Archives par mot-clé : Das zwanzigste Sonett

Louise Labé Sonnet XX – Das zwanzigste Sonett

Louise Labé
POESIE FRANCAISE
LOUISE LABE SONNET XX
Das zwanzigste Sonett




LOUISE LABE
1524-1566

Sonnets Louise Labé par Pierre Woeiriot Artgitato
Louise Labé par Pierre Woeiriot




 

*

Œuvres de Louise Labé
 


SONNET XX
Das zwanzigste Sonett

-traduction Jacky Lavauzelle-
Übersetzt von Rainer Maria Rilke
Traduction allemande de Rilke

Louise Labé Les Sonnets Giovanni Bellini Jeune Femme à sa toilette 1515 Musée d'histoire de l'Art de VienneGiovanni Bellini
Jeune Femme à sa toilette
1515
Musée d’histoire de l’Art de Vienne

**********

Prédit me fut, que deuois fermement
Il me fut prédit que je devais fermement
Mir ward gewahrsagt, daß ich einmal sicher
Un iour aymer celui dont la figure
Un jour aimer celui dont la figure
den lieben werde, den man mir beschrieb.
Me fut descrite : et sans autre peinture
Me fut décrite : et sans autre peinture
 und da er kam, erkannt ich ihn: wie glich er
 Le reconnu quand vy premièrement :
Le reconnu quand au premier abord je le vis :
den vorgesagten Bild. Ich sah, es trieb

*

Puis le voyant aymer fatalement,
Puis le voyant, l’aimer fatalement,
ihn sein Verhängnis, und er tat mir leid
Pitié ie pris de sa triste auenture :
Je pris pitié à sa triste aventure :
 in seiner Liebe blindem Abenteuer:
Et tellement ie forçay ma nature,
Et tant que je forçais ma nature,
 so hielt ich denn auch mich für ihn bereit
Qu’autant que lui aymay ardentement.
Qu’autant que lui j’aimais ardemment.
 und gab mir Mühe zu dem gleichen Feuer.

*

Qui n’ust pensé qu’en faueur deuoit croitre
Qui eût pensé que devait croitre
Wer hätte nicht gedacht, es müßte gut
 Ce que le Ciel et destins firent naitre ?
Ce que le Ciel et les destins firent naitre ?
fortschreiten, was Geschick und Himmel wollten?
Mais quand ie voy si nubileus aprets,
Mais quand je vois de si nébuleux apprêts,
 Doch wenn ich denke, was für Donner grollten 

*

Vents si cruels et tant horrible orage :
Vents si cruels et horrible orage :
und wie es sich umzog von allen Seiten:
Ie croy qu’estoient les infernaus arrets,
Je crois qu’étaient les infernaux arrêts,
 mein ich, die Hölle hätte nicht geruht,
 Qui de si loin m’ourdissoient ce naufrage.
Qui de si loin m’ourdissaient ce naufrage.
 mir diese Untergänge zu bereiten. 

********************

Das zwanzigste Sonett
Louise Labé Sonnet XX