Archives par mot-clé : 48

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 48- Verso 48

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 48
Strophe 48

I-48

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

Co’os panos e co’os braços acenavam
En agitant des chiffons et les bras, ils invitaient
As gentes Lusitanas, que esperassem;
Les Lusitaniens, à attendre ;
Mas já as proas ligeiras se inclinavam
Mais déjà les proues légères s’inclinèrent
Para que junto às ilhas amainassem.
Pour se diriger vers les îles.
A gente e marinheiros trabalhavam,
Les gens et les marins s’activaient,
Como se aqui os trabalhos se acabassem;
Comme si les peines allaient ici se dissiper ;
Tomam velas; amaina-se a verga alta;
Ils se saisissaient des voiles on portait la haute vergue ;
Da âncora, o mar ferido, em cima salta.
Par l’ancre, la mer blessée, en giclée se manifestait.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 48-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 48

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 48
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 48

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 48

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

48/366

Se mai foco per foco non si spense,
Si jamais le feu par le feu ne s’estompa,
né fiume fu già mai secco per pioggia,
ni rivière ne fut plus sèche après la pluie,
ma sempre l’un per l’altro simil poggia,
mais toujours augmenté l’un par l’autre similaire,
et spesso l’un contrario l’altro accense,
et souvent allumé l’un par son contraire,

*

Amor, tu che’ pensier’ nostri dispense,
Amour, toi qui pensées nous dispense,
al qual un’alma in duo corpi s’appoggia,
et qu’en une âme en deux corps repose,
perché fai in lei con disusata foggia
pourquoi fais-tu en elle avec cette forme double
men per molto voler le voglie intense?
par trop de vouloir des envies moins intenses ?

*

 Forse sí come ’l Nil d’alto caggendo
Peut-être que le Nil du haut de sa chute
col gran suono i vicin’ d’intorno assorda,
avec grand bruit autour assourdit,
e ’l sole abbaglia chi ben fiso ’l guarda,
et que le soleil éblouit celui qui, dans les yeux, le fixent,

*

 cosí ’l desio che seco non s’accorda,
ainsi le désir, qui ne s’accorde pas avec soi,
ne lo sfrenato obiecto vien perdendo,
parvient à perdre ce pour quoi il soupire,
   et per troppo spronar la fuga è tarda.
et qu’à trop éperoner, la fuite n’en sera que plus longue.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 48
le chansonnier Pétrarque sonnet 48
canzoniere poet