Archives par mot-clé : âge

SONNET 2 SHAKESPEARE When forty winters Lorsque quarante hivers

WILLIAM SHAKESPEARE
THE SONNETS – LES SONNETS


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

**

SONNET 2

The Sonnets
Les Sonnets

1609 

**

Francisco Goya
Deux vieillards mangeant de la soupe
Dos viejos comiendo sopa
Museo del Prado
1819-1823

**

When forty winters shall besiege thy brow,
Lorsque quarante hivers assiégeront ton front,
And dig deep trenches in thy beauty’s field,
Et creuseront des profondes tranchées dans le champ de ta beauté,
Thy youth’s proud livery, so gaz’d on now,
Ta fière livrée de ta jeunesse, si appréciée aujourd’hui,
Will be a tatter’d weed, of small worth held;
Ne sera qu’un tissu de peu de valeur ;

*

Then being ask’d where all thy beauty lies,
Ensuite, si on te demandait où sont tous tes mensonges de la beauté,
Where all the treasure of thy lusty days,
Où se trouve le trésor de tes jours vigoureux,
To say, within thine own deep-sunken eyes,
Si tu dis que c’est dans tes propres yeux profondément engloutis,
Were an all-eating shame and thriftless praise.
Ce serait une honte dévorante et une louange inutile.

*

How much more praise deserv’d thy beauty’s use,
De plus beaux éloges mériterait ta beauté,
If thou couldst answer ‘This fair child of mine
Si tu pouvais répondre : «Cet enfant qui est mien
Shall sum my count, and make my old excuse,’
Résume ma vie, et fait de ma vieillesse une excuse. »

*

Proving his beauty by succession thine!
Tu prouverais que sa beauté par succession est tienne !
  This were to be new made when thou art old,
Redevenant jeune tout en vieillissant,
And see thy blood warm when thou feel’st it cold.
Et tu verrais ton sang se réchauffer en le sentant se refroidir.

**

When forty winters
WILLIAM SHAKESPEARE

Shakespeare
The Droeshout portrait
1623

LINES WRITTEN IN DEJECTION Yeats Texte & Traduction – Lignes écrites dans l’abattement

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

 

YEATS
1865-1939

[The Wild Swans At Coole
1919]


LINES WRITTEN IN DEJECTION
poem
LIGNES ECRITES DANS
L’ABATTEMENT
poème

LINES WRITTEN IN DEJECTION Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

————————–

When have I last looked on
Quand ai-je, la dernière fois, regardé
The round green eyes and the long wavering bodies
Les ronds yeux verts et les longs corps ondoyants
Of the dark leopards of the moon?
  Des léopards sombres de la lune ?
All the wild witches, those most noble ladies,
Tous les sorcières sauvages, les plus nobles dames,
    For all their broom-sticks and their tears,
Avec tous leurs manches à balai et leurs larmes,
 Their angry tears, are gone.
Leurs larmes de colère ont disparu.
  The holy centaurs of the hills are vanished;
Les saints centaures des collines ont disparu;
I have nothing but the embittered sun;
 Je n’ai plus rien que ce soleil plein d’amertume;
  Banished heroic mother moon and vanished,
Le lune, mère héroïque, est bannie et a disparu,
And now that I have come to fifty years
Et maintenant que je suis à la cinquantaine 
 I must endure the timid sun.
 Je dois supporter le craintif  soleil.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Line written in dejection Yeats

MIRE LOS MUROS DE LA PATRIA MIA Francisco de Quevedo Texte et Traduction J’AI REGARDE LES MURS DE LA PATRIE

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

MIRE LOS MUROS DE LA PATRIA MIA
1613 (?)

 

Miré los muros de la patria mía Quevedo J'ai regardé les murs de ma patrie ARtgitato

MIRE LOS MUROS DE LA PATRIA MIA
J’ai regardé les murs de ma patrie

 

Miré los muros de la patria mía,
J’ai regardé les murs de ma patrie,
si un tiempo fuertes ya desmoronados
Avant imposants et maintenant croulants
de la carrera de la edad cansados
fatigués dans la roue du temps
por quien caduca ya su valentía.
que désormais sa vaillance y est caduque.

 **

Salime al campo: vi que el sol bebía
J’ai vu le champ : j’ai vu que le soleil buvait
los arroyos del hielo desatados,
les ruisseaux libérés des glaces,
y del monte quejosos los ganados
et de la montagne se plaignaient les troupeaux
que con sombras hurtó su luz al día.
qu’avec des ombres il volait la lumière du jour.

 **

Entré en mi casa: vi que amancillada
Je suis entré dans ma maison, je vis que souillée
de anciana habitación era despojos,
d’une ancienne bâtisse elle était ce qui restait,
mi báculo más corvo y menos fuerte.
mon bâton plus incurvé était devenu moins fort.

 **

Vencida de la edad sentí mi espada,
Vaincue par les années aussi mon épée,
 y no hallé cosa en que poner los ojos
et je ne trouvais rien sur quoi poser mes yeux
que no fuese recuerdo de la muerte.
qui n’était là sans me rappeler la mort.

 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

OLD PEOPLE DH Lawrence Texte et traduction Les Vieilles Personnes

OLD PEOPLE DH LAWRENCE
LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

Old People D


OLD PEOPLE
Les Vieilles Personnes

Nowadays everybody wants to be young
Aujourd’hui, tout le monde veut être jeune
so much so, that even the young are old with the efforts of being young.
tant et si bien, que même les jeunes sont vieux par les efforts qu’ils font pour être jeune.
As for those over fifty, either they rush forward in self-assertion fearful to behold
Comme pour les plus de cinquante ans, soit ils se précipitent en avant dans l’affirmation de soi qui fait peur à voir
or they hear everybody a grim and gristly grudge
soit ils ont pour tous une rancune sinistre 
because of their own fifty or sixty or seventy or eighty summers.
en raison de leurs cinquante ou soixante ou soixante-dix ou quatre-vingts étés.
As if it’s my fault that the old girl is seventy-seven !
Comme si c’était de ma faute que la vieille affiche soixante-dix-sept ans!

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

 Old People DH Lawrence