Archives par mot-clé : Пушкин

A NATACHA – 1814 – Poème de POUCHKINE – К Наташе

**

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
                                    TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**

A NATACHA 
1814
К Наташе

*

К Наташе

Ilia Répine, Илья́ Ефи́мович Ре́пин, Bouquet d’automne, 1892


Вянет, вянет лето красно;
L’été écarlate se flétrit ;
Улетают ясны дни;
Les beaux jours désormais s’envolent ;
Стелется туман ненастный
Le brouillard se glisse imperceptible
Ночи в дремлющей тени;
Comme une ombre dans le sommeil de la nuit ;
Опустели злачны нивы,
Les champs de maïs s’étendent désolés,
Хладен ручеек игривый;
Le vif ruisseau se glace peu à peu ;
Лес кудрявый поседел;
La forêt bouclée est devenue grise ;
Свод небесный побледнел.
Sous cette voûte du ciel qui pâlit.

*

Свет-Наташа! где ты ныне?
Lumineuse Natacha ! où es-tu maintenant ?
Что никто тебя не зрит?
Quelqu’un t’a-t-il aperçu ?
Иль не хочешь час единый
Ne veux-tu pas pendant une heure seulement
С другом сердца разделить?
Partager ton cœur avec un ami ?
Ни над озером волнистым,
Nous ne nous sommes pas rencontrés au lac,
Ни под кровом лип душистым
Ni sous le couvert des aromatiques tilleuls,
Ранней — позднею порой
Dans cette saison qui s’étire
Не встречаюсь я с тобой.
Je ne t’ai pas encore rencontrée.

*

Скоро, скоро холод зимный
Bientôt l’hiver sera là
Рощу, поле посетит;
Qui habillera les champs ;
Огонек в лачужке дымной
Une lumière dans la cabane enfumée
Скоро ярко заблестит;
Bientôt brillera ;
Не увижу я прелестной
Je ne verrai pas ma tendre
И, как чижик в клетке тесной,
Et, comme une petite fille dans une cage étroite,
Дома буду горевать
Je vais pleurer dans ma maison
И Наташу вспоминать.
Et me souvenir de Natacha.


1814

CURIEUX Poème de POUCHKINE de 1814 – Любопытный

**

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин
1799-1837

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Любопытный
1814
Curieux






*******

Arkhip Kouïndji, Архип Иванович Куинджи, Clair de lune sur le Dniepr,1880




LA POESIE D’ALEXANDRE POUCHKINE – поэзия Александра Пушкина



— Что ж нового? «Ей-богу, ничего».
  – Quoi de neuf ? « Par Dieu, rien. »
— Эй, не хитри: ты верно что-то знаешь.
  « Hé, quoi ! tu sais que quelque chose ! »
Не стыдно ли, от друга своего,
  N’est-ce pas dommage mon ami ?
  Как от врага, ты вечно все скрываешь.
Comme un ennemi, tu me caches toujours tout.
Иль ты сердит: помилуй, брат, за что?
  Ou alors tu es en colère : aie pitié, mon frère, pourquoi ?
Не будь упрям: скажи ты мне хоть слово…
  Ne sois pas si têtu : dis-moi au moins un mot …
«Ох! отвяжись, я знаю только то,
  “Oh! sors, je sais seulement
  Что ты дурак, да это уж не ново».
Que tu es un imbécile, mais ce n’est pas nouveau. « 

*********

1814



LA VIE ET LES LARMES ET L’AMOUR – Poème de POUCKINE – Я помню чудное мгновенье – 1825

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

POUCHKINE – Poème de 1825

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**********

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович

Portrait d’Anna Sarkisova-Burnazyan
Портрет Анны Саркисовой-Бурназян. И. К. Айвазовский, 1882

*******


К ***


Я помню чудное мгновенье:
Je me souviens de ce moment merveilleux :
Передо мной явилась ты,
Tu étais devant moi
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Génie de pure beauté.

В томленьях грусти безнадежной
Dans un profond désespoir
В тревогах шумной суеты,
Plongé dans une bruyante agitation,
Звучал мне долго голос нежный
J’ai entendu ta voix douce
И снились милые черты.
Et rêvé la finesse de ton visage.

Шли годы. Бурь порыв мятежный
Les années passèrent. La tempête
Рассеял прежние мечты,
Balaya mes anciens rêves,
И я забыл твой голос нежный,
Et j’oubliai la douceur de ta voix,
Твои небесные черты.
La finesse de tes traits.

В глуши, во мраке заточенья
Dans le désert, claustré,
Тянулись тихо дни мои
Mes jours étaient calmes
Без божества, без вдохновенья,
Sans divinité, sans inspiration,
Без слез, без жизни, без любви.
Sans larmes, sans vie, sans amour.

Душе настало пробужденье:
Sonna l’heure du réveil :
И вот опять явилась ты,
Et enfin te revoilà,
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Comme un génie de pure beauté.

И сердце бьется в упоенье,
Et mon cœur battit d’extase,
И для него воскресли вновь
De voir ressuscités
И божество, и вдохновенье,
Et la divinité et l’inspiration
И жизнь, и слезы, и любовь.
Et la vie et les larmes et l’amour.


**********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10.gif.

Astre triste, astre du soir! -Poème de POUCHKINE – 1820

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Редеет облаков летучая гряда.
En file, les nuages s’évadent vers les sommets.
Звезда печальная, вечерняя звезда!
Astre triste, astre du soir !
Твой луч осеребрил увядшие равнины,
Ton rayon argente les plaines épuisées,
И дремлющий залив, и чёрных скал вершины.
La baie en sommeil et les durs rochers noirs.
Люблю твой слабый свет в небесной вышине;
J’aime cette frêle lumière dans les célestes hauteurs ;
Он думы разбудил, уснувшие во мне:
Qui réveille en moi des pensées délaissées :
Я помню твой восход, знакомое светило,
Je me souviens de ton apparition, astre familier,
Над мирною страной, где всё для сердца мило,
Sur ce doux pays, où tout est beau à mon cœur,
Где стройны тополы в долинах вознеслись,
Où les vallées s’étendent que les peupliers façonnent,
Где дремлет нежный мирт и тёмный кипарис,
Où le suave myrte et le sombre cyprès ensemble somnolent,
И сладостно шумят полуденные волны.
Et les longues ondulations de midi bourdonnent.
Там некогда в горах, сердечной думы полный,
Le temps n’existant plus, plein de songes bienveillants,
Над морем я влачил задумчивую лень,
Au-dessus de la mer, j’ai traîné ma paresseuse pensée,
Когда на хижины сходила ночи тень —
Quand la nuit passe son ombre sur nos abris –
И дева юная во мгле тебя искала
Et la jeune fille dans l’obscurité te cherchait
И именем своим подругам называла.
Et chuchotait ton nom à ses plus chères amies.

1820

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович
Неаполитанский залив

POUCHKINE – Poème de 1820

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825 – В крови горит огонь желанья

Alexandre Pouchkine Александр Сергеевич Пушкин
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-300x241-1.jpg.

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

В крови горит огонь желанья
LE FEU DU DÉSIR


В крови горит огонь желанья,
Le feu du désir brûle mon sang consumé,
Душа тобой уязвлена,
Et laisse mon âme épuisée ;
Лобзай меня: твои лобзанья
Embrasse-moi de ta bouche
Мне слаще мирра и вина.
Plus suave que la myrrhe et le vin.
Склонись ко мне главою нежной,
Incline ta tête si douce
И да почию безмятежный,
Qu’en paix je repose enfin,
Пока дохнёт весёлый день
Dans l’attente du jour épanoui
И двигнется ночная тень.
Qui déplacera les ombres de la nuit.

POUCHKINE – Poème de 1825

Gustave Moreau, Le Cantique des cantiques,1853, huile sur toile, musée des beaux-arts de Dijon

****

Note ARGITATO

Poème de Pouchkine à rapprocher des premiers vers du Cantique des Cantiques ( Version Chanoine Crampon -1923) :

  1. Cantique des Cantiques, de Salomon.
  2. Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour est meilleur que le vin ;
  3. tes parfums ont une odeur suave, ton nom est une huile épandue ; c’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.

BAGNARDS DE SIBÉRIE – ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES (1927) Во глубине сибирских руд

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

*
1827

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Во глубине сибирских руд
1827

****


BAGNARDS DE SIBÉRIE
****

 

*

Во глубине сибирских руд
Dans les profondeurs des mines de Sibérie
Храните гордое терпенье,
Restez fier, soyez patient,
Не пропадет ваш скорбный труд
Vous n’avez pas disparu dans vos tristes tâches
 И дум высокое стремленье.
Vos hautes aspirations ne s’y sont pas dissoutes.

*

Несчастью верная сестра,
Fidèle compagnon, du malheur,
 Надежда в мрачном подземелье
L’espoir dans votre sombre citadelle
Разбудит бодрость и веселье,
Réveillera la vigueur et la joie,
Придет желанная пора:
Car viendra le temps des retrouvailles :

*

 

Любовь и дружество до вас
L’amour et la communion
Дойдут сквозь мрачные затворы,
Traverseront les portes sombres
Как в ваши каторжные норы
Du bagne et atteindront vos terriers
 Доходит мой свободный глас.
A travers ma libre voix.

*

Оковы тяжкие падут,
Que tombent vos lourdes chaînes,
Темницы рухнут — и свобода
Que s’effondrent vos citadelles- et que la liberté
  Вас примет радостно у входа,
Vous attende gaiement sur le seuil,
И братья меч вам отдадут.
Là où vos frères vous donneront l’épée.

*

 **********
POUCHKINE

 1827 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POÈMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

LA RENAISSANCE DU GÉNIE – Poème d’ALEXANDRE POUCHKINE 1819 – Возрождение

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1819

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1819
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Возрождение
1819

****


LA RENAISSANCE DU GÉNIE
****

 

 

Художник-варвар кистью сонной
Un artiste barbare brosse, lime
Картину гения чернит
Et détruit l’image laissée par un génie
И свой рисунок беззаконный
Et par des pulsions assassines
Над ней бессмысленно чертит.
Blesse et cache la divine harmonie.

*

Но краски чуждые, с летами,
Mais les couleurs étrangères, avec les années,
Спадают ветхой чешуёй;
Tomberont comme de vieilles écailles ;
Созданье гения пред нами
Et la création du génie devant nous, sans faille,
Выходит с прежней красотой.
Ressortira avec la même originelle beauté.

*

Так исчезают заблужденья
Ainsi, mes délires disparaissent
С измученной души моей,
Dans mon cœur tourmenté et détruit,
И возникают в ней виденья
Et là, dans mes visions, apparaissent
Первоначальных, чистых дней.
Alors les pures et nettes images de jadis.

 

*

 

 **********

POUCHKINE
 1819 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

UN VÉRITABLE AMI POÈME D’ALEXANDRE POUCHKINE (1829) Когда твои младые лета

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1829

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Когда твои младые лета
1829

****


UN VÉRITABLE AMI
****

 

Когда твои младые лета
Lorsque tu es malade
Позорит шумная молва,
De la honteuse rumeur
 И ты по приговору света
Et que la lumière devient fade
На честь утратила права;
Et n’éclaire plus ton honneur ;

*

Один, среди толпы холодной,
Un seul, dans le froid de la foule,
Твои страданья я делю
Partagera ta douleur
 И за тебя мольбой бесплодной
Et écoutera ta plainte
Кумир бесчувственный молю.
Insensible aux échos.

*

Но свет… Жестоких осуждений
Mais le monde… dans sa cruauté
Не изменяет он своих:
Ne change pas : sans cœur,
Он не карает заблуждений,
S’il ne punit pas ses erreurs,
 
Но тайны требует для них.
Il en exige le secret.  

*

Достойны равного презренья
Il ne mérite qu’un digne mépris
Его тщеславная любовь
Son vain retour d’intérêt,
И лицемерные гоненья:
Et pour ces persécutions infinies :
К забвенью сердце приготовь;
Que ton cœur à l’oubli soit prêt ;

*

Не пей мутительной отравы;
Que ce poison, ton esprit libre, l’oublie ;
Оставь блестящий, душный круг;
Laisse ces cercles sulfureux ;
 Оставь безумные забавы:
Laisse ces badinages fumeux :
 Тебе один остался друг.
Tu as trouvé un ami.

1829

*

 

 **********

POUCHKINE
 1829 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

LE CHAR DE LA VIE – POÈME D’ALEXANDRE POUCHKINE (1823) Телега жизни

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1823

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1823
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Телега жизни
1823

****


LE CHAR DE LA VIE
****

 

Хоть тяжело подчас в ней бремя,
Bien que son fardeau soit lourd,
Телега на ходу легка;
La manœuvre reste toujours aisée ;
Ямщик лихой, седое время,
Le fringant cocher, temps au tempes grises,
Везет, не слезет с облучка.
Conduit, sans jamais décoller de son siège.

*

С утра садимся мы в телегу;
Le matin, nous sommes assis sur le siège ;
Мы рады голову сломать
Nous sommes heureux de nous y briser le cou
  И, презирая лень и негу,
Méprisant la paresse, dédaignant le bonheur,
Кричим: пошёл, ебёна мать!
Nous crions : « Fonçons ! »

*

Но в полдень нет уж той отваги;
Mais à midi, s’altère le courage ;
  Порастрясло нас; нам страшней
Nous avons un peu peur des secousses
И косогоры и овраги;
peur des collines, peur des ravins ;
  Кричим: полегче, дуралей!
Nous crions : « Attention, imbécile ! »

*

Катит по-прежнему телега;
Nous avons toujours autant de soubresauts ;
 Под вечер мы привыкли к ней
Mais le soir, nous y sommes habitués
 И, дремля, едем до ночлега —
Et, assoupis, nous rentrons dans la nuit –
А время гонит лошадей.
Et c’est le temps qui conduit les chevaux.

1823

*

 

 **********

POUCHKINE
 1823 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

 

LES TROIS SOURCES d’ALEXANDRE POUCHKINE POEME 1827 -В степи мирской

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


В степи мирской 
1827

****


LES TROIS SOURCES
****

 

В степи мирской, печальной и безбрежной,
Dans les steppes de ce monde banal, triste et sans bornes,
Таинственно пробились три ключа:
Mystérieusement trois sources ont apparu :
Ключ юности, ключ быстрый и мятежный,
La source de la jeunesse offre des eaux rapides et rebelles,
Кипит, бежит, сверкая и журча.
Dans un courant pétillant et vigoureux.
Кастальский ключ волною вдохновенья
La source de la maturité offre des vagues d’inspiration
В степи мирской изгнанников поит.
Sacrées au cœur des steppes de ce monde.
Последний ключ — холодный ключ забвенья,
La dernière source offre une nappe froide de l’oubli,
Он слаще всех жар сердца утолит.
Qui étanche à jamais doucement les fusions du cœur.

18 июня 1827 г., Петербург
18 mai 1827 – Saint-Pétersbourg

*

 

 **********

POUCHKINE
 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

A MES AMIS
1827
Пушкин