Archives par mot-clé : 1936

L’ORAGE – Poème de Marina Tsvétaïeva – Марина Ивановна Цветаева- 1936 – В синее небо ширя глаза

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Par-Pierre-Choumoff.jpg.
Marina Tsvétaïeva – photo de Pierre Choumoff ( Пётр Ива́нович Шу́мов )

Marina Ivanovna Tsvetaïeva
Марина Ивановна Цветаева

poétesse russe
русская поэтесса
Moscou 26 septembre 1892 – Ielabouga 31 août 1941
26 сентября 1892, Москва — 31 августа 1941, Елабуга

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1911-Photo-de-Maximilian-Voloshin-801x1024.jpeg.

     ____________________________________________

L’ORAGE
1936
В синее небо ширя глаза
____________________________________________

Arkhip Kouïndji, Архип Иванович Куинджи, L’Elbrouz, Clair de lune, Эльбрус, Лунная ночь, 1890, 1895

*******************

В синее небо ширя глаза —
Dans le ciel bleu, les yeux écarquillés –
Как восклицаешь: — Будет гроза!
Comment tu t’exclames : – Il y aura de l’orage !

*

На проходимца вскинувши бровь —
Le sourcil relevé –
Как восклицаешь: — Будет любовь!
Comment tu t’exclames : – Il y aura de l’amour !

*

Сквозь равнодушья серые мхи —
A travers l’indifférente mousse grise –
Так восклицаю: — Будут стихи!
Alors je m’écrie : – Il y aura des poèmes !

*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est En-1924.jpg.
Marina Tsvétaïeva – Marina Tsvetaeva – en 1924

__________________________________________
Poésie de Marina Tsvétaïéva
Поэзия Марины Чветаевой

__________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LE DEUIL Simon Vazha Melikishvili სიმონ – ვაჟა მელიქიშვილი

   *****
Simon Vazha Melikishvili სიმონ – ვაჟა მელიქიშვილი

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

 Simon Vazha Melikishvili სიმონ - ვაჟა მელიქიშვილი
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

LES HORLOGES TAMAR KVESITADZE თამარ კვესიტაძე - CLOCKS

**

Simon Vazha Melikishvili
სიმონ – ვაჟა მელიქიშვილისაათები
1936- 2004

LE DEUIL
WAITING-GRIEVING MOTHER
1984

____________________________________________________________

 

Le Deuil
(Mère endeuillée)
Waiting-Grieving Mother
1984

   Depuis mon deuil, mon âme n’erre même plus dans le morne espace des landes infernales
Sans possibilité d’entrer
Elle attend depuis comme un arbre
Poussé par des orages meurtris que mes nuits finissent d’anéantir
Les uns après les autres
Elle s’allonge
Elle s’allonge tant que ses bras ballants s’éloignent du cœur de la terre
Et des dents qui sortent d’inconnus cratères
Depuis mon deuil, mon âme est à vendre
En l’état, froissée et crottée
Mon âme est en rez-de-chaussée construite il y a quelques années sans aucune garantie décennale
Mon âme est à rénover avec une vieille cheminée à bois de peines
Mais elle est plein sud
Dressée devant de longues et fines colonnes d’ennuis
Une cheminée toussotant quelques vieux miracles dans quelques antiques spasmes
Me réchauffe parfois avec mes envies
Mon âme est une petite pièce de vie qui s’ouvre sur la terrasse du monde
Où coulait jadis une capricieuse source au fond du minuscule jardin
La dernière fleur est morte la semaine dernière
Si bleue si pâle
Sa cuisine indépendante permet encore de régler des simples différends et des interrogations du quotidien
Mon âme n’entend plus que les questions du quotidien
Les questions très simples et sans ambiguïtés
Les autres se posent dans ma cave voûtée où les dernières briquettes aspirent le salpêtre de mes sordides convulsions
Mes désirs inassouvis servent de chauffage ;
Je crois que la température n’est pas égale dans toutes les pièces
Mais je n’en suis plus si sûr
Mais je n’ai pas si froid
Je me suis habitué à ces fraîcheurs humides
J’ai tant de travaux à prévoir que je me consacre aux plans d’urgence
Mon âme est malade mais elle n’est pas morte
Un ouvrier attentionné pourrait me refaire quelques bonnes fondations saines
Et je pourrais ainsi revivre
Mais est-ce  tant demandé ?

Jacky Lavauzelle

MOURNING
Since my mourning, my soul no longer wanders into the dreary space of the infernal heaths
These places are forbidden
She has been waiting since then like a tree hit by bruised thunderstorms that my nights end to annihilate one after the other
She is lying
She lies down as her dangling arms move away from the heart of the earth where teeth come out of unknown craters
Since my mourning, my soul is for sale
In the state, crumpled and muddy
My soul is on the ground floor built a few years ago without any decennial guarantee
She is to be redeveloped with an old fireplace of suffering
But she’s facing south
Standing in front of long and narrow columns of trouble
A chimney coughing some old miracles in some ancient spasms, a fireplace warming me sometimes with my desires
My soul is a small living room that opens onto the terrace of the world
Where once flowed a capricious source at the bottom of the tiny garden
The last flower died last week
If so pale blue
His independent kitchen still settles simple disputes and questions of everyday life
My soul hears only the questions of everyday life
The very simple and unambiguous questions
The others arise in my vaulted cellar where the last briquettes suck the saltpetre of my sordid convulsions
My unfulfilled desires serve as heating;
I think the temperature is not equal in every room
But I’m not so sure anymore
I aven’t so cold
I got used to these wet chills
I have so much work to do that I devote myself to emergency plans
My soul is sick but she is not dead
A caring worker could remake me some good healthy foundations
And I could live again
But is it so much asked?

Jacky Lavauzelle

LUTO
Desde o meu luto, minha alma não mais vagueia no espaço sombrio das charnecas infernais
Estes lugares são proibidos
Ela tem esperado desde então como uma árvore atingida por tempestades feridas que minhas noites terminam para aniquilar um após o outro
Ela se deita
Ela se deita enquanto seus braços balançam se afastam do coração da terra de onde dentes emergem de crateras desconhecidas
Desde o meu luto, minha alma esta a venda
No estado, amassado e enlameado
Minha alma está no andar térreo construída há alguns anos sem qualquer garantia decenal
É para ser reconstruído com uma velha lareira de sofrimento
Mas está virado para o sul
De pé na frente de colunas longas e estreitas de problemas
Uma chaminé tossindo alguns milagres antigos em alguns espasmos antigos, uma lareira me aquece às vezes com meus desejos
Minha alma é uma pequena sala de estar que se abre para o terraço do mundo
Onde uma vez fluiu uma fonte caprichosa no fundo do minúsculo jardim
A última flor morreu na semana passada
Se tão pálido azul
Sua cozinha independente ainda resolve disputas simples e questões do cotidiano
Minha alma ouve apenas as perguntas da vida cotidiana
As perguntas muito simples e inequívocas
Os outros surgem em meu porão abobadado onde os últimos briquetes sugam o salitre de minhas convulsões sórdidas
Meus desejos não realizados servem como aquecimento;
Eu acho que a temperatura não é igual em todos os quartos
Mas eu não tenho mais tanta certeza
Mas eu me acostumei com esses calafrios
Eu tenho muito trabalho a fazer, me dedico a planos de emergência
Minha alma está doente mas ela não está morta
Um trabalhador atencioso poderia me refazer algumas boas fundações saudáveis
E eu poderia viver de novo
Mas é tanto perguntado?
*****
Simon Vazha Melikishvili სიმონ – ვაჟა მელიქიშვილი

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

 Simon Vazha Melikishvili სიმონ - ვაჟა მელიქიშვილი

L’ORTIE Poème de Alfred Edward Housman (1896) It nods and curtseys and recovers

LITTÉRATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

 XVI
L’ORTIE

****************

It nods and curtseys and recovers    
Elle s’incline, se rétracte quand le vent
When the wind blows above,    
Souffle juste au-dessus,
The nettle on the graves of lovers    
L’ortie sur les tombes des amants
That hanged themselves for love.
Qui par amour se sont pendus.

*

The nettle nods, the winds blows over,       
Quand les vents soufflent s’incline l’ortie,
The man, he does not move,    
L’homme ne bouge pas, lui,
 The lover of the grave, the lover    
L’amant de la tombe, l’ami
That hanged himself for love.
Qui par amour se pendit.

*

*

**************************

HOUSMAN POÈMES

 

Ayuntamiento de Santander Casa Consistorial de Santander

Ayuntamiento de Santander
Casa Consistorial de Santander
Espagne – España – 西班牙 -Испания – スペイン
communauté autonome de Cantabrie
Cantabria

SANTANDER
桑坦德
サンタンデル
Сантандер

——

Photos Jacky Lavauzelle

*




SANTANDER
Ayuntamiento de Santander
Casa Consistorial de Santander

 Plaza del Ayuntamiento
Santander

**

ayuntamiento-de-santander-casa-consistorial-de-santander-1 ayuntamiento-de-santander-casa-consistorial-de-santander-3 ayuntamiento-de-santander-casa-consistorial-de-santander-4 ayuntamiento-de-santander-casa-consistorial-de-santander-5

*******

Proyecto de Estatuto de Autonomía Cántabro-Castellano de 1936
Projet de Statut d’Autonomie cantabrique-castillan de 1936

Proyecto de Estatuto de Autonomía presentado en 1936 en algunos medios de comunicación locales de Santanter por el Partido Republicano Federal. Con fecha de 5 de junio de 1936 se presentó al Ayuntamiento de Santander, y con fecha de 8 de junio a la Diputación.

El Partido Republicano Federal de Santander, ha nombrado entre sus afiliados una Comisión con el encargo de redactar un bosquejo de lo que pudieran ser los principios básicos en que podría articularse un Estatuto CANTABRO-CASTELLANO, bosquejo que ahora se somete a la consideración de la Asamblea de su Partido y también se pone a estudio de cuantas entidades se consideren interesadas por la implantación en nuestra comarca de un régimen federativo, práctico y moderno.

Decimos “que podría articularse” porque, en realidad, la Comisión encargada de presentar este bosquejo, no tiene la pretensión de que su estudio sea definitivo, y tan sólo se limita a presentarlo como base de estudio y discusión entre todos los directamente interesados en los problemas autonómicos, los que en definitiva serían quienes marcarían la estructura y extensión del Estatuto. Esta Comisión quedará, pues, muy agradecida de la atención que se la preste, y desea que el tema sea bien estudiado por todos. Como en nuestro trabajo no ponemos ni orgullo ni pasión, estamos muy dispuestos a recoger cuantas observaciones se nos hagan, aceptando de antemano todas aquellas enmiendas que se formulen, derivadas de un serio estudio del asunto.

Deseamos explicar por qué empleamos la expresión CANTABRO-CASTELLANO al hablar de este proyecto de estatuto. Sabido es que la moderna demarcación de las provincias españolas no corresponde en su totalidad, al verdadero lazo étnico que liga a las diferentes comarcas nacionales. No pretendemos fatigar vuestra atención con largas citas históricas ni entra tampoco en nuestro ánimo entablar controversia con otras provincias españolas, pero ateniéndonos a la realidad, no se nos oculta que pueden existir, y que de hecho existen, algunos ayuntamientos del litoral cantábrico y otros del interior de Castilla -quizá en número o extensión equivalentes a una provincia completa- que, si bien no pertenecen por si actual división territorial a la provincia de Santander, con todo, por afinidad de intereses y relaciones y también por los mismos lazos antes indicados, desearían incorporarse al Estado que formulamos. Esta es una realidad derivada de lazos intensos y continuos que son del conocimiento de todos, como en la conciencia de todos está también que hay actualmente ayuntamientos que corresponden a nuestra provincia, y sin embargo, por sus afinidades y relaciones con otras limítrofes, o quizá motivado por imperfecciones que hay en las modernas demarcaciones provinciales, es el hecho que ellos siente apetencias de un completo desembrague para incorporarse a aquellas con las que se creen mas ligados. Este hecho real es el que nos ha movido a dar al Cantón Regional el titulo de CANTABRO-CASTELLANO.

Entendemos que el Estatuto que en definitiva ha de adoptarse, debe ser el que corresponde a un estado que comienza ahora su vida y por lo tanto sus aspiraciones han de ser modestas. No ignoramos que nuestra comarca tiene, desde luego, una personalidad acusada como ente político, pero, dando de lado toda la investigación histórica, que forzosamente tendría que ser muy remota, la que podría confirmarnos plenamente del hecho de que en otros tiempos ya gozó nuestra comarca de plena autonomía, constituyendo un Estado independiente, antes de unirse a las demás regiones que han formado la nación española. Esto, aparte de su interés histórico, no podría servirnos de base para recabar de pronto la organización del estado en toda su perfección, ni acaso nos ayudaría en nada el trabajo de desenterrar toda aquella antigua administración, que difícilmente encajaría en las necesidades que han traído los modernos problemas, mucho mas complejos que los que se conocían en épocas pretéritas. Además el tiempo ha intervenido sino en parte limitadísima en la administración de su propia riqueza, delegando esta función casi por completo en un centralismo absorbente, dificultaría ahora, de momento, el intento de afrontar la totalidad de responsabilidades que caben esperar de un Estado constituido ya de largos años.

Esto obliga a que nos limitemos en el presente bosquejo a recabar como facultades exclusivas del poder regional aquellos servicios que directamente le interesan, junto con la administración de riqueza que nace y se desarrolla en el suelo, aspirando también a la necesaria autonomía para solucionar los problemas de la tierra, dentro de los principios de una más justa y eficiente parcelación, como también aquellos con problemas de higiene, etc., que la interesan tan de cerca y que se debe solucionar por si, dentro de sus recursos. Esto no es obstáculo, al contrario, ayudarían en su debido tiempo en que, según el Estado vaya adquiriendo un encaje cada vez más perfecto en su administración, adquiera a la vez mayor amplitud en sus responsabilidades, mediante los sucesivos pactos que había de realizar con la República española.

Tratamos, pues, de encauzar la federación del Estado CANTABRO-CASTELLANO con el resto de España. La base de esta federación sería el pacto, sin perder nunca de vista nuestra relación espiritual y material con el resto de la nación española, y teniendo también en cuenta la suprema conveniencia de la unidad nacional, bien entendido que en este respecto, mucho más nos entusiasma la FEDERACIÓN IBÉRICA, con todo lo que esta ultima palabra expresa, y aún nuestras aspiraciones federativas llegan mucho más lejos en su ambición, mirando con firmes esperanzas a aquellos países de nuestra raza y de nuestro idioma, situados al otro lado del Atlántico.

Considerando que el individuo, verdadera célula de la sociedad, ha de contar asegurados y firmes un conjunto de derechos que hoy son postulado de todos los países civilizados, el pacto comprendería las debidas garantías para esos derechos humanos, que no podrían quedar a merced de iniciativas regionales, ni aun siquiera nacionales.

Hechas estas declaraciones, nos permitimos proponer aquellas bases sobre las que, según nuestro modesto parecer, debe descansar el Estatuto CANTABRO-CASTELLANO. Algunas de estas bases serán desde luego de un carácter más fundamental que otras; unas se referirán a la constitución y funcionamiento de los organismos regionales o a las facultades y jurisdicción de dichos organismos. Algunas se referirán al enlace o vínculo de la región con el resto de la nación, y otras, a las atribuciones y jurisdicción del poder central en relación con el Estado federado.

….

SANTANDER
Ayuntamiento de Santander
Casa Consistorial de Santander

LU XUN Proses Poèmes & Analyses – 鲁迅 – 散文 诗

LITTERATURE CHINOISE
中国文学

LU XUN
鲁迅
散文 Prose
Poème 诗

1880-1936

 Traduction Jacky Lavauzelle

 Lu Xun Oeuvres Proses et Poésie Artgitato 2



texte bilingue

 

 

LU XUN
Proses et Poèmes
Analyses

Traduction Jacky Lavauzelle

PROSE

**

La Véritable histoire de Ah Q
阿Q正传
1921-1922
 Chapitre I
第一章
Préface
 序
la véritable histoire de Ah Q Lu Xun Artgitato

***
Analyse

*
LU XUN
Chirurgien de l’âme

La médecine et la littérature empreintent parfois des chemins inattendus. En partie par son impuissance, voire par un certain charlatanisme, la médecine a longtemps décu et a poussé à prendre l’encrier. Passer de la plaies à la plume. Toucher les consciences semble plus efficace que de recoudre, de soigner les infections, de recoudre.  « La médecine peut guérir le corps, elle ne peut guérir le cœur » disait  Saint Paul de Tarse.

Lu Xun Chirugien de l'Âme Artgitato

**

LU XUN
AU BANQUET DE LA DYNASTIE MING

Comme en France, cette fin de XVIIème en Chine est fleurissante. Nous sommes à la fin de la dynastie Ming. Même si c’est la technique de la porcelaine qui symbolise le mieux cette période, tous les arts, sans être totalement révolutionnaires, arrivent à une maturité certaine. Nous pensons à l’épopée, au XIVème siècle, des cent huit voleurs de Au bord de l’eau de Shi Nai’an, sortes de Robin des bois révoltés contre le pouvoir en place.

Lu Xun au banquet de la dynastie Ming Portrait de Yongle

***

 SOUS LA VOÛTE GLACEE DE LA MORT

Lu Xun écrit pour le présent. La postérité, il n’y pense pas. Tout au plus  il l’aborde comme quelque chose de tellement  loin. Ce n’est pas son but. Einstein disait que « celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise est pour ainsi dire mort : ses yeux sont éteints. »
Lu Xun a les yeux constamment ouverts. Ouverts sur son époque et ses contemporains.

Lu Xun Sous la voûte glacée de la mort Artgitato Le Monde illustré 1858 Supplice du lingtchi

**********

LuXun1930

ODE A SALVADOR DALI de FREDERICO GARCIA LORCA – ODA

Мадрид – 马德里
Ode de Salvador Dali de Federico García Lorca
——

Madrid Blason Artgitato  Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroño

Photos et traduction
Jacky Lavauzelle

*

Madrid Drapeau Artgitato



 PODE A SALVADOR DALI
ODA A SALVADOR DALI
de Federico García Lorca
费德里科加西洛尔卡
Ода Сальвадора Дали
Федерико Гарсиа Лорки

Statue de Federico García Lorca à Plaza Santa Ana Madrid
Estatua de Federico García Lorca Plaza Santa Ana
Статуя Федерико Гарсиа Лорки
费德里科·加西亚·洛尔卡的雕像
1898-1936

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 3

Traduction Jacky Lavauzelle

Oda a Salvador Dalí
Ode à Salvador Dali

Una rosa en el alto jardín que tú deseas.
Une rose dans le haut jardin que tu désires.
 Una rueda en la pura sintaxis del acero.
Une roue dans la pure syntaxe de l’acier.
Desnuda la montaña de niebla impresionista.
La montagne dénudée d’un brouillard impressionniste.
 Los grises oteando sus balaustradas últimas.
Les gris regardent à leurs dernières balustrades.

Los pintores modernos en sus blancos estudios,
Les peintres modernes dans leurs ateliers blancs
cortan la flor aséptica de la raíz cuadrada.

coupent la fleur aseptique de la racine carrée.
En las aguas del Sena un ice-berg de mármol
Dans les eaux de la Seine un iceberg de marbre
enfría las ventanas y disipa las yedras.

glace les fenêtres et éparpille le lierre.

El hombre pisa fuerte las calles enlosadas.
Les pas décidés de l’homme les rues pavées.
Los cristales esquivan la magia del reflejo.
Les cristaux contournent la magie du reflet.
El Gobierno ha cerrado las tiendas de perfume.
Le Gouvernement a fermé les parfumeries.
La máquina eterniza sus compases binarios.
La machine perpétue son rythme binaire.

Una ausencia de bosques, biombos y entrecejos
Une absence de forêts, paravents et d’entre-sourcils
yerra por los tejados de las casas antiguas.
errant sur les toits des maisons anciennes.
El aire pulimenta su prisma sobre el mar
L’air polit son prisme sur la mer
y el horizonte sube como un gran acueducto.
et l’horizon se lève comme un grand aqueduc.

Marineros que ignoran el vino y la penumbra,
Les marins qui ignorent le vin et la tristesse,
decapitan sirenas en los mares de plomo.
décapitent les sirènes sur les mers de plomb.
La Noche, negra estatua de la prudencia, tiene
La Nuit, statue noire de prudence, tient
el espejo redondo de la luna en su mano.
Le rond miroir de la lune dans sa main.

Un deseo de formas y límites nos gana.
Un désir de formes et de limites nous gagne.
Viene el hombre que mira con el metro amarillo.
Il vient l’homme regardant avec un mètre jaune.
Venus es una blanca naturaleza muerta
Vénus est une nature morte blanche
y los coleccionistas de mariposas huyen.
et les collectionneurs de papillons fuient.

 

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 2

* * *

Cadaqués, en el fiel del agua y la colina,
Cadaquès, les fidèles de l’eau et de la colline,
eleva escalinatas y oculta caracolas.
soulève des escaliers et cache des coquillages.
Las flautas de madera pacifican el aire.
Les flûtes en bois pacifient l’air.
Un viejo dios silvestre da frutas a los niños.
Un vieux dieu sauvage donne des fruits aux enfants.

Sus pescadores duermen, sin ensueño, en la arena.
Ses pêcheurs dorment, sans rêves, sur le sable.
En alta mar les sirve de brújula una rosa.
En haute mer, ils se servent en guise de boussole d’une rose.
El horizonte virgen de pañuelos heridos,
L’horizon vierge de tissus lésés,
junta los grandes vidrios del pez y de la luna.
fait se rencontrer les grands yeux vitreux du poisson et de la lune.

Una dura corona de blancos bergantines
Un couronne dure de brigantines blanches
ciñe frentes amargas y cabellos de arena.
enserre les front amers et les cheveux de sable.
Las sirenas convencen, pero no sugestionan,
Les sirènes convaincantes, mais ne nous séduisent pas,
y salen si mostramos un vaso de agua dulce.
et elles se montrent dans un verre d’eau fraîche.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 1

* * *

¡Oh, Salvador Dalí, de voz aceitunada!
Ô, Salvador Dali, voix olivée !
No elogio tu imperfecto pincel adolescente
Je ne loue pas ton pinceau adolescent imparfait
ni tu color que ronda la color de tu tiempo,
ni ta couleur qui se complait dans la couleur de ton temps,
pero alabo tus ansias de eterno limitado.
mais je loue ton angoisse de l’éternel limité.

Alma higiénica, vives sobre mármoles nuevos.
Âme hygiénique, tu vis sur de nouveaux marbres.
Huyes la oscura selva de formas increíbles.
Tu fuis la forêt obscure d’incroyables formes.
Tu fantasía llega donde llegan tus manos,
Ton imagination va où atteignent tes mains,
  y gozas el soneto del mar en tu ventana.
et tu adores le sonnet de la mer dans ta fenêtre.

El mundo tiene sordas penumbras y desorden,
Le monde est sourde obscurité et désordre,
 en los primeros términos que el humano frecuenta.
dans les premiers termes que l’homme fréquente.
Pero ya las estrellas ocultando paisajes,
Mais les étoiles cachent des paysages,
señalan el esquema perfecto de sus órbitas.
et soulignent le contour parfait de leurs orbites.

La corriente del tiempo se remansa y ordena
Le courant du temps se calme et s’ordonne
en las formas numéricas de un siglo y otro siglo.
sous des formes numériques d’un siècle et d’un autre siècle.
Y la Muerte vencida se refugia temblando
Et la Mort vaincue se réfugie tremblante
en el círculo estrecho del minuto presente.
dans le cercle étroit de la présente minute.

Al coger tu paleta, con un tiro en un ala,
Pour prendre ta palette, avec un tir dans une aile,
pides la luz que anima la copa del olivo.
tu demandes la lumière qui anime la coupe de l’olivier.
Ancha luz de Minerva, constructora de andamios,
La grande lumière de Minerve, constructrice d’échafaudages,
donde no cabe el sueño ni su flora inexacta.
d’où ne trouvent ni le rêve ni sa flore inexacte.

Pides la luz antigua que se queda en la frente,
Tu demandes à la vieille lumière de rester sur le front,
  sin bajar a la boca ni al corazón del bosque.
sans descendre à la bouche ou au cœur de la forêt.
Luz que temen las vides entrañables de Baco
Lumière craignant les vignes tendres de Bacchus
  y la fuerza sin orden que lleva el agua curva.
et la force sans ordre qui supporte l’eau incurvé.

Haces bien en poner banderines de aviso,
Tu fais bien de poster des banderoles d’avertissement,
en el límite oscuro que relumbra de noche.
dans la limite sombre où brille la nuit.
Como pintor no quieres que te ablande la forma
En tant que peintre tu ne veux pas adoucir la forme
el algodón cambiante de una nube imprevista.
et ce coton changeant d’un nuage inattendu.

El pez en la pecera y el pájaro en la jaula.
Le poisson dans l’aquarium et l’oiseau dans la cage.
  No quieres inventarlos en el mar o en el viento.
Tu ne veux pas les inventer en mer ou dans le vent.
Estilizas o copias después de haber mirado,
Tu sylises ou tu copies après avoir regardé,
con honestas pupilas sus cuerpecillos ágiles.
avec les yeux honnêtes ces petits corps agiles.

Amas una materia definida y exacta
Tu aimes une matière définie et précise
donde el hongo no pueda poner su campamento.
où le champignon ne peut pas installer son camp.
Amas la arquitectura que construye en lo ausente
Tu aimes l’architecture qui se fonde sur les absences
 y admites la bandera como una simple broma.
et tu admets le drapeau comme une simple plaisanterie.

Dice el compás de acero su corto verso elástico.
Il est dit que le compas d’acier raconte son court verset élastique.
Desconocidas islas desmiente ya la esfera.
Îles inconnues démenties par la sphère.
Dice la línea recta su vertical esfuerzo
Ligne droite évoquant son vertical effort
 y los sabios cristales cantan sus geometrías.
et les sages cristaux chantent leurs géométries.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 4

 *

Pero también la rosa del jardín donde vives.
Mais aussi la rose du jardin où tus vis.
¡Siempre la rosa, siempre, norte y sur de nosotros!
Toujours la rose, toujours, au nord et au sud de nous !
Tranquila y concentrada como una estatua ciega,
Calme et concentré comme une statue aveugle,
ignorante de esfuerzos soterrados que causa.
ignorante des efforts souterrains qu’elle engendre.

Rosa pura que limpia de artificios y croquis
Rose pure que lave des artifices et des croquis
y nos abre las alas tenues de la sonrisa
et qui nous ouvre les ailes légère du sourire
 (Mariposa clavada que medita su vuelo).
(Papillon épinglé qui réfléchit son vol).
Rosa del equilibrio sin dolores buscados.
Rose de l’équilibre sans douleurs désirées.
  ¡Siempre la rosa!
Toujours la rose!

Salvador_Dalí_1939 29 Novembre 1939 Ode à Salvador Dali

* * *

¡Oh, Salvador Dalí de voz aceitunada!
Ô Salvador Dali, voix olivée !
Digo lo que me dicen tu persona y tus cuadros.
Je dis ce qu’ils me disent : ta personne et tes peintures.
 No alabo tu imperfecto pincel adolescente,
Aucune louange pour ton pinceauadolescent imparfait,
pero canto la firme dirección de tus flechas.
mais je chante le sens constant de tes flèches.

Canto tu bello esfuerzo de luces catalanas,
Je chante ton bel effort de lumières catalanes,
tu amor a lo que tiene explicación posible.
ton amour de ce qui est possible et explicable.
Canto tu corazón astronómico y tierno,
Je chante ton cœur astronomique et tendre,
  de baraja francesa y sin ninguna herida.
de cartes françaises et sans aucune blessure.

Canto el ansia de estatua que persigues sin tregua,
Je sens cette inquiétude de la statue que tu poursuis sans relâche,
el miedo a la emoción que te aguarda en la calle.
la peur de l’excitation qui t’attend dans la rue.
Canto la sirenita de la mar que te canta
Je chante la petite sirène de la mer qui te chante
montada en bicicleta de corales y conchas.
montée sur son vélo de coraux et de coquillages.

Pero ante todo canto un común pensamiento
Mais surtout je chante une pensée commune
que nos une en las horas oscuras y doradas.
qui nous unit dans les heures sombres et dorées.
No es el Arte la luz que nos ciega los ojos.
La lumière de l’Art n’aveugle pas nos yeux.
Es primero el amor, la amistad o la esgrima.
Mais plutôt l’amour, l’amitié ou l’escrime.

Es primero que el cuadro que paciente dibujas
Avant ce cadre que, patient, tu peins,
el seno de Teresa, la de cutis insomne,
le sein de Thérèse dans sa peau insomniaque,
el apretado bucle de Matilde la ingrata,
la boucle serrée de l’ingrate Mathilde,
nuestra amistad pintada como un juego de oca.
notre amitié peinte comme un jeu de l’oie.

Huellas dactilográficas de sangre sobre el oro,
Des traces dactylographiées de sang sur l’or,
rayen el corazón de Cataluña eterna.
Rayant le cœur de la Catalogne éternelle.
Estrellas como puños sin halcón te relumbren,
Des étoiles comme des poings sans faucon t’éclairent,
mientras que tu pintura y tu vida florecen.
tandis que ta peinture et ta vie prospèrent.

No mires la clepsidra con alas membranosas,
Ne regarde pas la clepsydre avec ses ailes membraneuses,
ni la dura guadaña de las alegorías.
ou la faux durcie des allégories.
Viste y desnuda siempre tu pincel en el aire
Habille et déshabille toujours ton pinceau dans l’air
frente a la mar poblada de barcos y marinos.
face à la mer peuplée de barques et de marins.

******

Traduction Jacky Lavauzelle
Ode à Salvador Dali

Statue Estatua de Federico García Lorca Santa Ana – 费德里科·加西亚·洛尔卡的雕像 -Статуя Федерико Гарсиа Лорки –

Madrid – Мадрид – 马德里
Estatua de Federico García Lorca Santa Ana
——

Madrid Blason Artgitato  Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroño

Photo Jacky Lavauzelle
*

Madrid Drapeau Artgitato


PLAZA SANTA ANA MADRID
Place sainte Anne de Madrid
将圣安妮马德里
площади Санта-Ана в Мадриде

Statue de Federico García Lorca
Estatua de Federico García Lorca
Статуя Федерико Гарсиа Лорки
费德里科·加西亚·洛尔卡的雕像
1898-1936

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 3

Traduction Jacky Lavauzelle

Oda a Salvador Dalí
Ode à Salvador Dali

Una rosa en el alto jardín que tú deseas.
Une rose dans le haut jardin que tu désires.
 Una rueda en la pura sintaxis del acero.
Une roue dans la pure syntaxe de l’acier.
Desnuda la montaña de niebla impresionista.
La montagne dénudée d’un brouillard impressionniste.
 Los grises oteando sus balaustradas últimas.
Les gris regardent à leurs dernières balustrades.

Los pintores modernos en sus blancos estudios,
Les peintres modernes dans leurs ateliers blancs
cortan la flor aséptica de la raíz cuadrada.

coupent la fleur aseptique de la racine carrée.
En las aguas del Sena un ice-berg de mármol
Dans les eaux de la Seine un iceberg de marbre
enfría las ventanas y disipa las yedras.

glace les fenêtres et éparpille le lierre.

El hombre pisa fuerte las calles enlosadas.
Les pas décidés de l’homme les rues pavées.
Los cristales esquivan la magia del reflejo.
Les cristaux contournent la magie du reflet.
El Gobierno ha cerrado las tiendas de perfume.
Le Gouvernement a fermé les parfumeries.
La máquina eterniza sus compases binarios.
La machine perpétue son rythme binaire.

Una ausencia de bosques, biombos y entrecejos
Une absence de forêts, paravents et d’entre-sourcils
yerra por los tejados de las casas antiguas.
errant sur les toits des maisons anciennes.
El aire pulimenta su prisma sobre el mar
L’air polit son prisme sur la mer
y el horizonte sube como un gran acueducto.
et l’horizon se lève comme un grand aqueduc.

Marineros que ignoran el vino y la penumbra,
Les marins qui ignorent le vin et la tristesse,
decapitan sirenas en los mares de plomo.
décapitent les sirènes sur les mers de plomb.
La Noche, negra estatua de la prudencia, tiene
La Nuit, statue noire de prudence, tient
el espejo redondo de la luna en su mano.
Le rond miroir de la lune dans sa main.

Un deseo de formas y límites nos gana.
Un désir de formes et de limites nous gagne.
Viene el hombre que mira con el metro amarillo.
Il vient l’homme regardant avec un mètre jaune.
Venus es una blanca naturaleza muerta
Vénus est une nature morte blanche
y los coleccionistas de mariposas huyen.
et les collectionneurs de papillons fuient.

 

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 2

* * *

Cadaqués, en el fiel del agua y la colina,
Cadaques, les fidèles de l’eau et de la colline,
eleva escalinatas y oculta caracolas.
soulève des escaliers et cache des coquillages.
Las flautas de madera pacifican el aire.
Les flûtes en bois pacifient l’air.
Un viejo dios silvestre da frutas a los niños.
Un vieux dieu sauvage donne des fruits aux enfants.

Sus pescadores duermen, sin ensueño, en la arena.
Ses pêcheurs dorment, sans rêves, sur le sable.
En alta mar les sirve de brújula una rosa.
En haute mer, ils se servent en guise de boussole d’une rose.
El horizonte virgen de pañuelos heridos,
L’horizon vierge de tissus lésés,
junta los grandes vidrios del pez y de la luna.
fait se rencontrer les grands yeux vitreux du poisson et de la lune.

Una dura corona de blancos bergantines
Un couronne dure de brigantines blanches
ciñe frentes amargas y cabellos de arena.
enserre les front amers et les cheveux de sable.
Las sirenas convencen, pero no sugestionan,
Les sirènes convaincantes, mais ne nous séduisent pas,
y salen si mostramos un vaso de agua dulce.
et elles se montrent dans un verre d’eau fraîche.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 1

* * *

¡Oh, Salvador Dalí, de voz aceitunada!
Ô, Salvador Dali, voix olivée !
No elogio tu imperfecto pincel adolescente
Je ne loue pas ton pinceau adolescent imparfait
ni tu color que ronda la color de tu tiempo,
ni ta couleur qui se complait dans la couleur de ton temps,
pero alabo tus ansias de eterno limitado.
mais je loue ton angoisse de l’éternel limité.

Alma higiénica, vives sobre mármoles nuevos.
Âme hygiénique, tu vis sur de nouveaux marbres.
Huyes la oscura selva de formas increíbles.
Tu fuis la forêt obscure d’incroyables formes.
Tu fantasía llega donde llegan tus manos,
Ton imagination va où atteignent tes mains,
  y gozas el soneto del mar en tu ventana.
et tu adores le sonnet de la mer dans ta fenêtre.

El mundo tiene sordas penumbras y desorden,
Le monde est sourde obscurité et désordre,
 en los primeros términos que el humano frecuenta.
dans les premiers termes que l’homme fréquente.
Pero ya las estrellas ocultando paisajes,
Mais les étoiles cachent des paysages,
señalan el esquema perfecto de sus órbitas.
et soulignent le contour parfait de leurs orbites.

La corriente del tiempo se remansa y ordena
Le courant du temps se calme et s’ordonne
en las formas numéricas de un siglo y otro siglo.
sous des formes numériques d’un siècle et d’un autre siècle.
Y la Muerte vencida se refugia temblando
Et la Mort vaincue se réfugie tremblante
en el círculo estrecho del minuto presente.
dans le cercle étroit de la présente minute.

Al coger tu paleta, con un tiro en un ala,
Pour prendre ta palette, avec un tir dans une aile,
pides la luz que anima la copa del olivo.
tu demandes la lumière qui anime la coupe de l’olivier.
Ancha luz de Minerva, constructora de andamios,
La grande lumière de Minerve, constructrice d’échafaudages,
donde no cabe el sueño ni su flora inexacta.
d’où ne trouvent ni le rêve ni sa flore inexacte.

Pides la luz antigua que se queda en la frente,
Tu demandes à la vieille lumière de rester sur le front,
  sin bajar a la boca ni al corazón del bosque.
sans descendre à la bouche ou au cœur de la forêt.
Luz que temen las vides entrañables de Baco
Lumière craignant les vignes tendres de Bacchus
  y la fuerza sin orden que lleva el agua curva.
et la force sans ordre qui supporte l’eau incurvé.

Haces bien en poner banderines de aviso,
Tu fais bien de poster des banderoles d’avertissement,
en el límite oscuro que relumbra de noche.
dans la limite sombre où brille la nuit.
Como pintor no quieres que te ablande la forma
En tant que peintre tu ne veux pas adoucir la forme
el algodón cambiante de una nube imprevista.
et ce coton changeant d’un nuage inattendu.

El pez en la pecera y el pájaro en la jaula.
Le poisson dans l’aquarium et l’oiseau dans la cage.
  No quieres inventarlos en el mar o en el viento.
Tu ne veux pas les inventer en mer ou dans le vent.
Estilizas o copias después de haber mirado,
Tu sylises ou tu copies après avoir regardé,
con honestas pupilas sus cuerpecillos ágiles.
avec les yeux honnêtes ces petits corps agiles.

Amas una materia definida y exacta
Tu aimes une matière définie et précise
donde el hongo no pueda poner su campamento.
où le champignon ne peut pas installer son camp.
Amas la arquitectura que construye en lo ausente
Tu aimes l’architecture qui se fonde sur les absences
 y admites la bandera como una simple broma.
et tu admets le drapeau comme une simple plaisanterie.

Dice el compás de acero su corto verso elástico.
Il est dit que le compas d’acier raconte son court verset élastique.
Desconocidas islas desmiente ya la esfera.
Îles inconnues démenties par la sphère.
Dice la línea recta su vertical esfuerzo
Ligne droite évoquant son vertical effort
 y los sabios cristales cantan sus geometrías.
et les sages cristaux chantent leurs géométries.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 4

 *

Pero también la rosa del jardín donde vives.
Mais aussi la rose du jardin où tus vis.
¡Siempre la rosa, siempre, norte y sur de nosotros!
Toujours la rose, toujours, au nord et au sud de nous !
Tranquila y concentrada como una estatua ciega,
Calme et concentré comme une statue aveugle,
ignorante de esfuerzos soterrados que causa.
ignorante des efforts souterrains qu’elle engendre.

Rosa pura que limpia de artificios y croquis
Rose pure que lave des artifices et des croquis
y nos abre las alas tenues de la sonrisa
et qui nous ouvre les ailes légère du sourire
 (Mariposa clavada que medita su vuelo).
(Papillon épinglé qui réfléchit son vol).
Rosa del equilibrio sin dolores buscados.
Rose de l’équilibre sans douleurs désirées.
  ¡Siempre la rosa!
Toujours la rose!

* * *

¡Oh, Salvador Dalí de voz aceitunada!
Ô Salvador Dali, voix olivée !
Digo lo que me dicen tu persona y tus cuadros.
Je dis ce qu’ils me disent : ta personne et tes peintures.
 No alabo tu imperfecto pincel adolescente,
Aucune louange pour ton pinceauadolescent imparfait,
pero canto la firme dirección de tus flechas.
mais je chante le sens constant de tes flèches.

Canto tu bello esfuerzo de luces catalanas,
Je chante ton bel effort de lumières catalanes,
tu amor a lo que tiene explicación posible.
ton amour de ce qui est possible et explicable.
Canto tu corazón astronómico y tierno,
Je chante ton cœur astronomique et tendre,
  de baraja francesa y sin ninguna herida.
de cartes françaises et sans aucune blessure.

Canto el ansia de estatua que persigues sin tregua,
Je sens cette inquiétude de la statue que tu poursuis sans relâche,
el miedo a la emoción que te aguarda en la calle.
la peur de l’excitation qui t’attend dans la rue.
Canto la sirenita de la mar que te canta
Je chante la petite sirène de la mer qui te chante
montada en bicicleta de corales y conchas.
montée sur son vélo de coraux et de coquillages.

Pero ante todo canto un común pensamiento
Mais surtout je chante une pensée commune
que nos une en las horas oscuras y doradas.
qui nous unit dans les heures sombres et dorées.
No es el Arte la luz que nos ciega los ojos.
La lumière de l’Art n’aveugle pas nos yeux.
Es primero el amor, la amistad o la esgrima.
Mais plutôt l’amour, l’amitié ou l’escrime.

Es primero que el cuadro que paciente dibujas
Avant ce cadre que, patient, tu peins,
el seno de Teresa, la de cutis insomne,
le sein de Thérèse dans sa peau insomniaque,
el apretado bucle de Matilde la ingrata,
la boucle serrée de l’ingrate Mathilde,
nuestra amistad pintada como un juego de oca.
notre amitié peinte comme un jeu de l’oie.

Huellas dactilográficas de sangre sobre el oro,
Des traces dactylographiées de sang sur l’or,
rayen el corazón de Cataluña eterna.
Rayant le cœur de la Catalogne éternelle.
Estrellas como puños sin halcón te relumbren,
Des étoiles comme des poings sans faucon t’éclairent,
mientras que tu pintura y tu vida florecen.
tandis que ta peinture et ta vie prospèrent.

No mires la clepsidra con alas membranosas,
Ne regarde pas la clepsydre avec ses ailes membraneuses,
ni la dura guadaña de las alegorías.
ou la faux durcie des allégories.
Viste y desnuda siempre tu pincel en el aire
Habille et déshabille toujours ton pinceau dans l’air
frente a la mar poblada de barcos y marinos.
face à la mer peuplée de barques et de marins.

******

Traduction Jacky Lavauzelle
Ode à Salvador Dali

MORT A CREDIT (CELINE) La Dictature de la vitesse ou Survivre avec la merde au cul

Louis-Ferdinand CELINE

 

Critique Jacky Lavauzelle

MORT A CREDIT
(1936)

LA DICTAURE DE LA VITESSE
ou
Survivre avec la merde au cul
Louis Ferdinand Céline Mort à Crédit La dictature de la Vitesse ou l'Homme à la merde au cul

Un monde de douleurs s’étale sur la peau et sur l’âme de Ferdinand. Sur chaque lien qu’il a à la vie, à l’humain.
Sur chaque attachement forcené à ce qui vit encore. Un hymne à la vie. A cette vie où l’on nous attend, où l’on nous guette, où l’on se jette en pâture. Malgré tout. Au milieu de tout ça. En vie, malgré tout. Les deux pieds dedans. Jusqu’à cet oubli de son être. Juste afin de pouvoir être là. Encore une journée de plus sur le chemin de croix qui s’ouvre à nous. « J’étais la croix sur la terre ! J’aurais jamais la conscience ! …J’étais seulement que des instincts et puis du creux pour tout bouffer la pauvre pitance et les sacrifices des familles. J’étais un vampire dans un sens…C’était pas la peine de regarder… »

Un monde sans douceurs. Il est là autour de nous, devant nous et en nous. Il est là qui se dresse. Et c’est dans ce monde que nous rentrons. Un éclair. Des ombres et des odeurs. Où allons-nous ? Des pierres éparses. Nous ouvrons une source. Nous poussons le voile qui se déchire dans la nuit. Y a tout qui casse dans l’obscurité. Une lumière peut-être encore, loin là-bas. Elle ne brille pas encore. Il y a trop de morts dans le tunnel. « Le phare écarquille la nuit…L’éclair passe sur le bonhomme…Le rouleau de la grève aspire les cailloux…s’écrase…roule encore…fracasse…revient…crève… »

Un monde qui s’efforce à tenir debout. Un monde qui tient encore. Un peu. Difficilement. Il y a ce rien qui toujours guette. Ce souffle. Cet air. Cette brindille. Et patatras. Vlan ! Par terre. Comme un appel à la ligne horizontale. Les hommes, les maisons, les villages. Même les montagnes. « Les falaises aussi c’est dangereux. Chaque année des familles entières sont écrabouillées sous les roches…Une imprudence, un faux pas, une réflexion malheureuse…La montagne se renverse sur vous…On se risquait le moins possible, on sortait pas beaucoup des rues. »
Un monde sans mots inutiles. Pour une fois. Une couverture de mots tressés grands. « J’en veux plus moi des parlotes !…ça va ! J’en ai mon compte ! … Je sais où ça mène ! »
C’est déjà toute la différence.  Un large tissu tressé avec des gouttes d’acide. « L’univers, pour lui, n’était plus qu’un énorme acide… »

Ce qui est à l’œuvre c’est juste l’anéantissement. Tout peut s’écrouler en un instant. « Je voudrais que la tempête fasse encore bien plus de boucan, que les toits s’écroulent, que le printemps ne revienne plus, que notre maison disparaisse. » Que le monde soit blanc, virginal. C’est un vœu.

Ce qui est en cause désormais, c’est la survie. L’éboulement est imminent. Personne ne restera dessous. Vite ! La vie suit son cours, mais un cours ferdinantesque. Pavé d’enfers et de décors glauques. Mais qu’est-ce que le glauque quand le visible est d’un noir d’encre aussi intense. « Jamais j’avais vu si moche et tant d’horreurs à la fois…Une gageure…Un enfer de poche. »

Le monde célinien n’est pas un monde en rose. La couleur est légèrement différente. Entre le gris et le jaune. « Moi je pisserais sur le monde ! Sur le monde entier ! Vous m’entendez bien ! » Qui ne sent pas la rose non plus. Le monde est comme ça. Sans jambes et sans mains. A tâtons. C’est juste notre monde.
C’est la poétique de la crasse.
Devenir caméléon dans ce monde gris. Mais ce n’est pas plaisir. Juste par une ultime et violente urgence.

Être là. Dans le présent. C’est l’instant qui est important. Le futur n’existe pas. Du moins, il n’a aucune importance. Il faut tant user de force pour se projeter. Pourquoi penser à demain, quand nous ne sommes pas sûrs de pouvoir finir la journée. Journée de mouvements. Journée de fuite. C’est ce qui reste et ce n’est déjà pas si mal .« Je faisais pas des projets d’avenir…Mais je trouvais le présent pas trop tarte… »

On n’a pas le temps pour se remémorer le passé. « L’antique ça me m’écœure encore, c’est de ça pourtant qu’on bouffait. C’est triste les raclures du temps…c’est infect, c’est moche. »

Passer inaperçu. « On m’oubliait un moment. » Ne pas se faire remarquer. L’être est en opposition au style. Celui-ci est un tsunami quand l’être se cache. « Ce que je voulais c’était partir et le plus tôt possible et plus entendre personne causer. L’essentiel, c’est pas de savoir si on a tort ou raison. Ça n’a pas vraiment d’importance…Ce qu’il faut c’est décourager le monde qu’il s’occupe de vous…Le reste c’est du vice. » Le désordre et la confusion comme les meilleurs camouflages. Mettre des mots. Un peu plus. En rajouter. Qu’à force il en devienne finalement le maître des mots. Mettre des maux et des douleurs. Partir en fuyant. « Ça me semblait tout d’un coup qu’on ne me rattraperait plus jamais. »

Nul n’entre dans le roman impunément. Nul ne le suit en se posant. Sans rambardes. Sans main courante. Ce serait comme vouloir remonter un toboggan. Descendre d’un avion en vol. Nul n’entre dans la vie nonchalamment. Lire Mort à Crédit c’est rentrer dans le vivant et dans le tumulte des forces. De quelle nature est cette force tellurique, cyclonique ?
C’est l’arrêt des phrases qui seul peut nous placer dans l’œil de ce cyclone. Sachant que la phrase qui se pose ne fait que renforcer sa dynamique et ne comptera plus les dommages collatéraux.

C’est un roman écrit à l’énergie. Sur l’énergie. Sur la nécessité de faire. De bouger contre cette peur de l’arrêt, du blocage. Mort à Crédit est le roman de l’urgence. « Elle a ordonné qu’on se manie…Elle faisait des signes…Et qu’on se dégrouille tous ! Qu’on s’échappe vivement du Passage…Et dare-dare !…Et tous en chœur !…Y avait pas une seconde à perdre ! »

Le temps est là qui grignote l’individu, l’avale. La vie est là qui fuit dans cette lenteur paradoxale : « Tout cela est si lent, si lourd, si triste…Bientôt je serai vieux. Et ce sera enfin fini…Ils sont devenus vieux, misérables et lents chacun dans un coin du monde. »
Et si l’énergie est là, c’est parce que la peur y est. Elle sert à sortir à s’extraire de cette lenteur qui apporte la mort. Une énergie suintante, dégoulinante, écœurante, mais salvatrice. Un sauvetage risqué toujours à la frontière de la mort. Juste à côté du rien.. « « J’avais la peur dans toutes les tripes…J’aurais voulu disparaître…maigrir tellement qu’il ne reste rien. » Une bonne peur bien réelle et bien grasse.

La peur s’installe. Pas une peur passagère. Non ! Une peur constante avec des salves d’écœurements et de nausée. Il y en a tant qu’elle dépasse l’individu, le noie. C’est le mélange entre la peur et cette merde généralisée. Tout pue. Ça schlingue par tous les pores. Ça force à vouloir s’en sortir. Ça te prend par le colbac. « Ça devenait bien moche tout ça d’un seul coup !…Et puis tout à fait infect !…C’était encore des nausées…J’ai retrouvé un paillasson…J’ai vomi dans la rigole…c’est la bagotte qui m’écœurait… »

Nous sommes dans ces limbes de l’enfer. Les deux pieds dedans. Bien calés. Faut voir où il se loge, l’enfer. « La porte de l’enfer dans l’oreille c’est un petit atome de rien. Si on le déplace d’un quart de poil…qu’on le bouge seulement d’un micron, qu’on regarde à travers, alors c’est fini ! c’est marre ! on reste damné pour toujours !… C’est pas gratuit de crever ! »

Le mouvement c’est la vie. Il n’y a jamais assez de temps. C’est le temps de la merde au cul. Peu importe la saleté. Peu importe ce que l’on fait. On fait. Le résultat importe peu. La vie est à ce prix. « Comme défaut en plus j’avais toujours le derrière sale. Je ne m’essuyais pas, j’avais pas le temps, j’avais l’excuse, on était toujours trop pressés…Je me torchais toujours aussi mal, j’avais toujours une gifle de retard…Que je me dépêchais d’éviter…Je gardais la porte des chiots ouverte pour entendre venir. Je faisais caca comme un oiseau entre deux orages… »

La phrase est à cette image. Elle est dans la vie. Elle est la vie. Elle respire. Ou plutôt elle halète. Chaque mot devient sensible. Chaque cri ponctue un silence. Sans phrases véritablement élaborées. Sans volonté de la terminer. La terminer serait déjà un peu de la faire mourir. Et la vie, comme la littérature, reste ce combat incessant pour la faire reculer. La faire reculer aussi avec des points de suspension. Avec des jurons. Quand ça n’avance pas assez vite. Ferdinand ne veut pas subir ce temps qui avale ses parents ; ce père incapable de taper à la machine à écrire qui arrive et qui voit son emploi menacé ; sa mère… Sa mère, pas mieux…
Mais oublions les personnages qui n’ont que peu d’importance. L’être est là qui prend ce qu’il peut.

Et pour se donner du temps, être rapide, il faut grossir aussi les traits, faire dans la caricature, aller loin dans l’exagération. Les évènements sont vus pas les yeux déformés de Ferdinand qui les changent en révolutions cataclysmiques : « ça s’amplifie, ça se rapproche…Je tombe là sur une horde

C’est tout ce que Ferdinand vivra dans la première partie qui se termine avec son « Oui mon oncle !… » avec la primauté de l’instinct sur la raison. Contrairement à la seconde sous le patronage de Roger-Martin Courtial des Pereires, qui, elle, se terminera par le « Non mon oncle ! ». Et avec la disparition des points de suspension. Nous resterons sur cette exclamation nette.

Mais même dans cette deuxième partie ce n’est pas la raison qui l’emporte. Elle ne vaut rien, la raison, c’est que du malheur et de l’absence de vie. Plutôt un instinct maîtrisé et mieux compris : « Te force pas l’intelligence… ! C’est la raison qui nous bouche tout…Prends l’instinct d’abord…Quand il bigle bien, t’as gagné !…Il te trompera jamais !… »

C’est cette trajectoire, ce parcours initiatique de Ferdinand qui est à l’œuvre. Au fond, Ferdinand semble dire la même chose, puisque le Non de la seconde partie vient conforter les propos de l’Oncle sur le port d’un pardessus pour ne pas attraper la crève, « tape dans le tas ! »

Ferdinand a perdu sa merde au cul.

Jacky Lavauzelle

CRIS – Poème Hongrois d’Attila Jozsef – kiáltozás (1936)

Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom
Attila Jozsef

Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

 

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

Attila József
1905-1937

Magyar Költő
Poète Hongrois

kiáltozás

Cris

1936

Jaj, szeressetek szilajon,
O passionnément, aimez-moi !
hessentsétek el nagy bajom!

  Sortez ce gros problème !
  Eszméim közt, mint a majom

Dans ma tête, comme le singe
 a rácsok közt le és föl,

 Grimpant ses barres de haut en bas,
vicsorgok és ugrándozom,

  hargneux et sautillant,
mert semmit nem hiszek s nagyon

Je ne crois plus du tout,
félek a büntetéstől.
Je crains la punition.

*

Halandó, hallod-e dalom,
Mortel, entendez ma chanson,
vagy zúgod csak, mint a vadon?

  ou n’est-ce déjà plus qu’un rugissement dans la nature ?
  Ölelj meg, ne bámulj vakon

Tenez-moi, ne regardez pas aveuglément
a kifent rohamkéstől –

la lame brillante du glaive
nincs halhatatlan oltalom,

il n’y a plus cette protection de l’immortalité,
akinek panaszolhatom:

qui me tranquillise :
 félek a büntetéstől.
Je crains la punition.

*

Mint fatutaj a folyamon,
Comme dérivant dans le courant,
  mint méla tót a tutajon,
pensif va le radeau,
 száll alá emberi fajom

   dans sa course
némán a szenvedéstől –

  je souffre en silence
 de én sírok, kiáltozom:

mais je pleure, mais je crie:
szeress: ne legyek rossz nagyon –

Aimez-moi : Ne soyez pas trop mauvais avec moi-
 félek a büntetéstől.

 Je crains la punition. 

*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Hongrie- Magyarországon
A magyar irodalom
Attila Jozsef
1905-1937

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

REMERCIEMENT (FLORA V) Poème Hongrois d’Attila Jozsef (FLÓRA V) 1937 Megméressél !

Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom
Attila Jozsef

Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

Attila József
1905-1937

Magyar Költő
Poète Hongrois

FLORA V
Remerciement

FLÓRA
5.   Megméressél !

1937

Már nem képzelt ház üres telken,
La maison sur le terrain vague,
csinosodik, épül a lelkem,
S‘est fait une beauté, c’est mon âme ;
mivel az árnyakkal betelten
comme je me remplissais d’ombres
a nők között Flórára leltem.
chez les femmes, j’ai rencontré Flora.

*

Ő  a mezőn a harmatosság,
Elle, dans les prairies, la fraîcheur,
kétes létben a bizonyosság,
Elle, dans l’existence, la certitude,
lábai kígyóim tapossák,
Elle qui écrase le serpent
gondjaim mosolyai mossák.
Elle, Un sourire, et mes inquiétudes qui partent.

*

Ízét adja a tiszta víznek,
Elle, saveur de l’eau pure,
száját adja a tiszta íznek,
Elle qui rentre dans ma bouche,
hazaszólít, amikor űznek,
Elle qui m’appelle à la maison,
szemében csikó legelészget.
Elle où dans les yeux un poulain joue.

*

Ő az okmány, kivel a kellem
Elle est le document, avec qui la grâce
a porráomlás ellen, a szellem
éloigne la poussière, et l’esprit
az ólálkodó semmi ellen
qui au néant s’affronte
szól, pöröl szorongó szerelmem.
Dans cet amour anxieux.

*

Érdekeimből megértettél,
J’étais jadis comprenez-vous,
bátorrá vakmerőből tettél,
un être courageux,
kínlódtál, amíg nem szerettél,
J’ai lutté car tu m’aimais,
egész világom ege lettél, –
Tu étais les cieux de mon univers

*

hát dicsértessél s hirdettessél,
Sois louée, sois bénie,
minden korokon át szeressél
Aimons-nous à tous les âges
s nehogy bárkiben alább essél,
Personne ne peut te remplacer,
mindig, mindenütt megméressél!
Toujours et partout sois remerciée !

*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Hongrie- Magyarországon
A magyar irodalom
Attila Jozsef
1905-1937

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg