Archives par mot-clé : amore

Quousque eadem ? Poème de Gabriele d’ANNUNZIO (Sonnet) – Poesia & traduzione – Sonetto

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-


(sonnet-sonetto)

Quousque eadem ?

Oh cessate! La musica mi stanca.
Cessez ! La musique me fatigue !
Ho disgusto del sogno come d’una
Je suis las du rêve comme d’une
bevanda troppo facile. Nessuna
boisson trop douceAucune
magia mi renderà quel che mi manca.
magie ne me rendra ce qui me manque.

*

Con quanto affanno il giovincello arranca
Avec beaucoup de peine le jeune homme boite
dietro l’amore, dietro la fortuna!
derrière l’amour, derrière la fortune !
La donna, se ben fa come la luna,
La femme, comme la lune,
è sempre quella, sia bruna, sia bianca.
est toujours à la fois sombre et blanche.

*

Estati, autunni, inverni, primavere,
Etés, automnes, hivers, printemps,
o vicende costanti, ore infinite,
ô événements incessants, heures interminables,
che stanchezza m’assale s’io vi penso!
quel épuisement m’étreint quand à vous je pense !

*

O stanchezza indicibile, d’avere
Ô fatigue indicible, d’avoir
sempre su ’l capo il ciel mite ed immite!
toujours sur la tête le ciel doux et tempétueux !
Chi potrà darmi un qualche nuovo senso?
Qui pourra me donner une nouveau frisson ?

 

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 57-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 57

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 57
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 57

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 57

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

57/366

Mie venture al venir son tarde et pigre,
Mes projets sont retardés et paresseux,
la speme incerta, e ’l desir monta et cresce,
l’espoir incertain, et monte le désir et se développe,
onde e ’l lassare et l’aspectar m’incresce;
où de laisser et d’attendre j’en suis désolé ;
 et poi al partir son piú levi che tigre.
et puis partir plus rapide que le tigre.

*

Lasso, le nevi fien tepide et nigre,
Hélas, les neiges deviendront tièdes et noires,
e ’l mar senz’onda, et per l’alpe ogni pesce,
et la mer sans onde, et sur l’alpe seront tous les poissons,
et corcherassi il sol là oltre ond’esce
et le coucher du soleil  là-bas d’où sorte
d’un medesimo fonte Eufrate et Tigre,
la même source de l’Euphrate et du Tigre,

*

prima ch’i’ trovi in ciò pace né triegua,
avant que ne trouve ainsi ni paix ni trêve,
o Amore o madonna altr’uso impari,
ou Amour ou ma dame un autre usage apprennent,
che m’ànno congiurato a torto incontra.
que conjurés à tort contre moi.

*

Et s’i’ ò alcun dolce, è dopo tanti amari,
Et si le doux arrive, après tant d’amertume,
che per disdegno il gusto si dilegua:
que de dédain le goût disparaît :
altro mai di lor gratie non m’incontra.
rien d’autre de leurs bontés jamais ne rencontre.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 57
le chansonnier Pétrarque 57
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 56-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 56

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 56
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 56

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 56

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

56/366

Se col cieco desir che ’l cor distrugge
Si avec désir aveugle qui me détruit le cœur
contando l’ore no m’inganno io stesso,
en comptant les heures je ne me suis pas trompé,
ora mentre ch’io parlo il tempo fugge
à l’heure où je parle maintenant le temps est compté
ch’a me fu inseme et a mercé promesso.
qui me fut à moi même et à merci promis.

*

Qual ombra è sí crudel che ’l seme adugge,
Quelle ombre est si cruelle qui étouffe la semence,
ch’al disïato frutto era sí presso?
Qui du fruit tant désiré se trouvait si près ?
et dentro dal mio ovil qual fera rugge?
et dans ma bergerie qui rugit ainsi ?
tra la spiga et la man qual muro è messo?
entre l’oreille et l’homme quel est donc ce mur ?

*

Lasso, nol so; ma sí conosco io bene
Hélas, je ne sais ; mais ce que je connais bien
che per far piú dogliosa la mia vita
c’est que ce qui a rendu ma vie plus triste
amor m’addusse in sí gioiosa spene.
c’est amour m’apportant un si joyeux espoir.

*

Et or di quel ch’i’ ò lecto mi sovene,
Et de ce que j’ai lu, je me souviens,
che ’nanzi al dí de l’ultima partita
qu’avant l’aube de l’ultime départ
huom beato chiamar non si convene.
d’homme plus béni ne pouvait se concevoir.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 56
le chansonnier Pétrarque 56
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 54-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 54

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 54
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  54

LE CHANSONNIER PETRARQUE
54

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

54/366

Perch’al viso d’Amor portava insegna,
Car au visage d’Amour portait l’enseigne,
mosse una pellegrina il mio cor vano,
une pèlerine pénétra dans mon cœur vain,
ch’ogni altra mi parea d’onor men degna.
il me semblait que tous les autres honneurs étaient moins dignes.

*

Et lei seguendo su per l’erbe verdi,
Et en la suivant par les herbes vertes,
udí’ dir alta voce di lontano:
j’entendis une voix au-dessus de moi et de loin:
Ahi, quanti passi per la selva perdi!
Ah, combien de pas perdus dans la forêt !

*

Allor mi strinsi a l’ombra d’un bel faggio,
Puis je me retrouvai à l’ombre d’un grand hêtre,
tutto pensoso; et rimirando intorno,
tout pensif ; et, regardant autour,
vidi assai periglioso il mio vïaggio;
je pris conscience du danger de mon voyage ;

*

et tornai indietro quasi a mezzo ’l giorno.
et je rentrai à la mi-journée.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 54
le chansonnier Pétrarque 54
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque 52-CANZONIERE PETRARCA 52

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 52
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca 52

LE CHANSONNIER PETRARQUE
52

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

52/366

Non al suo amante piú Dïana piacque,
Pas plus à son amant Diane ne plut,
quando per tal ventura tutta ignuda
quand, comme aventure, toute nue
la vide in mezzo de le gelide acque,
il la vit au milieu de l’eau glacée,

*

ch’a me la pastorella alpestra et cruda
qu’à moi la pastourelle alpestre et cruelle
posta a bagnar un leggiadretto velo,
en train de baigner un voile léger,
,ch’a l’aura il vago et biondo capel chiuda,
qui à l’aure ses cheveux blonds attachât.

*

tal che mi fece, or quand’egli arde ’l cielo,
tel que j’étais , quand le ciel est brûlant,
tutto tremar d’un amoroso gielo.
d’un gel amoureux tout tremblant.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 52
le chansonnier Pétrarque 52
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 51-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 51

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 51
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 51

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 51

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

51/366

Poco era ad appressarsi agli occhi miei
Un peu plus se rapprochait de mes yeux
la luce che da lunge gli abbarbaglia,
la lumière qui de loin les aveuglait,
che, come vide lei cangiar Thesaglia,
qu’ainsi, comme la voyait changer Thessalie,
cosí cangiato ogni mia forma avrei.
J’ai changé toute ma forme.

*

Et s’io non posso transformarmi in lei
Et si je ne puis me transformer en elle
piú ch’i’ mi sia (non ch’a mercé mi vaglia),
car je suis déjà (non qu’à la miséricorde me serve),
di qual petra piú rigida si ’ntaglia
de la pierre la plus dure qui se puisse tailler
pensoso ne la vista oggi sarei,
j’aurais été avec un regard pensif,

*

o di diamante, o d’un bel marmo biancho,
ou de diamant ou d’un beau marbre blanc,
per la paura forse, o d’un dïaspro,
peut-être par la peur, ou de jaspe,
pregiato poi dal vulgo avaro et scioccho;
apprécié du vulgaire, de l’avare et du sot ;

*

et sarei fuor del grave giogo et aspro,
et je serais hors du joug âpre et sévère,
per cui i’ ò invidia di quel vecchio stancho
pour lequel j’envie ce vieil homme
che fa co le sue spalle ombra a Marroccho.
dont les épaules assombrissent le Maroc.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 51
le chansonnier Pétrarque sonnet 51
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 49-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 49

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 49
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 49

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 49

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

49/366

Perch’io t’abbia guardato di menzogna
Toi que j’ai préservée des mensonges
a mio podere et honorato assai,
avec fermeté et  beaucoup d’honneur,
ingrata lingua, già però non m’ài
langue ingrate, et qui pourtant ne m’a pas 
renduto honor, ma facto ira et vergogna:
rendu honneur, mais bien apporté colère et honte :

*

ché quando piú ’l tuo aiuto mi bisogna
Car, alors que de ton aide j’avais le plus grand besoin
per dimandar mercede, allor ti stai
pour demander remerciement,  alors tu restais
sempre piú fredda, et se parole fai,
toujours plus froide, et si des mots tu élaborais,
son imperfecte, et quasi d’uom che sogna.
ils n’étaient qu’imparfaits, comme un homme qui rêve.

*

Lagrime triste, et voi tutte le notti
Des larmes tristes, et vous, tous les soirs,
m’accompagnate, ov’io vorrei star solo,
m’accompagnez, quand seul j’aurais voulu,
poi fuggite dinanzi a la mia pace;
puis preniez la fuite quand revenait ma paix ;

*

et voi sí pronti a darmi angoscia et duolo,
et vous si prompts à me donner le chagrin et le deuil,
sospiri, allor traete lenti et rotti:
les soupirs, alors dessiniez lentement et par à-coups :
 sola la vista mia del cor non tace.
seulement la vue de mon cœur, elle, ne se tait pas.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 49
le chansonnier Pétrarque sonnet 49
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 48-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 48

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 48
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 48

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 48

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

48/366

Se mai foco per foco non si spense,
Si jamais le feu par le feu ne s’estompa,
né fiume fu già mai secco per pioggia,
ni rivière ne fut plus sèche après la pluie,
ma sempre l’un per l’altro simil poggia,
mais toujours augmenté l’un par l’autre similaire,
et spesso l’un contrario l’altro accense,
et souvent allumé l’un par son contraire,

*

Amor, tu che’ pensier’ nostri dispense,
Amour, toi qui pensées nous dispense,
al qual un’alma in duo corpi s’appoggia,
et qu’en une âme en deux corps repose,
perché fai in lei con disusata foggia
pourquoi fais-tu en elle avec cette forme double
men per molto voler le voglie intense?
par trop de vouloir des envies moins intenses ?

*

 Forse sí come ’l Nil d’alto caggendo
Peut-être que le Nil du haut de sa chute
col gran suono i vicin’ d’intorno assorda,
avec grand bruit autour assourdit,
e ’l sole abbaglia chi ben fiso ’l guarda,
et que le soleil éblouit celui qui, dans les yeux, le fixent,

*

 cosí ’l desio che seco non s’accorda,
ainsi le désir, qui ne s’accorde pas avec soi,
ne lo sfrenato obiecto vien perdendo,
parvient à perdre ce pour quoi il soupire,
   et per troppo spronar la fuga è tarda.
et qu’à trop éperoner, la fuite n’en sera que plus longue.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 48
le chansonnier Pétrarque sonnet 48
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 47-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 47

 

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 47
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 47

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 47

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

47/366

Io sentia dentr’al cor già venir meno
Je sentais dans mon cœur déjà disparaître
gli spirti che da voi ricevon vita;
les esprits qui de vous reçoivent la vie ;
et perché naturalmente s’aita
comme, naturellement, résistent
contra la morte ogni animal terreno,
contre la mort tous les animaux de la terre,

*

largai ’l desio, ch’i teng’or molto a freno,
le grand désir, que depuis longtemps je réfrène,
et misil per la via quasi smarrita:
et que je mis sur une voie presque perdue :
però che dí et notte indi m’invita,
Parce que nuit et jour ensuite il m’invite,
 et io contra sua voglia altronde ’l meno.
et moi contre sa volonté je le mène autre part.

*

Et mi condusse, vergognoso et tardo,
Et il me conduisit, honteux et tardif,
a riveder gli occhi leggiadri, ond’io
à revoir les yeux gracieux, dont je,
per non esser lor grave assai mi guardo.
pour ne pas la choquer, me gardais.

*

Vivrommi un tempo omai, ch’al viver mio
Je vivrai un temps désormaisque sur ma vie
tanta virtute à sol un vostro sguardo;
tant de vertu un seul de vos regards a pris;
et poi morrò, s’io non credo al desio.
et puis je mourrai, si je ne pense qu’au désir.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 47
le chansonnier Pétrarque sonnet 47
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 46-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 46

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 46
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 46

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 46

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

46/366

L’oro et le perle e i fior’ vermigli e i bianchi,
L’or, les perles, les fleurs pourpres et blanches,
che ’l verno devria far languidi et secchi,
que l’hiver devrait languir et sécher,
son per me acerbi et velenosi stecchi,
sont pour moi autant d’acerbes et toxiques épines,
ch’io provo per lo petto et per li fianchi.
que je ressens dans ma poitrine et par mes flancs.

*

erò i dí miei fien lagrimosi et manchi,
Ainsi ma fin sera larmoyante et courte,
ché gran duol rade volte aven che ’nvecchi:
Car grande douleur rarement advient d’un vieux deuil :
ma piú ne colpo i micidiali specchi,
mais plus la faute en est aux miroirs mortels,
 che ’n vagheggiar voi stessa avete stanchi.
qu’à contempler avec joie, vous avez fatigué. 

*

Questi poser silentio al signor mio,
Ils ont imposé silence à mon seigneur,
che per me vi pregava, ond’ei si tacque,
qui pour vous priez, c’est pourquoi il était silencieux,
veggendo in voi finir vostro desio;
voyant en vous votre désir s’amenuiser ;

*

questi fuor fabbricati sopra l’acque
Ceux-ci furent fabriqués sur les eaux
d’abisso, et tinti ne l’eterno oblio,
de l’abîme, et teinté dans l’oubli, éternel
onde ’l principio de mia morte nacque.
d’où le principe de ma mort est né.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 46
le chansonnier Pétrarque sonnet 46
canzoniere poet