Archives par mot-clé : Dieu taoïste de la guerre

关帝庙 GuanDi Temple KUALA LUMPUR

Pelancongan di Malaysia
Voyage en Malaisie
PHOTO JACKY LAVAUZELLE

 




 关帝庙

 

GUANDI TEMPLE
Kuan Ti Temple

 Visiter Kuala Lumpur
Meneroka kota Kuala Lumpur
Melawat Kuala Lumpur
吉隆坡
Куала-Лумпур

*








关帝庙
GuanDi Temple

Jalan Tun H S Lee
Kuala Lumpur
CHINATOWN

Founded in 1886
Fondé en 1886

Le temple (庙 – Miào) chinois principal de Chinatown est dédié à l’un des plus grands guerriers de la Chine. GuanDi (关帝), appelé aussi Kuan Ti ou Guan Yu ou Kwan, de par sa maîtrise de la guerre, de la stratégie, par son comportement, sa maîtrise de soi et son courage a été nommé Dieu de la Guerre. Les fidèles viennent rechercher sa protection.
Il s’agit en fait de Guan Yu divinisé. Il est à l’action, 武聖, le saint militaire, ce que Confucius est à la pensée, 文聖, le saint de la pensée [文-langue].

 Ce  Dieu taoïste de la guerre n’offre sa protection qu’à ceux qui sont droits et justes. Ming Wanli, 萬曆, le treizième empereur de la dynastie Ming, en 1614, lui offrit le titre d’Empereur, Saint Empereur Guan 關聖帝君. Shunzhi  順治蒂, le second empereur mandchou de la dynastie Qing, confirmera le titre en 1644.

Il est représenté comme un géant à face rouge avec une grande barbe et portant une arme d’hast, une lame au bout d’un long manche guandao.
Le rouge symbolise la droiture et la loyauté.












Guan Yu 关羽 est né entre 160 et 162 et décédé en 219 ou 220.
Yunchang 云长 est son nom usuel.

« A la gauche du chemin, Yun-Tchang découvrit une maison de campagne à la porte de laquelle il frappa seul ; le maître du lieu vint le recevoir poliment et, après l’avoir entendu décliner ses noms, répondit : « Je me nomme Kouan-Ting ; depuis bien longtemps, général, vos exploits me sont connus ; aujourd’hui qu’il m’est donné de vous contempler en face, il me semble que le brouillard et les nuées se dissipant, le ciel se montre dans sa sérénité ! » Et l’introduisant sous son toit, il lui présenta ses deux fils. Yun-Tchang fit sur leur compte les questions ordinaires, et le fermier reprit  : « L’aîné, Kouan-Ning, se voue à l’étude ; le cadet, Kouan-Ping, apprend l’art de la guerre ! Déjà Yun-Tchang s’était établi dans cette ferme ; ses compagnons (d’abord laissés en arrière) y avaient également trouvé un asile… »

Luo Guanzhong
Histoire des Trois Royaumes
Chapitre VI
Yun-Tchang retrouve Hiuen-Té
Traduction par Théodore Pavie
Duprat, 1851

**********

Comme dans tous les temples chinois, c’est ici un festival de couleurs autour du rouge qui prédomine partout.

*************************