Archives par mot-clé : 46

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 46- Verso 46

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 46
Strophe 46

I-46

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

As embarcações eram, na maneira,
Les navires étaient, à leur manière,
Mui veloces, estreitas e compridas:
Très rapides, étroits et allongés :
As velas, com que, vêm, eram de esteira
Les voiles n’étaient que des épaisses
Dumas folhas de palma, bem tecidas;
Feuilles de palmier bien tissées ;
A gente da cor era verdadeira,
Les gens étaient réellement de la même couleur,
Que Faeton, nas terras acendidas,
Que Phaéton, dans les terres qu’il incendia
Ao mundo deu, de ousado, o não prudente:
Dans ce monde, que son audace et que son manque de prudence :
O Pado o sabe, o Lampetusa o sente.
Le Pô le sait, Lampedusa le sent.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 46-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 46

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 46
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 46

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 46

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

46/366

L’oro et le perle e i fior’ vermigli e i bianchi,
L’or, les perles, les fleurs pourpres et blanches,
che ’l verno devria far languidi et secchi,
que l’hiver devrait languir et sécher,
son per me acerbi et velenosi stecchi,
sont pour moi autant d’acerbes et toxiques épines,
ch’io provo per lo petto et per li fianchi.
que je ressens dans ma poitrine et par mes flancs.

*

erò i dí miei fien lagrimosi et manchi,
Ainsi ma fin sera larmoyante et courte,
ché gran duol rade volte aven che ’nvecchi:
Car grande douleur rarement advient d’un vieux deuil :
ma piú ne colpo i micidiali specchi,
mais plus la faute en est aux miroirs mortels,
 che ’n vagheggiar voi stessa avete stanchi.
qu’à contempler avec joie, vous avez fatigué. 

*

Questi poser silentio al signor mio,
Ils ont imposé silence à mon seigneur,
che per me vi pregava, ond’ei si tacque,
qui pour vous priez, c’est pourquoi il était silencieux,
veggendo in voi finir vostro desio;
voyant en vous votre désir s’amenuiser ;

*

questi fuor fabbricati sopra l’acque
Ceux-ci furent fabriqués sur les eaux
d’abisso, et tinti ne l’eterno oblio,
de l’abîme, et teinté dans l’oubli, éternel
onde ’l principio de mia morte nacque.
d’où le principe de ma mort est né.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca sonetto 46
le chansonnier Pétrarque sonnet 46
canzoniere poet