Archives par mot-clé : Bethléem

LES LARMES DU DEPART – OS LUSIADAS IV-87 – LES LUSIADES – LUIS DE CAMOES – Partimo-nos assim do santo templo

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-87 LES LUSIADES IV-87
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

**

*****************

« Partimo-nos assim do santo templo
« Ainsi nous laissons la sainte chapelle de Belém
Que nas praias do mar está assentado,
Protectrice des plages de ce rivage et de ces ondes,
Que o nome tem da terra, para exemplo,
Chapelle qui porte le nom de Bethléem,
Donde Deus foi em carne ao mundo dado.
Où Dieu devint chair pour se donner au monde.
Certifico-te, ó Rei, que se contemplo
Je te confie, ô Roi, qu’en repensant à cette heure
Como fui destas praias apartado,
A ce départ de nos de plages enflammées,
Cheio dentro de dúvida e receio,
Tout saisi de doute et de peur,
Que apenas nos meus olhos ponho o freio.
Mes larmes, je peux à peine les refreiner.

*****************

*****

 

MANUEL Ier de Portugal
Emmanuel Ier

« Le Ventureux »
31 mai 1469 Alcochete – 13 décembre 1521 Lisbonne
Succède à Jean II le 27 octobre 1495

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LA PAILLE DE LA CRÈCHE Poème de LOPE DE VEGA LAS PAJAS DEL PESEBRE

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*************

LAS PAJAS DEL PESEBRE
LA PAILLE DE LA CRÈCHE

********

Lorenzo Monaco, Adoration des mages, 1422

***********

Las pajas del pesebre
La paille de la crèche
niño de Belén 
enfant de Bethléem
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Lloráis entre pajas,
Vous pleurez dans la paille,
del frío que tenéis,
du froid qui vous prend,
hermoso niño mío,
mon bel enfant,
y del calor también.
et de chaleur aussi.
Dormid, Cordero santo;
Dormez, Agneau sacré ;
mi vida, no lloréis;
ma vie, ne pleurez pas :
que si os escucha el lobo,
que si le loup vous écoute
vendrá por vos, mi bien.
pour vous il viendra.
Dormid entre pajas
Dormez dans la paille
que, aunque frías las veis,
même si froide vous la trouvez,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Las que para abrigaros
Pour garder de la chaleur
tan blandas hoy se ven,
si doux aujourd’hui, ils paraissent,
serán mañana espinas
seront demain les épines
en corona crüel.
d’une couronne cruelle.
Mas no quiero deciros,
Mais je ne veux pas vous dire,
aunque vos lo sabéis,
bien que vous le sachiez,
palabras de pesar
des mots de regret
en días de placer;
dans ces jours de joie ;
que aunque tan grandes deudas
que bien que vous ayez de grandes dettes
en pajas las cobréis,
en paille vous les couvrirez,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Dejad en tierno llanto,
Laisse-toi pleurer tendrement,
divino Emmanüel;
divin Emmanuel;
que perlas entre pajas
les perles dans la paille
se pierden sin por qué.
se perdent sans raison.
No piense vuestra Madre
Ta Mère ne pense pas
que ya Jerusalén
que déjà Jérusalem
previente sus dolores
se doute de ses douleurs
y llora con José;
et pleure avec Joseph ;
que aunque pajas no sean
les pailles ne sont pas
corona para rey,
une couronne pour un roi,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.

***************************************************

LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

**************************************************

Signature de Lope de Vega
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Retour d’Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

LISBOA – LISBONNE





Retour d'Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

Casa-Museu Medeiros e Almeida
Rua Rosa Araújo

Photo Jacky Lavauzelle

 

Retour d’Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida




RETOUR D’EGYPTE
DE LA
SAINTE FAMILLE
A LA
CASA-MUSEU
MEDEIROS E ALMEIDA

Retour d’Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

LE DEPART DE LA SAINTE FAMILLE EN EGYPTE

« Après leur départ, voici qu’un ange du Seigneur apparut à Joseph pendant son sommeil, et lui dit : « Levez-vous, prenez l’Enfant et sa mère, fuyez en Égypte, et n’en partez pas que je ne vous le dise ; car Hérode va rechercher l’Enfant pour le faire périr. Joseph se leva, et, la nuit même, prenant l’Enfant avec sa mère, il se retira en Égypte. Et il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplît ce qu’avait dit le Seigneur par son Prophète : « J’ai rappelé mon fils de l’Égypte. » Alors Hérode, voyant que les Mages l’avaient trompé, entra dans une grande colère, et il fit tuer tous les enfants qui étaient dans Bethléem et dans les environs, depuis l’âge de deux ans et au-dessous, selon le temps dont il s’était enquis auprès des Mages. Alors fut accompli ce qu’avait annoncé le prophète Jérémie. « Une voix a été entendue dans Rama, des plaintes et des cris lamentables : Rachel pleurant ses enfants ; et elle ne veut pas être consolée, parce qu’ils ne sont plus. » »
Les Quatre Évangiles
saint Matthieu – Chapitre II
Traduction par Augustin Crampon
Editions Tolra et Haton – 1864

Retour d’Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

LE RETOUR D’EGYPTE DE LA SAINTE FAMILLE

 « Hérode étant mort, voici qu’un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph dans la terre d’Égypte, et lui dit : « Levez-vous, prenez l’Enfant et sa mère, et allez dans la terre d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie de l’Enfant sont morts. Joseph s’étant levé, prit l’Enfant et sa mère, et vint dans la terre d’Israël. Mais apprenant qu’Archélaüs régnait en Judée à la place d’Hérode, son père, il n’osa y aller, et, averti en songe, il se retira dans la Galilée et vint habiter une ville nommée Nazareth, afin que s’accomplit ce qu’avaient dit les prophètes : « Il sera appelé Nazaréen. »
Les Quatre Évangiles
saint Matthieu – Chapitre II
Traduction par Augustin Crampon
Editions Tolra et Haton – 1864

Retour d’Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

LE RETOUR DE LA SAINTE FAMILLE
PAR LA PREMIERE ENCYCLOPEDIE

« Saint Matthieu dit que Jésus étant né à Bethléem de Juda, les Mages vinrent d’Orient à Jérusalem pour s’informer du lieu de sa naissance, le nommant roi des Juifs : ubi est qui natus est rex Judæorum ? qu’Hérode & toute la ville en furent alarmés ; mais que ce prince prenant le parti de dissimuler, fit assembler les principaux d’entre les prêtres, pour savoir d’eux où devait naître le Christ ; que les prêtres lui répondirent que c’était à Bethléem de Juda ; qu’Hérode laissa partir les Mages pour aller adorer le Messie nouveau né ; qu’il se contenta de leur demander avec instance de s’informer avec soin de tout ce qui concernait cet enfant, afin qu’étant lui-même instruit, il pût, disait-il, lui rendre aussi ses hommages ; mais que son dessein secret était de profiter de ce qu’il apprendrait, pour lui ôter plus sûrement la vie ; que les Mages, après avoir adoré Jésus-Christ, & lui avoir offert leurs présents, avertis par Dieu même, prirent pour s’en retourner une route différente de celle par laquelle ils étaient venus, évitant ainsi de reparaître à la cour d’Hérode ; que Joseph reçut par un ange l’ordre de se soustraire à la colère de ce prince en fuyant en Egypte avec sa famille ; qu’Hérode voyant enfin que les Mages lui avoient manqué de parole, fit tuer tous les enfants de Bethléem & des environs depuis l’âge de deux ans & au-dessous, selon le tems de l’apparition de l’étoile ; qu’après la mort de ce prince, Joseph eut ordre de retourner avec l’enfant & sa mère dans la terre d’Israël ; mais qu’ayant appris qu’Archelaüs fils d’Hérode, régnait dans la Judée, il craignit, & n’osa y aller demeurer ; de sorte que sur un songe qu’il eut la nuit, il résolut de se retirer en Galilée, & d’établir son séjour à Nazareth, afin que ce que les Prophètes avoient dit fût accompli, que Jésus serait nommé Nazaréen : & venit in terram Israel, audiens autem quod Archelaus regnaret in Judæâ pro Herode patre suo, timens illò ire, & admonitus somnis, secessit in partes Galileæ & veniens habitavit in civitate quod vocatur Nazareth, ut adimpleretur quod dictum est per Prophetas, quoniam Nazareus vocabitur. »
Charles de Jaucourt, Boucher d’Argis
Première Edition de L’Encyclopédie de 1751

*****
LA SAINTE FAMILLE
*****

LISBOA – LISBONNE





Retour d'Egypte de la Sainte Famille en Galilée à la Casa-Museu Medeiros e Almeida

Casa-Museu Medeiros e Almeida
Rua Rosa Araújo

Photo Jacky Lavauzelle

LES TROIS ROIS -HEINRICH HEINE POÉSIE -LE LIVRE DES CHANTS XXXVII – Die heil’gen drei Könige aus Morgenland

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE
LE LIVRE DES CHANTS
LITTERATURE ALLEMANDE

Heinrich Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder




Christian Johann Heinrich Heine


Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine GedichteHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung
Traduction Jacky Lavauzelle




Buch der Lieder
Die Heimkehr
XXXVII
LE LIVRE DES CHANTS
LE RETOUR
 
1823-1824

****
HEINRICH HEINE GEDICHTE

Die heil’gen drei Könige aus Morgenland
****

*****

LES TROIS ROIS
***

*****

*

Die heil’gen drei Könige aus Morgenland,
Les trois Rois saints de l’est,
Sie frugen in jedem Städtchen:
Demandaient dans chaque ville :
Wo geht der Weg nach Bethlehem,
« Où se trouve la route de Bethléem,
 Ihr lieben Buben und Mädchen?
Chers garçons et filles ?

*

Die Jungen und Alten, sie wußten es nicht,
Ni les jeunes ni les vieux ne savaient,
Die Könige zogen weiter;
Les rois continuèrent à marcher ;
Sie folgten einem goldenen Stern,
Ils suivirent une étoile dorée,
Der leuchtete lieblich und heiter.
Qui charmante et joyeuse brillait.

*

Der Stern blieb stehn über Josehs Haus,
L’étoile se posa au-dessus de la maison de Joseph,
 Da sind sie hineingegangen;
C’est là qu’ils pénétrèrent ;
Das Oechslein brüllte, das Kindlein schrie,
Le veau beugla, l’enfant pleurait,
Die heil’gen drei Könige sangen.
Les trois Rois saints chantèrent.


 

****************************************

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
*************

UNE HISTOIRE DE SOUFFRANCE

Les Mains & La Beauté musicale de Heine

Mais ce qui m’intéressait plus encore que les discours de Heine, c’était sa personne, car ses pensées m’étaient connues depuis longtemps, tandis que je voyais sa personne pour la première fois et que j’étais à peu près sûr que cette fois serait l’unique. Aussi, tandis qu’il parlait, le regardai-je encore plus que je ne l’écoutai. Une phrase des Reisebilder me resta presque constamment en mémoire pendant cette visite : « Les hommes malades sont véritablement toujours plus distingués que ceux en bonne santé. Car il n’y a que le malade qui soit un homme ; ses membres racontent une histoire de souffrance, ils en sont spiritualisés. » C’est à propos de l’air maladif des Italiens qu’il a écrit cette phrase, et elle s’appliquait exactement au spectacle qu’il offrait lui-même. Je ne sais jusqu’à quel point Heine avait été l’Apollon que Gautier nous a dit qu’il fut alors qu’il se proclamait hellénisant et qu’il poursuivait de ses sarcasmes les pâles sectateurs du nazarénisme : ce qu’il y a de certain, c’est qu’il n’en restait plus rien alors. Cela ne veut pas dire que la maladie l’avait enlaidi, car le visage était encore d’une singulière beauté ; seulement cette beauté était exquise plutôt que souveraine, délicate plutôt que noble, musicale en quelque sorte plutôt que plastique. La terrible névrose avait vengé le nazarénisme outragé en effaçant toute trace de l’hellénisant et en faisant reparaître seuls les traits de la race à laquelle il appartenait et où domina toujours le spiritualisme exclusif contre lequel son éloquente impiété s’était si souvent élevée. Et cet aspect physique était en parfait rapport avec le retour au judaïsme, dont les Aveux d’un poète avaient récemment entretenu le public. D’âme comme de corps, Heine n’était plus qu’un Juif, et, étendu sur son lit de souffrance, il me parut véritablement comme un arrière-cousin de ce Jésus si blasphémé naguère, mais dont il ne songeait plus à renier la parenté. Ce qui était plus remarquable encore que les traits chez Heine, c’étaient les mains, des mains transparentes, lumineuses, d’une élégance ultra-féminine, des mains tout grâce et tout esprit, visiblement faites pour être l’instrument du tact le plus subtil et pour apprécier voluptueusement les sinuosités onduleuses des belles réalités terrestres ; aussi m’expliquèrent-elles la préférence qu’il a souvent avouée pour la sculpture sur la peinture. C’étaient des mains d’une rareté si exceptionnelle qu’il n’y a de merveilles comparables que dans les contes de fées et qu’elles auraient mérité d’être citées comme le pied de Cendrillon, ou l’oreille qu’on peut supposer à cette princesse, d’une ouïe si fine qu’elle entendait l’herbe pousser. Enfin, un dernier caractère plus extraordinaire encore s’il est possible, c’était l’air de jeunesse dont ce moribond était comme enveloppé, malgré ses cinquante-six ans et les ravages de huit années de la plus cruelle maladie. C’est la première fois que j’ai ressenti fortement l’impression qu’une jeunesse impérissable est le privilège des natures dont la poésie est exclusivement l’essence. Depuis, le cours de la vie nous a permis de la vérifier plusieurs fois et nous ne l’avons jamais trouvée menteuse.

Émile Montégut
Esquisses littéraires – Henri Heine
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 63
1884

****************************************

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE

Heinrich Heine Poésie Gedichte

LES TROIS ROIS MAGES D’ORIENT Heinrich Heine – Die heilgen drei Könige aus Morgenland

LITTERATURE ALLEMANDE
Christian Johann Heinrich Heine
Les Trois Rois Mages d’Orient Heine




Die heilgen drei Könige aus Morgenland

Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine



HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle

Die heilgen drei Könige aus Morgenland

Les Trois Rois Mages d’Orient

*




les-trois-rois-mages-dorient-heinrich-heine-die-heilgen-drei-konige-aus-morgenland-artgitato-leonard-de-vinci-ladoration-des-mages-galerie-des-offices-florenceLeonard de Vinci
L’Adoration des Mages Galerie des Offices Florence

*

Die heilgen drei Könige aus Morgenland,
Les trois rois mages d’Orient,
 Sie frugen in jedem Städtchen:
Demandaient dans chaque ville :
Wo geht der Weg nach Bethlehem,
  « Où se trouve la route qui mène à Bethléem,
Ihr lieben Buben und Mädchen?
Mes chers garçons et mes chères filles ? « 

*

Die Jungen und Alten, sie wußten es nicht,
Les jeunes et les vieux ne savaient pas,
Die Könige zogen weiter;
Les rois continuèrent d’avancer ;
Sie folgtem einem goldenen Stern,
Suivant une étoile d’or,
Der leuchtete lieblich und heiter.
Qui rayonnait belle et joyeuse.

*

Der Stern blieb stehn über Josephs Haus,
L’étoile se tenait toujours au-dessus de la maison de Joseph,
Da sind sie hineingegangen;
Alors ils sont entrés ;
  Das Öchslein brüllte, das Kindlein schrie,
Le bœuf mugissait, l’enfant pleurait,
Die heilgen drei König sangen.
Les trois rois mages chantaient.

*
les-trois-rois-mages-dorient-heinrich-heine-artgitato-andrea-mantegna-ladoration-des-mages

Andrea Mantegna L’ Adoration des mages

********************
Les Trois Rois Mages d’Orient
Heinrich Heine


Ivan « dědek » Šmíd – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem

TCHEQUIE – Česká republika
Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (24)
Jílovice

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (25)

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (20)

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Ivan « dědek » Šmíd
Ivan Šmíd
Jílovice
Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (23)

Betlémy
Bethléem

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (1) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (2) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (3) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (4) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (5) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (6) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (7)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (8) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (9) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (10)

 

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – BethléemIvan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (12) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (13) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (14)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (15) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (16) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (18) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (19)Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem  Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (22)     Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (29) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (30)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (31) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (32) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (33)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – BethléemIvan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (34) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (35) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (36)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (37) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (38) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (40) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (41) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (42) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (44) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (45) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (46) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (47) Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (48)

Ivan « dědek » Šmíd  – Ivan Šmíd – Jílovice – Betlémy – Bethléem


NAISSANCE DE JÉSUS.
ADORATION DES BERGERS

Par la Comtesse de Ségur

 

Le lendemain, la grand’mère trouva tous les enfants rassemblés quelque temps avant l’heure, tant ils étaient impatients de savoir ce qui allait arriver. Ils se placèrent devant elle comme la veille ; elle commença :
Peu de temps avant la naissance de Jésus, César-Auguste, Empereur de Rome et maître de la Judée, ordonna qu’on fit le compte de tous les habitants des terres qui lui étaient soumises. Cyrinus, gouverneur de la Syrie, fit pour la Judée ce compte qu’on appelle dénombrement. Joseph vivait à Nazareth, ville de la Galilée ; quand il apprit l’ordre donné par César, il fut obligé d’aller se faire inscrire à Bethléem, petite ville de la Judée, près de Jérusalem, éloignée de vingt-cinq lieues de Nazareth ; c’était la patrie du Roi David et de sa famille. Il partit donc avec Marie son épouse ; le voyage fut long. Marie était fatiguée, et quand ils arrivèrent à Bethléem, ils ne trouvèrent pas de logement, parce que ce dénombrement avait fait venir beaucoup de monde dans la ville.
Ne sachant où il pourrait loger Marie, Joseph sortit de la ville, et il trouva près des portes une grotte profonde qui servait d’étable à des vaches et à des ânes. Le Roi David s’y était reposé souvent quand il était berger, car c’était là qu’il gardait ses troupeaux. Joseph arrangea dans cette étable une couche de paille pour Marie, et c’est là, dans cette étable, que Jésus vint au monde.
Il y avait dans les environs, des bergers qui gardaient les troupeaux dans la campagne de Bethléem comme au temps du Roi David, et qui veillaient chacun à leur tour, pour qu’on ne volât pas leurs troupeaux.
Tout à coup, au milieu de la nuit, vers minuit, un Ange du Seigneur leur apparut ; et ils furent enveloppés d’une lumière éblouissante, ce qui leur causa une grande frayeur. Mais l’Ange leur dit :
« Ne craignez point, car je viens vous annoncer une nouvelle qui sera pour tous une grande joie. Dans Bethléem, la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Voici à quoi vous le reconnaîtrez. Vous trouverez dans une étable un enfant enveloppé de langes et couché dans une Crèche. »
Valentine. Qu’est-ce que c’est, une crèche ?
Grand’mère. Une crèche est l’espèce de mangeoire dans laquelle on donne à manger aux bêtes de l’étable.
Jeanne. Mais le pauvre petit enfant devait être très-mal là dedans ?
Grand’mère. Oui, il était très-durement et très-mal, mais il a voulu que ce fût ainsi.
Jacques. Comment le bon Dieu, qui était son Père, qui a tout ce qu’il veut, ne lui a-t-il pas donné un beau petit lit bien chaud, dans une chambre bien jolie, au lieu de le laisser dans une vilaine crèche et dans une sale étable ?
Grand’mère. Parce que l’enfant Jésus a voulu nous faire voir par son exemple qu’il ne faut pas aimer et désirer les richesses de ce monde, et qu’on doit aimer les privations et les humiliations.
Petit-Louis. Je ne veux pas coucher dans une crèche, moi, ni dans une étable.
Grand’mère. On n’est pas obligé de coucher dans une crèche ni dans une étable, mais tout le monde est obligé de ne pas être douillet ni délicat et de ne pas trop aimer ses aises.
Henriette. Écoute, Loulou, va dans une crèche puisque le petit Jésus y a été ; tu sais bien qu’il faut l’imiter.
Petit-Louis. Et toi ?
Henriette. Non, moi pas ; je resterai avec papa et maman.
Petit-Louis. Tiens ! pourquoi cela ?
Henriette. Pour qu’ils ne soient pas seuls.
Grand’mère. Ce n’est pas gentil cela ! tu veux envoyer le pauvre Louis dans une étable, et toi tu ne veux pas y aller ; pas du tout pour que ta maman et ton papa ne soient pas seuls, mais parce que tu crains d’être mal dans l’étable.
Henriette rougit, ne répond pas et embrasse Louis, qui lui donne un petit coup de poing.
Grand’mère. Voyons, mes enfants, ne vous disputez pas et laissez-moi continuer.
L’Ange dit aux bergers comment ils reconnaîtraient le Sauveur, le Christ, le Seigneur. Au même moment, une troupe nombreuse d’Anges se joignit à celui qui parlait aux bergers ; et ils chantaient tous admirablement : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »
Au bout de quelque temps, les Anges quittèrent les bergers, et les bergers se dirent les uns aux autres : « Allons à Bethléem ; allons voir ce qui est arrivé, et ce que le Seigneur vient de nous faire annoncer par ses anges. »
Ils se dépêchèrent donc d’y aller et ils trouvèrent dans l’étable Joseph et Marie, avec l’enfant Jésus enveloppé dans des langes et couché dans une crèche. En le voyant, ils l’adorèrent, et ils reconnurent la vérité de ce que leur avait dit l’Ange. Et tous ceux auxquels ils le racontèrent, admiraient ce que leur disaient les bergers.
Et Marie conservait le souvenir de ces choses et adorait Jésus dans son cœur.
Au bout de huit jours, il fallut que Joseph fît circoncire l’enfant, auquel il donna le nom de Jésus, comme l’avait commandé l’Ange Gabriel à Marie.

Comtesse de Ségur
Évangile d’une grand’mère
1865
Librairie de L. Hachette et Cie, 1867
pp. 17-20
Chapitre V

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (26)

Adresa Ivan « dědek » Šmíd
Libošovice – Nepřívěc č.p. 9
507 45  Mladějov v Čechách
http://www.smidivan.cz/

Ivan Smíd Jílovice Betlémy Bethléem Artgitato (49)