Archives par mot-clé : 15 avril 1837

Ce siècle est grand et fort VICTOR HUGO 1837 VS L’époque est faible et lâche JACKY LAVAUZELLE 2017

VICTOR HUGO
REVISITE

Ce siècle est grand et fort
Victor Hugo

 

L’Epoque est faible et lâche
Jacky Lavauzelle
2017

En gras le poème Ce siècle est grand et fort de Victor Hugo paru dans Les Voix intérieures (15 avril 1837 -Œuvres complètes : Les Feuilles d’automne. Les Chants du crépuscule. Les Voix intérieures. Les Rayons et les Ombres, Editions Ollendorf, 1909, 17 (pp. 361-362))
En dessous, un Victor Hugo revisité, l’Epoque est faible est lâche.

*******

Ce siècle est grand et fort. Un noble instinct le mène.
L’époque est faible et lâche. Plus rien ne la porte.
Partout on voit marcher l’idée en mission ;
Rien ne s’éclaire, rien n’illumine ;
Et le bruit du travail, plein de parole humaine,
Le malheur sort du travail plein d’une effroyable détresse
Se mêle au bruit divin de la création
Et se mélange aux pleurs d’une guerre ce matin déclarée.

Partout, dans les cités et dans les solitudes,
Au cœur des cités, au cœur des solitudes
L’homme est fidèle au lait dont nous le nourrissions ;
L’homme est perdu sans cap ni missions
Et dans l’informe bloc des sombres multitudes
Au cœur des blocs tremblent d’étranges maléfices
La pensée en rêvant sculpte des nations.
Les piqûres en pénétrant nourrissent les mirages.

L’échafaud vieilli croule, et la Grève se lave.
Les prisons croulent, les grèves perlent
L’émeute se rendort. De meilleurs jours sont prêts.
Les émeutes se lèvent. Que les beaux jours sont loin !
Le peuple a sa colère et le volcan sa lave
Le peuple ne décolère plus et sa langue explose
Qui dévaste d’abord et qui féconde après.
En dévastant tout pour que plus rien ne vienne.

Des poëtes puissants, têtes par Dieu touchées,
Des slameurs impuissants tentent de toucher Dieu
Nous jettent les rayons de leurs fronts inspirés.
Nous jetant des mots à nos fronts fatigués.
L’art a de frais vallons où les âmes penchées
Les artistes n’ont plus les routes où des âmes s’épanchent
Boivent la poésie à des ruisseaux sacrés.
Noyant des soirées par des cocktails de cordes.

Pierre à pierre, en songeant aux vieilles mœurs éteintes,
Article après article après une ultime étreinte
Sous la société qui chancelle à tous vents,
De cette société disparue dans un si petit trou d’égout,
Le penseur reconstruit ces deux colonnes saintes,
L’artiste puceau voit dans sa nuit deux pierres peintes
Le respect des vieillards et l’amour des enfants.
Un vieillard en lambeaux et des étreintes d’enfance

Le devoir, fils du droit, sous nos toits domestiques
Le droit domestiquant le devoir
Habite comme un hôte auguste et sérieux.
Domine comme un maître son chien.








Les mendiants groupés dans l’ombre des portiques
Les SDF inanimés contre des bouches utopiques
Ont moins de haine au cœur et moins de flamme aux yeux.
N’ont même plus une seule haine et une lueur dans les yeux.

L’austère vérité n’a plus de portes closes.
La vérité s’est perdue dans la dernière maison close
Tout verbe est déchiffré. Notre esprit éperdu,
Le verbe s’est fait déchiré. Notre esprit s’est perdu,
Chaque jour, en lisant dans le livre des choses,
Pendu au petit jour par les choses pendantes
Découvre à l’univers un sens inattendu.
Il pense à cet univers qui jadis devait avoir un sens.

O poëtes ! le fer et la vapeur ardente








Ô chanteurs ! la peur amère suffocante
Effacent de la terre, à l’heure où vous rêvez,
Sort de la terre, là où vos entrailles et votre cœur
L’antique pesanteur, à tout objet pendante,
Paniquent dans l’horreur, toute langue pendante,
Qui sous ses lourds essieux broyait les durs pavés.
Qui, par de trop lourds aveux, a broyé sa mâchoire.

L’homme se fait servir par l’aveugle matière.
L’homme n’est plus rien, qu’une matière aveugle.
Il pense, il cherche, il crée ! A son souffle vivant
Il se bat, bande et butte ! De son souffle fétide
Les germes dispersés dans la nature entière
Les germes eux-mêmes se meurent
Tremblent comme frissonne une forêt au vent !
En tremblant comme frissonne une verge qui s’égoutte !

Oui, tout va, tout s’accroît. Les heures fugitives
Oui, tout ploie ici-bas. Une lueur fugitive
Laissent toutes leur trace. Un grand siècle a surgi.
Ne laisse aucune trace. Le temps s’est enfui.
Et, contemplant de loin de lumineuses rives,
En marchant dans la nuit de la nuit
L’homme voit son destin comme un fleuve élargi.
L’homme avance dans le fleuve étourdi.

Mais parmi ces progrès dont notre âge se vante,
Mais parmi ces douleurs au milieu de ces râles
Dans tout ce grand éclat d’un siècle éblouissant,
Dans ce qui semble se terminer dans un immense pet
Une chose, ô Jésus, en secret m’épouvante,
Une chose, ô Humain, une chose me questionne
C’est l’écho de ta voix qui va s’affaiblissant
C’est pourquoi avoir fait tout ça pour ça !

15 avril 1837
20 avril 2017

Ce siècle est grand et fort
Victor Hugo

HUGO REVISITE
L’Epoque est faible et lâche
Jacky Lavauzelle