Archives par mot-clé : अवधूत गीता)

Court Hill Ganesh Temple Kuala Lumpur

 

Pelancongan di Malaysia
Voyage en Malaisie
PHOTO JACKY LAVAUZELLE

 




 COURT HILL GANESH TEMPLE

 Visiter Kuala Lumpur
Meneroka kota Kuala Lumpur
Melawat Kuala Lumpur
吉隆坡
Куала-Лумпур

*








Court Hill Ganesh Temple

9, Jalan Pudu Lama  -Kuala Lumpur

Temple hindou dédié à Ganesh,  dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence.

Lové dans une petite rue où trône, à proximité, l’immense tour de la MayBank de KL, incurvé par un virage serré de la Jalan Pudu Lama, le temple hindou Court Hill Ganesh Temple, s’offre à nous.

Il s’offre à nous par le bruit des musiques rituelles et des noix de coco que l’on fracassent et par les odeurs des fleurs et des encens. Nous rentrons dans le temple où le bonheur est glorifié, et tout est orchestré pour que le malheur soit rejeté. Une série d’éléphants orne l’extérieur. A l’intérieur, ce sont les Ganesh en relief qui entourent la salle des cérémonies.

Ganesh a toujours suscité la surprise lors des visites en Inde ou en Asie du Sud-Est. Jules Bois en 1903 rapportait les impressions suivantes dans ses Visions de l’Inde (Société d’Editions Littéraires et Artistiques) : « Nous voyons les autels des dieux moindres avant de pénétrer dans le saint des saints. C’est d’abord l’idole-Éléphant au fond d’un réduit noirâtre. Elle est noire elle-même avec sa trompe, et des obscénités s’entrelacent autour d’elle en nimbe infâme. Heureusement qu’il faut être familier avec les symboles hindous pour comprendre. Et pourtant il ne s’agit que du dieu de la sagesse, le bon Ganesh ! Les Européennes qui nous accompagnent s’étonnent, leurs robes, tirées par les doigts précautionneux afin d’éviter les salissures. Elles ne voient que des courbes dans les ténébreuses lueurs. Les autres autels sont distants, enfoncés dans des sanctuaires qu’un pied d’Européen contaminerait à jamais. « 

Anita Hidalgo en 1915 dans Impressions de mes voyages en Indes (Editions Sturgis & Walton company, Notre suite fut obligée de se déchausser, coutume usitée dans toute l’Inde, en signe de respect. L’entrée était gardée par des soldats ayant toujours le sabre au clair. Quelques prêtres hindous viennent prier quotidiennement devant le Dieu Ganesh, qui est respectueusement placé à l’entrée de l’escalier. Il a la tête d’un éléphant et le corps d’un homme, il est peint d’un rouge écarlate et couvert de parures de fleurs blanches très odorantes. Les Hindous le considèrent comme leur porte-bonheur. Ils le placent généralement au-dessus de la porte d’entrée, persuadés qu’ils seront protégés contre toutes les méchancetés et qu’il leur fera prévoir tout ce qui peut leur arriver dans l’avenir. « 

Les noix de coco, pour le plus grand plaisir des hôtels à proximité qui resteraient mal insonorisés, sont fracassés dans une benne à quelques mètres du temple.
Dans l’Avadhuta Gîtâ ( अवधूत गीता), il est précisé la symbolique de la noix de coco : « Caché dans le champ de la conscience éternelle se tient la cause du monde, qui est Prakriti. Dedans cette cause est Brahman. C’est dans la cosse d’une noix de coco qu’est le monde, la pulpe est prakriti et la douce et fraiche eau enchâssée dans la pulpe est Brahman. » (Traduction Wikisource) –
Il s’agit, en fracassant la noix de coco, தேங்காய், de briser l’illusion du monde, de laisser s’écouler son égo et de l’offrir à Ganesh qui lui offre en retour sa protection.












  

 


*****************************