Archives par mot-clé : 1878

MONUMENT A HUMBERT Ier – MONUMENTO A UMBERTO I – VILLA BORGHESE

ROME – ROMA
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


MONUMENT A HUMBERT Ier MONUMENTO A UMBERTO I

Humbert Ier
UMBERTO I
(1844-1900)
Roi d’Italie (1878-1900)

Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 0 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 1 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 2 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 3  Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 11 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 20 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato 45 Monument à Humbert Ier Monumento a Umberto I Villa borghese rome roma artgitato plaque

« Pourtant, les rois assassinés, même les meilleurs, comme Alexandre II et Humbert, étaient auteurs ou complices du meurtre de milliers et de milliers d’hommes qui périrent sur les champs de bataille ; quant aux souverains mauvais, c’est par centaines de mille et par millions qu’ils ont fait périr les hommes…
L’assassinat des souverains, tel celui tout récent du roi Humbert, n’est pas horrible par la cruauté du fait lui-même. Les actes commis dans le passé par les rois et empereurs : la Saint-Barthélémy, les guerres de religion, la répression impitoyable des révoltes de paysans, autant que les exécutions gouvernementales actuelles, le martyre subi dans les prisons cellulaires et les compagnies de discipline, la pendaison, la guillotine, la fusillade et le carnage pendant les guerres, ne sauraient, par leur cruauté, être comparés aux attentats commis par les anarchistes.
Les crimes des anarchistes ne sont pas précisément effrayants, parce que ceux qui en sont victimes n’ont pas mérité leur sort. Si Alexandre II ou Humbert n’ont pas mérités d’être assassinés, les milliers de Russes qui ont péri sous Plevna, et d’Italiens en Abyssinie, l’avaient encore moins mérités. »
Léon Tolstoï
Tu Ne Tueras Point
Traduction parue en 1914

 

LES PONTS DE ROME : Ponte Vittorio Emanuele II – Pont Victor-Emmanuel II

ROME – ROMA
PONTS DE ROME
Ponti Roma

Armoirie de Rome

Photos Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

PONT VICTOR-EMMANUEL II

Ponte Vittorio Emanuele II

VICTOR-EMMANUEL II
1820-1878
LE PONT
Longueur de 108 mètres
trois arcsConstruit  en 1886 par l’architecte Ennio De Rossi et inauguré en 1911
Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -1 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -2 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -3 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -5 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -6 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -7 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -8 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -9 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -10 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -11 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -12 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -13 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -14 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -15 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -16 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -17 Ponte Vittorio Emanuele II - Pont Victor-Emmanuel II -18
*************************
Photos Jacky Lavauzelle
atgitato
***************************


 

MON CHIEN (1878) Poème d’Ivan TOURGUENIEV – Иван Сергеевич Тургенев – Собака

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

IVAN TOURGUENIEV
Иван Сергеевич Тургенев

TOURGUENIEV
1818-1883

Подпись

стихотворение
Poème

Traduction Jacky Lavauzelle

——– Poemes en prose de Tourgueniev Texte et Traduction Artgitato


Собака

Mon Chien

 

Февраль, 1878 г.
Février 1878

Hас двое в комнате: собака моя и я. На дворе воет страшная, неистовая буря.
Deux, nous sommes deux dans la pièce : mon chien et moi. Dans la cour, l’hurlement terrible d’une violente tempête.

Собака сидит передо мною — и смотрит мне прямо в глаза.
Le chien est assis en face de moi Il me regarde droit dans les yeux.

И я тоже гляжу ей в глаза.
Et moi aussi, je le regarde dans ses yeux.

Она словно хочет сказать мне что-то. Она немая, она без слов, она сама себя не понимает — но я ее понимаю.
Elle semble vouloir me dire quelque chose. Elle est silencieuse. Elle reste là sans mots ; elle-même ne comprend pas mais moi, je la comprends.

Я понимаю, что в это мгновенье и в ней и во мне живет одно и то же чувство, что между нами нет никакой разницы. Мы тожественны; в каждом из нас горит и светится тот же трепетный огонек.
Je comprends que, en ce moment, elle vit le même sentiment et qu’entre nous il n’y a pas de différence. Nous sommes identiques ; Chacun de nous est éclairé par une même lumière vacillante.

Смерть налетит, махнет на него своим холодным широким крылом…
La mort remuera son aile froide et large

И конец!
Et tout sera fini !

Кто потом разберет, какой именно в каждом из нас горел огонек?
Qui comprendra alors exactement ce qu’était la flamme qui brûlait en chacun de nous ?

Нет! это не животное и не человек меняются взглядами…
Non ! Ce n’est pas un homme qui regarde un animal

Это две пары одинаковых глаз устремлены друг на друга.
Ce sont deux paires identiques d’yeux fixées l’une sur l’autre.

И в каждой из этих пар, в животном и в человеке — одна и та же жизнь жмется пугливо к другой.
Dans chacun de ces deux couples, chez l’animal et chez l’homme une seule et même vie fébrilement attachée l’une à l’autre.

 

**************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
**************************

автор Иван Сергеевич Тургенев

Sans titre 1

Арменци Peyo Yavorov – Пейо Яворов – Arméniens – Poème Bulgare (en Mémoire aux victimes du génocide arménien)

България – Български
Peyo Yavorov
Черна песен – Димчо Дебелянов

Traduction – Texte Bilingue
Превод – показване на два текста


LITTERATURE BULGARE
POESIE BULGARE

българската поезия
българска литература

Peyo Yavorov
Пейо Яворов
1878 – 1914

Peio_Yavorov

български поет
Poète Bulgare

Арменци

 

ARMENIENS

Посветено на жертвите на арменския геноцид
Dédié aux victimes du génocide arménien

 

Изгнаници клети, отломка нищожна
Exilés misérables, fragments insignifiants
от винаги храбър народ мъченик,
ces martyrs toujours courageux
дечица на майка робиня тревожна
enfants d’une mère esclave soucieuse à jamais
и жертви на подвиг чутовно велик –
et victimes d’un légendaire exploit
далеч от родина, в край чужди събрани,
loin de leurs maisons en terres étrangère recueillis
изпити и бледни, в порутен бордей,
pâles, épuisés dans un cloaque délabré,
те пият, а тънат сърцата им в рани,
ils boivent, et languissent une plaie au cœur
и пеят, тъй както през сълзи се пей.
et ils chantent, mais une larme est tombée dans leurs chants.
*

Те пият… В пиянство щат лесно забрави
Ils boivent Dans l‘ivresse, ils espèrent trouver l’oubli
предишни неволи и днешни беди,
des malheurs passés et des ennuis du jour,
в кипящото вино щат спомен удави,
le vin bouillonnant un instant noiera la mémoire 
заспа ще дух болен в разбити гърди;
l’esprit lourd le sommeil arrivera enfin ;
глава ще натегне, от нея тогава
dans la tête fracassée alors
изчезна ще майчин страдалчески лик
le visage de la mère martyrisée s’amenuise
и няма да чуват, в пияна забрава,
et ils ne pourront plus entendre dans leurs ivresses,
за помощ синовна всегдашния клик.
les appels lancés désespérément.

*

Кат гонено стадо от някой звяр гладен,
Comme un troupeau par une bête affamée,
разпръснати ей ги навсякъде веч –
dispersés partout ils errent
тиранин беснеещ, кръвник безпощаден,
le furieux tyran, boucher impitoyable,
върху им издигна за всякога меч;
son épée pour toujours levée ;
оставили в кърви нещастна родина,
dans l’abandon dans le sang de la patrie malheureuse
оставили в пламък и бащин си кът,
dans l’abandon dans les flammes des maisons de leurs pères
немили-недраги в далека чужбина,
sans-abris et sans amis au-loin si loin
един – в механата! – открит им е път.
dans la taverne ! Ils ont trouvé un havre.

*

Те пеят.. И дива е тяхната песен,
Ils chantent .. et sauvage est la chanson,
че рани разяждат ранени сърца,
les plaies rongent ces cœurs blessés
че злоба ги дави в кипежа си бесен
que la colère noie dans une furieuse exubérance
и сълзи изстисква на бледни лица…
et les larmes des visages pâlis passent
Че злъчка препълня сърца угнетени,
De fureur abondante le cœur oppressé,
че огън в главите разсъдък суши,
et le feu dans les tête a brûlé la raison
че молния свети в очи накървени,
la foudre éclaire ces yeux ravagés,
че мъст, мъст кръвнишка жадуват души.
la vengeance appelle l’âme sans cesse.

*

А зимната буря им сякаш приглася,
Une tempête d’hiver se mêle aux chants,
бучи и завива страхотно в нощта
qui rugit, se déchaîne dans la nuit
и вихром подема, издига, разнася
et les échos de la rébellion se propagent
бунтовната песен широко в света.
chanson rebelle aux quatre coins du monde.
И все по-зловещо небето тъмнее,
si inquiétante qu’elle en assombrit le ciel,
и все по се мръщи студената нощ,
et refroidit la nuit la rendant terrifiante
и все по-горещо дружината пее,
et du chant plus vigoureux encore
и буря приглася с нечувана мощ…
la tempête à la voix se mélange et chante

*

Те пият и пеят… Отломка нищожна
Ils boivent et chantent épaves vides
от винаги храбър народ мъченик,
ces martyrs toujours courageux
дечица на майка робиня тревожна
enfants d’une mère esclave soucieuse à jamais
и жертви на подвиг чутовно велик –
et victimes d’un légendaire exploit
далеч от родина, и боси, и голи,
loin de leurs maisons en terres étrangère recueillis
в край чужди събрани, в порутен бордей,
pâles, épuisés dans un cloaque délabré,
те пият – пиянство забравя неволи,
ils boivent, et languissent une plaie au cœur
и пеят, тъй както през сълзи се пей.
et ils chantent, mais une larme est tombée dans leurs chants.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

Peyo Yavorov
Пейо Яворов
Арменци
Arméniens

 

SUR LA RIVIERA Chanson de Marcel Bertal & Emile Ronn et Léo Daniderff

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LA RIVIERA CHANSON


 Paroles de Marcel Bertal & Ronn
Musique de Léo Daniderff

 
SUR LA RIVIERA

Paroles de Marcel Bertal (1882-1953) & Emile Ronn (18xx-1935)
Musique de Léo Daniderff (1878-1943)
 

PREMIER COUPLET
Nice est en folie,
C’est le soir du carnaval ;
Les femmes jolies
Au bras des galants se pressent vers le bal.
Mais parmi les masques
Passe un joli domino,
Un Pierrot fantasque
Lui soupire quelques mots.
C’est si doux d’écouter ce qu’il dit
Que la danse aussitôt le suit

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

SECOND COUPLET
Puis au clair de lune
Le Pierrot parla d’amour
Si bien que la brune
Laissa retirer son masque de velours
Ah ! Je vous adore
Fit-il, ce soir c’est permis !
Et jusqu’à l’aurore
Ce fut un vrai paradis
Demain dit-elle en le quittant
Ici-même je vous attends !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

TROISIEME COUPLET
Le Pierrot si tendre
Ne vint jamais la revoir
Et lasse d’attendre
Elle dit : pourquoi ne m’aime-t-il qu’un soir ?
Ses douces paroles
Pour toujours ont pris mon cœur
Ah ! Que j’étais folle
De croire à tant de bonheur !
Comme lui l’amour s’est déguisé
C’est fini le rêve c’est brisé !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise attristée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont cruels et menteurs les serments
C’est l’amour qui s’éloigne
En pleurant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

Sur la Riviera Chanson de Bertal & Ronn et Léo Daniderfp