Archives par mot-clé : constance

HERETIQUE Єретик Herege de Taras Chevtchenko Тарас ШЕВЧЕНКО- Trad Jacky Lavauzelle

*
Taras Chevtchenko
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle

 

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

 
 Тарас Григорович Шевченко
TARAS CHEVTCHENKO
25 février 1814 Moryntsi (près de Tcherkassy) – 26 février 1861 Saint-Pétersbourg

Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko


************************* 





Poème – Poema – вірш

Єретик
HERETIQUE
Herege
10 жовтня 1845
10 octobre 1845

**

Jacky Lavauzelle photo artgitato
Hus a Žižka Jan Hus et Jan Žižka bronz, nedatováno bronze non daté Jan Žižka (1370-1424) Chef de guerre des hussites

**

Запалили у сусіда
Elle illuminait les alentours
Ela Iluminou os arredores
Нову добру хату
Cette jolie maison neuve, incendiée
Esta linda casa nova, queimada
Злі сусіди; нагрілися
Par de maléfiques voisins ; la chaleur les a réchauffés
Por vizinhos malvados; o calor os aqueceu
Й полягали спати,
Puis ils sont partis dormir
Então eles foram dormir
 І забули сірий попіл
En oubliant cette cendre grise
Esquecendo esta cinza cinzenta
По вітру розвіять.
En oubliant de la disperser au vent.
Esquecendo-se de espalhá-lo ao vento.
Лежить попіл на розпутті,
Les cendres se trouvaient-là au carrefour
As cinzas estavam lá na encruzilhada
А в попелі тліє
Et au cœur de la cendre
E no coração das cinzas
Іскра вогню великого.
Se cache l’étincelle d’un immense brasier.
Esconde a faísca de um enorme fogo.
Тліє, не вгасає,
Elle vacille mais ne désarme pas
Ele pisca mas não desarma
Жде підпалу, як той месник,
Opportuniste, elle attend , vengeresse,
Oportunista, ela participa, vingativa,
Часу дожидає,
Elle attend son heure,
Ela está esperando por sua hora
Злого часу. Тліла іскра,
L’heure fatale. Elle se camouflait, l’étincelle,
A hora fatal. Ela estava se camuflando, a faísca
Тліла, дожидала
Patientant patiemment
Paciente pacientemente
 На розпутті широкому,
Sur ce si vaste carrefour
Nesta tão vasta encruzilhada
Та й гаснути стала.
Même si elle commençait à défaillir.
Mesmo que ela começasse a desmaiar.

*

Отак німота запалила
Ainsi a brûlé la maison,
Então queimou a casa
Велику хату. І сім’ю,
La grande maison. Et la famille,
A casa grande. E a família
Сім’ю слав’ян роз’єдинила
La grande famille des Slaves s’est désintégrée
A grande família de Eslavos se desintegrou
І тихо, тихо упустила
Et tranquillement, silencieusement s’est immiscé
E silenciosamente, interferiu silenciosamente
Усобищ лютую змію.
Le serpent des haines fratricides.
A cobra dos ódios fratricidas.

*

Полилися ріки крові,
Des rivières de sang
Rios de sangue
 Пожар загасили.
Submergèrent l’incendie.
Submergiu o Fogo.
   А німчики пожарище
Et les Germains des restes
E os Alemães dos restos
 Й сирот розділили.
Se répartirent les orphelins.
Eles dividiram os órfãos.
Виростали у кайданах
Ils continuèrent dans les chaînes
Eles continuaram em cadeias
 Слав’янськії діти
Ses enfants de Slaves
Seus filhos eslavos
  І забули у неволі,
Et ils oublièrent en captivité
E eles esqueceram em cativeiro
 Що вони на світі!
Leur place dans le monde !
O lugar que eles tinham no mundo!
 А на давнім пожарищі
Mais sur les feux anciens
Mas nos velhos fogos
 Іскра братства тліла,
L’étincelle de la fraternité survivait
A centelha da fraternidade sobreviveu
 Дотлівала, дожидала
En fait, elle attendait
Na verdade, ela estava esperando
 Рук твердих та смілих,—
Des mains solides et courageuses,
Mãos fortes e corajosas,
 І дождалась… Прозрів єси
Qui patientaient… Alors explosa
Quem esperou … Então explodiu
В попелі глибоко
Du coeur des cendres, profondément,
Do coração das cinzas, profundamente
  Огонь добрий смілим серцем,
Un vigoureux feu au coeur courageux,
Um fogo vigoroso com coração valente
Смілим орлім оком!
Avec des yeux d’aigle valeureux !
Com olhos de águia penetrantes!
І засвітив, любомудре,
Et tu as ainsi illuminé, ô sage,
E você assim iluminou, oh sábio,
Світоч правди, волі…
La lumière de la vérité et de la volonté …
A luz da verdade e da vontade …
   І слав’ян сім’ю велику
Et de la grande famille des Slaves
E a grande familia de Eslavos
Во тьмі і неволі
Dans l’obscurité et la servitude
Na escuridão e escravidão
 Перелічив до одного,
Tu les as comptés,
Você os contou,
Перелічив трупи,
Tu as compté des cadavres
Você contou cadáveres
А не слав’ян. І став єси
Mais pas un seul Slave. Et tu es monté
Mas não um único Eslavo. E você subiu
 На великих купах,
Sur ce grand monticule
Nesta grande vala comum
На розпутті всесвітньому
Au carrefour du monde
Na encruzilhada do mundo
Ієзекіїлем ,
Comme Ezéchiel,
Como Ezequiel,
  І—о диво! — трупи встали
Et, ô miracle !, les cadavres se sont levés
E, oh milagre !, Os cadáveres subiram,
  І очі розкрили,
Les yeux ouverts
Os olhos abertos,
  І брат з братом обнялися
Et les frères s’étreignirent
E os irmãos se abraçaram
І проговорили
Et ils se parlèrent
E eles conversaram um com o outro
  Слово тихої любові
Avec de tendres mots d’amour
Com palavras carinhosas de amor
Навіки і віки!
Pour toujours et toujours !
Para sempre e sempre!
   І потекли в одно море
Et ainsi se jetèrent dans une unique mer
E então eles se jogaram em um único mar
 Слав’янськії ріки!
Toutes les rivières slaves !
Todos os rios eslavos!

*

Слава тобі, любомудре,
Gloire à toi, sage,
Glória a você, sábio
Чеху-слав’янине!
Tchèque-slave !
Checo-eslavo!
Що не дав ти потонути
Toi qui n’as pas laissé s’engloutir
Você que não deixou ir engolir
В німецькій пучині
Dans la tornade allemande
No tornado alemão
Нашій правді. Твоє море
Notre vérité. Ta mer est
Nossa verdade. Seu mar é
Слав’янськеє, нóве!
La terre des Slaves, la nouvelle terre !
A terra dos Eslavos, a nova terra!
Затого вже буде повне,
Elle se remplira
Ele vai encher de pessoas
І попливе човен
Et le bateau naviguera
E o barco navegará
З широкими вітрилами
Muni de larges voiles
Com velas largas
І з добрим кормилом,
Et avec un bon gouvernail,
E com um bom leme,
Попливе на вольнім морі,
Naviguera sur la mer libre,
Naviguera no mar aberto
На широких хвилях.
Sur d’immenses vagues.
Em ondas enormes.
Слава тобі, Шафарику,
Gloire à toi, Safarik,
Glória a você, Safarik,
Вовіки і віки!
Pour l’éternité !
Nos séculos dos séculos !
Що звів єси в одно море
Toi, l’homme qui a regroupé dans une seule mer
Você, o homem que se reuniu em um mar
Слав’янськії ріки!
Les rivières slaves !
Os rios eslavos!

*

Привітай же в своїй славі
Accepte dans ta gloire
Aceite em sua glória
І мою убогу
Mon misérable don
Meu presente miserável
Лепту-думу немудрую
Ma pauvre douma
Minha pobre duma
 Про чеха святого,
Saint Tchèque,
Santo Checo,
Великого мученика,
Grand martyr,
Grande mártir
Про славного Гуса.
Toi, glorieux Hus.
Você, glorioso Hus.
Прийми, отче. А я тихо
Accepte, mon Père. Et tranquille
Aceite, meu pai. E quieto
Богу помолюся,
Je prierai Dieu
Vou rezar a Deus
Щоб усі слав’яне стали
Que tous les glorieux Slaves soient
Que todos os eslavos gloriosos sejam
 Добрими братами,
De bons frères,
Bons irmãos,
І синами сонця правди,
Et les fils du soleil de la vérité,
E os filhos do sol da verdade,
І єретиками
Et qu’ils soient des hérétiques
E que eles são hereges
Отакими, як констанцький
Comme celui de Constance
Como este homem da Constance
Єретик великий!
Le grandiose hérétique !
O grandioso herege!
Мир мирові подарують
Au monde, ils apporteront la paix
No mundo, eles trarão a paz
  І славу вовіки!
Et l’éternelle gloire !
E a eterna gloria!


**

Taras Chevtchenko
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

CAMOES OS LUSIADAS III-11 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-11 LES LUSIADES III-11
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-11

OS LUSIADAS III-11

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  11
Strophe 11

III-11

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-11
LES LUSIADES III-11

 *****

« Entre este mar e o Tánais vive estranha
« Entre cette mer et le fleuve Tanaïs* vivent des étranges
 Gente: Rutenos, Moseos e Livónios,
Peuples : les Ruthènes**, les Moscovites et les Livoniens***,
Sármatas outro tempo; e na montanha
Jadis appelés les Sarmates**** ; et des montagnes
  Hircínia os Marcomanos são Polónios.
Hercyniennes*****, nous trouvons les Marcomans****** , qui sont les Polonais.
Sujeitos ao Império de Alemanha
Puis nous avons les sujets de l’Empire d’Allemagne :
     São Saxones, Boêmios e Panónios,
 Ce sont les Saxons, les Bohémiens et les Pannoniens,
E outras várias nações, que o Reno frio
Et plusieurs autres nations, que le glacial Rhin
Lava, e o Danúbio, Amasis e Albis rio.
 Traverse, ainsi que le Danube, l’Amasis******* et l’Albis********. »

*****

NOTES ET PRECISIONS

*Tanaïs (Τάναϊς)- actuellement Le Don (Дон = « la rivière » chez les Scythes) qui se jette dans la mer d’Azov (Crimée-Mer Noire)  

**Les Ruthènes vivent dans les Carpates Orientales (Ukraine approximativement)

*** Les Livoniens : « LIVONIE, la (Géog.) province de l’empire russien, avec titre de duché, sur la mer Baltique, qui la borne au couchant, & sur le golfe de Finlande, qui la borne au nord. Cette province peut avoir environ cent milles germaniques de longueur, en la prenant depuis les frontieres de la Prusse jusqu’à Riga, & quarante milles dans sa plus grande largeur, sans y comprendre les îles. » (Jaucourt – L’Encyclopédie, 1re édition – 1751 Tome 9, p. 600)

****Les Sarmates :  » SARMATES ou SAUROMATES, s. f. pl. (Hist. anc.) nation nombreuse & belliqueuse, qui étoit divisée en plusieurs tribus. Leur pays appellé Sarmatie, se divisoit en Européenne & en Asiatique ; la premiere s’étendoit depuis la Vistule, jusqu’au Pont-Euxin, au Bosphore cimmérien, le Palus Méotide, & étoit séparée par le Tanaïs, de la Sarmatie Asiatique ou Scythie. Ce vaste pays renfermoit ceux qui sont connus aujourd’hui sous le nom de Pologne, de Russie, & une partie de la Tartarie.  Les Sarmates commencerent à menacer l’empire romain en 63 sous l’empire de Néron ; ils furent défaits en plusieurs occasions par Marc-Aurele, par Carus, par Constantin, sous l’empire duquel ils furent chassés par leurs esclaves nommés Limigantes ; mais ils furent remis en possession par l’empereur Constance. En 358, en 407, ils firent une irruption dans les Gaules avec plusieurs autres nations barbares. Leur pays fut ensuite subjugué par les Huns sous Attila. » (L’Encyclopédie, 1re édition – 1751 – Tome 14, p. 661)

***** Montagne Hercyniennes ou Chaîne Varisque

****** Les Marcomans : «  MARCOMANS, les (Géogr. anc.) Marcomani, ancien peuple de la Germanie, où ils ont habité différens pays. Spener croit ce mot formé de marck & de manner, deux mots allemands, qui signifient des hommes établis pour la garde & la défense des frontieres. On conjecture avec probabilité, que la demeure des Marcomans étoit entre le rhin & le Danube. Cluvier a tâché de marquer les bornes précises du pays des Marcomans. Il dit que le Nécre bornoit la Marcomanie au nord ; que le Kocker qui se joint au Nécre, & le Brentz qui se jette dans le Danube, la bornoient à l’orient, le Danube au midi, & le Rhin à l’occident. Tout cela est assez vraissemblable. De cette façon les Marcomans auroient possédé les terres que comprend le duché de Wirtemberg, la partie du Palatinat du Rhin qui est entre le Rhin & le Nécre, le Brisgaw, & la partie du duché de Souabe, située entre la source du Danube & le Brentz. » (L’Encyclopédie, 1re édition – 1751 – Tome 10, page 90)

******** Amasis = Ems aujourd’hui : « EMS, (Géog. mod.) fleuve d’Allemagne ; il a sa source au comté de la Lippe, passe dans l’Oost-Frise, & se jette dans la mer au-dessus d’Embden. » (L’Encyclopédie, 1re édition – 1751 Tome 5, p. 601)

********* Albis – Albia – Elbe -(Tchéquie & Allemagne) se jette dans la Mer du Nord

*********

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-11 LES LUSIADES III-11
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES

DON PELAYO REI DE ASTURIAS – Pélage le Conquérant -佩拉约 – Пелайо – Plaza de Oriente Madrid Мадрид – 马德里

Madrid – Мадрид – 马德里
——

Madrid Blason Artgitato  Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroño

Photos Jacky Lavauzelle
*

Madrid Drapeau Artgitato


PLAZA DE ORIENTE
La place de l’Orient
Плаза-де-Ориенте
东方广场

DON PELAYO
PELAGE LE CONQUERANT
Rei de Asturias
Premier Roi des Asturies
佩拉约 – Пелайо

685/690-737
Règne de 718 à 737
約685年-737年

 

don pelayo rey de asturias Plaza de Oriente Artgitato

Pelayo_en_la_batalla_de_Covadonga_Biiblioteca National de España

LES PELAGIENS

PÉLAGIENS, (Théologie) anciens hérétiques ainsi nommés de Pélage leur chef, & fort connus dans l’Eglise par les écrits de S. Augustin.
Pélage, auteur de cette secte, était anglais. On prétend que son nom anglais était Morgan, qui signifie mer, que l’on a rendu en grec & en latin par celui de Pélage. Il était moine, mais on ne sait pas certainement s’il avait embrassé ce genre de vie en Angleterre ou en Italie. Les Anglais prétendent qu’il avait été moine du monastère de Banchor, sans décider si c’était de celui qui est situé dans le pays de Galles ou d’un autre de même nom qui était en Irlande. On ajoute qu’il passa en Orient, où il commença à semer ses erreurs sur la fin du quatrième siècle ; d’autres disent qu’il vint à Rome & qu’il y dogmatisa au commencement du cinquième.

On peut rapporter à trois principaux chefs, les erreurs de Pélage & de ses disciples. Elles roulaient ; 1°. sur le péché originel ; 2°. sur les forces du libre arbitre ; 3°. sur la nature, l’existence & la nécessité de la grâce.
Quant au premier article, Pélage enseignait que nos premiers parents Adam & Eve avoient été créés mortels, que leur prévarication n’avait nui qu’à eux-mêmes, & nullement à leur postérité. 2°. Que les enfants qui naissent sont dans le même état où étaient Adam & Eve avant leur péché ; 3°. que ces enfants, quand même ils ne seraient pas baptisés auraient la vie éternelle, mais non pas le royaume des cieux ; car ils mettaient entre ces deux choses une distinction qu’eux seuls apparemment se piquaient d’entendre.
Quant au libre arbitre, ils prétendaient qu’il était aussi entier, aussi parfait, & aussi puissant dans l’homme, qu’il l’avait été dans Adam avant sa chute ; 2°. que par les propres forces du libre arbitre, l’homme pouvait parvenir à la plus haute perfection, vivre sans passions déréglées & même sans péché ; 3°. Julien un des sectateurs de Pélage, ajoutait que par les seules forces du libre arbitre, les infidèles pouvaient avoir de véritables vertus qui les rendissent parfaitement bons & justes, non-seulement dans l’ordre moral & naturel, mais encore dans l’ordre surnaturel.
Quant à la grâce ; Pélage soutint d’abord que les forces naturelles du libre arbitre suffisaient pour remplir tous les commandements de Dieu, vaincre les tentations ; en un mot, opérer toutes sortes de bonnes œuvres dans l’ordre du salut. Mais attaqué de toutes parts & poussé vivement par les Catholiques, il admit d’abord des grâces extérieures, comme la loi, la prédication de l’Evangile, les exemples de Jésus-Christ. Il alla ensuite jusqu’à reconnaître une grâce intérieure d’entendement pour les vérités révélées, non qu’il la jugeât absolument nécessaire, mais simplement utile pour en faciliter la connaissance. Enfin, il admit une grâce intérieure de volonté, mais réduite presque à rien par ses subtilités & par celles de ses disciples ; car ils soutenaient que cette grâce n’était nécessaire que pour achever les bonnes œuvres, & non pour les commencer ; qu’elle n’était pas absolument nécessaire pour opérer le bien, mais pour en faciliter l’opération ; & enfin que cette grâce n’était point gratuite, puisque Dieu ne la conférait aux hommes, qu’en considération de leurs mérites & à titre de justice. Or, selon eux, ces mérites étaient purement humains, produits par les seules forces de la nature. S. August. lib. de Gert. Pelag. de grat. & lib. arbitr. de grat. Christ. & contr. Julian. Tournély, trait. de la Grace, tom. I. disput. 1. art. 3.
On voit que ce système tend à anéantir la nécessité de la grace ; Pélage eut pour principaux disciples, Célestius & Julien, évêques d’Eclane en Sicile. Condamné en Afrique & en Orient par divers conciles, il trompa le pape Zozime par une feinte profession de foi ; mais ce pontife mieux instruit par les évêques d’Afrique, condamna Pélage & Celestius dans un concile tenu à Rome en 418 : leurs erreurs furent proscrites de toutes parts, tant par la puissance ecclésiastique, que par l’autorité séculière. On tint sur cette matière vingt-quatre conciles en dix-neuf ans, & les empereurs Honorius, Constance & Valentinien ayant appuyé par leurs lois les décisions de l’Eglise, le pélagianisme parut écrasé, mais il reparut en partie dans la suite sous le nom de semipélagianisme.
Ce fut en combattant ces hérétiques, que S. Augustin composa les divers ouvrages qui lui ont mérité le titre de docteur de la grâce. C’est aussi contre eux que S. Prosper à fait son poème intitulé contre les ingrats ; S. Hiérome, S. Fulgence & plusieurs autres pères ont aussi réfuté les Pélagiens. »

L’Encyclopédie, 1re édition
1751 – Tome 12, pp. 280-281

El_rey_Don_Pelayo_en_Covadonga El rey Don Pelayo en Covadonga, de Luis de Madrazo 1855 Museo del Prado, Madrid

LE REGNE DE PELAGE
Premier Roi des Asturies

718. Pelage est élu roi des Asturies par les chrétiens réfugiés dans les montagnes. Mort du calife Soliman. Son cousin Omar II lui succède.

719. Alahor s’empare de Narbonne. Vaincu par Pelage, il est rappelé. Victoire de Charles Martel remportée à Soissons sur Chilpéric II, Ragenfroy et Eudes, duc d’Aquitaine. Mort de Clotaire.

721. Eudes, duc d’Aquitaine, défend Toulouse contre les Arabes commandés par Zama, successeur d’Alahor

722. Pelage s’empare de Gijon, d’Astorga et de Léon.

737. Mort de Thierry IV. Charles Martel laisse le trône vacant pendant 5 années. Il essaye de comprimer l’esprit d’indépendance des leudes et des évêques de la Bourgogne méridionale et de la Provence qui se montraient favorables aux Sarrasins; il saccage Avignon et incendie les arènes de Nîmes. Mort de Pelage, 1er roi des Asturies. Son fils Favila lui succède.

Marie-Nicolas Bouillet
Bouillet – Atlas universel d’histoire et géographie, 1865 (1865)
1865 pp. 146-151
VIIIe siècle après Jésus-Christ