Archives par mot-clé : 1584

La Poésie de Luis de Góngora – La poesía de Luis de Góngora

**********************
LITTERATURE ESPAGNOLE
***********************

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 




Luis de Góngora y Argote
1561-1627

 




Poésie de Luis de Góngora
*****

La poesía de Luis de Góngora


*****

Traduction Jacky Lavauzelle

***

A una Rosa
A une Rose
Soneto-Sonnet

Ayer naciste, y morirás mañana.
Née hier et morte demain.
Para tan breve ser, ¿quién te dio vida ?
Pour être aussi brève, qui t’as donnée la vie?

A una rosa Gongora Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
 
Quel est cet ivoire du Gange, ou de Paros
Soneto – Sonet- 1583

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
Par quel ivoire du Gange, ou de Paros
blanco mármol, cuál ébano luciente,
le marbre blanc, par quel brillant ébène,


**
Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
Soneto – Sonnet-1582

Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
aljófar blanco sobre frescas rosas,
ces perlières blanches sur les fraîches roses,

**

De Pura honestidad templo sagrado
BELLE IDOLE
Soneto – Sonnet

De pura honestidad templo sagrado,
De pure honnêteté temple sacré,
Cuyo bello cimiento y gentil muro
Avec doux ciment et agréable mur

**

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
Soneto – Sonnet – 1594

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
en tenebrosa noche, con pie incierto
dans la nuit sombre, incertaine à pied

**
En el cristal de tu divina mano
LE PLUS DOUX DES POISONS

Soneto-Sonnet
1609

En el cristal de tu divina mano  
Dans le cristal de ta divine main
de Amor bebí el dulcísimo veneno,
de l’Amour j’ai bu le plus doux poison,

**
Este, a Pomona cuando ya no sea
Consacré à Pomone, cet édifice

Soneto -Sonnet-1609
LE GRAND PASTEUR DES FLEURS

Este, a Pomona cuando ya no sea,
Consacré à Pomone, cet édifice
edificio al silencio dedicado 
qui n’est pas dédié au silence

Este a Pomona cuando ya no sea Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

**

Fábula de Polifemo y Galatea –Fable de Polyphème et Galatée
1612 :
Introduction
Première partie- 1
Seconde partie – 2 

Fábula de Polifemo y Galatea Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

Grandes, más que elefantes y que abadas
Grands, mais
plus que les éléphants et les abbayes Sonato- Sonnet -1588

Grandes, más que elefantes y que abadas,
Grands, mais plus que les éléphants et les abbayes,
 títulos liberales como rocas,
titres libéraux comme les roches,

Grandes más que elefantes y que abadas Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

Hermosas damas, si la pasión ciega
LE TOREADOR ANDALOU
Soneto – Sonnet – 1603

Hermosas damas, si la pasión ciega
Belles dames, si l’aveugle passion
     
no os arma de desdén, no os arma de ira,
Ne vous arme ni de dédain ni de colère,

**

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco
Inscription pour le sépulcre du Greco (Soneto- Sonnet- ~1614)

Esta en forma elegante, oh peregrino,
C’est dans cette forme élégante, Ô pèlerin,
de pórfido luciente dura llave,
brille la clef du dur porphyre,

**


Mariposa no solo no cobarde
Le papillon non seulement n’est pas un lâche
Soneto-Sonnet-1623

Mariposa, no solo no cobarde,
Le papillon non seulement n’est pas un lâche,
 mas temeraria, fatalmente ciega,
mais il est téméraire, fatalement aveugle,

Mariposa no solo no cobarde Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Mientras por competir con tu cabello
Pour rivaliser avec ta chevelure
Soneto- Sonnet-1582

Mientras por competir con tu cabello,
Pour rivaliser avec ta chevelure
oro bruñido al sol relumbra en vano;
Le soleil d’or bruni brille en vain

Mientras por competir con tu cabello Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
Soneto – Sonnet – 1584
LA MER DE LA PEUR

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
 del animoso joven mal logrado
d’une fougueuse jeunesse mal maîtrisée

No enfrene tu gallardo pensamiento Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Oh marinero, tú que, cortesano
Ô Matelot, toi qui, courtisan
Soneto – Sonnet -1609
LA SECONDE MER NAPOLITAINE

Oh marinero, tú que, cortesano,
Ô Matelot, toi qui, courtisan,
al palacio le fías tus entenas,
au palais ta voile tu négocies,

Oh marinero Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet Oh marinero tú que cortesano

**
Peinaba al sol Belisa sus cabellos
Bélise peignait
ses cheveux au soleil
Soneto-Sonnet-1620

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos
Bélise peignait ses cheveux au soleil
con peine de marfil, con mano bella,
avec un peigne en ivoire, de sa belle main,

Peinaba al sol Belisa sus cabellos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Sacros, altos, dorados capiteles
Sacrés, élévés, chapitaux dorés
Soneto-Sonnet-1589
CE SECOND SALOMON
L’Escurial

Sacros, altos, dorados capiteles,
Sacrés, élévés, chapitaux dorés
que a las nubes borráis sus arreboles,
qu’aux nuages dérobent la lumière,

SACROS ALTOS DORADOS CAPITELES Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

¿Son de Tolú, o son de Puerto Rico
Sont-elles de Tolu ou de Porto-Rico
Soneto – Sonnet – 1609

¿Son de Tolú, o son de Puerto Rico 
Sont-elles de Tolu ou de Porto-Rico
ilustre y hermosísima María,
illustre et belle Marie,

Son de Tolú, o son de Puerto Rico Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Tres veces de Aquilón el soplo airado
Trois fois de l’Aquilon le souffle enragé
Soneto – Sonnet – 1585
CENT MILLE COULEURS

Tres veces de Aquilón el soplo airado
Trois fois de l’Aquilon le souffle enragé
del verde honor privó las verdes plantas,
de leur verdure a privé les plantes vertes,

Tres veces de Aquilón 1585 Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Varia imaginación, que en mil intentos
Variante imagination que, par mille tentatives Soneto – Sonnet – 1584

Varia imaginación, que en mil intentos,
Variante imagination que, par mille tentatives,
a pesar, gastas, de tu triste dueño
tu dépenses, malgré ton triste maître

Varia imaginación que en mil intentos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet



 

 

 

**********************

 

Basilica Santi Ambrogio e Carlo al Corso – Basilique Saint-Ambroise-et-Saint-Charles – Rome

Les Places de Rome
le Piazze di Roma
ROME – ROMA

Armoirie de Rome

 Photos Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

Le Chiese di Roma
Les églises de Rome

Basilica Santi Ambrogio e Carlo al Corso
basilique saint-Ambroise-et-saint-Charles

Basilique vouée à
saint-Ambroise de Milan (340-397)
un des quatre Pères de l’Église d’Occident
Ambroise de Milan

« Saint Léon le Grand, Priez pour nous.
Saint Grégoire le Grand, Priez pour nous.
Saint Ambroise de Milan, Priez pour nous.
Saint Jérôme, Priez pour nous. »
LITANIES DES SAINTS

 et
à saint-Charles Borromée – Carlo Borromeo (1538-1584) Evêque – archevêque de Milan – cardinal
Carlo_Borromeo 

Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 1 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 2 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 3 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 4 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 5 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 6 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 7 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 8 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 9 Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 10

Basilica santi ambrogio e carlo al corso Basilique saint ambroise et saint Charles au Corso 11

EDWARD GIBBON
Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain
1776
Traduction par François Guizot
Texte établi par François Guizot
Lefèvre 1819 Tome 5

SAINT AMBROISE

« Parmi les ecclésiastiques qui ont illustré le règne  Théodose, saint Grégoire de Nazianze se distingua par ses talens pour la chaire : le don des miracles ajouta, dans l’opinion des hommes, un grand éclat aux vertus monastiques de saint Martin de Tours ; mais la vigueur et l’habileté de l’intrépide saint Ambroise lui obtinrent, à juste titre, le premier rang parmi les évêques. Il descendait d’une noble famille romaine : son père avait occupé le poste distingué de préfet du prétoire de la Gaule ; le fils, après avoir reçu une éducation brillante, parvint, par les gradations ordinaires des honneurs civils, au rang de consulaire de la Ligurie, dans laquelle se trouvait enclavée la résidence de Milan. Saint Ambroise, âgé de trente-quatre ans, n’avait point encore reçu le sacrement du baptême, lorsqu’à sa grande surprise et à celle du public, de gouverneur d’une province, il se trouva transformé en archevêque. Sans cabale et sans intrigue, à ce que l’histoire rapporte, le public le nomma d’une voix unanime à l’épiscopat. L’accord et la persévérance des acclamations passa pour une impulsion surnaturelle, et le magistrat fut contraint, malgré sa répugnance, d’accepter des fonctions spirituelles auxquelles les habitudes et les occupations de sa vie passée le rendaient tout-à-fait étranger ; mais la vigoureuse activité de son génie le rendit bientôt propre à exercer, avec zèle et prudence, les devoirs de la juridiction ecclésiastique ; en même temps qu’il renonçait avec joie aux brillantes et vaines décorations de la grandeur temporelle, il daignait, pour l’avantage de l’Église, diriger la conscience des empereurs, et surveiller l’administration de l’empire.  Gratien l’aimait et le révérait comme son père, et ce fut pour l’instruction de ce jeune prince que saint Ambroise composa avec tant de soin son Traité sur la foi de la Trinité. Après sa mort tragrique, et au moment où l’impératrice Justine tremblait pour sa propre sûreté et pour celle de son fils Valentien, elle chargea l’archevêque de Milan de deux ambassades successives à la cour de Trêves. Il déploya une intelligence et une fermeté égales dans ses fonctions politiques et ecclésiastiques, et contribua peut-être, par son éloquence et par son autorité, à suspendre les desseins ambitieux de Maxime, et à conserver la paix de l’Italie. Saint Ambroise avait dévoué sa vie et ses talens au service de l’Église, Plein de mépris pour les richesses, il avait abandonné son patrimoine particulier, et il vendit sans hésiter l’argenterie sacrée pour le rachat des captifs.  »

 

TREN VIII – Jan Kochanowski -Poème Polonais -8ème LAMENTATION

Dzieło Jana Kochanowskiego
Œuvre de Jan Kochanowski
Work of Jan Kochanowski

Traduction – Texte Bilingue

Poésie Polonaise – Polish poetry
poezja polska

 

LITTERATURE POLONAISE

literatura polska

Jan Kochanowski
1530 – 1584

Traduction Jacky Lavauzelle


TRENY

LAMENTATIONS


TREN VIII – 8ème Lamentation

 

Wielkieś mi uczyniła pustki w domu moim, 
Tu m’as fait le vide dans ma maison,
Moja droga Orszulo, tym zniknieniem swoim! 
Ma chère Ursula, par ton absence.
Pełno nas, a jakoby nikogo nie było:
Nous
sommes pourtant plusieurs mais il n’y a pour autant personne :
Jedną maluczką duszą tak wiele ubyło.
Une âme seulement mais tellement de vide.
Tyś za wszytki mówiła, za wszytki śpiewała, 
Sur tout tu parlais
, surtout tu chantais.
Wszytkiś w domu kąciki zawżdy pobiegała. 
La maison dans chaque coin tu occupais.
Nie dopuściłaś nigdy matce się frasować 
Jamais tu ne faisais souffrir ta mère
Ani ojcu myśleniem zbytnim głowy psować, 
Ni ton père ne faisais enrager,
To tego, to owego wdzięcznie obłapiając
Gracieusement tu nous égayais
I onym swym uciesznym śmiechem zabawiając. 
Et ta bonne humeur se communiquait à tous
Teraz wszytko umilkło, szczere pustki w domu, 
Maintenant, tout cela n’est plus
; le vide est entrée dans la maison,
Nie masz zabawki, nie masz rozśmiać się nikomu. 
Les jeux sont finis, les rires se sont enfuis ;
Z każdego kąta żałość człowieka ujmuje,
Dans
tous les lieux le douleur est vive,
A serce swej pociechy darmo upatruje.
Et le cœur
attend de cicatriser.

 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Dzieło Jana Kochanowskiego
Œuvre de Jan Kochanowski
Work of Jan Kochanowski

Ku Musom Jan Kochanowski -Poème Polonais – Aux Muses

Dzieło Jana Kochanowskiego
Œuvre de Jan Kochanowski
Work of Jan Kochanowski

Traduction – Texte Bilingue

 

Poésie Polonaise – Polish poetry
poezja polska

 

LITTERATURE POLONAISE

literatura polska

Jan Kochanowski
1530 – 1584

Traduction Jacky Lavauzelle


Ku Musom

AUX MUSES

——————-

Panny, ktore na wielkim Pannazie mieskacie,
Dames qui sur le grand Parnasse vivez,
A ippokrenska rosa wlosy swe maczacie,
D’une rosée d’hypocras trempez vos cheveux,
Jeslim sie wam zachowal jako zyw statecznie,
Si toute ma vie réclamées vous étiez,
Ani mam wolej z wam roztaczac sie wieczne.
Loin de vous éternelles je ne peux.
Jesli Krolow nie zgorze perel ani zlota,
Si les rois se gangrènent de perles et d’or,
  A milsza mi daleko niz pieniadze cnota,
plus agréable pour moi que l’argent reste la vertu,
Jesli nie chce, zebyscie komu pochlebiaty
Si vous ne voulez que par facilité
 Albo na mie u ludzi niewiedzcznych zekaly ;
Avec l’écriture des ignorants je ne me penche ;
Prosze, niech ze mna za raz me rymy nie gina,
S’il vous plaît, faites que pour une fois mes rimes ne périssent point,
 Ale kiedy ja umre, ony niechaj slyna.
Et qu’après ma mort, elles vivent encore.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO


**********************
Dzieło Jana Kochanowskiego
Œuvre de Jan Kochanowski
Work of Jan Kochanowski

 

LES PLUS BELLES OMBRES – GONGORA SONNET – VARIA IMAGINACION QUE EN MIL INTENTOS

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

 Varia imaginación que en mil intentos
1584

Traduction Jacky Lavauzelle
GONGORA SONNET

Varia imaginación que en mil intentos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

 

Varia imaginación que en mil intentos

Variante imagination que par mille tentatives

*

Varia imaginación, que en mil intentos,
Variante imagination que, par mille tentatives,
a pesar, gastas, de tu triste dueño
tu dépenses, malgré ton triste maître
la dulce munición del blando sueño,
la douce provision du sommeil,
alimentando vanos pensamientos,
à alimenter de vaines pensées,

 **

pues traes los espíritus atentos
si tu peux rendre mes esprits attentifs
solo a representarme el grave ceño
à me représenter le sourcil grave
del rostro dulcemente zahareño,
de la douce et rebelle figure,
gloriosa suspensión de mis tormentos:
glorieuse accalmie à mes tourments :

 **

el sueño, autor de representaciones,
le sommeil, auteur des représentations,
en su teatro, sobre el viento armado,
en son théâtre, construit sur le vent,
sombras suele vestir de vulto bello.
qui s’habille des plus belles ombres.

 **

Síguelo; mostraráte el rostro amado
Suis le ; il te montrera le visage aimé
y engañarán un rato tus pasiones
et seront séduire un moment tes passions
dos bienes, que serán dormir y vello.
deux bonheurs qui seront dormir et voir.

************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************

LA MER DE LA PEUR de Luis de GONGORA SONNET 1584 NO ENFRENE TU GALLARDO PENSAMIENTO

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

No enfrene tu gallardo pensamiento
1584

No enfrene tu gallardo pensamiento Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

No enfrene tu gallardo pensamiento

Aucun frein à ta gaillarde pensée

A DON LUIS GAYTÁN DE AYALA
SEÑOR DE VILLAFRANCA DE GAYTÁN

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
 del animoso joven mal logrado
d’une fougueuse jeunesse mal maîtrisée
 el loco fin, de cuyo vuelo osado
la folle finde qui le vol osé
fue ilustre tumba el húmido elemento.
fut une illustre tombe dans l’humide élément.

 **

Las dulces alas tiende al blando viento
Les douces ailes caressent le léger vent
  y, sin que el torpe mar del miedo helado
et, avant que l’insaisissable mer de la peur ne glace
tus plumas moje, toca levantado
et ne mouille tes plumes, monte
la encendida región del ardimiento.
vers la chaude région de l’ardeur.

 **

Corona en puntas la dorada esfera
Couronne  en ces sommets la sphère d’or
  do el pájaro real su vista afina,
d’où le véritable oiseau aiguise sa vue,
  y al noble ardor desátese la cera,
et que le noble feu te libère de la cire,

 **

que al mar, do tu sepulcro se destina,
que la mer, d’où ton sépulcre se destine,
gran honra le será, y a su ribera,
t’attende avec les grands honneurs, et à son rivage,
  que le hurte su nombre tu rüina.
que se dérobe son nom par ta ruine.

************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***********

CANTIQUE SPIRITUEL Saint Jean de la Croix CANTICO ESPIRITUAL Juan de la Cruz Texte & Traduction

musée diocésain de Valladolid   Espagne Traduction Jacky Lavauzelle
musée diocésain de Valladolid Espagne

****************
LITTERATURE ESPAGNOLE
Literatura española
JEAN DE LA CROIX
Juan de la Cruz
1542 – 1591

*****************

Saint Jean de la Croix Trad Jacky Lavauzelle




Literatura española
Traduction Jacky Lavauzelle
Juan de la Cruz

Literatura española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro

Juan de la Cruz


San Juan de la Cruz- Saint Jean de la Croix
1542-1591

 

Cantique Spirituel Saint Jean de la Croix San Juan de la Cruz Cantico Espiritual Artgitato

CANTICO ESPIRITUAL
CANTIQUE SPIRITUEL

1584
Cántico A
Première Publication Française 1622

Canciones entre el alma y el Esposo
Chansons entre l’âme et l’Epoux

Esposa
La Femme

1
¿Adónde te escondiste,
t’es-tu caché,
Amado, y me dejaste con gemido?
Bien-aimé, en me laissant gémir?
Como el ciervo huiste,
Tu as fui comme le cerf,
habiéndome herido;
après la blessure;
salí tras ti clamando, y eras ido.
Je suis sortie t’appeler, et tu étais parti.

2
Pastores, los que fuerdes
Bergers, vous qui parcouraient
  allá por las majadas al otero:
avec vos troupeaux dans la montagne:
si por ventura vierdes
si par aventures vous rencontrez
aquel que yo más quiero,
celui que je désire le plus,
decidle que adolezco, peno y muero.
dîtes-lui quelle douleur, quelle peine et quelle mort.

3
Buscando mis amores,
A la recherche de mes amours,
iré por esos montes y riberas;
J’irai les chercher par ces collines et par ces rivières ;
ni cogeré las flores,
sans cueillir les fleurs,
  ni temeré las fieras,
ni craindre les bêtes sauvages;
y pasaré los fuertes y fronteras.
et passerai les forts et les frontières.

Pregunta a las criaturas
Demandez aux créatures

4
¡Oh bosques y espesuras,
Ô bois et fourrés,
plantadas por la mano del Amado!
plantés par la main de l’Aimé!
   ¡Oh prado de verduras,
Ô pré de verdure,
  de flores esmaltado!
de fleurs émaillées!
Decid si por vosotros ha pasado.
Dites s’il est passé parmi vous.

Respuesta de las criaturas
Réponses des créatures

5
Mil gracias derramando
Mille grâces il a semé
pasó por estos Sotos con presura,
il passa par ces bosquets à la hâte,
 e, yéndolos mirando,
et les a regardés,
con sola su figura
avec seulement son regard
vestidos los dejó de su hermosura.
il les a vêtus de sa beauté.

Esposa
La Femme

6
¡Ay, quién podrá sanarme!
Hélas, qui peut me guérir!
Acaba de entregarte ya de vero:
Juste dis-moi vraiment :
no quieras enviarme
je ne veux plus que tu m’envoies
  de hoy más ya mensajero,
à compter d’aujourd’hui de ces messagers,
que no saben decirme lo que quiero.
qui ne savent pas me dire ce que je veux.

7
Y todos cuantos vagan
Et tous ce qui errent
de ti me van mil gracias refiriendo,
de toi, me vient mille grâces,
  y todos más me llagan,
qui toutes me pénètrent,
 y déjame muriendo
et me laissent mourant
  un no sé qué que quedan balbuciendo.
Un je ne sais quoi qu’ils sont à balbutier .

8
Mas ¿cómo perseveras,
Mais comment tu persévères,
   ¡oh vida!, no viviendo donde vives,
Ô vie ! Ne vivant pas où tu vis,
 y haciendo porque mueras
et ce faisant pour que meurent
  las flechas que recibes
les flèches que tu reçois
de lo que del Amado en ti concibes?
que de l’Aimé en toi tu conçus ?

9
¿Por qué, pues has llagado
Pourquoi, puisque tu as blessé
 aqueste corazón, no le sanaste?
ce cœur, ne l’as-tu guéri ?
Y, pues me le has robado,
Et puisque tu l’as volé,
   ¿por qué así le dejaste,
Alors, pourquoi l’as-tu abandonné,
y no tomas el robo que robaste?
et ne pas prendre le vol que tu as volé ?

10
Apaga mis enojos,
Etouffe ma colère,
pues que ninguno basta a deshacellos,
parce qu’aucun autre n’en est capable,
 y véante mis ojos,
et par mes yeux je te vois,
pues eres lumbre dellos,
tu es la lumière pour eux,
   y sólo para ti quiero tenellos.
et seulement pour toi, je veux les avoir.

11
¡Oh cristalina fuente,
Ô source cristalline,
 
si en esos tus semblantes plateados
si, de ta face d’argent, tu pouvais
formases de repente
donner forme soudainement
los ojos deseados
aux  yeux ayant désiré
  que tengo en mis entrañas dibujados!
ce qu’au plus profond de mes entrailles j’ai dessiné !

12
¡Apártalos, Amado,
Retire-les, Bien-Aimé
que voy de vuelo!
que je vole !

El Esposo
L’Epoux

­Vuélvete, paloma,
Reviens, colombe,
que el ciervo vulnerado
que le cerf attaqué
por el otero asoma
par la colline revienne
al aire de tu vuelo, y fresco toma.
dans l’air de ton vol, et prenne de ta fraîcheur.

La Esposa

L’Epouse

13
Mi Amado, las montañas,
Mon bien-aimé, les montagnes,
los valles solitarios nemorosos,
les vallées boisées solitaires,
las ínsulas extrañas,
les îles étranges,
  los ríos sonorosos,
les fleuves retentissants,
el silbo de los aires amorosos,
le sifflement de l’air amoureux,

14
la noche sosegada
la nuit calme
 en par de los levantes del aurora,
en couple avec le lever de l’aurore,
la música callada,
la musique silencieuse,
la soledad sonora,
la solitude sonore,
la cena que recrea y enamora.
le repas qui rafraîchit et énamoure.

15
Nuestro lecho florido,
Notre lit fleuri,
de cuevas de leones enlazado,
de caverne de lions lié,
en púrpura tendido,
en pourpre tendue,
de paz edificado,
de paix édifiée,
 de mil escudos de oro coronado.
de mille écus d’or couronné.

16
A zaga de tu huella
Derrière vos empreintes de pas
 
las jóvenes discurren al camino,
les jeunes filles courent sur la route,
al toque de centella,
au contact d’une étincelle,
 al adobado vino,
au bouquet d’un vin,
emisiones de bálsamo divino.
aux  fragrances de ton baume divin.

17
En la interior bodega
Dans la cave intérieure
 de mi Amado bebí, y cuando salía
Je buvais à mon Bien-Aimé, et quand je partis
por toda aquesta vega,
par la vaste vallée,
 ya cosa no sabía;
plus rien je ne savais;
y el ganado perdí que antes seguía.
et le troupeau je perdis, celui qui, auparavant, me suivait.

18
Allí me dio su pecho,
Là, il m’a donnée son sein,
allí me enseñó ciencia muy sabrosa;
Là, il m’a enseignée la science très savoureuse ;
y yo le di de hecho
et je me donnai, en fait,
  a mí, sin dejar cosa:
à moi, sans ne garder aucune chose :
 allí le prometí de ser su Esposa.
là, je promis d’être son Epouse.

19
Mi alma se ha empleado,
Mon âme s’est employée,
y todo mi caudal en su servicio;
ainsi que tous mes biens à son service;
 ya no guardo ganado,
Je ne garde plus le troupeau,
ni ya tengo otro oficio,
ni n’ai d’autres offices,
  que ya sólo en amar es mi ejercicio.
que de m’exercer seulement dans le seul amour .

20
Pues ya si en el ejido
Eh bien, si, dans la prairie
de hoy más no fuere vista ni hallada,
à compter de ce jour, on ne me voit ni ne me trouve,
diréis que me he perdido;
vous direz que je me suis perdue;
 que, andando enamorada,
car marchant dans l’amour,
me hice perdidiza, y fui ganada.
j’ai dit que je me perdrai, et j’ai réussi.

21
De flores y esmeraldas,
De fleurs et d’émeraudes,
en las frescas mañanas escogidas,
cueillies dans la fraîcheur des matins,
haremos las guirnaldas
nous construirons les guirlandes
  en tu amor florecidas
en ton amour fleuries
y en un cabello mío entretejidas.
et à un de mes cheveux entrelacées.

22
En solo aquel cabello
Un cheveu, un seul
que en mi cuello volar consideraste,
que tu aperçus voler dans mon cou,
mirástele en mi cuello,
tu le regardas sur mon cou,
y en él preso quedaste,
en lui tu te fis captif,
 y en uno de mis ojos te llagaste.
et en un seul de mes yeux, tu te blessas.

23
Cuando tú me mirabas
Lorsque tu me regardais
 su gracia en mí tus ojos imprimían;
Sa grâce en moi par tes yeux s’imprimait ;
por eso me adamabas,
pour cela tu m’aimais,
y en eso merecían
et  en cela ils méritaient
 los míos adorar lo que en ti vían.
d’adorer ce qu’en toi ils voyaient.

24
No quieras despreciarme,
Tu ne veux pas ce mépris,
  que, si color moreno en mi hallaste,
que même si tu as trouvé en moi ce teint hâlé,
ya bien puedes mirarme
tu peux bien me regarder
 después que me miraste,
et après que tu m’aies regardée,
 que gracia y hermosura en mi dejaste.
la grâce et la beauté en moi tu laissas.

25
Cogednos las raposas,
Chassez  les renards,
 que está ya florecida nuestra viña,
qu’ici fleurisse notre vigne,
en tanto que de rosas
tandis que des roses
hacemos una piña,
nous faisons un bouquet,
 y no parezca nadie en la montiña.
et personne ainsi ne sera vu dans la montagne.

26
Detente, cierzo muerto;
Arrête ! Vent mortel ;
  ven, austro, que recuerdas los amores,
Viens ! souffle, qui émoustille les amours,
aspira por mi huerto,
respire par mon verger,
 y corran sus olores,
et ranime ses odeurs,
 y pacerá el Amado entre las flores.
et que le Bien-Aimé se nourrisse parmi les fleurs.

Esposo

L’Epoux

27
Entrado se ha la Esposa
Est entrée l’Epouse
  en el ameno huerto deseado,
dans l’agréable jardin désiré,
y a su sabor reposa,
et se repose à son goût,
 el cuello reclinado
le cou incliné
sobre los dulces brazos deI Amado.
sur les doux bras du Bien-Aimé.

28
Debajo del manzano,
Sous le pommier,
 allí conmigo fuiste desposada.
comme mariée tu étais là à mes côtés.
allí te di la mano,
là, je te serrai la main,
y fuiste reparada
et tu as été soignée
donde tu madre fuera violada.
d’où ta mère a été violée.

29
A las aves ligeras,
Oiseaux légers,
leones, ciervos, gamos saltadores,
lions, cerfs, daims jaillissants,
montes, valles, riberas,
montagnes, vallées, ruisseaux,
 aguas, aires, ardores
eaux, airs, ardeurs
y miedos de las noches veladores,
et craintes des nuits de veille,

30
Por las amenas liras
par les douces lyres
  y canto de serenas os conjuro
et je conjure par le chant des sirènes
 que cesen vuestras iras,
de cesser votre colère,
y no toquéis al muro,
et ne pas toucher le mur,
 porque la esposa duerma más seguro.
pour que mon épouse dorme le plus tranquillement possible.

Esposa
L’Epouse

31
Oh ninfas de Judea!
Ô nymphes de Judée !
en tanto que en las flores y rosales
tandis que dans les fleurs et les roses
el ámbar perfumea,
l’ambre embaume,
morá en los arrabales,
habite aux alentours,
y no queráis tocar nuestros umbrales
mais ne touchez pas à nos seuils !

32
Escóndete, Carillo,
Cache-toi, Chéri !
y mira con tu haz a las montañas,
et tourne-toi vers les montagnes,
y no quieras decillo;
et ne dis rien ;
mas mira las compañas
Regarde seulement les compagnes
de la que va por ínsulas extrañas
dont celle qui part sur les îles étranges

Esposo
L’Epoux

33
La blanca palomica
La blanche palombe
al arca con el ramo se ha tornado
l’arche avec la branche, ce qu’elle est devenue
y ya la tortolica
et la tourterelle
al socio deseado
le partenaire désiré
en las riberas verdes ha hallado.
sur les rives vertes a trouvé.

34
En soledad vivía,
Elle vivait seule,
y en soledad ha puesto ya su nido,
dans cette solitude elle a fait son nid,
y en soledad la guía
en cette solitude la conduit
a solas su querido,
seul son bien-aimé,
también en soledad de amor herido.
également dans la solitude de l’amour blessé.

Esposa
L’Epouse

35
Gocémonos, Amado,
Réjouissons-nous, Bien-Aimé,
y vámonos a ver en tu hermosura
et voyons dans ta beauté
al monte ó al collado
la montagne ou la colline
do mana el agua pura;
d’où sort une eau pure;
entremos más adentro en la espesura.
rentrons, profondément, dans le fourré.

36
Y luego a las subidas
Et puis remontant
cavernas de la piedra nos iremos,
les grottes de pierre nous irons,
que están bien escondidas,
elles sont si bien cachées,
y allí nos entraremos,
et là nous entrerons,
y el mosto de granadas gustaremos
et le jus de grenades nous goûterons.

37
Allí me mostrarías
Là tu me montrerais
aquello que mi alma pretendía,
ce que mon âme voulait,
y luego me darías
et puis tu me donnerais
allí, tú, vida mía,
là,  ma vie,
aquello que me diste el otro día:
ce que tu me donnas l’autre jour :

38
El aspirar del aire,
Le souffle de l’air,
el canto de la dulce Filomena,
le chant du doux rossignol,
el soto y su donaire,
le bocage et sa grâce,
en la noche serena,
dans la nuit calme,
con llama que consume y no da pena
la flamme qui consume mais sans la peine.

39
Que nadie lo miraba,
Personne ne regardait,
Aminadab tampoco parecía,
Aminadab ne paraissait pas,
y el cerco sosegaba,
et le cercle se calmait,
y la caballería
et la cavalerie
a vista de las aguas descendía.
à la vue des eaux descendait.  

****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
********************