Archives par mot-clé : 1841

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSÉVITCH – ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

*Антология русской поэзии
Anthologie de la Poésie Russe
*


LITTERATURE RUSSE
русская литература

стихотворение  – Poèmes

Traduction Jacky Lavauzelle 

Vladislav Khodasevich
Vladislav Khodassevitch

 

 né le 16 mai 1886 Moscou – 14 juin 1939 Billancourt

 

ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSÉVITCH

*******************

__________
1904
__________

CRÉPUSCULE NEIGEUX
Сумерки снежные

Сумерки снежные. Дали туманные.
Crépuscule neigeux. Silhouettes brumeuses.
Крыши гребнями бегут.
Les toits sont des crêtes maritimes.

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Ночь в Гурзуфе, 1891

__________
1907
__________

LES NUITS
Ночи

Чуть воют псы сторожевые.
Des lointains hurlements de chiens.
Сегодня там же, где вчера,
Aujourd’hui tout comme hier,

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Гнев морей, La Colère des mers, 1886

__________
1913
__________

L’ACROBATE
Акробат

От крыши до крыши протянут канат.
Une corde est tendue entre deux toits.
Легко и спокойно идет акробат.
Facile et silencieux, marche l’acrobate.

Marc Chagall, timbre de Biélorussie

__________
1915
__________

LA SOLITUDE
Уединение

Заветные часы уединенья!
Précieuses heures de solitude !
Ваш каждый миг лелею, как зерно;
Chaque instant je chéris, comme une graine ;

Pavel Filonov,Autoportrait,1921,Selfportrait,Павел Филонов, Автопортрет

__________
1916 – 1917
__________

LES MAUVAIS POÈMES
Хорошие стихи меня томят

Хорошие стихи меня томят,
Les bons poèmes me tourmentent,

Плохие же так милы почему-то:
Les mauvais, eux, sont si mignons, sans raison aucune :

Ivan Aïvazovski, Иван Константинович Айвазовский, Naufrage, Кораблекрушение,1876

__________
1917
__________

LA TRACE DE L’ÂME
Золото

В рот — золото, а в руки — мак и мед:
De l’or dans la bouche, du pavot et du miel dans les mains :
Последние дары твоих земных забот.
Les derniers cadeaux de vos préoccupations terrestres.

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Moulins à vent en bord de mer, 1837

__________
1917 – 1918
__________

CHERCHEZ-MOI !
Ищи меня

Ищи меня в сквозном весеннем свете.
Cherchez-moi dans la lumière du printemps.
Я весь — как взмах неощутимых крыл,
Je suis un vol d’ailes imperceptibles,

Ivan Aïvazovski Айвазовский Иван Константинович Хаос. Сотворение мира. 1841 Chaos, la Création du monde Musée Arménien de Venise

__________
1918 – 1919
__________

LE SINGE
Обезьяна

Была жара. Леса горели. Нудно
Il faisait chaud. Les forêts se consumaient. Paresseux,
Тянулось время. На соседней даче
Passait le temps. Au chalet voisin

Singe devant un squelette, Gabriel von Max , Обезьяна перед скелетом, Габриэль фон Макс

__________
1921
__________

LA VAPEUR DES MARAIS
Иду, вдыхая глубоко

Иду, вдыхая глубоко
Je marche, respirant profondément
Болот Петровых испаренья,
Les vapeurs des marais,

**

J’AIME LES GENS
Люблю людей, люблю природу

Люблю людей, люблю природу,
J’aime les gens, j’aime la nature,
Но не люблю ходить гулять,
Mais je n’aime pas me promener,

Pieter Brueghel l’Ancien , Питер Брейгель Старший, Le Paysan et le voleur de nid, Крестьянин и гнездовой разбойник, 1568

__________
1923
__________

N’ATTENDS RIEN
Не жди, не уповай, не верь

Не жди, не уповай, не верь:
N’attends rien, n’aie pas confiance, ne crois pas :
Всё то же будет, что теперь.
Tout sera comme avant.

Alexej von Jawlensky, Алексей Георгиевич Явленский, Der Glöckner, Le Bossu,Горбун, 1905, Musée Lenbachhaus, Munich, Музей Ленбаххаус, Мюнхен

**

L’AVEUGLE
СЛЕПОЙ

Палкой щупая дорогу,
Sentant la route avec son bâton,
Бродит наугад слепой,
Un aveugle erre au hasard,

La Parabole des aveugles, Pieter Brueghel l’Ancien, Питер Брейгель Старший, Притча о слепых, Дерево, масло, 1568

__________
1924
__________

DEVANT LE MIROIR
Перед зеркалом

Я, я, я. Что за дикое слово!
Moi, moi, moi. Quel mot sauvage !
Неужели вон тот — это я?
Est-ce moi cet homme là-bas – est-ce moi ?

Titien, Vénus au miroir, Тициан, Венера в зеркале
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

CHERCHEZ-MOI ! Poème de Vladislav Khodassevitch – Владислав Ходасевич – Ищи меня – 1918

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович
Хаос. Сотворение мира. 1841
Chaos, la Création du monde
Musée Arménien de Venise

*Антология русской поэзии
Anthologie de la Poésie Russe
*


LITTERATURE RUSSE
русская литература

стихотворение  – Poèmes

Traduction Jacky Lavauzelle 

Vladislav Khodasevich
Vladislav Khodassevitch

 

 né le 16 mai 1886 Moscou – 14 juin 1939 Billancourt,

 

ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSEVITCH

CHERCHEZ-MOI !
1917-1918
Ищи меня

*******************

******


Ищи меня в сквозном весеннем свете.
Cherchez-moi dans la lumière du printemps.
Я весь — как взмах неощутимых крыл,
Je suis un vol d’ailes imperceptibles,
Я звук, я вздох, я зайчик на паркете,
Je suis un son, je suis un souffle, un léger rayon sur le sol,
Я легче зайчика: он — вот, он есть, я был.
Je suis plus léger encore : il était là, mais déjà s’en est allé.

*

Но, вечный друг, меж нами нет разлуки!
Mais, mon éternel ami, il n’y a nulle séparation entre nous !
Услышь, я здесь. Касаются меня
Hé ! je suis là ! Elles me touchent
Твои живые, трепетные руки,
Tes mains vives et tremblantes,
Простертые в текучий пламень дня.
Puis s’étirent dans la fluide flamme du jour.

*

Помедли так. Закрой, как бы случайно,
Résiste ! Baisse tes paupières
Глаза. Еще одно усилье для меня —
Sur tes yeux. Un dernier effort, pour moi,
И на концах дрожащих пальцев, тайно,
Et que les extrémités de tes doigts tremblants, secrètement,
Быть может, вспыхну кисточкой огня.
Soient les pinceaux d’un feu qui m’enflamment.



*************************

20 декабря 1917 – 3 января 1918
20 décembre 1917 — 3 janvier 191
8

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

PATRIE – POÉSIE DE MIKHAÏL LERMONTOV – 1841- Поэзия Михаила Лермонтова – Родина

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Mikhaïl Lermontov
Поэзия Михаила Лермонтова
___________________________________

MIKHAÏL IOURIEVITCH LERMONTOV
Михаи́л Ю́рьевич Ле́рмонтов
3 octobre 1814 Moscou – 15 juillet 1841 Piatigorsk
3 октября 1814 г. Москва – 15 июля 1841 г. Пятигорск

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

PATRIE
1841
Родина

_________________________________________________

 

*


*******************


Люблю отчизну я, но странною любовью!
J’aime ma patrie, mais d’un étrange amour !
Не победит её рассудок мой.
Ma raison ne triomphera pas.
Ни слава, купленная кровью,
Ni sa gloire achetée dans le sang,
Ни полный гордого доверия покой,
Ni sa paix affichée orgueilleuse et confiante,
Ни тёмной старины заветные преданья
Ni ses précieuses traditions des obscurs temps anciens
Не шевеля́т во мне отрадного мечтанья.
Ne suscitent en moi de rêves enthousiasmants.

*

Но я люблю — за что, не знаю сам —
Mais j’aime – pourquoi ? je ne sais –
Её степей холодное молчанье,
Le silence des glaciales steppes,
Её лесов безбрежных колыханье,
Ses forêts immenses et sans limites,
Разливы рек её, подобные морям;
Ses généreuses rivières, semblables à la mer ;
Просёлочным путём люблю скакать в телеге
À la campagne, j’aime rouler en charrette
И, взором медленным пронзая но́чи тень,
Et, d’un regard lent, percer la nuit, transpercer une ombre,
Встречать по сторонам, вздыхая о ночлеге,
Apercevant en soupirant à la tombée de la nuit,
Дрожащие огни печальных деревень;
Les lumières tremblantes des pauvres villages tristes ;

*

Люблю дымо́к спалённой жни́вы,
J’aime la fumée des chaumes,
В степи́ ночующий обоз
Les convois endormis dans la steppe
И на холме средь жёлтой нивы
Et sur une colline au milieu d’un champ de maïs jaunis
Чету́ белеющих берёз.
Un paire de bouleaux blanchissants.
С отрадой, многим незнакомой,
Avec cette joie, que beaucoup ignorent,
Я вижу полное гумно́,
De contempler les granges débordantes,
Избу́, покрытую соломой,
Ces mansardes couvertes de paille,
С резными ставнями окно;
Aux volets aux fenêtres sculptés ;
И в праздник, вечером росистым,
Et lors d’un banquet, dans une soirée humide,
Смотреть до по́лночи готов
J’aime regarder jusqu’à minuit passé
На пляску с топаньем и свистом
Les danses endiablées avec piétinements et sifflements
Под говор пьяных мужичков.
Accompagnées des airs des paysans ivres.


********************


1841



***********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

POEMES D’EMILY BRONTË – POEMS OF EMILY BRONTË

LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

*******

 

EMILY BRONTË
30 July 1818 – 19 December 1848
30 Juillet 1818 – 19 décembre 1848

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


******




POEMS OF EMILY BRONTË

POEMES D’EMILY BRONTË

The night is darkening round me
La Nuit tout autour de moi
1837

**

POETICAL FRAGMENTS
‘TWAS OF THOSE DARK CLOUDY DAYS
Ces sombres jours
1838

‘Twas one of those dark, cloudy days
C’était l’un de ces sombres jours caligineux
That sometimes come in summer blaze,
Qui parfois recouvrent la flamboyance de l’été,

*

I’m happiest when most away
Les Mondes de lumière
1838

I’m happiest when most away
Je suis la plus heureuse quand le plus loin possible
I can bear my soul from its home of clay
 Mon âme s’éloigne de son foyer d’argile


*

 Fair sinks the summer evening now 
Une Claire soirée d’été
1839

Fair sinks the summer evening now
Passe la claire soirée d’été
In scattered glory round;
Tout autour dans une gloire diffuse ;

 









Riches I hold in light esteem,
Les richesses, je les estime peu,
And Love I laugh to scorn;
Et l’amour, je le méprise ;

 






*

No coward soul is mine
L’Âme ardente
1846

*

 I’ll come when thou art saddest
Je viendrai quand tu seras vraiment triste

 

*
 





*

,





*******

SUPPLEMENT

LES DERNIERS JOURS D’EMILY

Pourtant, et malgré le sincère désir de la mort qu’elle a toujours laissé voir, Emily se sentait si nécessaire dans la maison qu’elle s’acharnait à vivre. On ne put obtenir qu’elle renonçât à une seule de ses occupations ordinaires. « Je n’ai jamais rien vu qui lui ressemblât, écrivait encore Charlotte. Plus forte qu’un homme, plus simple qu’un enfant. Le seul point affreux était que, pleine de sollicitude pour les autres, pour elle-même elle n’avait aucune pitié. De ses mains tremblantes, de ses jambes affaiblies, de ses pauvres yeux fatigués, elle exigeait le même service que quand elle était bien portante. Et c’était un supplice inexprimable d’être là auprès d’elle, d’assister à tout cela, et de ne rien oser lui dire. »




Le 18 décembre 1848, Emily, qui la veille encore avait pris froid dans une promenade sur les bruyères, s’obstina cependant à vouloir se lever. Elle commença à se peigner, assise près du feu. Le peigne tomba de ses mains ; elle essaya de se baisser pour le ramasser, mais elle était trop faible, elle ne put. Sa toilette finie, elle descendit au salon et se mit à un ouvrage de couture. Vers deux heures, elle était si pâle que ses sœurs la supplièrent d’aller se coucher. Elle refusa d’un signe de tête, fit un effort pour se lever, s’appuya sur le sofa, Elle était morte.




Le corps de cette chère jeune fille repose maintenant dans un caveau de l’église de Haworth, tout au sommet de cette colline qu’elle a si passionnément aimée. Son âme aussi, j’imagine, doit avoir obtenu la permission d’y demeurer à jamais, puisque tout autre séjour lui était impossible. Je crois bien même l’y avoir vue, dans la visite que j’ai faite à la petite église du village : c’était une âme pâle et douce, tout odorante du parfum des bruyères. Elle flottait devant moi ; mais quand je voulus l’approcher, je ne vis plus rien.




Je me réjouis pourtant de la savoir là, et j’en vins à envier l’heureux destin qui lui était échu. Elle n’a point connu, comme sa sœur Charlotte, les fortes émotions de la renommée ; mais le désir de la renommée n’a été pour elle « qu’un rêve léger qui s’est évanoui avec le matin ». Et la voici en revanche qui possède un privilège plus rare, la fidèle amitié de cœurs pareils au sien. Je n’oublierai pas de quelle touchante manière son nom me fut révélé pour la première fois. C’était à Dresde, sur la terrasse de Brühl, un soir d’été, il y a quatre ou cinq ans. L’orchestre du Belvédère jouait des valses dans le lointain ; une odeur tranquille me venait des jardins, par delà le fleuve ; et la jeune Anglaise avec qui je causais voulut bien m’avouer que, entre tous les romans, celui qu’elle préférait était Wuthering Heights, d’Emily Brontë. Elle eut pour me faire cet aveu un gracieux sourire un peu gêné, et baissa la tête, toute rougissante, comme s’il s’était agi d’une confidence trop hardie. Mais bientôt elle reprit courage : elle me récita, j’en jurerais, le roman tout entier ; elle me peignit le caractère d’Emily Brontë ; elle me dit comment ses amies et elle s’étaient promis de garder toujours un culte exclusif à cette noble mémoire. Oui, plus de quarante ans après sa mort, Emily excite encore dans les âmes des jeunes filles de son pays de pieux enthousiasmes. Et tandis que sa sœur Charlotte et George Eliot et Mistress Browning entrent peu à peu dans l’oubli, tous les jours arrivent de nouvelles guirlandes au tombeau de cette Emily Brontë, qui « joignait à l’énergie d’un homme la simplicité d’un enfant ».

Préface de Théodore de Wyzewa
Pour sa traduction de UN AMANT
D’Emily Brontë
1892







********

LES TROIS SOEURS BRONTË
par/by Branwell Brontë
From left to right: Anne, Emily and Charlotte
De gauche à droite : Anne, Emily et Charlotte

*****

EMILY BRONTË The Old Stoic Le Vieux stoïque 1841

LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

*******

 

EMILY BRONTË
30 July 1818 – 19 December 1848
30 Juillet 1818 – 19 décembre 1848

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


******




THE OLD STOIC

LE VIEUX STOÏQUE

March 1841
Mars 1841

 




Riches I hold in light esteem,
Les richesses, je les estime peu,
And Love I laugh to scorn;
Et l’amour, je le méprise ;
And lust of fame was but a dream,
Et la luxure de la gloire : un rêve,
That vanished with the morn:
Disparu au petit matin :

 






*

And if I pray, the only prayer
Et si je prie, la seule prière
That moves my lips for me
Qui meut mes lèvres
  Is, « Leave the heart that now I bear,
Est : « Laisse désormais le cœur que je porte,
 And give me liberty! »
Et donne-moi la liberté! »

 






*
Yes, as my swift days near their goal:
Oui, alors que mes derniers jours arrivent :
 ‘Tis all that I implore;
C’est tout ce que je demande ;
In life and death a chainless soul,
Dans la vie et dans la mort, une âme sans chaînes,
 With courage to endure.
Avec le courage de supporter.

 

*
 
 

 





*******

SUPPLEMENT

LES SOEURS BRONTË
VERS 1841

En 1841, Charlotte quitta de nouveau Haworth pour une position de gouvernante. Cette fois elle tomba dans une maison hospitalière et chez des maîtres bienveillants, mais elle s’aperçut bientôt que ce métier n’était décidément pas fait pour elle. La société des enfants ne convient pas aux personnes tristes et éprouvées par la douleur. Sa timidité lui créait une foule de petits obstacles. « Je ne sais comment faire pour réprimer la familiarité bruyante des enfans. J’éprouve une difficulté extrême à demander aux domestiques ou à ma maîtresse les choses qui me sont nécessaires, quelque besoin que j’en aie. J’ai moins de peine à supporter les plus grands embarras qu’à descendre à la cuisine pour prier qu’on m’en délivre. Je suis une folle, mais Dieu sait que je ne puis faire autrement. » Charlotte d’ailleurs à cette date avait l’esprit bien loin des occupations vulgaires auxquelles elle était assujettie. Dans sa tête commençaient à bouillonner confusément une foule de personnages, de paysages, d’aventures, qui cherchaient à se dégager de leurs limbes, et imploraient Charlotte de les faire venir au jour. Charlotte n’avait pas un instant à donner à l’imagination, qui devenait de plus en plus impérieuse. En outre, elle réfléchit que ce métier de gouvernante, avec des gages de 16 liv. (400 fr.) par an, n’était pas un avenir. Elle reprit le projet, déjà abandonné une fois, de tenir un pensionnat, Celui de miss Wooler était à vendre. Il lui avait été offert ; mais deux difficultés l’arrêtaient : il lui fallait un petit capital et deux années de travaux préparatoires dans l’étude du français et de l’allemand. Elle décida sa tante à risquer une petite somme qui devait être partagée entre les premiers frais d’établissement et les frais d’éducation supplémentaire qui lui était devenue indispensable. La tante consentit : Charlotte et Emilie partirent pour le continent et débarquèrent à Bruxelles, dans le pensionnat de M. Héger, où elles devaient compléter leur éducation.

 

 






Les deux sœurs transportèrent avec elles sur le continent les aiguillons de souffrance qui les avaient blessées sans relâche, et sentirent plus vivement leurs piqûres au milieu d’un monde étranger. Leur timidité était telle qu’une dame anglaise, qui les invitait de temps à autre à venir chez elle, cessa de le faire, parce qu’elle s’aperçut que ces invitations leur causaient plus de peine que de plaisir. Emilie prononçait à peine quelques monosyllabes : quant à Charlotte, elle causait quelquefois éloquemment, lorsqu’elle était en veine de sociabilité ; mais avant de se décider, elle avait l’habitude de se détourner sur sa chaise de manière à cacher son visage à son interlocuteur. Toutes les gaucheries de la solitude étaient désormais inséparables de leur personne. Les deux sœurs vécurent à peu près exclusivement dans la société l’une de l’autre ; elles avaient à Bruxelles deux amies d’enfance, l’une d’elles mourut bientôt. Ces deux écolières, dont l’une avait vingt-six ans et l’autre vingt, n’avaient dans leur exil qu’une pensée : apprendre bien vite ce qu’il leur était nécessaire de savoir et quitter ce monde maudit. Le continent leur faisait horreur. Tout autour d’elles était si différent de leur manière de vivre et de sentir. Elles flairaient des corruptions qui leur étaient inconnues. Jamais Scythe ou Germain antique n’a été plus scandalisé de la corruption de la Grèce et de Rome que ces deux petites sauvages du Yorkshire ne le furent des mœurs et du culte qu’elles avaient sous les yeux. Les impressions de Charlotte sont loin d’être favorables au continent en général, au peuple belge et à la religion catholique en particulier ; mais elles sont curieuses, et nous en transcrivons quelques-unes en lui en laissant toute la responsabilité.

« Si l’on doit juger du caractère national des Belges par le caractère de la plupart des jeunes filles de l’école, c’est un caractère singulièrement froid, égoïste, bête et inférieur. Elles sont très indociles, et donnent beaucoup de peine à leurs maîtresses. Leurs principes sont pourris au cœur. Nous les évitons, ce qui n’est pas difficile, car nous avons sur notre front la marque réprouvée du protestantisme et de l’anglicisme. On parle du danger auquel les protestants s’exposent en allant vivre dans les pays catholiques, où ils courent risque de perdre leur foi. Le conseil que je donnerai à tous les protestants assez assotés pour se faire catholiques est d’aller sur le continent, d’assister soigneusement à la messe pendant quelque temps, d’en bien noter les momeries, ainsi que l’aspect idiot et mercenaire de tous les prêtres, et puis, s’ils sont disposés à voir autre chose dans le papisme qu’un système de pauvres mensonges bien puérils, qu’ils se fassent papistes, et grand bien leur en advienne ! Je considère le méthodisme, le quakerisme et les opinions extrêmes de la haute et de la basse église comme des folies, mais le catholicisme romain surpasse tout cela. En même temps permettez-moi de vous dire qu’il y a quelques catholiques qui sont aussi religieux que peuvent l’être des chrétiens pour qui la Bible est un livre scellé, et qui valent mieux que beaucoup de protestants. »

Émile Montégut
critique français (1825 – 1895)
Miss Brontë, sa Vie et ses Œuvres
I. — La Vie anglaise, la Famille et la Jeunesse de Miss Brontë
Revue des Deux Mondes
2e, tome 10, 1857






********

LES TROIS SOEURS BRONTË
par/by Branwell Brontë
From left to right: Anne, Emily and Charlotte
De gauche à droite : Anne, Emily et Charlotte

*****

NIKOLAUS LENAU POESIE GEDICHTE

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur
POESIE DE NIKOLAUS LENAU

NIKOLAUS LENAU
Poète Autrichien
Österreichische Dichter
1802-1850

 

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

die Gedichte
Les Poèmes


POESIE
GEDICHTE
Nikolaus LENAU

**

AUS !

Ob jeder Freude seh’ ich schweben
Alors que la joie flotte sereine
Den Geier bald, der sie bedroht:
Aussitôt les vautours bientôt menacent :

**

Das Kreuz
La Croix
1841

Ich seh ein Kreuz dort ohne Heiland ragen,
Je distingue une croix là-bas sans son Sauveur,
Als hätte dieses kalte Herbsteswetter,
Comme si ce temps d’automne glacial,

**

Der Schwarze See
La Mer Noire

Die Tannenberge rings den tiefen See umklammen
Les montagnes de sapins encerclent la profonde mer
Und schütten in den See die Schatten schwarz zusammen.
 Qui versent dans le lac leurs ténébreuses ombres .

**

Der Seelenkranke
1836

Ich trag im Herzen eine tiefe Wunde
Je porte une blessure profonde dans le cœur
 Und will sie stumm bis an mein Ende tragen;
Et je désire la conserver jusqu’à ma fin ;

**

Eitel nichts !
Vanité !
1844

‘s ist eitel nichts, wohin mein Aug ich hefte!
Partout où je pose mes yeux, je vois de la vanité !
 Das Leben ist ein vielbesagtes Wandern,
La vie est une longue randonnée,

********

SUR NIKOLAUS LENAU

Nikolaus Lenau et Sophie von Löwenthal
Le martyre d’un poète
par Adolphe BOSSERT
1907

Lenau avait trente et un ans. Il venait de publier son premier volume de poésies chez Cotta. Il s’occupait de la composition de Faust ; il entrait dans sa période de maturité féconde. Frankl, un des hommes qui l’ont le mieux connu, trace de lui le portrait suivant : « Lenau était petit et trapu ; il avait la démarche lente, presque paresseuse, et la tête penchée en avant, comme s’il eût cherché quelque chose par terre. Tous ses traits avaient un air de noblesse.

********************

*************************

NIKOLAUS LENAU Poème DAS KREUZ LA CROIX 1841

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Das KREUZ LA CROIX NIKOLAUS LENAU

NIKOLAUS LENAU
Poète Autrichien
Österreichische Dichter
1802-1850

 

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

die Gedichte
Les Poèmes


LA CROIX
Das Kreuz
1841
Nikolaus LENAU

 

**

 

Caspar David Friedrich
Das Kreuz im Gebirge
1812

**

Ich seh ein Kreuz dort ohne Heiland ragen,
Je distingue une croix là-bas sans son Sauveur,
Als hätte dieses kalte Herbsteswetter,
Comme si ce temps d’automne glacial,
Das stürmend von den Bäumen weht die Blätter,
En soufflant les feuilles dérobées aux arbres,
Das Gottesbild vom Stamme fortgetragen.
Y avait dérobé l’image de Dieu.
Soll ich dafür den Gram, in tausend Zügen
Dois-je m’effrayer de ces mille éclats
Rings ausgebreitet, in ein Bildnis kleiden?
Sur le sol répartis et recomposer une image ?
Soll die Natur ich und ihr Todesleiden
Dois-je clouer la nature et sa douleur
Dort an des Kreuzes leere Stätte fügen?
En lieu et place de mon Sauveur sur la croix  ?

********

NIKOLAUS LENAU

*************************

(EXTRAIT)
LE MARTYRE D’UN POETE
d’ADOLPHE BOSSERT

 L’amour n’a point de paroles, parce qu’il est supérieur à toute pensée… O Sophie, il faut que tu m’aimes comme ton meilleur ouvrage. Mes joies et mes espérances, qui étaient mortes, se sont relevées en s’appuyant sur toi ; elles ont pris une vie nouvelle et plus belle. Tu es ma consolation, le foyer où je me réchauffe. Tu es ma révélation ; je te dois ma réconciliation avec ce monde-ci et ma paix dans l’autre. » Sa religion, déclare-t-il, est devenue inséparable de son amour. Il ne peut penser à Sophie sans penser à Dieu.
Il croit maintenant à un Dieu personnel. « Il est impossible que les forces rigides et insensibles de la nature produisent un être tel que toi. Tu es l’œuvre de prédilection d’un dieu personnel et aimant. » Il se sent uni avec Dieu dans un même sentiment : c’est le dernier degré de cette élévation mystique. « Je me suis réveillé cette nuit avec de délicieuses pensées pour toi. La volonté de Dieu sur nous m’est apparue tout d’un coup, claire comme le soleil. Notre amour n’est qu’une partie de son propre amour. » Et il ajoute mystérieusement : « Je t’expliquerai cela un jour. »

Le martyre d’un poète
Nicolas Lenau et Sophie Lœwenthal
Adolphe Bossert
Revue des Deux Mondes
Tome 37
1907

l’ISLAM en MALAISIE

MALAISIE – MALAYSIA

 ISLAM en MALAISIE




L’ISLAM EN MALAISIE

 

 

***
Édouard Dulaurier
dans la Revue des Deux Mondes
en 1841

« Le règne de la civilisation indoue cessa, lorsque l’islamisme fut apporté dans l’archipel d’Asie, vers le commencement du XIIIe siècle. Des deux grandes races qui l’habitent, la race malaye et la race javanaise, la première est celle qui embrassa la nouvelle foi religieuse avec le plus d’ardeur, en très peu de temps, elle fut tout entière musulmane. Cette propagation rapide des dogmes de l’Alcoran parmi les Malays s’explique par les analogies que l’on observe entre leur caractère et celui des Arabes. Doués comme eux d’une imagination vive et mobile, de passions inquiètes et ardentes, ils aiment la guerre, le commerce, les plus aventureuses expéditions maritimes, en un mot tout ce qui peut satisfaire le besoin d’une activité incessante. Ralliée au drapeau du prophète, la race malaye acquit une unité qui lui avait manqué jusqu’alors. L’Alcoran constitua sa nationalité. »

Édouard Dulaurier
Revue des Deux Mondes
 4ème série
tome 27, 1841
DES LANGUES  ET DE LA LITTERATURE
 DE L’ARCHIPEL D’ASIE
 SOUS LE RAPPORT POLITIQUE ET COMMERCIAL

**************

ISLAM EN MALAISIE

LE DEMON Poème LERMONTOV II-16 Демон Михаил Лермонтов

стихотворение Лермонтова
Демон Михаил Лермонтов
LE DEMON LERMONTOV
Poème de Mikhaïl Lermontov

1841

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
Михаил Лермонтов
Poésie Poème de Lermontov

стихотворение  – Poésie

 

 

Михаил Юрьевич Лермонтов
Mikhaïl Lermontov

1814-1841

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 

LA POESIE DE LERMONTOV
Poème de Mikhaïl Lermontov

Демон
LE DEMON
1841

**

LE DEMON LERMONTOV
Михаил Лермонтов
ЧАСТЬ II
SECONDE PARTIE
стихотворение Лермонтова

II-16

В пространстве синего эфира
Dans l’éther bleuté,
Один из ангелов святых
L’un des saints anges
Летел на крыльях золотых,
Volait de ses ailes d’or ;
И душу грешную от мира
Du monde, une âme pécheresse,
Он нёс в объятиях своих.
Il portait dans ses bras.
И сладкой речью упованья
Et avec les mots doux de l’espoir
Её сомненья разгонял,
Il éloignait ses doutes,
И след проступка и страданья
Et la misère et la souffrance
С неё слезами он смывал.
Avec ses larmes, il les effaçait.
Издалека уж звуки рая
De loin, les sons venant du paradis
К ним доносилися — как вдруг,
Les enveloppaient- quand tout à coup,
Свободный путь пересекая,
Franchissant les routes ouvertes,
Взвился из бездны адский дух.
Se hissait des profondeurs l’esprit des enfers.
Он был могущ, как вихорь шумный,
Il décrivait de bruyants tourbillons,
Блистал, как молнии струя,
Brillant comme un éclair
И гордо в дерзости безумной
Et avec fierté, avec une audace folle
Он говорит: «Она моя!»
Il se disait  : « Elle est à moi! »

К груди хранительной прижалась,
Elle se pressa contre son torse,
Молитвой ужас заглуша,
Pria pour étouffer sa peur,
Тамары грешная душа.
L’âme pécheresse de Tamara.








Судьба грядущего решалась,
Pour décider du sort de son avenir,
Пред нею снова он стоял,
Devant elle, il se tenait à nouveau,
Но, боже! — кто б его узнал?
Mais, mon Dieu! – qui aurait pu le reconnaître ?
Каким смотрел он злобным взглядом,
Comme il avait le regard coléreux,
Как полон был смертельным ядом
Comme il semblait plein d’un poison mortel
 Вражды, не знающей конца, —
Hostile, infini-
И веяло могильным хладом
Et la froideur exsudait
От неподвижного лица.
De cette face immobile.

«Исчезни, мрачный дух сомненья! —
« Disparais, mauvais esprit de doute ! –
Посланник неба отвечал. —
Répondit le messager du ciel. –
Довольно ты торжествовал,
Tu triomphes depuis trop de temps,
Но час суда теперь настал —
Mais maintenant, est venue l’heure du jugement –
И благо божие решенье!
 Bénie soit la décision de Dieu !
Дни испытания прошли;
 Ils sont écoulés les jours de la tentation ;
С одеждой бренною земли
 En se dépouillant de ses vêtements terrestres
Оковы зла с неё ниспали.
 Les chaînes du mal se sont envolées.
Узнай! давно её мы ждали!
Regarde ! il y a si longtemps que nous l’attendions !
Её душа была из тех,
Son âme appartenait à ceux,
Которых жизнь — одно мгновенье
Dont la vie est le mélange d’un instant
Невыносимого мученья,
 D’insoutenables tourments,
Недосягаемых утех:
Et de conforts inatteignables :
Творец из лучшего эфира
Le Créateur d’un meilleur monde
Соткал живые струны их,
 A tissé leurs cordes,
Они не созданы для мира,
Elles ne sont pas faites pour le monde,
 « И мир был создан не для них!
Et le monde n’a pas été créé pour elles !
Ценой жестокой искупила
 Au prix d’un rachat douloureux
Она сомнения свои…
 Les doutes se sont évanouis








Она страдала и любила —
Elle a souffert et elle a aimé –
И рай открылся для любви!»
Et le ciel s’ouvre à cet amour !

И Ангел строгими очами
Et l’ange aux yeux inquisiteurs
На искусителя взглянул
Examina le tentateur
И, радостно взмахнув крылами,
Et, agitant joyeusement des ailes,
В сиянье неба потонул.
Partit dans les rayons du ciel.
И проклял Демон побежденный
Et démon vaincu maudit
Мечты безумные свои,
Ses rêves fous,
И вновь остался он, надменный,
Et resta seul et arrogant,
Один, как прежде, во вселенной
Comme la première fois , dans l’univers,
Без упованья и любви!..
Sans espoir et sans amour ! …

*****

На склоне каменной горы
Sur la pente rocheuse de la montagne
Над Койшаурскою долиной
Au-dessus de la vallée Koïshaoursk
Ещё стоят до сей поры
Sortent encore
 Зубцы развалины старинной.
Les dents d’une antique ruine.
Рассказов, страшных для детей,
D’effrayantes histoires pour les enfants
О них ещё преданья полны…
Planent sur ses anciennes légendes …
Как призрак, памятник безмолвный,
Comme un fantôme, ce monument silencieux,
Свидетель тех волшебных дней,
Témoignage de moments magiques,
Между деревьями чернеет.
Entre ces arbres noirs.
Внизу рассыпался аул,
En-dessous, un village éclaté,
Земля цветёт и зеленеет;
Fleuri  et verdoyant ;
И голосов нестройный гул
Et les voix discordantes
Теряется, и караваны
Se perdent avec les caravanes
Идут, звеня, издалека,
Qui résonnent au loin,
И, низвергаясь сквозь туманы
Où les ruisseaux qui traversent le brouillard,
Блестит и пенится река.
Brillent et écument.
И жизнью вечно молодою,
Et la vie, dans une éternelle jeunesse,
Прохладой, солнцем и весною
Avec la fraîcheur, le soleil et le printemps,
Природа тешится шутя,
Joue avec la plaisante nature,
Как беззаботная дитя.
Comme un enfant léger.

Но грустен замок, отслуживший
Mais le triste château a servi
Года во очередь свою,
A son tour,
Как бедный старец, переживший
Comme un pauvre vieillard, qui a survécu
Друзей и милую семью.
A ses amis et à sa famille aimée.
И только ждут луны восхода
Et ils attendent juste que se lève la lune,
Его незримые жильцы:
Ses locataires invisibles :
Тогда им праздник и свобода!
Ensuite, ils s’égayeront librement !
Жужжат, бегут во все концы.
Chantant et courant à tous les coins.
Седой паук, отшельник новый,
La grise araignée, nouvel ermite
Прядёт сетей своих основы;
Prépare les fils de sa toile ;
Зелёных ящериц семья
La famille du vert lézard
На кровле весело играет;
Sur le toit à plaisir à jouer ;
И осторожная змея
Et, prudemment, le serpent
Из тёмной щели выползает
S’extirpe d’une sombre fente
На плиту старого крыльца,
Sur la coursive du porche,
То вдруг совьётся в три кольца,
Soit enroule soudainement ses trois anneaux,
То ляжет длинной полосою
Soit forme une longue bande
  И блещет как булатный меч,
Qui brille comme une épée de Damas,
Забытый в поле давних сеч,
Oubliée depuis longtemps,
Ненужный падшему герою!..
Inutile à son héros blessé ! ..
Всё дико; нет нигде следов
Tout est sauvage ; aucune trace nulle part
Минувших лет: рука веков
De ces dernières années : les âges s’arment
Прилежно, долго их сметала —
Diligemment à les balayer depuis longtemps –
И не напомнит ничего
Et plus rien ne rappelle
О славном имени Гудала,
Le glorieux nom de Gudal
О милой дочери его!
Ni de sa magnifique fille !

Но церковь на крутой вершине,
Mais l’église, au sommet d’une pente raide,
Где взяты кости их землёй,
Où leurs os sont rassemblés,
Хранима властию святой,
Protégée par une sainte puissance,
Видна меж туч ещё поныне.
Reste visible entre les nuages, encore aujourd’hui.
И у ворот её стоят
Et ses portes sont
На страже черные граниты,
Des gardes de granit noir,
Плащами снежными покрыты,
A la cape couverte de neige,
И на груди их вместо лат
Et leurs poitrines protégées
Льды вековечные горят.
Par des glaces éternelles.
Обвалов сонные громады
Des rochers écroulés, endormis
С уступов, будто водопады,
Sur les bancs, comme les chutes d’eau,
Морозом схваченные вдруг,
Soudainement saisies par l’hiver,
Висят, нахмурившись, вокруг.
S’accrochent, menaçants.
И там метель дозором ходит,
Une patrouille écarte la neige,
Сдувая пыль со стен седых,
Soufflant la poussière des murs gris,
То песню долгую заводит,
Cette chanson s’étire,
То окликает часовых;
Comme un appel ;
Услыша вести в отдаленье
Entendant une rumeur
О чудном храме, в той стране,
Sur un merveilleux temple dans un pays lointain,
С востока облака одне
Des nuages vers l’est
Спешат толпой на поклоненье,
Se ruent pour l’adorer,
Но над семьёй могильных плит
Mais sur ses pierres tombales familiales
Давно никто уж не грустит.
Depuis longtemps, personne ne vient pleurer.
Скала угрюмого Казбека
L’hargneux rocher de Kazbek
Добычу жадно сторожит,
Garde sa proie avec impatience,
И вечный ропот человека
Et le murmure de l’homme
Их вечный мир не возмутит.
Ne trouble jamais plus leur paix éternelle.

*******

Poème de Mikhaïl Lermontov
LE DEMON  LERMONTOV
Лермонтов Демон

Лермонтов Демон
стихотворение Лермонтова
Poésie Lermontov
Poème de Mikhaïl Lermontov
Михаил Лермонтов

LE DEMON LERMONTOV II-10 Демон Михаил Лермонтов

стихотворение Лермонтова
Демон Михаил Лермонтов
LE DEMON LERMONTOV
Poème de Mikhaïl Lermontov

1841

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
Михаил Лермонтов
Poésie Poème de Lermontov

стихотворение  – Poésie

 

 



Михаил Юрьевич Лермонтов
Mikhaïl Lermontov

1814-1841

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 

LA POESIE DE LERMONTOV
Poème de Mikhaïl Lermontov

Демон
LE DEMON
1841

**

LE DEMON LERMONTOV
Михаил Лермонтов
ЧАСТЬ II
SECONDE PARTIE
стихотворение Лермонтова

II-10




Тамара
Tamara
О! кто ты? Речь твоя опасна!
Oh ! Qui es-tu ? Ton discours paraît si dangereux !
Тебя послал мне ад иль рай?
Qui t’envoie : l’enfer ou le paradis ?
Чего ты хочешь?…
Que veux-tu ? …

Демон
Le Démon
‎Ты прекрасна!
Comme tu es belle !

Тамара
Tamara
Но молви, кто ты? Отвечай…
Mais réponds enfin, qui es-tu ? Réponds …

Демон
Le Démon
Я тот, которому внимала
Je suis celui que tu écoutais
Ты в полуночной тишине,
Dans le silence de la nuit,
Чья мысль душе твоей шептала,
Dont la pensée murmurait à ton âme,
Чью грусть ты смутно отгадала,
Dont la tristesse, vaguement tu devinais,
Чей образ видела во сне.
Dont l’image dans tes rêves tu apercevais.
Я тот, чей взор надежду губит;
Je suis celui dont le regard détruit l’espoir ;
Я тот, кого никто не любит;
Je suis celui que personne ne veut ;
Я бич рабов моих земных,
Je fouette mes esclaves sur terre,
Я царь познанья и свободы,
Je suis le roi du savoir et de la liberté,
Я враг небес, я зло природы,
Je suis un ennemi du ciel, je suis une nature mauvaise,
И, видишь, — я у ног твоих!
Et, tu vois – je suis à tes pieds !
Тебе принёс я в умиленье
Je t’apporte avec émotion
  Молитву тихую любви,
Une prière d’amour silencieuse,
Земное первое мученье
Mon premier tourment sur terre
И слёзы первые мои.
Et mes premières larmes.
О! выслушай — из сожаленья!
Oh ! écoute – par pitié!
Меня добру и небесам
La bonté et le ciel
Ты возвратить могла бы словом.
Tu pourrais me les offrir avec un mot.
Твоей любви святым покровом
Avec les habits de ton saint amour
Одетый, я предстал бы там
Habillé ainsi, je reviendrais
Как новый ангел в блеске новом.
Comme un nouvel ange dans une nouvelle splendeur.
О! только выслушай, молю, —
Oh! Seulement écoute, je t’en prie-
Я раб твой, — я тебя люблю!
Je suis ton serviteur, – je t’aime !
Лишь только я тебя увидел —
Dès que je t’ai vue –
И тайно вдруг возненавидел
J’ai soudainement détesté secrètement
Бессмертие и власть мою.
Mon immortalité et ma puissance.
Я позавидовал невольно
J’ai envié involontairement
Неполной радости земной;
Les joies imparfaites de la terre ;
Не жить, как ты, мне стало больно,
Ne pas vivre comme toi, me blesserait,
И страшно — розно жить с тобой.
Et combien serait terrible l’idée de vivre loin de toi.
В бескровном сердце луч нежданный
Une lumière s’est allumée dans mon cœur vide
Опять затеплился живей,
Avec tant de puissance,
И грусть на дне старинной раны
Et la tristesse au fond de moi d’une ancienne blessure
Зашевелилася, как змей.
Vient de remuer, tel un serpent.
Что без тебя мне эта вечность?
Sans toi qu’est-ce que tout cela ?
Моих владений бесконечность?
Que valent mes possessions infinies ?
Пустые звучные слова,
Mes mots qui tombent dans le vide,
Обширный храм — без божества!
Mon temple grandiose – sans une divinité !

Тамара
Tamara
Оставь меня, о дух лукавый!
Laisse-moi, esprit malin !
Молчи, не верю я врагу…
Tais-toi, je ne crois pas mon ennemi …
Творец… Увы! я не могу
Mon Dieu… Hélas ! Je ne peux plus
Молиться… гибельной отравой
Priez … un poison mortel
Мой ум слабеющий объят!
Embrasse mon esprit affaibli !
Послушай, ты меня погубишь;
Ecoute, tu me détruis ;
Твои слова — огонь и яд…
Tes mots -ce feu, ce poison …
Скажи, зачем меня ты любишь!
Dis-moi pourquoi tu m’aimes ?

Демон
Le Démon
Зачем, красавица? Увы,
Pourquoi, ma beauté ? Hélas,
Не знаю!.. Полон жизни новой,
Je ne sais pas ! .. Plein de vie nouvelle,
С моей преступной головы
De ma tête criminelle
 Я гордо снял венец терновый;
J’ai fièrement enlevé la couronne d’épines ;
Я всё былое бросил в прах:
J’ai jeté le passé dans la poussière :
Мой рай, мой ад в твоих очах.
Mon ciel et mon enfer sont dans tes yeux.
Люблю тебя нездешней страстью,
Je t’aime d’un amour inhumain
Как полюбить не можешь ты:
Comment ne pas pouvoir t’aimer
Всем упоением, всей властью
Avec enthousiasme, avec toute la puissance
Бессмертной мысли и мечты.
Des pensées et des rêves immortels.
В душе моей, с начала мира,
Dans mon esprit, depuis le commencement du monde,
Твой образ был напечатлён,
Ton image est gravée,
Передо мной носился он
En face de moi, elle se montrait
В пустынях вечного эфира.
Dans les déserts de l’éther éternel.
Давно тревожа мысль мою,
Il a longtemps, troublant mes pensées,
Мне имя сладкое звучало;
Résonnait ton doux nom ;
Во дни блаженства мне в раю
Dans les jours de ma béatitude au paradis
Одной тебя недоставало.
Tu me manquais déjà.
О! если б ты могла понять,
Oh ! si tu pouvais comprendre
Какое горькое томленье
Quelle langueur amère
Всю жизнь, века без разделенья
Fut toute ma vie, sans partage
 И наслаждаться и страдать,
Et jouir et souffrir,
За зло похвал не ожидать,
Sans attendre d’éloge pour le mal,
Ни за добро вознагражденья;
Sans attendre de récompense pour le bien ;
Жить для себя, скучать собой
Vivre pour soi-même, se manquer
И этой вечною борьбой
Et vivre cette lutte éternelle
  Без торжества, без примиренья!
Sans célébration, sans réconciliation !
Всегда жалеть и не желать,
Toujours regretter, jamais désirer,
Всё знать, всё чувствовать, всё видеть,
Tout savoir, tous sentir, tout voir,
Стараться всё возненавидеть
Haïr ce qu’on ne peut avoir
И всё на свете презирать!..
Et dans le monde tout mépriser ! ..
Лишь только божие проклятье
Quand la malédiction de Dieu
Исполнилось, с того же дня
S’est accomplie, en même temps
Природы жаркие объятья
La chaude étreinte de la nature
Навек остыли для меня;
S’est, à jamais, refroidie en moi ;
Синело предо мной пространство;
Les espaces infinis s’étendaient en face de moi  ;
Я видел брачное убранство
Je voyais telle une décoration nuptiale
Светил, знакомых мне давно…
Les astres, connus depuis tant de temps devant moi…
Они текли в венцах из злата,
Qui portaient une couronne d’or,
Но что же? Прежнего собрата
Mais quoi ? Pas un ancien frère
Не узнавало ни одно.
Ne me reconnaissait.
Изгнанников, себе подобных,
Exilé, des bannis
Я звать в отчаянии стал,
Je commençais à appeler dans mon désespoir,
Но слов, и лиц, и взоров злобных,
Mais ni leurs mots ni leurs visages, par mes yeux mauvais,
Увы! я сам не узнавал.
Hélas! je ne reconnaissais.
И в страхе я, взмахнув крылами,
Et, apeuré, j’agitais mes ailes,
Помчался — но куда? зачем?
Et je courus- mais où ? Pourquoi ?
Не знаю… прежними друзьями
Je ne sais … mes anciens amis
Я был отвергнут; как Эдем,
M’avaient rejeté ; comme l’Eden,
Мир для меня стал глух и нем.
Le monde pour moi devint sourd et muet.
По вольной прихоти теченья
Au gré des courants, au gré des océans,
Так повреждённая ладья
J’étais comme un navire fracassé
Без парусов и без руля
Sans voiles, sans gouvernail
Плывёт, не зная назначенья;
Flottant sans connaître sa destination ;
Tак ранней утренней порой
Comme au premières lueurs du petit matin
Отрывок тучи громовой,
J’étais un petit nuage d’orage,
В лазурной вышине чернея,
Noircissant l’azur,
Один, нигде пристать не смея,
Unique, j’allais partout,
Летит без цели и следа,
Je volais sans but et sans trace,
Бог весть откуда и куда!
Dieu seul sait comment, Dieu seul sait où !
И я людьми недолго правил,
Et je languis d’apprendre aux hommes
Греху недолго их учил,
En leur enseignant si longtemps le péché,
Всё благородное бесславил
En blasphémant ce qui est noble
И всё прекрасное хулил;
En blasphémant ce qui est grand ;
Недолго… пламень чистой веры
Mais la flamme de la foi pure …
Легко навек я залил в них…
Je rallumai facilement à jamais …
А стоили ль трудов моих
Méritaient-ils mes travaux
Одни глупцы да лицемеры?
Ces fous, ces hypocrites ?
И скрылся я в ущельях гор;
Et je me suis caché dans les ravins des montagnes ;
И стал бродить, как метеор,
Et je me mis à errer, tel un météore,
Во мраке полночи глубокой…
Dans l’obscurité de la nuit profonde …
И мчался путник одинокой,
Je couru, quand un voyageur solitaire,
Обманут близким огоньком;
Fut trahi par cet étincelle à proximité ;
И, в бездну падая с конём,
Et, dans l’abîme il chuta avec son cheval,
Напрасно звал — и след кровавый
Il appela en vain – et une traînée de sang
 За ним вился по крутизне…
Derrière lui, colorait la pente …
Но злобы мрачные забавы
Mais la satisfaction de la sombre colère
Недолго нравилися мне!
Ne dura qu’un court instant !
В борьбе с могучим ураганом,
Dans la lutte contre un puissant ouragan,
Как часто, подымая прах,
Combien de fois, au milieu des poussières,
Одетый молньей и туманом,
De la foudre et du brouillard,
Я шумно мчался в облаках,
Je parcourrai bruyamment les nuages,
Чтобы в толпе стихий мятежной
Au milieu de tous ces éléments rebelles
Сердечный ропот заглушить,
Désirant noyer les murmures de mon cœur,
Спастись от думы неизбежной
Eloigner les pensées
И незабвенное забыть!
Et oublier l’inoubliable!
Что повесть тягостных лишений,
Que sont les privations douloureuses,
Трудов и бед толпы людской
Les maux et la misère humaine
Грядущих, прошлых поколений
Des générations passées et des générations futures
Перед минутою одной
Devant une minute
Моих непризнанных мучений?
De mon tourment méconnu ?
Что люди? что их жизнь и труд?
Que sont les gens ? leur vie et leur travail ?
Они прошли, они пройдут…
Ils passent, ils seront passés…
Надежда есть — ждёт правый суд:
Il reste l’espoir – dans l’attente d’un bon jugement :
Простить он может, хоть осудит!
Ils pourront même être pardonnés !
Моя ж печаль бессменно тут,
Moi, ma tristesse s’étire indéfiniment,
И ей конца, как мне, не будет;
Et jamais ne se terminera ;
И не вздремнуть в могиле ей!
Elle ne rencontrera jamais la paix de la tombe !
Она то ластится, как змей,
Elle se glisse, tel le serpent,
То жжёт и плещет, будто пламень,
Elle brûle et rugit, telle une flamme,
То давит мысль мою, как камень —
Elle écrase mes pensées, telle une pierre –
Надежд погибших и страстей
Au-dessus de mes espoirs et de mes passions perdus
Несокрушимый мавзолей!..
Un indestructible mausolée ! ..












Тамара
Tamara
Зачем мне знать твои печали,
Pourquoi ai-je besoin de connaître tes tristesses,
Зачем ты жалуешься мне?
Pourquoi te plains-tu à moi ?
Ты согрешил…
Tu as péché …

Демон
Le Démon
‎Против тебя ли?
Contre toi ?

Тамара
Tamara
Нас могут слышать!..
On peut nous entendre ! …

Демон
Le Démon
‎Мы одне.
Nous sommes seuls.

Тамара
Tamara
А бог!
Et Dieu !

Демон
Le Démon
‎На нас не кинет взгляда:
Il ne jettera pas même un coup d’œil :
Он занят небом, не землёй!
Il est bien occupé par le ciel, pas par la terre !

Тамара
Tamara
А наказанье, муки ада?
Et les malédictions, et l’enfer ?

Демон
Le Démon
Так что ж? Ты будешь там со мной!
Et alors quoi ? Tu seras là avec moi !

Тамара
Tamara
Кто б ни был ты, мой друг случайный,
Qui que tu sois, mon ami inattendu,
Покой навеки погубя,
Ma paix est à jamais détruite,
Невольно я с отрадой тайной,
Et involontairement, je me réjouis du mystère,
 Страдалец, слушаю тебя.
Moi qui suis victime, moi qui t’écoute.
Но если речь твоя лукава,
Mais s’il s’agit d’une de tes ruses,
Но если ты, обман тая…
Si tu me trompes, si tu dissimules…
О! пощади! Какая слава?
Oh! aie pitié ! Quelle serait ta gloire ?
На что душа тебе моя?
Que veux-tu à mon âme ?
Ужели небу я дороже
Qu’ai-je de plus que les autres
Всех, не замеченных тобой?
Que celles que tu as déjà vues ?
Они, увы! прекрасны тоже;
Elles sont, hélas! très belles ;
Как здесь, их девственное ложе
Comme moi, leur lit virginal
Не смято смертною рукой…
N’a jamais été ouvert par une mortelle main …
Нет! дай мне клятву роковую…
Non! Fais-moi en le serment …
Скажи, — ты видишь: я тоскую;
Dis-moi – tu vois combien je souffre ;
Ты видишь женские мечты!
Tu vois les rêves des femmes !
Невольно страх в душе ласкаешь…
Involontairement, mon âme craint ta caresse …
Но ты всё понял, ты всё знаешь —
Mais tu sais, tu sais tout –
И сжалишься, конечно, ты!
Et tu as eu pitié, bien sûr, de moi !
Клянися мне… От злых стяжаний
Jure-moi … A tes mauvais penchants
Отречься ныне дай обет.
De renoncer dès maintenant par un vœu solennel.
Ужель ни клятв, ни обещаний
N’y-a-t-il plus ni serments ni promesses
Ненарушимых больше нет?..
Inviolables ? ..




Демон
Le Démon
Клянусь я первым днём творенья,
Je jure par le premier jour de la création,
Клянусь его последним днём,
Par son dernier jour,
Клянусь позором преступленья
Par la honte du crime
И вечной правды торжеством.
Et par le triomphe de l’éternelle vérité.
Клянусь паденья горькой мукой,
Je jure par l’angoisse amère qui accompagne la chute,
Победы краткою мечтой;
Et la courte félicité de la victoire ;
Клянусь свиданием с тобой
Je jure par la date de notre rencontre
И вновь грозящею разлукой.
Et par l’imminence de notre séparation.
Клянуся сонмищем духов,
Je jure par la communauté des esprits
Судьбою братий мне подвластных,
Par le sort de mes frères serviles,
Мечами ангелов бесстрастных,
Par les épées sans passion des anges,
Моих недремлющих врагов;
Mes ennemis vigilants ;
Клянуся небом я и адом,
Je jure par le ciel et par l’enfer,
Земной святыней и тобой,
Par les terres sanctifiées et je jure par toi,
Клянусь твоим последним взглядом,
Je jure par ton ultime regard,
Твоею первою слезой,
Par ta première larme,
Незлобных уст твоих дыханьем,
Par cette respiration qui passe par ta bouche,
Волною шёлковых кудрей,
Par les vagues de ta soyeuse chevelure,
Клянусь блаженством и страданьем,
Je jure par le bonheur et la souffrance,
Клянусь любовию моей:
Par mon amour, je jure :
Я отрекся от старой мести,
Je renonce à mes anciennes demeures,
Я отрекся от гордых дум;
Je renonce aux pensées orgueilleuses ;
Отныне яд коварной лести
A partir de maintenant, le poison insidieux de la flatterie
Ничей уж не встревожит ум;
Ne viendra plus dans ma bouche ;
Хочу я с небом примириться,
Je veux en venir à bout avec l’aide du ciel,
Хочу любить, хочу молиться,
Je veux aimer, je veux prier,
Хочу я веровать добру.
Je veux croire au bien.
Слезой раскаянья сотру
Par les larmes de repentance, j’enlèverai
 Я на челе, тебя достойном,
De mon front, pour être digne de toi,
Следы небесного огня —
Les traces du feu céleste –
И мир в неведенье спокойном
Et que ce monde qui sombre calmement
Пусть доцветает без меня!
Le fasse sans moi !
О! верь мне: я один поныне
Oh! Crois-moi, je suis le seul aujourd’hui
Тебя постиг и оценил.
Qui t’ai comprise et appréciée.
Избрав тебя моей святыней,
Tu es devenue mon sanctuaire,
Я власть у ног твоих сложил.
J’ai laissé ma puissance à tes pieds.
Твоей любви я жду, как дара,
Ton amour, je l’attends comme un don,
И вечность дам тебе за миг;
Et je te donnerai l’éternité pour un instant ;
В любви, как в злобе, верь, Тамара,
En amour, comme dans la colère, Tamara,
Я неизменен и велик.
Je suis grand.
Тебя я, вольный сын эфира,
Moi, le fils libre de l’éther,
Возьму в надзвёздные края,
Je te conduirai aux confins des mondes
И будешь ты царицей мира,
Et tu seras la reine du monde,
Подруга первая моя;
Ma première amie ;
Без сожаленья, без участья
Sans regret, sans nul désir
Смотреть на землю станешь ты,
Tu observeras le monde,
Где нет ни истинного счастья,
Où il n’existe nul vrai bonheur,
Ни долговечной красоты;
Ni beauté permanente ;
Где преступленья лишь да казни;
Tu verras le crime, tu verras la peine ;
Где страсти мелкой только жить;
Lorsque la passion profonde ne peut vivre ;
Где не умеют без боязни
Où ne connaît sans crainte
Ни ненавидеть, ни любить.
Ni la haine, ni l’amour.
Иль ты не знаешь, что такое
Ne connais-tu pas
Людей минутная любовь?
L’amour puéril des hommes ?
Волненье крови молодое, —
L’excitation d’un sang jeune –
Но дни бегут, и стынет кровь!
Mais les jours fuient et le sang se fige !
Кто устоит против разлуки,
Qui peut se raisonner lors d’une séparation,
Соблазна новой красоты,
Et ne pas être tenté par une nouvelle beauté,
Против усталости и скуки
Contre la fatigue et l’ennui
 И своенравия мечты?
Et la rébellion des rêves ?
Нет! не тебе, моей подруге,
Non ! pas pour toi, mon amie,
 Узнай, назначено судьбой
Sache que ton destin
 Увянуть молча в тесном круге
N’est pas de te faner silencieusement dans un tel cercle étroit,
 Ревнивой грубости рабой,
Esclave d’une jalousie si mesquine,
 Средь малодушных и холодных,
Parmi des hommes timides et froids,
 Друзей притворных и врагов,
Des prétendus amis et ennemis,
 Боязней и надежд бесплодных,
Dans un monde de peur et d’espoir stérile,
 Пустых и тягостных трудов!
Aux travaux vains et douloureux !
Печально за стеной высокой
Malheureusement, derrière ce haut mur
Ты не угаснешь без страстей,
Tu ne dois pas t’éteindre sans passion,
Среди молитв, равно далёко
Parmi des prières, ainsi loin
От божества и от людей.
De Dieu et des hommes.
О нет, прекрасное созданье,
Oh non, créature parfaite,
К иному ты присуждена,
Une autre voie t’attend,
Тебя иное ждёт страданье,
Tu es en route vers d’autres souffrances,
Иных восторгов глубина.
D’autres plaisirs plus intenses.
Оставь же прежние желанья
Laisse tes anciens désirs
И жалкий свет его судьбе:
Et cette lumière pitoyable à son sort :
Пучину гордого познанья
Les fières profondeurs des connaissances,
Взамен открою я тебе.
Au lieu de cela, je vais te révéler.
Толпу духов моих служебных
La foule des esprits tutélaires,
  Я приведу к твоим стопам;
Je vais te les apporter à tes pieds ;
Прислужниц лёгких и волшебных
Des servantes et des lumières magiques
Тебе, красавица, я дам;
Pour toi, ma beauté, je te donnerai ;
И для тебя с звезды восточной
A l’étoile orientale, pour toi,
Сорву венец я золотой;
Je déchirerai sa couronne d’or ;
Возьму с цветов росы полночной;
J’apporterai des fleurs leur rosée de minuit ;
Его усыплю той росой;
Et je te couvrirai de ce parfum ;
Лучом румяного заката
Avec un des rayons du soleil couchant
Твой стан, как лентой, обовью;
Je te confectionnerai une étoffe ;
Дыханьем чистым аромата
Avec les fragrances les plus pures
Окрестный воздух напою;
J’embaumerai ta route ;
Всечасно дивною игрою
Je jouerai de merveilleuses mélodies
Твой слух лелеять буду я;
Qui enchanteront tes oreilles ;
Чертоги пышные построю
J’élèverai des constructions luxuriantes
Из бирюзы и янтаря;
De turquoises et d’ambre ;
Я опущусь на дно морское,
Je descendrai dans les fonds marins,
Я полечу за облака,
Je volerai par dessus les nuages,
Я дам тебе всё, всё земное —
Je vais tout te donner, tout ce qui se trouve sur la terre –
Люби меня!..
Aime-moi ! ..

*******

Poème de Mikhaïl Lermontov
LE DEMON  LERMONTOV
Лермонтов Демон

Лермонтов Демон
стихотворение Лермонтова
Poème de Mikhaïl Lermontov
Михаил Лермонтов