvo dum poeta, ou um louco
Seul un idiot de poète ou un fou
Q
ue fazia filosofia,
Qui philosophait,
Ou um geômetra maduro
Ou une rigoureux géomètre
Sobrevive a esse tanto pouco
Survivent encore un peu
 Que está lá para trás no escuro
A ce qui se trouve dans l’obscurité
E nem a história já historia…
Et dont l’histoire n’est même pas retenue par l’histoire …

 Fernando Pessoa et Costa Brochado
Café Martinho da Arcada
6 juin 1914

*

 

Ó grandes homens do Momento!
Ô grands hommes du Moment !
Ó grandes glórias a ferver
Ô  grandes gloires en ébullition
D
e quem a obscuridade foge!
Qui éclairent les ténèbres !
  Aproveitem sem pensamento!
Profitez sans y penser !
Tratem da fama e do comer
Traitez bien votre célébrité et vos repas
Q
ue o amanhã é dos loucos de hoje!
Car demain sera pour les fous d’aujourd’hui !

 




 

****************

ÁLVARO DE CAMPOS

 

********

GAZETILHA
LA CÉLÉBRITÉ DES FOUS

 

********
FERNANDO PESSOA POÈMES
POESIA

SECONDE DOULEUR D’ALPHONSUS DE GUIMARAENS – Sete Dores de Nossa Senhora SEGUNDA DOR

La Poésie de Alphonsus de Guimaraens
Poema de Alphonsus de Guimaraens




Littérature Brésilienne
Literatura Brasileira

Alphonsus de Guimaraens
1823 – 1864
Alphonsus_de_Guimaraens_(facing_left)




Les Sept Douleurs de Notre-Dame
Seconde Douleur

um poema d’Alphonsus de Guimaraens

un poème d’Alphonsus de Guimaraens

Sete Dores de Nossa Senhora
SEGUNDA DOR

Traduction Jacky Lavauzelle

SECONDE DOULEUR D'ALPHONSUS DE GUIMARAENS - Sete Dores de Nossa Senhora SEGUNDA DOR Artgitato Saint Joseph charpentier Georges de La Tour

 

…Angelus Domini apparuit in somnis Joseph…
Qui consurgens accepit puerum et matrem ejus
 nocte, et seccessit in Aegyptum.
Matthieu II, 13, 14.
… Un ange du Seigneur apparut à Joseph dans un rêve…
Lève-toi et prends le petit enfant et sa mère
et fuis en Egypte.

 

José, filho de Reis, o Carpinteiro
Joseph, fils de rois, le Charpentier
 Descendente da Casa do Salmista,
Descendant de la Maison du Psalmiste,
 Acorda em plena noite, e o corpo inteiro
Se réveilla dans la nuit, et le corps tout entier
Treme-lhe, e um raio lhe perturba a vista.
Trembla quand un rayon de lumière perturba sa vue.

*

Alvo Kerub ideal, de olhar guerreiro,
Un Chérubin idéal, le regard guerrier,
Com uns heráldicos sables de conquista,
Avec sables héraldiques de conquête,
Surge por entre nimbos, e o nevoeiro
Surgit entre nimbes et brouillard
Que faz a grande luz à treva mista.
Quand la grande lumière et l’obscurité se mélangent.

*

Num pantaclo estelar estava escrito:
Sur un pentacle stellaire, était écrit :
“Ele é o Filho de Deus. Acolhe-o, Esposo,
« Il est le Fils de Dieu. Accueillez-le, Époux,
   Ao solo ardente do abrasado Egito.”
 Au soleil brûlant de l’Egypte embrasée »

*

“Meu Deus!” exclama o Santo, e mudo espia
«Mon Dieu!» s’exclama le Saint qui, silencieux, vit
A áurea face do Arcanjo luminoso:
Le visage d’or du lumineux Archange :
Uma fonte de lágrimas corria.
Une fontaine de larmes coulaient.

*

********

um poema d’Alphonsus de Guimaraens
un poème d’Alphonsus de Guimaraens
Sete Dores de Nossa Senhora