Archives par mot-clé : das Grab

das Grab HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXV LA TOMBE

das Grab Heine
Lyrisches Intermezzo

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

das Grab Heine

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
Lyrisches Intermezzo
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
das Grab Heine
LA TOMBE




das-grab-heine-la-tombe-artgitato-caspar_david_friedrich

Caspar David Friedrich
Klosterfriedhof im Schnee
Cimetière de cloître sous la neige
1819

 

*

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
das Grab HEINE

Nacht lag auf meinen Augen,
La nuit gisait sur mes yeux,
Bley lag auf meinem Mund,
Ma bouche était de plomb,
  Mit starrem Hirn und Herzen
Le cerveau et le cœur secs,
Lag ich in Grabesgrund.
Dans la tombe, je gisais.

*

Wie lang kann ich nicht sagen
Je ne sais combien de temps
Daß ich geschlafen hab’;
J’ai dormi;
Ich wachte auf und hörte
Me réveillant, j’entendais
Wie’s pochte an mein Grab.
Que l’on frappait à ma tombe.

*

„Willst du nicht aufstehn, Heinrich?
« Tu ne veux pas te lever, Heinrich ?
Der ew’ge Tag bricht an,
 Le jour éternel brille désormais,
Die Todten sind erstanden,
  Les morts se sont levés,
Die ew’ge Lust begann.“
  La joie éternelle commence ».

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
 « Mon aimée, je ne peux me lever,
Bin ja noch immer blind;
 Je suis toujours aveugle ;
Durch Weinen meine Augen
 Mes yeux, de pleurer,
Gänzlich erloschen sind.
Se sont éteints à jamais. »

*

„Ich will dir küssen, Heinrich,
«Je veux t’embrasser, Heinrich,
Vom Auge fort die Nacht;
 Pour qu’enfin de tes yeux la nuit s’éloigne ;
Die Engel sollst du schauen,
  Tu verras alors les anges,
 Und auch des Himmels Pracht.“
 Et la splendeur du ciel. »

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
« Mon aimée, je ne peux me lever,
Noch blutet’s immerfort,
 Je saigne encore constamment,
Wo du in’s Herz mich stachest
De cette blessure dans mon cœur
 Mit einem spitz’gen Wort’.“
Faite par un de tes mots ».

*

„Ganz leise leg’ ich, Heinrich,
« Tranquillement je resterai, Heinrich,
Dir meine Hand auf’s Herz;
 Je poserai ma main sur ton cœur ;
Dann wird es nicht mehr bluten,
Ainsi, il ne sera saignera plus,
Geheilt ist all sein Schmerz.“
 Il n’aura plus de douleur. »

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
« Mon aimée, je ne peux me lever,
Es blutet auch mein Haupt;
Ma tête aussi est blessée ;
Hab’ ja hinein geschossen
 Par le coup pris
 Als du mir wurdest geraubt.
Quand un autre t’a conquise. »

*

„Mit meinen Locken, Heinrich,
« Avec mes boucles, Heinrich,
Stopf’ ich des Hauptes Wund’,
 Je protégerai ta blessure à la tête »
Und dräng’ zurück den Blutstrom,
Et empêcherai le sang de s’écouler,
 Und mache dein Haupt gesund.“
Et je te la rendrai saine. »

*

Es bat so sanft, so lieblich,
La demande était si douce et lumineuse,
Ich konnt’ nicht widerstehn;
Que d’y résister, je ne pus ;
Ich wollte mich erheben,
Je voulais me lever,
Und zu der Liebsten gehn.
Et rejoindre mon aimée.

*

Da brachen auf die Wunden,
Cela rouvrit les plaies,
Da stürzt’ mit wilder Macht
D’un jet d’une puissance sauvage
Aus Kopf und Brust der Blutstrom,
Le sang, de la tête et de la poitrine, gicla,
Und sieh! – ich bin erwacht.
Et voyez ! – Je suis éveillé.

*******

LXV

das Grab Heine

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo

********

Lyrisches Intermezzo

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une «critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une «critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
LXV
das Grab Heine
Poésie HEINRICH HEINE