Archives par mot-clé : 18

le café GOLDONI – LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI ATTO SECONDO Scena diciottesima- LE CAFE ACTE 2 Scène 18

le Café Goldoni

LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI
ATTO SECONDO- Scena diciottesima
Le Café GOLDONI
ACTE II Scène 18
Traduction – Texte Bilingue
Carlo Osvaldo Goldoni

LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARLO GOLDONI
1707- 1793

La bottega del caffe goldoni le cafe texte et traduction artgitato

 

Traduction Jacky Lavauzelle

La bottega del caffè

LE CAFE

1750 – 1751

*************

Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750

ATTO SECONDO
ACTE II

Scène 18
Scena diciottesima

Camerieri di locanda che portano tovaglia, tovaglioli, tondini, posate, vino, pane, bicchieri e pietanze in bottega di Pandolfo, andando e tornando varie volte, poi Leandro, Lisaura e detti.
Les serveurs de l’auberge apportent des nappes, des serviettes, des couverts, du vin, du pain, des verres et des plats chez Pandolfo, qui apparaît à plusieurs reprises, puis Leandro, Lisaura.

UN CAMERIERE
UN VALET DE CHAMBRE
Signori, la minestra è in tavola.
Messieurs, la soupe est sur la table !
va cogli altri in bottega del giuoco
avec les autres il entre dans la salle de jeu

EUGENIO
a don Marzio
à don Marzio
Il Conte dov’è?
Où est donc le comte ?

DON MARZIO
batte forte alla porta di Lisaura
tapant sur la porte de Lisaura
Animo, presto, la zuppa si fredda.
Plus vite ! La soupe refroidit !

LEANDRO
dando mano a Lisaura
tenant la main de Lisaura
 Eccoci, eccoci.
Nous voici !

EUGENIO
a Lisaura
à Lisaura
Padrona mia riverita.
Madame, mes hommages.

DON MARZIO
Schiavo suo.
Je suis votre esclave.
a Lisaura, guardandola con l’occhialetto
à Lisaura, la regardant avec ses lunettes

LISAURA
Serva di l’or signori.
Servante de ces messieurs.

EUGENIO
a Lisaura
à Lisaura
Godo che siamo degni della sua compagnia.
Je suis heureux de voir que nous sommes dignes de votre compagnie !

LISAURA
Per compiacere il signor Conte.
Surtout pour complaire à monsieur le comte.

DON MARZIO
E per noi niente.

Et rien pour nous ?

LISAURA
Per lei particolarmente, niente affatto.
Pour vous particulièrement, rien en effet !

DON MARZIO
Siamo d’accordo
Nous sommes d’accord.
piano ad Eugenio
doucement à Eugenio
Di questa sorta di roba non mi degno.
Ce n’est pas cette sorte de robe que je mérite.

EUGENIO
a Lisaura
à Lisaura
Via, andiamo, che la minestra patisce; resti servita.
Allons, venez, la soupe est prête ; il ne reste plus qu’à la servir.

LISAURA
Con sua licenza.
Avec votre autorisation ?
entra con Leandro nella bottega del giuoco
avec Leandro , elle entre dans la salle de jeu

DON MARZIO
Ehi! che roba! Non ho mai veduta la peggio.
He! Quel genre elle se donne ! Je n’ai jamais rien vu de pire.
 ad Eugenio, col suo occhialetto, poi entra nella bisca
à Eugenio, avec sa lunette, puis il entre dans le casino

EUGENIO
Né anche la volpe non voleva le ciriege.
Comme le renard qui ne voulait pas des cerises.
Io per altro mi degnerei.
Pour moi, ça me conviendrait !
entra ancor esso
Il entre lui aussi

*****************
 Traduction Jacky Lavauzelle
    ARTGITATO
  *****************

la bottega del caffe Goldoni atto secondo Scena diciottesima
le café Goldoni acte 2 scène 18

La bottega del caffè
le café Goldoni

Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750Carlo_Goldoni_-_1750

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 18- Verso 18

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 18
Strophe 18

I-18

M as enquanto este tempo passa lento
Mais le temps met le temps
De regerdes os povos, que o desejam,
A faire régner les rois auxquels le peuple aspire,
Dai vós favor ao novo atrevimento,
Donne-nous la faveur d’une nouvelle audace,
Para que estes meus versos vossos sejam;
Alors mes vers seront tiens ;
E vereis ir cortando o salso argento
Et tu verras fondre sur les flots argentés
Os vossos Argonautas, por que vejam
Tes Argonautes, pour qu’ils voient
Que são vistos de vós no mar irado,
Que toujours tu les suis sur la mer déchaînée,
E costumai-vos já a ser invocado.
Et déjà accoutumes-toi à être souvent invoqué.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

le café GOLDONI – LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI ATTO PRIMO Scena diciannovesima- LE CAFE ACTE 1 Scène 19

le café Goldoni

LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI
ATTO PRIMO – Scena diciannovesima
Le Café GOLDONI
ACTE I Scène 19
Traduction – Texte Bilingue
Carlo Osvaldo Goldoni

LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARLO GOLDONI
1707- 1793

La bottega del caffe goldoni le cafe texte et traduction artgitato

 

Traduction Jacky Lavauzelle


La bottega del caffè

LE CA
FE

1750 – 1751

*************

ATTO PRIMO
ACTE I

Scène 19
Scena diciannovesima

Vittoria e Trappola
Vittoria et Trappola

VITTORIA
Che uomo indiscreto, incivile! Cet homme est réellement indiscret, et pas du tout civilisés !
Trappola, dov’è il vostro padrone?
Trappola, où est votre maître ?

TRAPPOLA
Non lo so; vengo ora a bottega.
Je ne sais pas; J’arrive à l’instant à la boutique.

VITTORIA
Mio marito dunque ha giuocato tutta la notte?
Mon mari a encore joué toute la nuit ?

TRAPPOLA
Dove l’ho lasciato iersera, l’ho ritrovato questa mattina.

D’où je suis parti la nuit dernière, je l’ai trouvé ce matin !

VITTORIA
Maledettissimo vizio! E ha perso cento e trenta zecchini?
Qu’il soit maudit ! A-t-il perdu cent trente sequins ?

TRAPPOLA
Così dicono.
C’est ce qu’ils disent.

VITTORIA
Indegnissimo gioco!
Jeu indigne !
 E ora se ne sta con una forestiera in divertimenti?
Et maintenant, il se trouve avec une étrangère pour se divertir ?

TRAPPOLA
Signora sì, sarà con lei. 

Oui madame, il semble bien que ce soit avec elle.
L’ho veduto varie volte girarle d’intorno;
Je l’ai vu plusieurs fois lui tourner tout autour :
sarà andato in casa.
Il aura disparu dans la maison.

VITTORIA
Mi dicono che questa forestiera sia arrivata poco fa.
Ils me disent que cette étrangère est arrivée il y a peu.

TRAPPOLA
No signora; sarà un mese che la c’è.

Non, madame ; ça fera un mois qu’elle est ici.

VITTORIA
Non è una pellegrina?
Ce n’est pas une pélerine ?

TRAPPOLA
Oibò pellegrina;

Pèlerine ?
ha sbagliato perché finisce in ina; 
c’est parce que vous avez mal compris ;
è una ballerina.
c’est une danseuse !

VITTORIA
E sta qui alla locanda!
Elle est ici à l’auberge !

TRAPPOLA
Signora no, sta qui in questa casa. 

Non madame, elle est ici dans cette maison.
accennando la casa
il montrant la maison

VITTORIA
Qui? Se mi ha detto il signor Don Marzio, ch’egli ritrovasi in quella locanda con una pellegrina.
Ici ? Mais don Marzio m’a dit qu’il se trouvait à l’auberge avec une pèlerine.

TRAPPOLA
Buono! Anche una pellegrina?

Ah bon ! Il est aussi avec une pèlerine ?

VITTORIA
Oltre la pellegrina vi è anche la ballerina? 
Avec cette pèlerine il y a aussi une danseuse ?
Una di qua, e una di là?
Une de ce côté, et une autre de ce côté ?

TRAPPOLA
Sì, signora;

Oui, madame ;
farà per navigar col vento sempre in poppa.
il doit naviguer avec le vent toujours dans son dos.
Orza, e poggia, secondo soffia la tramontana, o lo scirocco.
Il navigue selon que le vent souffle la tramontane ou le sirocco.

VITTORIA
E sempre ha da far questa vita? 
Va t-il toujours  avoir cette vie ?
Un uomo di quella sorta, di spirito, di talento, ha da perdere così miseramente il suo tempo, sacrificare le sue sostanze, rovinar la sua casa?
Un homme de cette sorte d’esprit, avec son talent,  à perdre si misérablement son temps, sacrifier sa richesse, ruiner sa maison ?
Ed io l’ho da soffrire?
Et je dois donc le souffrir ?
Ed io mi ho da lasciar maltrattare senza risentirmi?
Et je dois ainsi me faire maltraiter sans avoir de ressentiment?
Eh voglio esser buona, ma non balorda;
Oh je veux bien être bonne, mais pas stupide ;
non voglio che il mio tacere faciliti la sua mala condotta.
Je ne veux pas que mon silence facilite son inconduite.
Parlerò, dirò le mie ragioni;
Je vais lui parler, et lui donner mes raisons;
e se le parole non bastano, ricorrerò alla giustizia.
et si les mots ne sont pas suffisants, je vais recourir à la justice !

TRAPPOLA
E’ vero, è vero. Eccolo, che viene dalla locanda.
C’est vrai, c’est vrai ! Il est là ! qui sort de l’auberge !

VITTORIA
Caro amico, lasciatemi sola.
Cher ami, laissez-moi seule.

TRAPPOLA
Si serva pure, come più le piace.

Pour vous aider, je ferai ce qu’il vous semble bon.

entra nell’interno della bottega
Ils entrent à l’intérieur de la boutique de café

*****************
 Traduction Jacky Lavauzelle
    ARTGITATO
  *****************

la bottega del caffe Goldoni atto primo Scena diciannovesima
le café Goldoni acte 1 scène 19

La bottega del caffè
le café Goldoni

le café GOLDONI – LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI ATTO PRIMO Scena diciottesima- LE CAFE ACTE 1 Scène 18

le café Goldoni

LA BOTTEGA DEL CAFFE GOLDONI
ATTO PRIMO – Scena diciottesima
Le Café GOLDONI
ACTE I Scène 18
Traduction – Texte Bilingue
Carlo Osvaldo Goldoni

LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARLO GOLDONI
1707- 1793

La bottega del caffe goldoni le cafe texte et traduction artgitato

 

Traduction Jacky Lavauzelle


La bottega del caffè

LE CA
FE

1750 – 1751

*************

ATTO PRIMO
ACTE I

Scène 18
Scena diciottesima

Trappola colla scatola degli orecchini e detti
Trappola avec les boucles d’oreilles dans une boîte 

TRAPPOLA
Oh, son qui; il gioielliere
Je suis ici ; le bijoutier
da sè
à part
Uh! che vedo! La moglie del signor Eugenio; non voglio farmi sentire.
Euh ! Je vois ! L’épouse de monsieur Eugenio ; Je ne vais pas me faire remarquer.

DON MARZIO
piano a Trappola
doucement à Trappola
 Ebbene, cosa dice il gioielliere?
Eh bien, qu’est-ce que le bijoutier a dit ?

TRAPPOLA
piano a Don Marzio
doucement à don Marzio
Dice che saranno stati pagati più di dieci zecchini, ma che non glieli darebbe.
Il dit que l’on a payé ça plus de dix sequins, mais que lui ne donnera pas cette somme.

DON MARZIO
a Trappola
à Trappola
Dunque non sono al coperto?
Par conséquent, je ne suis pas couvert ?

TRAPPOLA
a Don Marzio
à don Marzio
Ho paura di no.
J’ai bien peur que non !

DON MARZIO
a Vittoria
à vittoria
 Vedete le belle baronate che fa vostro marito?
Vous voyez-là les belles vilenies faites par votre mari?
Egli mi di in pegno questi orecchini per dieci zecchini, e non vagliono nemmeno sei.
Il m’a promis ces boucles d’oreilles pour dix sequins, et elles n’en valent même pas six !

VITTORIA
Questi sono i miei orecchini.
Ce sont mes boucles d’oreilles !

DON MARZIO
Datemi dieci zecchini, e ve li do.
Donnez-moi dix sequins, et je vous les donne !

VITTORIA
Ne vagliono più di trenta.
Elles en valent plus de trente ans !

DON MARZIO
Eh! trenta fichi! Siete d’accordo anche voi.
Eh ! Trente figues ! Vous êtes en chevilles avec lui !

VITTORIA
Teneteli fin a domani, ch’io troverò i dieci zecchini.
Gardez-les jusqu’à demain, je vous trouverai vos dix sequins.

DON MARZIO
Fin a domani?
Jusqu’à demain ?
Oh non mi corbellate.
Vous n’allez pas me filouter.
Voglio andare a farli vedere da tutti i gioiellieri di Venezia.
Je veux aller les faire voir à tous les bijoutiers de Venise.

VITTORIA
Almeno non dite che sono miei, per la mia riputazione.
Au moins ne dites pas qu’elles sont à moi, pour ma réputation.

DON MARZIO

Che importa a me della vostra riputazione!
Qu’est-ce que je me soucie de votre réputation !
Chi non vuol che si sappia, non faccia pegni.
Qui ne veut pas être critiqué, ne fait pas d’emprunts !

parte
 il sort

 

*****************
 Traduction Jacky Lavauzelle
    ARTGITATO
  *****************

la bottega del caffe Goldoni atto primo Scena diciottesima
le café Goldoni acte 1 scène 18

La bottega del caffè
le café Goldoni

LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 18 -Canzoniere Poet – CANZONIERE PETRARCA SONETTO 18-

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 18
LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 18

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 18

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

18/366

Quand’io son tutto vòlto in quella parte
Quand je suis tout retourné dans cette partie
ove ’l bel viso di madonna luce,
où le beau visage illumine ma dame,
et m’è rimasa nel pensier la luce
et que dans mes pensées la lumière s’installe
 che m’arde et strugge dentro a parte a parte,
qui me brûle à l’intérieur à petits feux,

*

 i’ che temo del cor che mi si parte,
moi qui doute que mon  cœur ne fasse toujours partie de moi,
et veggio presso il fin de la mia luce,
et qui vois si près la fin de ma lumière,
vommene in guisa d’orbo, senza luce,
qui marche comme un aveugle, sans lumière,
 che non sa ove si vada et pur si parte.
qui ne sait où allez et qui pourtant part.

*

 Cosí davanti ai colpi de la morte
Donc, avant les coups de la mort
fuggo: ma non sí ratto che ’l desio
je fuis : mais non si urgemment que le désir
 meco non venga come venir sòle.
avec moi ne vienne comme il vient d’habitude.

*

 Tacito vo, ché le parole morte
Tacite je vais, car les mortes paroles
farian pianger la gente; et i’ desio
feraient pleurer les gens ; et j’ai comme désir
 che le lagrime mie si spargan sole.
que seules mes larmes s’écoulent.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

canzoniere Petrarca sonetto 18
le chansonnier Pétrarque sonnet 18
canzoniere poet