Archives par mot-clé : alfred edward housman

To an Athlete Dying Young – LA MORT DE L’ATHLETE- A. E. HOUSMAN -A SHROPSHIRE LAD XIX

LITTERATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
XIX

1896

**
To an Athlete Dying Young


 LA MORT DE L’ATHETE
« A UN ATHLETE MORT JEUNE »
****************

Traduction Jacky Lavauzelle
Luc-Olivier Merson, Le soldat de Marathon, Philippidès annonçant la victoire après la bataille de Marathon, 1869

****

 

The time you won your town the race
Au temps où, par ta course, tu fis gagner ta ville
We chaired you through the market-place;
Nous te portâmes à travers la place du marché ;
Man and boy stood cheering by,
Tous se tenaient debout,
And home we brought you shoulder-high.
Et jusqu’à ta maison, nous te tenions, sur nos épaules.

*

Today, the road all runners come,
Aujourd’hui, sur la route marchent tous les coureurs,
Shoulder-high we bring you home,
Sur nos épaules, nous te ramenons chez toi,
And set you at your threshold down,
Et te déposons sur ton seuil,
 Townsman of a stiller town.
Propriétaire d’une maison silencieuse.

*

Smart lad, to slip betimes away
Quelle sagesse que de vite savoir sortir
From fields where glory does not stay,
Des champs où la gloire ne cherche qu’à fuir,
And early though the laurel grows
Si tôt le laurier fleuri
It withers quicker than the rose.
Que, plus vite que la rose, le voici flétri.

*

Eyes the shady night has shut
Les yeux dans  la nuit noire se sont fermés
Cannot see the record cut,
Qui ne verront plus l’ombre des trophées,
And silence sounds no worse than cheers
Et peu importe le silence ou les hourras
After earth has stopped the ears.
Quand la terre a bouché les oreilles.

*

Now you will not swell the rout
Maintenant te seront inconnues toutes ces déroutes
Of lads that wore their honours out,
Des hommes qui portent leurs honneurs jaunis,
 Runners whom renown outran
Des coureurs à qui et la renommée
And the name died before the man.
Et le nom avant eux se sont effacés.

*

So set, before its echoes fade,
Alors, avant que ses échos disparaissent,
The fleet foot on the sill of shade,
Le pied flottant sur le seuil des ombres,
And hold to the low lintel up
Et tenant par le bas du linteau
The still-defended challenge-cup.
Toujours défendant son trophée.

*

And round that early-laurelled head
Et autour de cette tête porteuse précocement de lauriers
Will flock to gaze the strengthless dead,
S’attrouperont les morts sans force,
And find unwithered on its curls
Qui trouveront sur ses boucles, vigoureuse encore,
The garland briefer than a girl’s.
Une guirlande plus éphémère que celle que porte les jeunes filles.

*

**************************

To an Athlete Dying Young

HOUSMAN POÈME

LE DON DU PRINTEMPS- Poème d’Alfred Edward HOUSMAN -(A SHROPSHIRE LAD – V) – Oh see how thick the goldcup flowers

LITTERATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
V

1896

**
OH see how thick the goldcup flowers 

 LE DON DU PRINTEMPS

****************

Traduction Jacky Lavauzelle
Vincent Van Gogh, Verger en fleurs et vue d’Arles, 1889, huile sur toile , Neue Pinakothek ,Munich

OH see how thick the goldcup flowers 
OH voyez les boutons d’or ! Voyez
Are lying in field and lane, 
Comme dans le champ et sur la voie, ils se sont couchés,
 With dandelions to tell the hours 
Avec les pissenlits pour dire les heures
That never are told again. 
Qui jamais plus ne seront.
 Oh may I squire you round the meads
Oh, puis-je vous accompagner
And pick you posies gay? 
Et vous cueillir de gai petit bouquet ?
—’Twill do no harm to take my arm. 
– « Je ne vois rien qui s’oppose à ce que mon bras vous preniez.
     ’You may, young man, you may.’ 
Vous pouvez, jeune homme, vous pouvez ! »

*

Ah, spring was sent for lass and lad, 
Ah, le printemps est un don fait aux filles et aux garçons,
 ’Tis now the blood runs gold,
C’est maintenant que le sang chaud coule d’or ;
And man and maid had best be glad 
Que les garçons et les filles soient joyeux
 Before the world is old. 
Avant que le monde ne soit vieux.
What flowers to-day may flower to-morrow, 
Les fleurs d’aujourd’hui peuvent refleurir demain,
 But never as good as new. 
Mais ne refleurirons jamais plus aussi bien.
  —Suppose I wound my arm right round—
-Supposez qu’autour de vous, je place mon bras-
 ‘’Tis true, young man, ’tis true.’ 
« C’est cela, jeune homme, c’est cela ! »   

*

Some lads there are, ’tis shame to say, 
Il y a des gars, quelle infamie,
 That only court to thieve, 
Qui font la cour comme un larcin,
And once they bear the bloom away 
Et une fois qu’ils ont arrachée la fleur
 ’Tis little enough they leave.
Ils ne laissent plus que des miettes quand ils partent.
Then keep your heart for men like me 
Alors gardez votre cœur pour des gens comme moi
 And safe from trustless chaps. 
Et à l’abri de chapardeur sans confiance.
My love is true and all for you. 
Mon amour est vrai et tout à vous.
    ‘Perhaps, young man, perhaps.’ 
« Peut-être, jeune homme, peut-être ! »

*

Oh, look in my eyes then, can you doubt?
Oh, regardez dans mes yeux alors, pouvez-vous douter?
  —Why, ’tis a mile from town. 
-Pourquoi, c’est à un mille de la ville.
How green the grass is all about! 
Comme tout autour l’herbe est si verte !
We might as well sit down. 
Nous pourrions aussi bien nous asseoir.
—Ah, life, what is it but a flower? 
-Ah, la vie, qu’Est-ce si ce n’est une fleur ?
     Why must true lovers sigh?
Pourquoi les vrais amants soupirent-ils ?
Be kind, have pity, my own, my pretty,— 
Soyez gentille, ayez pitié, ma jolie,
‘Good-bye, young man, good-bye.’
 « Au revoir, jeune homme, au revoir ! »

*

**************************

HOUSMAN POÈME

LE BONHEUR PERDU HOUSMAN POEMS A SHROPSHIRE LAD XL

LITTÉRATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais
Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 


LES POÈMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XL
LE BONHEUR PERDU

****************

 Into my heart on air that kills
Dans mon cœur un air qui tue,
 From yon far country blows:
Qui vient de là-bas, de très loin, souffle :
What are those blue remembered hills,
Quelles sont ces collines bleues dont je me rappelle,
 What spires, what farms are those?
Que sont ces flèches, que sont ces fermes ? 

*

That is the land of lost content,
C’est la terre du bonheur perdu,
 I see it shining plain,
Je la revois somptueuse,
The happy highways where I went
Marchant sur des routes joyeuses
And cannot come again.
Mais où jamais je ne reviendrai.

*****

**************************

HOUSMAN POÈME
A SHROPSHIRE LAD

CHAIR A CANON – HOUSMAN POEMES On the idle hill of summer

LITTÉRATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais
Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 

LES POÈMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XXXV
CHAIR A CANON

****************

On the idle hill of summer,
Sur la colline plongée dans un soleil d’été,
Sleepy with the flow of streams,
Assoupi par le flux du ruisseaux,
 Far I hear the steady drummer
Au loin, j’entends des battements réguliers
Drumming like a noise in dreams.
Comme venant de mes rêves.

*

Far and near and low and louder
Ils s’approchent pour repartir, ils s’amplifient pour se taire
On the roads of earth go by,
Sur les routes de la Terre,
Dear to friends and food for powder,
Chers aux amis et chairs à canon,
Soldiers marching, all to die.
Les soldats marchent et marchent pour mourir.

*

East and west on fields forgotten
À l’est comme à l’ouest sur les champs oubliés
Bleach the bones of comrades slain,
Blêmes sont les os des camarades tués,
Lovely lads and dead and rotten;
Beaux jeunes hommes morts et putréfiés ;
None that go return again.
Aucun ne reviendra plus jamais.

*

Far the calling bugles hollo,
Au loin l’appel des clairons,
 High the screaming fife replies,
Auquel la flûte répond,
 Gay the files of scarlet follow:
Suivent joyeuses des foulées écarlates sans trêve :
Woman bore me, I will rise.
La femme m’ennuie, je me lève.

*****

**************************

HOUSMAN POÈME
A SHROPSHIRE LAD

MON FIL DE VIE Poème de A. E. Housman (1896) UN GARS DU SHROPSHIRE XXXII

LITTÉRATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman
French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XXXII
MON FIL DE VIE

****************

From far, from eve and morning    
De loin, du soir au matin,
And yon twelve-winded sky
Par les douze vents célestes
 The stuff of life to knit me
Fut tissé mon fil de vie
Blew hither: here am I.
Qui exhala par là : me voici.

**

Now—for a breath I tarry
Maintenant- pour un temps, je reste
Nor yet disperse apart—
Ne me dispersant pas encore –
Take my hand quick and tell me,
Prends ma main, hâte-toi et dis-moi,
 What have you in your heart.    
Ce que tu as dans ton cœur.

**

Speak now, and I will answer;
Parle maintenant, et je répondrai ;
How shall I help you, say;
Comment puis-je t’aider, dis-je ;
Ere to the wind’s twelve quarters
Avant qu’au douzième vent
I take my endless way.
Je prenne mon dernier chemin.

*****

**************************

HOUSMAN POÈME
A SHROPSHIRE LAD
UN GARS DU SHROPSHIRE

À MILLE LIEUES À LA RONDE Poème de A. E. Housman (1896) Oh when I was in love with you

LITTERATURE ANGLAISE
A. E. Housman 

HOUSMAN POÈME

*******

 

A. E. Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman
French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems
A. E. Housman Poésie

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XVIII
À MILLE LIEUES À LA RONDE

****************

 

Oh, when I was in love with you,    
O quand amoureux de toi je me trouvais,
  Then I was clean and brave,    
J’étais parfait et courageux,
And miles around the wonder grew    
Et à mille lieues à la ronde, on s’émerveillait
 How well did I behave.
De tant d’agissements valeureux.

*

And now the fancy passes by,
Et maintenant, passe l’éblouissement,
  And nothing will remain,    
Et rien n’en restera,
And miles around they ’ll say that I    
Et à mille lieues à la ronde, on dira
  Am quite myself again.
Que je suis redevenu comme avant.

*

**************************

A. E. Housman
HOUSMAN POÈME

LE MIROIR DE MES YEUX Poème de A. E. Housman (1896) Look not in my eyes, for fear

LITTERATURE ANGLAISE
A. E. HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais
Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XV
LE MIROIR DE MES YEUX

****************

 Look not in my eyes, for fear
Ne me regarde pas dans les yeux, de peur
They mirror true the sight I see,
Qu’ils ne reflètent ce que réellement je vois,
  And there you find your face too clear
Et, y admirant ton beau visage,
And love it and be lost like me.
Ne te retrouves à l’aimer et ne sois perdue tout comme moi.
One the long nights through must lie
Passe de longues nuits
  Spent in star-defeated sighs,
A soupirer, le regard dans les étoiles,
But why should you as well as I
Mais pourquoi devrais-tu comme moi
Perish? gaze not in my eyes.
Périr ? Ne regarde pas dans les yeux.

*

A Grecian lad, as I hear tell,
Un éphèbe Grec, il est dit,
 One that many loved in vain,
Qu’en vain beaucoup de gens aimaient,
 Looked into a forest well
Regarda dans un lac de la forêt
 And never looked away again.
Et jamais ne revint.
There, when the turf in springtime flowers,
Là, quand l’herbe fleurit au printemps,
With downward eye and gazes sad,
Avec l’œil abattu et le regard triste,
 Stands amid the glancing showers
Se tient au milieu des pluies
A jonquil, not a Grecian lad.
Une jonquille et non ce jeune éphèbe.

*

**************************

HOUSMAN POÈME

LE CERISIER EN FLEUR Poème de Alfred Edward Housman (1896) Loveliest of trees, the cherry now

LITTERATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman
French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

II
LE CERISIER EN FLEUR

****************

Loveliest of trees, the cherry now
Le plus bel arbre, le cerisier, ce jour
Is hung with bloom along the bough,
Étale sa floraison sur ses branches,
 And stands about the woodland ride
Aux abords de la forêt
Wearing white for Eastertide.
Revêtu de blanc et prêt pour les Pâques.

*

Now, of my threescore years and ten,
Au jour de mes soixante-dix ans,
 Twenty will not come again,
Vingt ne reviendront pas,
 And take from seventy springs a score,
Et enlevés à soixante-dix,
It only leaves me fifty more.
Il n’en reste que cinquante seulement.

*

And since to look at things in bloom
Et pour admirer les choses en fleurs
 Fifty springs are little room,
Cinquante printemps sont si peu,
About the woodlands I will go
Par les sentiers de la forêt, j’irai
To see the cherry hung with snow.
Voir couvert de neige le cerisier.

*

**************************

HOUSMAN POÈME

POÈMES D’ALFRED EDWARD HOUSMAN’S POEMS

LITTERATURE ANGLAISE

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman
French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

****************

II
LE CERISIER EN FLEUR

Loveliest of trees, the cherry now
Le plus bel arbre, le cerisier, ce jour
Is hung with bloom along the bough,
Étale sa floraison sur ses branches,

**

V
LE DON DU PRINTEMPS

OH see how thick the goldcup flowers 
OH voyez les boutons d’or ! Voyez
Are lying in field and lane, 
Comme dans le champ et sur la voie, ils se sont couchés,

**

XV
LE MIROIR DE MES YEUX

 Look not in my eyes, for fear
Ne me regarde pas dans les yeux, de peur
They mirror true the sight I see,
Qu’ils ne reflètent ce que réellement je vois,

**

 XVI
L’ORTIE

It nods and curtseys and recovers    
Elle s’incline, se rétracte quand le vent
When the wind blows above,    
Souffle juste au-dessus,

**

XVIII
A MILLE LIEUES A LA RONDE

Oh, when I was in love with you,    
O quand amoureux de toi je me trouvais,
  Then I was clean and brave,    
J’étais parfait et courageux,

**

XIX
 LA MORT DE L’ATHLETE

The time you won your town the race
Au temps où, par ta course, tu fis gagner ta ville
We chaired you through the market-place;
Nous te portâmes à travers la place du marché ;

**

 XXII
LE SOLDAT

The street sounds to the soldiers’ tread,    
La rue résonne du roulement des soldats,
And out we troop to see:    
Et nous sortons pour les voir :

**

XXXII
MON FIL DE VIE

From far, from eve and morning    
De loin, du soir au matin,
And yon twelve-winded sky
Par les douze vents célestes

**

XXXV
CHAIR A CANON

On the idle hill of summer,
Sur la colline plongée dans un soleil d’été,
Sleepy with the flow of streams,
Assoupi par le flux de ruisseaux,

**

XL
LE PARADIS PERDU

 Into my heart on air that kills
Dans mon cœur un air qui tue,
 From yon far country blows:
Qui vient de là-bas, de très loin, souffle :

**

LIX
AUX AMIS PERDUS

With rue my heart is laden    
Mon cœur est lourd
 For golden friends I had,    
Des amis chers que j’ai perdus,

**************************

HOUSMAN POÈMES
UN GARS DU SHROPSHIRE

AUX AMIS PERDUS Poème de Alfred Edward Housman (1896) WITH RUE MY HEART IS LADEN

LITTERATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman
Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

LIV
AUX AMIS PERDUS

****************

With rue my heart is laden    
Mon cœur est lourd
 For golden friends I had,    
Des amis chers que j’ai perdus,
 For many a rose-lipt maiden    
Des filles aux lèvres de rose
And many a lightfoot lad.    
Des garçons plein de vie.

*

By brooks too broad for leaping
Près des ruisseaux si larges,
The lightfoot boys are laid;
Les garçons pleins de vie gisent
The rose-lipt girls are sleeping    
Et les filles aux lèvres de rose dorment
In fields where roses fade.    
Dans les champs où les roses se fanent.

*

**************************

HOUSMAN POÈME