Archives par mot-clé : Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин

BAGNARDS DE SIBÉRIE – ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES (1927) Во глубине сибирских руд

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

*
1827

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Во глубине сибирских руд
1827

****


BAGNARDS DE SIBÉRIE
****

 

*

Во глубине сибирских руд
Dans les profondeurs des mines de Sibérie
Храните гордое терпенье,
Restez fier, soyez patient,
Не пропадет ваш скорбный труд
Vous n’avez pas disparu dans vos tristes tâches
 И дум высокое стремленье.
Vos hautes aspirations ne s’y sont pas dissoutes.

*

Несчастью верная сестра,
Fidèle compagnon, du malheur,
 Надежда в мрачном подземелье
L’espoir dans votre sombre citadelle
Разбудит бодрость и веселье,
Réveillera la vigueur et la joie,
Придет желанная пора:
Car viendra le temps des retrouvailles :

*

 

Любовь и дружество до вас
L’amour et la communion
Дойдут сквозь мрачные затворы,
Traverseront les portes sombres
Как в ваши каторжные норы
Du bagne et atteindront vos terriers
 Доходит мой свободный глас.
A travers ma libre voix.

*

Оковы тяжкие падут,
Que tombent vos lourdes chaînes,
Темницы рухнут — и свобода
Que s’effondrent vos citadelles- et que la liberté
  Вас примет радостно у входа,
Vous attende gaiement sur le seuil,
И братья меч вам отдадут.
Là où vos frères vous donneront l’épée.

*

 **********
POUCHKINE

 1827 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POÈMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

POUCHKINE FÊTE DE PIERRE PREMIER Пир Петра Первого 1835

Пир Петра Первого
Fête de Pierre Premier

Poèsie de Pouchkine

Poème de Pouchkine
1833


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

Fête de Pierre Premier

 

 







POUCHKINE  Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 








LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Пир Петра Первого
ВСАДНИК
1835

 FÊTE DE PIERRE PREMIER
1835

Louis Caravaque
La Bataille de Poltava
1717-1718

Над Невою резво вьются
Au-dessus de la Néva espiègle, se tordent
 Флаги пёстрые судов;
Les drapeaux de navires bariolés ;
 Звучно с лодок раздаются
De ces esquifs se font entendre
Песни дружные гребцов;
Les chansons des rameurs amicaux ;
 В царском доме пир весёлый;
Dans la demeure, un festin joyeux ;
 Речь гостей хмельна, шумна;
Des frasques bruyantes d’ivresse ;
 И Нева пальбой тяжёлой
De la Néva, les lourdes canonades
Далеко потрясена.
Au loin s’entendent.

*

Что пирует царь великий
Quel festin se déroule
 В Питербурге-городке?
Dans la ville de Pétersburg ?
 Отчего пальба и клики
Pourquoi ces tirs, ces cliquetis
 И эскадра на реке?
Ces escadres sur la rivière ?
 Озарён ли честью новой
Illuminent-ils une nouvelle gloire
Русский штык иль русский флаг?
Du drapeau russe par les baïonnettes russes ?
 Побеждён ли швед суровый?
Est-ce une victoire contre le robuste Suédois ?
 Мира ль просит грозный враг?
Est-ce la paix contre les redoutables Finnois ?

*

Иль в отъятый край у шведа
Ou des rivages de Suède
Прибыл Брантов утлый бот,
Peut-être débarque-t-il, le frêle navire de Brandt,
 И пошел навстречу деда
Peut-être ce grand-père est-il
 Всей семьёй наш юный флот,
Reçu par la famille entière de notre jeune flotte,
 И воинственные внуки
Par ses petits-enfants
 Стали в строй пред стариком,
Venus accueillir le vieil homme,
 И раздался в честь Науки
Est-ce en l’honneur de la Science
 Песен хор и пушек гром?
Que chante le chœur et que tonnent les canons ?

*

Годовщину ли Полтавы
Ou est-ce la date anniversaire de la bataille de Poltava*
 Торжествует государь,
Où triompha notre Souverain,
 День, как жизнь своей державы
Afin de fêter ce jour, où la puissance
 Спас от Карла русский царь?
Du Tsar stoppa celle de Charles ?
 Родила ль Екатерина?
Est-ce pour une naissance de Catherine ?
 Именинница ль она,
Est-ce qu’elle fête
 Чудотворца-исполина
Ce géant thaumaturge,
Чернобровая жена?
Cette femme aux noirs sourcils ?

*

Нет! Он с подданным мирится;
Non ! Il s’agit d’un pardon :
 Виноватому вину
Un sujet coupable
 Отпуская, веселится;
Est la raison de cette joie ;
 Кружку пенит с ним одну;
Le Tsar boit
 И в чело его целует,
Et le baise sur le front,
Светел сердцем и лицом;
Le cœur et le visage lumineux ;
 И прощенье торжествует,
Et le pardon prévaut,
 Как победу над врагом.
Comme quand l’ennemi est vaincu.

*

Оттого-то шум и клики
Voilà pourquoi ce bruit et les cliquetis
 В Питербурге-городке,
Dans la ville de Pétersbourg
 И пальба и гром музыки
Pourquoi ces tirs et ce fracas musical
 И эскадра на реке;
Voilà pourquoi les escadrons sur la rivière ;
 Оттого-то в час весёлый
Voilà pourquoi, à l’heure des réjouissances
 Чаша царская полна,
Les pleines coupes royales,
И Нева пальбой тяжёлой
Et les lourdes canonnades
 Далеко потрясена.
Au loin s’entrechoquent.

*********

NOTES
Fête de Pierre Premier

*Bataille de Poltava ou Bataille de Pultawa oppose le Tsar Pierre Ier à Charles XII de Suède le 8 juillet 1709

*****

Pierre Ier le Grand
Пётр Алексеевич Романов
1672-1725

Catherine Ière
Екатерина I
1684 – 1727
En 1707, elle devient l’épouse de Pierre Ier

 

*****

 Poésie de Pouchkine
1835
Пушкин
Пир Петра Первого

FÊTE DE PIERRE PREMIER

 

МЕДНЫЙ ВСАДНИК LE CAVALIER DE BRONZE POUCHKINE 2ème Partie Часть вторая

 

МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Poèsie de Pouchkine

Poème de Pouchkine
1833


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

 

 







POUCHKINE  Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 








le Cavalier de Bronze
LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Часть вторая
1833

 LE CAVALIER DE BRONZE
Seconde Partie
1833

 

  1833
Le Cavalier de Bronze
Пушкин 

Vas.Surikov. Bronze Horseman on the Senate Square. Rusian Museum

Le Cavalier de bronze
Vassily Ivanovitch Sourikov
Василий Иванович Суриков

*

le Cavalier de Bronze
МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Часть вторая
Seconde Partie

*

Но вот, насытясь разрушеньем
Mais, saturée de destruction
И наглым буйством утомясь,
Et lasse de noyer,
Нева обратно повлеклась,
La Néva repart
Своим любуясь возмущеньем
Admirant son désastre
И покидая с небреженьем
Et laissant nue
Свою добычу. Так злодей,
Sa proie. Comme le bandit,
С свирепой шайкою своей
Avec sa bande féroce
  В село ворвавшись, ломит, режет,
Dans l’assaut du village : des douleurs, des coups,
Крушит и грабит; вопли, скрежет,
Des vols et des morts, des cris, des gémissements,
Насилье, брань, тревога, вой!..
Des viols, des abus, des peurs et des pleurs ! …
И, грабежом отягощённы,
Et, alourdis par le butin,
Боясь погони, утомлённы,
Craignant la poursuite, le brûlent,
Спешат разбойники домой,
Et, se précipitant des maisons,
Добычу на пути роняя.
Partent en fuyant à travers les chemins.

*

Вода сбыла, и мостовая
L’eau se calme et le pont
Открылась, и Евгений мой
S’ouvre, et Eugène
Спешит, душою замирая,
Voit son âme assaillie
В надежде, страхе и тоске
Par l’espoir, la peur et l’angoisse ;
 К едва смирившейся реке.
Il court vers la rivière.
Но, торжеством победы по́лны,
Mais, pleines encore d’une joie victorieuse,
Ещё кипели злобно волны,
Les vagues bouillonnaient d’une noire colère,
Как бы под ними тлел огонь,
Comme si dessous le feu couvait,
Ещё их пена покрывала,
Sous cette écume amère ;
И тяжело Нева дышала,
La Néva lourdement respirait,
Как с битвы прибежавший конь.
Comme un cheval de bataille épuisé.
Евгений смотрит: видит лодку;
Eugène remarque un bateau ;
Он к ней бежит как на находку;
Il court vers lui
Он перевозчика зовёт —
Et appelle le batelier-
И перевозчик беззаботный
Qui accepte de le prendre
Его за гривенник охотно
Pour un seul sou
Чрез волны страшные везёт.
Et de traverser les horribles remous.

*

И долго с бурными волнами
Et à travers les turbulences,
Боролся опытный гребец,
Le rameur expérimenté lutte,
И скрыться вглубь меж их рядами
Affrontant les éléments ;
Всечасно с дерзкими пловцами
A la limite du naufrage souvent,
 Готов был чёлн — и наконец
Le canot résiste – et, enfin,
 Достиг он берега.
Atteint le rivage.
Несчастный
Misérables
Знакомой улицей бежит
Sont les rues familières
В места знакомые. Глядит,
Qui n’ont plus rien de familier. Il regarde,
Узнать не может. Вид ужасный!
Mais ne reconnaît rien. C’est terrible !
Всё перед ним завалено́;
Tout, face à lui, est noyé ;
Что сброшено, что снесено;
Tout est démoli ;
Скривились домики, другие
Des maisons ont disparu, d’autres
Совсем обрушились, иные
Se sont effondrées, d’autres
Волнами сдвинуты; кругом,
Se sont déplacées ; en rond,
Как будто в поле боевом,
Comme dans une arène,
Тела валяются. Евгений
Les corps flottent. Eugène
Стремглав, не помня ничего,
Se précipite, ne se souvenant plus de rien ;
Изнемогая от мучений,
Épuisé par le tourment,
Бежит туда, где ждёт его
Il court à l’endroit où l’attend
Судьба с неведомым известьем,
Le sort encore inconnu,
Как с запечатанным письмом.
Telle une lettre cachetée.
И вот бежит уж он предместьем,
Et il court vers sa rue,
И вот залив, и близок дом…
Vers la baie, vers la maison …
Что ж это?..
Qu’est-ce? ..
Он остановился.
Il s’arrête.
Пошёл назад и воротился.
Il repart et revient.
Глядит… идёт… ещё глядит.
Il lui semble… il va… il regarde.
Вот место, где их дом стоит;
C’est là que devait-être la maison ;
Вот ива. Были здесь вороты —
Ce saule, là. Et ici la barrière…
Снесло их, видно. Где же дом?
Visible à peine. Où est la maison ?
И, полон сумрачной заботы,
Et, rempli d’idées sombres,
Всё ходит, ходит он кругом,
Il marche et marche encore,
Толкует громко сам с собою —
Se parle bruyamment à lui-même –
И вдруг, ударя в лоб рукою,
Et soudain, se frappant la main sur le front,
Захохотал.
Il rit.
Ночная мгла
L’obscurité de la nuit
На город трепетный сошла;
Recouvre la ville tremblante;
Но долго жители не спали
Mais les gens ne dorment pas
  И меж собою толковали
Ils parlent entre eux
О дне минувшем.
De ce dernier jour.
Утра луч
Le matin,
  Из-за усталых, бледных туч
A travers les pâles nuages fatigués,
Блеснул над тихою столицей
Eclaire la capitale
  И не нашёл уже следов
Et ne trouve aucune trace
Беды вчерашней; багряницей
Des plaies de la veille ; écarlate
Уже прикрыто было зло.
Il recouvre le mal.
В порядок прежний всё вошло.
L’ordre ancien est revenu.
Уже по улицам свободным
Déjà les rues grouillent,
С своим бесчувствием холодным
Dans une froide insensibilité,
 Ходил народ. Чиновный люд,
Pleines de gens. Les employés
Покинув свой ночной приют,
Laissant leur abri de la nuit,
На службу шёл. Торгаш отважный,
Repartent au travail. Les courageux magasins
Не унывая, открывал
Violentés, rouvrent,
Невой ограбленный подвал,
Repoussant la Néva au sous-sol,
Сбираясь свой убыток важный
Transférant l’importante perte
На ближнем выместить. С дворов
Au chalant qui s’arrête. Des remorques
Свозили лодки.
Portent des vestiges de bateaux.
Граф Хвостов,
Le Comte Khvostov,
Поэт, любимый небесами,
Le poète, évoque
Уж пел бессмертными стихами
Par des vers immortels et chante
Несчастье невских берегов.
Les malheurs de la Néva.












*

Но бедный, бедный мой Евгений…
Mais le pauvre, le pauvre Eugène …
Увы! его смяте́нный ум
Hélas ! Son esprit troublé
Против ужасных потрясений
Par les terribles chocs
Не устоял. Мятежный шум
N’a pas résisté. Les bruits rebelles
 Невы и ветров раздавался
De la Néva et les vents résonnent
В его ушах. Ужасных дум
Encore dans ses oreilles. D’horribles pensées,
Безмолвно полон, он скитался.
Il est silencieusement rempli, il erre.
Его терзал какой-то сон.
Son sommeil est tourmenté.
Прошла неделя, месяц — он
Une semaine passe, un mois… il
 К себе домой не возвращался.
N’est toujours pas rentré chez lui.
Его пустынный уголок
Sa chambre désertée
Отдал внаймы, как вышел срок,
A été donnée
Хозяин бедному поэту.
Par la propriétaire à un pauvre poète.
Евгений за своим добром
Eugène pour son bien
Не приходил. Он скоро свету
N’est plus jamais revenu. Il est bientôt
Стал чужд. Весь день бродил пешком,
Devenu un étranger. Toute la journée, il erre à pied,
А спал на пристани; питался
Et dort sur le quai ; il mange
В окошко поданным куском.
Avec ce qu’on lui donne aux fenêtres.
Одежда ветхая на нём
Il n’a plus que des hardes misérables
Рвалась и тлела. Злые дети
Et déchirées. les enfants jouent
Бросали камни вслед ему.
A lui lancer des pierres.
Нередко кучерские плети
Souvent, le fouet du cocher
Его стегали, потому
Le frappe,
Что он не разбирал дороги
Ne sachant pas où sa route
Уж никогда; казалось — он
Se trouve ; ne sachant
Не примечал. Он оглушён
Où aller. Il entend
Был шумом внутренней тревоги.
Toujours cette musique dans sa tête.
И так он свой несчастный век
Qu’est-il donc dans ce siècle misérable
Влачил, ни зверь ни человек,
Ni bête ni homme,
Ни то ни сё, ни житель света,
Ni l’un ni l’autre, ni un habitant du monde,
Ни призрак мёртвый
Ni un fantôme mort …
Раз он спал
Il dort
У невской пристани. Дни лета
Sur le Quai Nevski. Les beaux jours
Клонились к осени. Дышал
Déclinaient. Une brise
Ненастный ветер. Мрачный вал
Légère. Des clapotis
Плескал на пристань, ропща пени
Éclaboussaient la marina, léchant
  И бьясь об гладкие ступени,
Les marches lisses,
Как челобитчик у дверей
Comme un requérant frappant à la porte
Ему не внемлющих суде́й.
Pour réveiller les juges.
Бедняк проснулся. Мрачно было:
Le pauvre homme se réveilla. Il faisait sombre :
Дождь капал, ветер выл уныло,
La pluie tombait et le vent hurlait lugubrement,
И с ним вдали, во тьме ночной
Et dans le lointain, dans l’obscurité de la nuit
Перекликался часовой…
En écho, les voix des sentinelles…
Вскочил Евгений; вспомнил живо
Eugène se remémore alors très bien
Он прошлый ужас; торопливо
Ce jour de malheur ; hâtivement
Он встал; пошёл бродить, и вдруг
Il se lève ; il part errant, quand, tout à coup,
Остановился — и вокруг
Il s’arrête- et ensuite
Тихонько стал водить очами
Ses yeux s’envahissent
 С боязнью дикой на лице.
D’une peur sauvage.
Он очутился под столбами
Il se trouve sous les poteaux
Большого дома. На крыльце
De la grande maison. Sur le porche
С подъятой лапой, как живые,
Deux gardiens qui semblent vivants,
Стояли львы сторожевые,
Les lions montent la garde,
И прямо в тёмной вышине
Et juste dans le ciel sombre
Над ограждённою скалою
Sur un rocher
Кумир с простёртою рукою
L’idole, la main tendue
Сидел на бронзовом коне.
Assise sur son cheval de bronze.

*

Евгений вздрогнул. Прояснились
Eugène frissonne. Il ressent
  В нём страшно мысли. Он узнал
Cette pensée effrayante. Il se trouve
  И место, где потоп играл,
A l’endroit où l’inondation s’est déroulée,
Где волны хищные толпились,
Lorsque les vagues affamées,
Бунтуя злобно вкруг него,
De colère, se rebellaient autour de lui,
И львов, и площадь, и того,
Il reconnaît les lions, et la place,
Кто неподвижно возвышался
Et, se tenant immobile
Во мраке медною главой,
Dans l’obscurité, la tête en bronze,
Того, чьей волей роковой
Enorme, qui leva
Под морем город основался…
De la mer cette ville qu’il fonda…
Ужасен он в окрестной мгле!
Horrible, dans l’obscurité environnante !
Какая дума на челе!
Quelle pensée sur le front !
Какая сила в нём сокрыта!
Quelle puissance cachée à l’intérieur !
А в се́м коне какой огонь!
Et dans ce cheval, quel feu !
Куда ты скачешь, гордый конь,
Où vas-tu, fière monture
И где опустишь ты копыта?
Et où poses-tu tes sabots ?
О мощный властелин судьбы!
Ô puissant seigneur du destin !
Не так ли ты над самой бездной
Ne nous as-tu pas conduits près de l’abîme
На высоте, уздой железной
Conduisant, par ta poigne de fer,
Россию поднял на дыбы?
La Russie à se cabrer sur ses pattes arrière ?

*

Кругом подножия кумира
Autour du monument de l’idole
Безумец бедный обошёл
Déboussolé, il marche,
 И взоры дикие навёл
Les yeux sauvages,
На лик державца полумира.
Et le visage fantomatique.
Стеснилась грудь его. Чело
La poitrine serrée. Son front
К решётке хладной прилегло,
Se pose sur les grilles,
Глаза подёрнулись туманом,
Aux barreaux gelés,
По сердцу пламень пробежал,
Dans ses veines fièvreuses,
Вскипела кровь. Он мрачен стал
Le sang afflue désordonné . Il devint sombre
 Пред горделивым истуканом
Et se pose devant la statue
  И, зубы стиснув, пальцы сжав,
Les dents serrées, les doigts fermés,
Как обуянный силой чёрной,
Saisi par une force noire,
«Добро́, строитель чудотворный! —
« Hé, constructeur miraculeux ! –
Шепнул он, злобно задрожав, —
Murmure-t-il, tremblant de colère –
Ужо тебе!..» И вдруг стремглав
 Vois ! .. « Et soudain, il se met à courir
Бежать пустился. Показалось
Apeuré. Il lui a semblé
 Ему, что грозного царя,
Que le Tsar redoutable,
Мгновенно гневом возгоря,
Enflammé d’une violente rage,
Лицо тихонько обращалось…
Doucement avait tourné sa face…
И он по площади пустой
Et sur la grande place vide
Бежит и слышит за собой —
Il s’était mis à courir et il continue à entendre-
Как будто грома грохотанье —
Comme un tonnerre déchaîné-
Тяжёло-звонкое скаканье
Des appels et des cris derrière lui
По потрясённой мостовой.
Sur le trottoir tremblant.
И, озарён луною бледной,
Et à la clarté de la lune
Простёрши руку в вышине,
Incertaine dans le ciel,
За ним несётся Всадник Медный
Derrière lui, se précipite le Cavalier de Bronze ;
На звонко-скачущем коне;
 Des cris, les galops du cheval ;
И во всю ночь безумец бедный,
Et le pauvre fou, toute la nuit,
Куда стопы ни обращал,
A couru le pavé,
За ним повсюду Всадник Медный
Avec derrière lui le Cavalier de Bronze
С тяжёлым топотом скакал.
D’un pas lourd menaçant.

*

И с той поры, когда случалось
Et, à partir de ce moment-là, quand il lui arrive
Идти той площадью ему,
De revenir sur cette place,
В его лице изображалось
Son visage devient
Смятенье. К сердцу своему
Confus. Son esprit s’altère,
Он прижимал поспешно руку,
Ses mains rapidement se serrent,
Как бы его смиряя муку,
Comme pour se donner une contenance,
Картуз изношенный сымал,
Il enlève son chapeau usé,
Смущённых глаз не подымал
Les yeux agités,
  И шёл сторонкой.
Et s’en va rapidement sur le côté.

*

Остров малый
Une petite île
На взморье виден. Иногда
De la plage peut être vue. parfois
Причалит с неводом туда
Des amarres y sont lancées
Рыбак на ловле запоздалый
Par un pêcheur attardé
 И бедный ужин свой варит,
Pour s’y restaurer,
Или чиновник посетит,
Ou lors d’une visite,
Гуляя в лодке в воскресенье,
Lors d’une promenade en bateau le dimanche,
Пустынный остров. Не взросло
Sur cette île déserte. Sur cette terre :
Там ни былинки. Наводненье
Pas un brin d’herbe. L’inondation
 Туда, играя, занесло
Là, dans sa colère, a porté
Домишко ветхой. Над водою
Ces huttes délabrées. Au-dessus de l’eau
Остался он как чёрный куст.
Elles ressemblent à un buisson noir.
Его прошедшею весною
Des badauds au printemps
Свезли на барке. Был он пуст
Sont arrivés sur la barge. Tout était vide
И весь разрушен. У порога
Tout était détruit. Au seuil
 Нашли безумца моего,
Ils trouvèrent le fou,
И тут же хладный труп его
Ils prirent son corps
Похоронили ради Бога.
Et l’enterrèrent pour l’amour de Dieu.

Claude Monet
L’inondation à Giverny
1894

*

le cavalier de bronze

**

 

*****

 Poésie de Pouchkine
LE CAVALIER DE BRONZE
Часть первая
1833
Пушкин
МЕДНЫЙ ВСАДНИК 

Пред мощной властью красоты PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE Пушкин Poème de Pouchkine de 1835

Poèsie de Pouchkine

  Пред мощной властью красоты
Poème de Pouchkine
PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE
1835


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пред мощной властью красоты Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Пред мощной властью красоты 1835

 PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE 1835

 

  1835
Пред мощной властью красоты Пушкин 

*

Я думал, сердце позабыло
Je pensais :  mon cœur a oublié
Способность лёгкую страдать,
La facile capacité de souffrir,
Я говорил: тому, что было,
Je disais : ce qui a été
 Уж не бывать! уж не бывать!
Ne se reproduira pas! Ne se reproduira pas !
Прошли восторги, и печали,
Autant en emporte le plaisir et la douleur,
И легковерные мечты…
Et les rêves crédules …
Но вот опять затрепетали
Mais là encore ils reviennent
  Пред мощной властью красоты.
Par la forte puissance de la beauté.

 

**********

Пред мощной властью красоты
POUCHKINE
PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE

 1835

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poème de Pouchkine
Пред мощной властью красоты Пушкин 

Poésie de Pouchkine ELEGIE ЭЛЕГИЯ 1830

Poèsie de Pouchkine

ЭЛЕГИЯ


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 ЭЛЕГИЯ Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


ЭЛЕГИЯ 1830

 ELEGIE 1830

 

  1830
ЭЛЕГИЯ Пушкин 

Безумных лет угасшее веселье
Les joies passées de ma jeunesse débridée
Мне тяжело, как смутное похмелье.
Me sont aujourd’hui pénibles, telle une gueule de bois.
Но, как вино — печаль минувших дней
Mais, comme le vin – la tristesse des jours passés
 В моей душе чем старе, тем сильней.
Dans mon âme croît intensément.
Мой путь уныл. Сулит мне труд и горе
Mon chemin est triste. Des lendemains de travail et de douleur
  Грядущего волнуемое море.
M’attendent sur cette inquiétante mer.

*

Но не хочу, о други, умирать;
Mais je ne veux pas mourir, ô amis ;
Я жить хочу, чтоб мыслить и страдать;
Je veux vivre, penser et souffrir ;
И ведаю, мне будут наслажденья
Et des moments de plaisir je trouverai
Меж горестей, забот и треволненья:
Entre les peines, les soucis et les ennuis :
Порой опять гармонией упьюсь,
Parfois joyeux je serai encore,
Над вымыслом слезами обольюсь,
Et des larmes m’agiteront après une œuvre,
И может быть — на мой закат печальный
Et peut être – dans mon triste coucher de soleil
Блеснет любовь улыбкою прощальной.
L’amour illuminera mon dernier sourire.

**********

ЭЛЕГИЯ POUCHKINE ELEGIE
 1830

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poésie de Pouchkine
ЭЛЕГИЯ Пушкин 

QUE DIEU VOUS AIDE (Poème) 19 OCTOBRE 1827 ALEXANDRE POUCHKINE Пушкин

*
19 октября 1827
19 octobre 1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 19 октября 1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


19 октября 1827

 

 19 octobre 1827
QUE DIEU VOUS AIDE

 

 19 октября 1827
Пушкин 

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
В заботах жизни, царской службы,
Dans les soucis de la vie,
И на пирах разгульной дружбы,
Dans vos fêtes tumultueuses entre amis,
И в сладких таинствах любви!
Dans les sacrements de l’amour !

*

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
И в бурях, и в житейском горе,
Dans les tempêtes, et la tristesse du monde,
В краю чужом, в пустынном море
Dans les lieux étranges et sur les océans
И в мрачных пропастях земли!
Dans les profondeurs sombres de la terre !

**********

19-octobre-1827-pouchkine-20-octobre-1827-bataille-de-navarinLa bataille de Navarin
20 octobre 1827
Ivan Aïvazovski -1846
Иван Константинович Айвазовский

**********

POUCHKINE
 19 октября 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 19 октября 1827  Пушкин 

Poème de POUCHKINE 1823 Le Semeur Пушкин сеятель

Пушкин  сеятель poème de Pouchkine de 1823 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1823
pushkin poems
Poème de Pouchkine

стихотворение  – Poésie
сеятельПушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА  

сеятель
Le Semeur
 1823

 Poème de Pouchkine
сеятель Пушкин 

**********

сеятель POUCHKINE LE SEMEUR

Изыде сеятель сеяти семена своя
Le semeur qui part sème sa propre graine

Свободы сеятель пустынный,
Semeur de liberté dans le désert,
Я вышел рано, до звезды;
Je suis sorti tôt à la belle étoile ;
Рукою чистой и безвинной
Les mains propres et innocentes
В порабощенные бразды
Rejetant l’esclavage des rênes
Бросал живительное семя —
Jetant des semences rafraîchissantes
Но потерял я только время,
Mais j’ai perdu tant de temps,
Благие мысли и труды…
De bonnes pensées et des écrits …

*

Паситесь, мирные народы!
Paissez, peuples pacifiques !
Вас не разбудит чести клич.
Le cri de l’honneur ne vous réveille pas.
К чему стадам дары свободы?
Quels cadeaux faire à un tel troupeau ?
Их должно резать или стричь.
Ils doivent être coupés ou tondus.
Наследство их из рода в роды
Ils héritent de leurs gènes dans l’accouchement
Ярмо с гремушками да бич.
Du joug aux clochettes et du fléau.

**********

le-semeur-poeme-de-pouchkine-jean-francois-millet-1850-vincent-van-gogh-1889Le Semeur
Jean-François Millet 1850
Vincent van Gogh (d’après Millet) 1889

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 сеятель Пушкин
Poème de Pouchkine 

К Чаадаеву Пушкин Pour TCHAADAÏEV POUCHKINE 1818

  К Чаадаеву Пушкин POUR TCHAADAÏEV POUCHKINE1818 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1818
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


К Чаадаеву
Pour Tchaadaïev
 1818

 

 

**********

К Чаадаеву
POUR TCHAADAÏEV
POUCHKINE

Любви, надежды, тихой славы
Amour, espoir, majestueuse gloire
Недолго нежил нас обман,
Un court instant vous nous avez trompé,
Исчезли юные забавы,
Elles sont terminées nos joies de jeunesse
Как сон, как утренний туман;
Comme un rêve, comme la brume du matin ;
Но в нас горит еще желанье,
Mais nous brûlons encore de désir,
Под гнетом власти роковой
Sous le joug d’une puissance fatale
Нетерпеливою душой
Notre âme impatiente
Отчизны внемлем призыванье.
Ecoute notre patrie.
Мы ждем с томленьем упованья
Impatiemment nous attendons avec espoir
Минуты вольности святой,
Le rendez-vous de la liberté,
Как ждет любовник молодой
Comme attendrait le jeune amant
Минуты верного свиданья.
Le rendez-vous de son amante.
Пока свободою горим,
Tant que pour la brûlante liberté,
Пока сердца для чести живы,
Tant que le cœur vibre pour l’honneur,
Мой друг, отчизне посвятим
Mon ami, pour la patrie consacrons
Души прекрасные порывы!
La belle fougue de nos âmes !
Товарищ, верь: взойдет она,
Camarade, espère ! elle se lèvera,
Звезда пленительного счастья,
La joyeuse étoile qui illuminera,
Россия вспрянет ото сна,
La terre de Russie sortie de son sommeil,
И на обломках самовластья
Et les ruines de l’autocratie
Напишут наши имена!
Où nos noms sont écrits !

******

pour-tchaadaiev-pouchkine-1818-artgitato-2Портрет П. Я. Чаадаев
Piotr Iakovlevitch Tchaadaïev
Петр Чаадаев
1794-1856
Ecrivain & Philosophe russe
 русский философ
«христианский философ»
« philosophe chrétien »

 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****
Pour Tchaadaïev Пушкин 

ДРУЗЬЯМ Пушкин POUCHKINE 1822 – A DES AMIS

 ДРУЗЬЯМ Пушкин  –  1822 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1822
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
ДРУЗЬЯМ Пушкин

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


ДРУЗЬЯМ Пушкин
A DES AMIS
 1822

 

a-nos-amis-1822-poeme-de-pouchkine-la-jeunesse-de-bacchus-william-bouguereau-1884La jeunesse de Bacchus
William Bouguereau
1884

**

ДРУЗЬЯМ Пушкин

Вчера был день разлуки шумной,
Hier fut le jour d’une bruyante séparation,
Вчера был Вакха буйный пир,
Hier fut le lieu d’une exubérante bacchanale,
При кликах юности безумной,
Quand la folle jeunesse trinquait
При громе чаш, при звуке лир.
Quand le tonnerre des bols au son des lyres se mêlaient.

*

Так! Музы вас благословили,
Là ! les muse vous ont bénis,
Венками свыше осеня,
En vous couronnant tous,
Когда вы, други, отличили
Lorsque vous, mes amis, me distinguiez
Почетной чашею меня.
En me présentant un verre.

*

Честолюбивой позолотой
Ces ambitieuses dorures
Не ослепляя наших глаз,
N’aveuglaient pas nos yeux,
Она не суетной работой,
Ni la minutie de ces dorures ,
Не резьбою пленяла нас;
Rien de tout cela ne nous séduisait ;

*

Но тем одним лишь отличалась,
Mais la seul chose étrange,
Что, жажду скифскую поя,
Pour assouvir notre soif de scythes,
Бутылка полная вливалась
C’est que la bouteille pleine
 В ее широкие края.
Disparut jusqu’à son large bord.

*

Я пил — и думою сердечной
Je buvais – et par le cœur je rejoignais
Во дни минувшие летал
Les derniers jours de l’été
И горе жизни скоротечной,
Survolant les malheurs de la vie éphémère,
И сны любви воспоминал;
Et des souvenirs des rêves d’amour ;

*

Меня смешила их измена:
Leurs trahisons m’amusaient désormais :
И скорбь исчезла предо мной,
Et toute douleur avait disparu en moi,
Как исчезает в чашах пена
Comme cette mousse disparaît dans les bols
Под зашипевшею струей.
Sous le jet chantant de l’alcool.

 ДРУЗЬЯМ Пушкин  

**********

POUCHKINE ДРУЗЬЯМ Пушкин

 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 ДРУЗЬЯМ Пушкин

Дон Пушкин LE DON Poème de Pouchkine 1829

Дон Пушкин 1829 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Дон Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

le-don-pouchkine-poeme-de-1829-artgitato-cosaques-du-don-timbre-russe-2010Cosaques du Don
Timbre russe
2010

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Дон
Le Don
 1829

 

  Дон Пушкин 

Блеща средь полей широких,
Il s’étale sur les larges prairies,
Вон он льётся!.. Здравствуй, Дон!
Là, il coule ! .. Bonjour à toi, Don !
От сынов твоих далёких
Tes fils lointains
Я привёз тебе поклон.
Te portent le salut.

*

Как прославленного брата,
Comme leur illustre frère,
Реки знают тихий Дон;
Les rivières connaissent le calme Don ;
От Аракса и Евфрата
De l’Araxe et de l’Euphrate
Я привёз тебе поклон.
Elles te saluent.

*

Отдохнув от злой погони,
Après les éreintantes chevauchées,
Чуя родину свою,
Sentant leur patrie,
Пьют уже донские кони
Buvez chevaux Du Don
 Арпачайскую струю.
Dans les flots de l’Arpatchaï !

*

Приготовь же, Дон заветный,
Prépare la même chose, Don chéri,
Для наездников лихих
Pour ces fringants cavaliers
Сок кипучий, искрометный
Prépare ce breuvage bouillant et étincelant
Виноградников твоих.
De tes célèbres vignes.

**********

Дон Пушкин POUCHKINE LE DON

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Дон Пушкин