Archives par mot-clé : dead

WORTHY – Poem of Jacky Lavauzelle

*
 WORTHY
Worthy Poem Jacky Lavauzelle
Caspar David Friedrich, The Abbey in the Oakwood ,1810
Worthy Poem of Jacky Lavauzelle




Jacky Lavauzelle Poetry
*

*

****
WORTHY

 POETRY
« LE DIEU VAGABOND »
**
The tree is dead = our mouths are dead
The stump of the first tree is lost to infinity
WORTHY + WORTHY + WORTHY
The dread of a worthy suffering
Because everything related to the tree is worthy
The convulsed ax is unworthy
Who in the meadow spreads his terror
The tree is dead = your foliage will envelop our hearts
For ever

 

Worthy Poem of Jacky Lavauzelle

 




LA COMPLAINTE DU VIEUX MARINIER VI Samuel Taylor Coleridge The Rime of the Ancient Mariner

***
LA COMPLAINTE DU VIEUX MARINIER
Samuel Taylor Coleridge
The Rime of the Ancient Mariner

LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

SAMUEL TAYLOR COLERIDGE
Devon 21 octobre 1772 – Londres 25 juillet 1834

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 







 

 

*****

******




SAMUEL TAYLOR COLERIDGE

LA COMPLAINTE DU VIEUX MARIN
1798
**
VI
**
The Rime of the Ancient Mariner

 

 Samuel Taylor Coleridge Traduction Jacky Lavauzelle




VI
SIXIÈME PARTIE

 

First Voice
La Première Voix

« But tell me, tell me! speak again,
 Mais dis-moi, dis-moi ! parle encore
« Thy soft response renewing—
 Répète ta douce réponse …
 « What makes that ship drive on so fast?
 Pourquoi ce vaisseau avance si vite ?
    « What is the Ocean doing?
Que fait l’océan ?

*

Second Voice
La Seconde Voix

 « Still as a Slave before his Lord,
Paisible comme un esclave devant son Seigneur,
  « The Ocean hath no blast:
L’océan n’a plus de souffle :
 « His great bright eye most silently
 Son grand œil, brillant le plus silencieusement possible,
Up to the moon is cast—
 Reste fixé vers la lune !
   « If he may know which way to go,
Comme s’il savait quelle route prendre,
 « For she guides him smooth or grim.
Elle le guide, serein ou sinistre.
 « See, brother, see! how graciously
Regarde, frère, regarde comme gracieusement
    « She looketh down on him.
 Elle le regarde !

*

First Voice
La Première Voix

« But why drives on that ship so fast
Mais pourquoi naviguer si vite ?
« Withouten wave or wind?
Sans vague, sans vent ? 

*

Second Voice
La Seconde Voix

« The air is cut away before,
L’air devant est retombé,
 « And closes from behind.
Et se referme derrière.
 « Fly, brother, fly! more high, more high,
 Vole, mon frère, vole ! Plus haut, plus haut,
  « Or we shall be belated:
  Ou nous serons surpris :
  « For slow and slow that ship will go,
 Plus lent ce navire ira,
« When the Marinere’s trance is abated. »
  Jusqu’à ce que la transe des Marins s’arrête.

***

I woke, and we were sailing on
Je me suis réveillé et nous naviguions
As in a gentle weather:
Comme par temps doux :
‘Twas night, calm night, the moon was high;
C’était une nuit, une nuit calme, la lune était haute ;
The dead men stood together.
Des hommes morts se tenaient ensemble.

 All stood together on the deck,
Tous ensemble, tous debout sur le pont,
For a charnel-dungeon fitter:
Ressemblant à un charnier,
  All fix’d on me their stony eyes
Tous me fixaient avec des yeux de pierre,
That in the moon did glitter.
Qui brillaient sous la lune.

 The pang, the curse, with which they died,
La douleur, la malédiction, par lesquelles ils étaient morts,
Had never pass’d away:
N’avaient jamais disparu :
 I could not draw my een from theirs
Je ne pouvais ni les quitter des yeux
Ne turn them up to pray.
Ni m’en détourner pour prier.

 And in its time the spell was snapt,
Et, soudain, le sortilège fut brisé,
 And I could move my een:
Et je pouvais faire glisser mon regard :
I look’d far-forth, but little saw
Je regardai au loin, mais si peu je vis
Of what might else be seen.
De ce qui pouvait être vu.

Like one, that on a lonely road
Comme un autre, sur une route solitaire,
Doth walk in fear and dread,
Qui marche dans la peur et la terreur,
  And having once turn’d round, walks on
Après avoir regardé tout autour une fois, qui marche devant lui
And turns no more his head:
Sans ne plus tourner la tête :
Because he knows, a frightful fiend
Parce qu’il sait, qu’un démon effroyable
Doth close behind him tread.
Ferme la route derrière lui.

 But soon there breath’d a wind on me,
Mais bientôt il y a eu un souffle sur moi,
Ne sound ne motion made:
Sans que rien ne bouge :
Its path was not upon the sea
Nulle trace de passage sur la mer
In ripple or in shade.
Ni ondulation ni ombre.

 It rais’d my hair, it fann’d my cheek.
Il souleva mes cheveux, souffla sur ma joue.
Like a meadow-gale of spring—
Comme sur une prairie au printemps –
It mingled strangely with my fears,
Il se mêlait étrangement avec mes peurs,
Yet it-felt like a welcoming
Pourtant, il semblait accueillant.

Swiftly, swiftly flew the ship,
Si vite naviguait le navire,
Yet she sail’d softly too:
Pourtant qui naviguait si doucement :
Sweetly, sweetly blew the breeze—
Doucement, souffla doucement la brise –
On me alone it blew.
Sur moi seul, elle a soufflé.

 O dream of joy! is this indeed
Ô rêve de joie ! est-ce en effet
The light-house top I see?
La lanterne sur le toit que je vois ?
 Is this the Hill? Is this the Kirk?
Est-ce la colline ? Est-ce l’église ?
  Is this mine own countrée?
Est-ce ma propre contrée ?

 We drifted o’er the Harbour-bar,
Nous avons dérivé jusqu’au port,
And I with sobs did pray—
Et moi, en sanglots, j’ai prié …
« O let me be awake, my God!
« O laisse-moi être éveillé, mon Dieu !
« Or let me sleep alway! »
« Ou laisse-moi dormir toujours ! »

 The harbour-bay was clear as glass,
La baie du port était aussi claire que du verre,
So smoothly it was strewn!
Tout étant si paisible !
  And on the bay the moon light lay,
Et sur la baie, la lumière de la lune reposait,
 And the shadow of the moon.
Tout comme l’ombre de la lune.

The moonlight bay was white all o’er,
La baie au clair de lune était blanche totalement,
 Till rising from the same,
S’y éleva de son cœur
Full many shapes, that shadows were,
Tant de formes, des ombres en réalite,
 Like as of torches came.
Telles des torches en mouvement.

 A little distance from the prow
A proximité de la proue
 Those dark-red shadows were;
Ces ombres devenaient rouge foncé ;
But soon I saw that my own flesh
Mais bientôt je vis ma propre chair
  Was red as in a glare.
Rouge comme dans un éclat.

 I turn’d my head in fear and dread,
Je tournai la tête apeuré et terrorisé,
And by the holy rood,
Et par le saint crucifix,
 The bodies had advanc’d, and now
Les corps avançaient, et maintenant
Before the mast they stood.
Juste à côté du mât, se tenaient.

 They lifted op their stiff right arms,
Ils soulevèrent leurs bras droits rigides,
They held them strait and tight;
Se tenant étroitement serrés ;
And each right-arm burnt like a torch.
Et chaque bras droit brûlait telle une torche.
A torch that’s borne upright.
Une torche dressée.
Their stony eye-balls glitter’d on
Leurs yeux stellaires scintillaient
In the red and smoky light.
Dans cette épaisse lumière rouge.

I pray’d and turn’d my head away
Je priais et tournais la tête
Forth looking as before.
Regardant devant moi.
There was no breeze upon the bay,
Nulle brise sur la baie,
No wave against the shore.
Nulle vague sur le rivage.

 The rock shone bright, the kirk no less
Le rocher brillait, comme l’église
 That stands above the rock:
Qui, au-dessus du rocher, se tenait :
The moonlight steep’d in silentness
Le clair de lune plongea dans le silence
The steady weathercock.
La calme girouette.

 And the bay was white with silent light,
Et la baie était blanche dans une silencieuse lumière,
Till rising from the same
Soudain s’éleva d’elle
Full many shapes, that shadows were,
Tant de formes, qui n’étaient que des ombres,
In crimson colours came.
Aux couleurs cramoisies.

 A little distance from the prow
Si près de la proue
Those crimson shadows were:
Ces ombres cramoisies se trouvaient :
I turn’d my eyes upon the deck—
Je tournai mes yeux vers le pont …
O Christ! what saw I there?
O Christ ! qu’ai-je vu là ?

Each corse lay flat, lifeless and flat;
Chaque corps reposait à plat, sans vie et à plat ;
And by the Holy rood
Et par la sainte Croix
A man all light, a seraph-man,
Un homme de lumière, un séraphin,
  On every corse there stood.
Sur chaque corps se tenait.

 This seraph-band, each wav’d his hand:
Cette bande de séraphins saluait :
It was a heavenly sight:
Quelle vue céleste !
They stood as signals to the land,
Ils se tenaient comme des fanaux :
Each one a lovely light:
Quelle belle lumière !

 This seraph-band, each wav’d his hand,
Cette bande de séraphins saluait :
No voice did they impart—
Aucune voix ne sortait-
No voice; but O! the silence sank,
Sans voix ; mais , Oh ! le silence coulait
Like music on my heart.
Comme une musique sur mon cœur.

 Eftsones I heard the dash of oars,
Soudain, j’entendis le bruit des avirons,
I heard the pilot’s cheer:
J’entendis la joie du pilote :
My head was turn’d perforce away
Ma tête se retourna
  And I saw a boat appear.
Et je vis un bateau apparaître.

Then vanish’d all the lovely lights;
Puis disparurent toutes les belles lumières;
The bodies rose anew:
Les corps se relevèrent :
With silent pace, each to his place,
Silencieusement, chacun à sa place,
Came back the ghastly crew.
Revint l’horrible équipage.
  The wind, that shade nor motion made,
Le vent, cette ombre immobile,
On me alone it blew.
Sur moi seul soufflait.

 The pilot, and the pilot’s boy
Le pilote et le moussaillon
  I heard them coming fast:
Je les ai entendus venir si vite :
Dear Lord in Heaven! it was a joy.
Cher Seigneur au Ciel ! Quelle joie !
   The dead men could not blast.
Malgré tous ces corps étendus.

 I saw a third—I heard his voice:
Je vis un troisième – j’entendis sa voix :
It is the Hermit good!
C’est le bon Ermite !
He fingeth loud his godly hymns
Chantant fort ses hymnes pieux
That he makes in the wood.
Qu’il composa dans le bois.
He’ll shrieve my soul, he’ll wash away
Il va me rendre mon âme, il la lavera
  The Albatross’s blood.
Du sang de l’Albatros.



*************
LA COMPLAINTE DU VIEUX MARINIER
The Rime of the Ancient Mariner

*******

de
SAMUEL TAYLOR COLERIDGE

Samuel Taylor Coleridge Traduction Jacky Lavauzelle

LES ULTIMES POEMES D’EMILY DICKINSON (1886) THE IMMORTALITY SHE GAVE & OF GLORY NOT A BEAM IS LEAFT

POEME D’EMILY DICKINSON 1886
LES ULTIMES POEMES
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

The immortality she gave
&
Of Glory not a Beam is left

****

*********




LA FORCE DE L’AMOUR HUMAIN
&
POUR LES ÉTOILES

****

*****

1886

********

THE IMMORTALITY SHE GAVE
LA FORCE DE L’AMOUR HUMAIN

The immortality she gave
L’immortalité qu’elle a donnée
We borrowed at her Grave —
Nous l’avons emprunté à son Tombeau-
For just one Plaudit famishing,
Assoiffée d’un unique Applaudissement,
The Might of Human love —
La Force de l’amour Humain –

*

OF GLORY NOT A BEAM IS LEFT
POUR LES ÉTOILES

Of Glory not a Beam is left
De la Gloire, ne reste pas un seul Faisceau
But her Eternal House —
Mais reste sa Maison Éternelle –
The Asterisk is for the Dead,
L’Astérisque est pour les Morts,
The Living, for the Stars —
Les Vivants, pour les Étoiles-




 

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

LES CHOSES QUI JAMAIS NE REVIENNENT – Poème EMILY DICKINSON (1881) The Things that never can come back are several

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

The Things that never can come back are several
****

*********




LES CHOSES QUI JAMAIS NE REVIENNENT
****

*****

1881

********

The Things that never can come back, are several —
Les Choses qui jamais ne reviennent sont multiples –
Childhood — some forms of Hope — the Dead —
L’Enfance – certaines formes d’Espoir – les Morts –
Though Joys — like Men — may sometimes make a Journey —
Toutefois les Joies – comme les Hommes- entreprennent parfois un Voyage –
And still abide —
Et demeurent encore :
We do not mourn for Traveler, or Sailor,
Nous ne pleurons pas le Voyageur ou le Navigateur,
Their Routes are fair —
Leurs Itinéraires sont justes –
But think enlarged of all that they will tell us
Mais nos pensées s’élargissent de tout ce qu’ils nous diront
 Returning here —
En revenant ici –
« Here! » There are typic « Heres » —
« Ici! » Il y a  des « Ici » typiques-
Foretold Locations —
A un Emplacement Connu-
The Spirit does not stand —
L’Esprit ne se localise pas –
Himself — at whatsoever Fathom
Lui-même – quelle que soit la Profondeur –
His Native Land —
Est sa Terre Natale –

*




 

***************

POEME EMILY DICKINSON

EMILY DICKINSON (1869) LES DEVOIRS ET LES PLAISIRS DU VENT -THE DUTIES OF THE WIND ARE FEW

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 






******




THE DUTIES OF THE WINDS ARE FEW




LES DEVOIRS ET LES PLAISIRS DU VENT

1869

********

The duties of the Wind are few,
Les devoirs du Vent sont peu nombreux :
To cast the ships, at Sea,
Fracasser les navires, en Mer,
Establish March, the Floods escort,
Positionner Mars, accompagner les Déluges,
  And usher Liberty.
Et annoncer la Liberté.

The pleasures of the Wind are broad,
Les plaisirs du Vent sont immenses :
  To dwell Extent among,
Contenir l’Etendue,
  Remain, or wander,
Rester ou errer,
 Speculate, or Forests entertain.
Spéculer ou égayer les Forêts.




 

The kinsmen of the Wind are Peaks
Pour les parents du Vent nous avons les Pics
Azof — the Equinox,
Azov – l’Equinoxe,
  Also with Bird and Asteroid
Mais aussi l’Oiseau et l’Astéroïde
  A bowing intercourse.
Qui se saluent dans leurs courses.



The limitations of the Wind
Les limites du vent ?
Do he exist, or die,
Existe-t-il encore après ou meurt-t-il ?
Too wise he seems for Wakelessness,
Trop sage pour dormir d’un Sommeil de Mort,
  However, know not i.
Cependant, je ne sais pas.

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

EMILY DICKINSON (1868) UN SIECLE APRES – AFTER A HUNDRED YEARS

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 






******




UN SIECLE APRES

 




AFTER A HUNDRED YEARS

1868

After a hundred years
Un siècle après
Nobody knows the Place
Personne ne connaît le Lieu
Agony that enacted there
De l’Agonie qui se déroula ici
  Motionless as Peace
Immobile comme la Paix




 

 Weeds triumphant ranged
Les mauvaises Herbes triomphaient
Strangers strolled and spelled
Les Etrangers se promenaient et épellaient
At the lone Orthography
L’Orthographe délaissée
Of the Elder Dead
Des Morts du Passé



 Winds of Summer Fields
Les Vents des Champs d’Eté
 Recollect the way —
Reconnaissent le chemin –
Instinct picking up the Key
L’Instinct ramasse la Clé
 Dropped by memory —
Abandonnée par la mémoire –

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

AN ACRE OF GRASS Yeats Texte & Traduction – UN ACRE D’HERBE

ARTGITATO

William Butler Yeats
Irish poet – Poète Irlandais
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise

 

An Acre of Grass Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Un Acre d'herbe

YEATS
1865-1939

[New Poems-  1938]


AN ACRE OF GRASS
poem
Un Acre d’Herbe
[Poème]

 

————————–

Picture and book remain,
Une peinture et un livre restent,
An acre of green grass
Un acre d’herbe verte
For air and exercise,
Pour l’air et  l’exercice,
Now strength of body goes;
Maintenant que la force du corps part ;
Midnight, an old house
Minuit, une vieille maison
Where nothing stirs but a mouse.
rien ne bouge, sauf une souris.

My temptation is quiet.
Ma tentation est apaisée.
Here at life’s end
Maintenant, à la fin de la vie
Neither loose imagination,
Ni l’imagination flottante,
Nor the mill of the mind
Ni le moulin de l’esprit
Consuming its rag and bone,
Consommant son chiffon et son os,
Can make the truth known.
Ne peut faire connaître la vérité.

Grant me an old man’s Frenzy,
Accordez-moi la frénésie d’un vieil homme,
Myself must I remake
Je dois me refaire moi-même
Till I am Timon and Lear
Jusqu’à ce que je sois Timon et Lear
Or that William Blake
Ou ce William Blake
Who beat upon the wall
Qui a frappé contre le mur
Till Truth obeyed his call;
Jusqu’à ce que la Vérité obéisse à son appel ;

A mind Michael Angelo knew
Un esprit comme Michael Angelo savait
That can pierce the clouds,
Comment on pouvait percer les nuages,
Or inspired by frenzy
Ou inspiré par la frénésie
Shake the dead in their shrouds;
Secouez les morts dans leurs linceuls;
Forgotten else by mankind,
Pour ne pas être oublié par l’humanité,
An old man’s eagle mind.
L’esprit d’aigle d’un vieil homme.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

An Acre of Grass Yeats

LEDA AND THE SWAN poem YEATS TEXTE & TRADUCTION LEDA ET LE CYGNE poème

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939

Dial [1924]

LEDA AND THE SWAN poem
LEDA & LE CYGNE poème

Leda and the Swan Yeats Michelangelo Buonarroti Texte et Traduction Artgitato

 

————————–

A sudden blow : the great wings beating still
Une soudaine chute : les grandes ailes battantes encore
Above the staggering girl, her thighs caressed
Au-dessus de la vierge stupéfaite, ses cuisses caressées
By the dark webs, her nape caught in his bill,
Par les palmures sombres, sa nuque prise dans son bec,
 He holds her helpless breast upon his breast.
Il la détient impuissante poitrine contre poitrine.

**

How can those terrified vague fingers push
Comment ces doigts confus et terrifiés pourraient-ils pousser
The feathered glory from her loosening thighs?
La gloire de plumes de ses cuisses relâchées ?
And how can body, laid in that white rush,
Et comment un corps peut-il, posé dans cet assaut blanc,
But feel the strange heart beating where it lies?
Ne pas sentir le battement de ce cœur étrange là où il se trouve ?

 

**

A shudder in the loins engenders there
Un frisson dans les reins engendre
The broken wall, the burning roof and tower
Le mur brisé, le toit et la tour dans les flammes
And Agamemnon dead.
Et Agamemnon mort.
           Being so caught up,
                                                                     Être ainsi immobilisée,
So mastered by the brute blood of the air,
Ainsi maîtrisée par ce sang brutal venu des airs,
Did she put on his knowledge with his power
A t-elle mis son savoir au service de sa puissance
Before the indifferent beak could let her drop?
Avant que le bec indifférent ne la laisse retomber ?

 

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

 Leda and the swan poem Yeats

WHY DOES MY HEART BEAT SO Yeats Texte & Traduction POURQUOI MON COEUR BAT-IL AINSI ?

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
The Dreaming of the Bones [1921]

WY DOES MY HEART BEAT SO ?
Pourquoi mon cœur bât-il ainsi ?

Why does my heart beat so Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Pourquoi mon coeur bat-il ainsi

 

————————–

Why does my heart beat so ?
Pourquoi mon cœur bât-il ainsi ?
Did not a shadow pass ?
N’est-ce pas une ombre qui passe ?
It passed by a moment ago.
Elle est passée il y a déjà un moment.
Who can have trod in the grass  ?
Qui peut avoir rampé dans l’herbe?
What rogue is night-wandering ?
Quel vagabond dans la nuit s’en va errant ?
Have not old writers said
Les vieux écrivains ne disaient-ils pas
That Dizzy dreams can spring
Que des rêves troublants peuvent se lever
From the dry bones of the dead ?
Des os desséchés des morts ?
And many a night it seems
Et plus d’une nuit il  semble,
That all the valley fills
Que toute la vallée se remplit
With those fantastic dreams.
De rêves fantastiques
They overflow the hills,
Qui débordent les collines,
So passionate is a shade,
Aussi passionné que ne l’est un ombrage,
 Like wine that fills, to the top
Comme le vin qui remplit jusqu’au bord
A grey-green cup of jade,
Une coupe de jade gris-vert,
Or maybe an agate cup.
Ou peut-être une coupe d’agate.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************
Why does my heart beat so Yeats