Archives par mot-clé : 1863

PLASTIQUE Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – Plastice d’Annunzio

Plastice d’Annunzio

Gabriele D’Annunzio

prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

PLASTIQUE

Sonnet

 

PLATICE

Sonetto


 
Ed ancóra de l’arte amo i tormenti.
J’aime encore les tourments de l’art.
Ma un’angoscia mi punge irrequieta
Mais une angoisse me saisie et m’irrite :
se non meglio che i versi evanescenti
mieux que les versets évanescents,
domato avrei co ’l pollice la creta.
aurais-je peut-être apprivoisé l argile avec mes pouces ?

*

 Questi lunghi esercizii pazienti
Ces exercices de longues patiences
su le fragili pagine di seta
sur les pages de soie fragile
mi sembran vili. Muoiono su i vènti
me semblent vils. Meurent dans les vents
i suoni co’ i fantasmi del poeta.
les sons puis les images du poète.

*

 Oh come in vece nitide e sicure
Ô comme sont nettes et sûres
ne la materia imprimonsi le forme
les formes imprimées dans la matière
per l’ostinata pugna del lavoro!
par la lutte acharnée du travail !

*

 E come al vivo de la fiamma pure
Et avec la vie de la pure flamme
bàlzano poi dal minerale informe
sort ensuite des minerais informes
quelle perfette nudità che adoro!
ces nudités parfaites, que j‘aime!

ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

EROTICA-HEROICA (2/2) Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

EROTICA-HEROICA

Sonnet
… dum taedet sui, pigetque.

[in Tranquillitate Animi II- Sur la tranquillité de l’âme II
(écrit entre 47 et 62) de Sénèque

« …parce qu’elle est fatiguée, lasse d’elle-même »]

 

2/2

Sonetto


 
Principe un tempo amai sotto aurorali
Jadis prince, j’aimai sous de crépusculaires
cieli donne possenti in un paese
cieux des femmes puissantes dans un pays
ricco d’antiche selve circomprese
riche en bois anciens entouré
da meandri di fiumi imperiali.
par les méandres de rivières impériales.

*

 E fui pugnace; ed infiniti mali
J’étais querelleur ; et les maux infinis
addussi ai vinti ne le mie contese;
s’abattaient sur les vaincus dans mes combats ;
e più d’un rogo la mia mano accese
et plus d’un brasier ma main alluma
per l’orgia ne le sere trionfali.
pour les orgies des soirées triomphales.

*

 Dove e quando colui che froda e langue
Où et quand la personne qui fraude et languit
 in vili amori, èbbesi de la Terra
en de viles amours, acquit-il de la Terre
una sì fiera vision vermiglia?
une si fière vision vermeille ?

*

 Dove e quando poté, de l’ostil sangue
Où et quand put-ildu sang de l’ennemi
deterso, al letto suo preda di guerra
nettoyé, à son lit, son butin de guerre
trarre, o dio Sole, l’ultima tua figlia?
traîner, ô dieu Soleil, ton ultime fille ?

ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

EROTICA-HEROICA (1/2) Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

EROTICA-HEROICA

Sonnet
… dum taedet sui, pigetque.

[in Tranquillitate Animi II- Sur la tranquillité de l’âme II (écrit entre 47 et 62) de Sénèque
« …parce qu’elle est fatiguée, lasse d’elle-même »]

 1/2

Sonetto


 
Talvolta, mentre l’anima asservita
Parfois, tandis que mon âme asservie
 si sprofonda nel tristo suo languore
sombre dans une triste langueur
(a poco a poco fugge ogni vigore
(s’échappe peu à peu toute force
come da un’invisibile ferita),
comme une plaie invisible),

*

 improvviso il ricordo d’una vita
Tout à coup, la mémoire d’une vie
remota, d’una forza anteriore,
distante, d’une force antérieure,
d’un’eroica lotta, d’un amore
d’une lutte héroïque, d’un amour
oltrapossente, m’agita e m’incita.
surpuissant, m’agite et m’enfièvre.

*

 E fastidio e vergogna ho dei malsani
Et l’aversion et la honte des malsains
artifizi e de l’ombra accidiosa
artifices et de l’ombre indolente
in cui si sfa la giovinezza imbelle.
dans lesquels se fane ma jeunesse inerte.

*

 Risollevasi al lampo degli immani
Se reprend à la lumière de ces énormes
fantasmi e ancóra d’una generosa
fantasmes et encore, d’une généreuse
collera freme l’anima ribelle.
rage, frissonne mon âme rebelle.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Gabriele d'annunzio erotica-heroica Le suicide de Sénèque par Manuel Domínguez Sánchez Manuel_Domínguez_Sánchez_-_El_suicidio_de_Séneca

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

L’IMAGE Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – L’Imagine

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

L’Image

Sonnet

L’Imagine

Sonetto


 
Tristezza atroce de la carne immonda
Tristesse atroce de la chair immonde
quando la fiamma del desìo nel gelo
quand la flamme du désir dans le froid
del disgusto si spegne e nessun velo
du dégoût s’éteint et quand pas un voile
d’amor l’inerte nudità circonda!
d’amour ne recouvre l’inerte nudité !

*

 (E tu sorgi ne l’anima profonda,
(Et tu surgis dans l’âme profonde,
pura Imagine. Come su lo stelo
pure Image. Comme sur la tige
èsile piega un fùnebre asfodelo,
se plie un asphodèle funèbre,
su ’l collo inclini la tua testa bionda).
sur ton cou tu inclines ta tête blonde).

*

 Tristezza immensa de la carne bruta
Tristesse immense de la chair brute
quando nel petto il cor fievole batte
quand dans ta poitrine bat le faible cœur,
lontano e solo come in una tomba!
loin et seul comme dans une tombe !

*

 (E tu guardi, tu sempre guardi, o muta
(Et tu regardes, tu regardes toujours, ô muette
Imagine, tu pura come il latte,
Image, toi aussi pure que du lait,
con i tuoi teneri occhi di colomba).
avec tes yeux tendres de colombe).

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

VERO NOVO Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto

Pànico d’Annunzio
Gabriele D’Annunzio

prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

VERO NOVO

Sonnet

Sonetto


 
Primavera, su i tiepidi guanciali
Le printemps, sur les oreillers tièdes
volge per me sempre notturna l’Ora.
l’Heure qui tourne est toujours nocturne.
In vano il tuo novello sole indora
En vain ton nouveau soleil dore
mattutino i deserti davanzali.
le matin mes désertes fenêtres.

*

 I mandorli con vesti nuziali
Les amandiers avec leurs robes nuptiales
ridono dunque ne l’azzurro ancóra?
rient-ils donc encore dans l’azur ?
L’arboscello pieghevole s’infiora
Le souple arbrisseau fleurit-il
su ’l rivo? Il lino ondeggia nei novali?
sur la rive ? Le lin ondoie-t-il dans les champs ?

*

 Non li vedranno questi occhi oscurati.
Pas un ne verra mes yeux obscurcis.
Non ti vedrò sorridere, o soave
Je ne te verrai pas sourire, ô suave
Primavera che l’anima mia sogna.
Printemps que rêve mon âme.

*

 Non verrò sotto i mandorli e ne’ prati
Je ne viendrai ni sous les amandiers ni dans les près
e pe’ solchi e pe ’l rivo. Troppo grave
ni dans les champs ni sur les rives. Trop grave
su ’l cor mi peserebbe la vergogna.
sur le cœur me pèse la honte.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

PANIQUE Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Pànico d’Annunzio – Sonetto

Pànico d’Annunzio
Gabriele D’Annunzio

prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Panique

Sonnet

Pànico

Sonetto


 
A questo di salute alito enorme
A cet énorme souffle salutaire
che dal sen de la terra umida emana
qui de la terre humide se dégage
mentre amata da ’l sol la terra dorme
alors que, aimée par le soleil, la terre dort
ne la tranquillità meridiana,
dans la tranquillité méridienne,

*

 io ne l’imo de l’essere un informe
je sens en moi des êtres informes
viluppo sento che si schiude. Strana
enchevêtrés qui se libèrent. Une étrange
un’angoscia mi preme. Or quali forme
angoisse m’opprime. Quelles formes
partorirà la stanca pianta umana?
vont naître de cette plante humaine fatiguée ?

*

E l’angoscia m’incalza. E l’infinita
Et l’angoisse me suit. Et l’infinie
vista de i piani, ed il profumo occulto
vue des plaines, et le parfum caché
che si eleva da i piani, e lo splendore
qui monte des plaines, et la splendeur

*

 de l’aria, e queste immense onde di vita
de l’air, et ces immenses ondes de vie,
che su ’l capo mi passano in tumulto,
qui sur ma tête passent en tumulte,
or mi dànno io non so quale terrore.
me donnent je ne sais quelle terreur.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

SED NON SATIATUS – II- SONNET DE GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto 2

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

SED NON SATIATUS (2/2)

Sonnet II

Sonetto II


 
O bei corpi di femmine attorcenti
Ô beaux corps de femmes nouant
con le anella di un serpe agile e bianco,
comme les anneaux d’un serpent agile et blanc,
pure io non so da’ vostri allacciamenti
je ne sais, de vos liens,
 ancóra sazio liberare il fianco.
encore libérer mon flanc assouvi.

*

 Bei seni da la punta erta fiorenti,
Beaux seins à la raide pointe florissante,
su cui mi cade a l’alba il capo stanco
sur lesquels je retrouve à l’aube ma tête épuisée
allor che ne’ supremi abbattimenti
alors que, dans les suprêmes abattements
del piacere io m’irrigidisco e manco;
de  plaisir, je me dresse et m’écroule ;

*

reni feline pe’ cui solchi ascendo
félins reins, je remonte sur ces sillons
in ritmo con le mie musiche dita
en rythme avec mes doigts musiciens
come su nervi di falcate lire;
comme s’ils remontaient les cordes d’une lyre ;

*

 denti a’ cui morsi facile mi arrendo,
à ces dents, je m’abandonne facilement à ses morsures,
bocche sanguigne più di una ferita,
bouche plus sanglante qu’une blessure,
pur m’è dolce per voi così sfiorire.
tout m’est doux, pour vous, d’ainsi me flétrir.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

SED NON SATIATUS – I- SONNET DE GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto 1

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

SED NON SATIATUS (1/2)

Sonnet I

Sonetto I


 
Non più dentro le grigie iridi smorte
Il n’y a plus à l’intérieur de mes pâles yeux gris
lampo di giovinezza or mi sorride.
les éclairs de jeunesse qui me sourient.
La giovinezza mia barbara e forte
Ma jeunesse, barbare et forte,
in braccio de le femmine si uccide.
dans les bras des femmes, se tue.

*

 Alto gridando in van la mia coorte,
A grands cris, ma cohorte,
in van me chiama a l’armi e a le disfide.
en vain m’appelle aux armes et à la lutte.
Io qui ne gli ozii la mia bella sorte
Ici, dans l’oisiveté, mon beau destin,
oblìo tra voluttà pazze ed infide.
je l’oublie à travers de folles et perfides voluptés.

*

Quasi un tossico lene ora mi sale
Comme une douceur toxique pénétrant en moi maintenant
ogni arteria, un languor lungo mi snerva;
dans chaque artère, une lente langueur me déconcerte ;
ed io virtù non ho più di lottare,
et de me battre, je n’ai plus le courage,

*

 Come allor che su ’l vento maestrale
comme alors quand, sur les vents,
mi balzava la strofa ebra e proterva
sautillait la strophe ivre et arrogante
squillando innanzi: O mare, o mare, o mare!
déclamant jadis : Ô mer, ô mer, ô mer !

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Le Péché de Mai – IV – GABRIELE D’ANNUNZIO – Il peccato di maggio

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Il peccato di maggio (IV)

Le Péché de Mai (4/6)

IV


 
Quando il grande letargo del bosco nei chiarori
Lorsque la grande léthargie de la forêt dans la clarté
lunari si sommerse, crescevano gli odori
de la lune fut submergée, plus fortes furent les odeurs
su dal bosco profondo in marea fresca; e il vento
de la forêt profonde dans la fraîche marée ; et le vent
carico de gli odori per quel biancheggiamento 
chargé de senteurs qui, dans ce blanc uniforme,
alitava, recando come lunghi bramiti
soufflait, apportait aussi les longs brames
di cervi in lontananza. Or le cerve da i miti
de cerfs du lointain. Ou les biches des mythes
occhi umani, in ascolto, ad ogni più leggero
aux yeux humains, à l’écoute, que chaque craquement
alito trasalivano, trepide nel mistero
faisait tressaillir, tremblantes dans le mystère
de l’ombre vigilando se non già fra le piante  
des ombres, observaient déjà, parmi les plantes,
brillassero i terribili occhi del fulvo amante.
les scintillements des yeux terribles de leurs fauves amants.
 Era il desìo diffuso ovunque. I secolari
Il s’était répandu partout mon désir. Les séculaires
tronchi di quercia ergevano agli incanti lunari
troncs des chênes tendaient aux charmes de la lune
le membra, come atleti che chiedessero abbracci
leurs membres, comme des athlètes en attente d’embrassades
ansando ed anelando, non più paghi dei lacci
passionnées et haletantes, si peu étreints par les lacets
d’un’edera. Pareano truci mostri in agguato
d’un lierre. Ils paraissaient des monstres sombres tapis,
taluni alberi a l’ombra; altri da un delicato
certains arbres cachés par des ombres ; d’autres, par un délicat
artefice scolpiti nei diaspri più rari,
architecte, sculptés dans les plus rares jaspes,
divine opre notturne. E gli incanti lunari
des actes nocturnes divins. Et les charmes lunaires
mi fingeano a la vista lunghi ordini lontani
me semblaient être de longs ordonnancements lointains
di cupole e di aguglie, adunanze di strani
de dômes et d’aiguilles, réunions d’étranges
palagi, fughe d’alti portici risplendenti:
palais, de fuites de hauts portiques resplendissants :
una città di sogno!
une ville de rêve !

 Ma gli odori crescenti
Mais les odeurs de plus en plus
attossicavan l’aria, ma da quel gran letargo
empoisonnaient l’air, mais par cette grande léthargie
vegetale un respiro saliva, quasi il largo
végétale une respiration montait , comme un large
respiro d’una belva; ma mille voci rotte
souffle d’une bête ; mais un millier de voix débordant
di piacere turbavano il bosco ne la notte.
de plaisirs perturbaient la forêt pendant la nuit.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Le Péché de Mai – II – GABRIELE D’ANNUNZIO – Il peccato di maggio

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Il peccato di maggio (II)

Le Péché de Mai (2/6)

II


 
Soli andavamo. — Ah, senti, senti i merli fischiare —
Seuls, nous allions. – « Oh ! Ecoute ! Ecoute les merles qui sifflent ! »
ella disse, fermandosi. Dal ciel crepuscolare
dit-elle, faisant une pause. Du ciel crépusculaire
discendeva su i rami la nebbia violetta.
descendait sur les branches, un violet brouillard.
— Senti, senti! — D’un tratto, dietro l’ultima vetta
« Ecoute ! Ecoute ! » – Tout à coup, derrière le dernier sommet
scomparve, in fondo al lago de le nuvole, il sole.
disparut, au fond du lac des nuages, le soleil.
Allora fu una molle cascata di viole 
Puis ce fut une molle cascade de violettes
ne l’aria. Un solco d’oro s’apriva basso; rotto
dans l’air. Un sillon d’or s’ouvrait profond ; cassées,
il bagliore su i culmini indugiava; di sotto
les lueurs sous des faîtes se retardaient ; sous
a i culmini illustrati, già ne l’assopimento
les faîtes illuminés, déjà, s’assoupissaient,
grave i tronchi annegavano. Lente nel vapor lento
les troncs noyés de sommeil. Lentement dans les lentes vapeurs
de la sera le cose perdevano le forme.
de la soirée, les choses perdaient leur forme.
Le viole cadevano; era una pioggia enorme.
Tombaient les violettes ; ce fut une pluie diluvienne.
Tutto il bosco, un istante, parve a la mia vista
Toute la forêt, un instant, me parut
una maravigliosa foresta di ametista
une merveilleuse forêt d’améthyste
 che risplendeva; e Yella parve la maga. Eretta
qui resplendissait ; et Yella semblait une magicienne. Droite
fra l’erba, d’un’aerea tunica violetta
dans l’herbe, d’une tunique violette aérée
circonfusa, a quell’ultima luce crepuscolare
baignée, à cette dernière lueur crépusculaire
ella diede l’addio con un alto cantare.
elle fit ses adieux avec un chant époustouflant.
Ella cantava ancóra al mio fianco. Una ciocca
Elle chanta à nouveau à mes côtés. Une boucle
 de’ suoi capelli, a tratti, mi sfiorava la bocca;
de ses cheveux, parfois, me touchait la bouche
ed il profumo, l’anima di quella cosa viva,
et le parfum, l’âme de cette chose vivante,
m’irritava le nari avide, mi saliva
irritait mes narines avides,
pe ’l capo. Io le guardai la gola palpitante
 Je regardais sa gorge palpitante
al ritmo de le note: come bianca!
au rythme des notes : comme elle était blanche !

le piante
les plantes 
curve al passaggio udivano?
recourbées à son passage, pouvaient-elles l’entendre ?

Io le guardai la gola.
Je regardais sa gorge.
Or vanivan d’intorno le nebbie di viola
Tout autour de nous des brumes violettes
ne l’aria; una penombra dolce velava l’aria,
dans l’air ; une douce pénombre voilait l’air,
e su da la foresta profonda e solitaria
et, de la forêt profonde et solitaire,
sorgevano le voci de le cose, gli odori
arrivaient les voix des choses, les odeurs
de le cose. Pareva, non so, come dai Fiori
des choses. Cela semblait, comment dire, des Fleurs
da le foglie da l’erbe un sogno vegetale
des feuilles et des herbes dans un songe végétal
salisse e si spandesse, grande e soave; quale,
répandus et exhaussés, grand et doux ; qui
non so, da le dormenti acque a l’alba un vapore.
comment dire, sur des eaux dormantes,  naîtrait vaporeux à l’aube.
Io respirava un sogno di foresta in amore.
Je respirais un rêve de forêt amoureuse.

 Ella cantava; e il puro canto rendeva pure
Elle chanta ; et son chant rendait pures
tutte le cose.
toutes les choses.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.