SIR WALTER RALEIGH : LIKE HERMIT POOR IN PENSIVE PLACE OBSCURE – Comme un pauvre ermite dans un contemplatif lieu obscur

LITTERATURE ANGLAISE

*******

 

SIR WALTER RALEIGH
1552/1554-29 octobre 1618

 

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


******




LES POEMES
DE SIR WALTER RALEIGH

Sir Walter Raleigh’s poems

LIKE HERMIT POOR IN PENSIVE PLACE OBSCURE
Comme un pauvre ermite dans un contemplatif lieu obscur

 Before 1593
Avant 1593

Like hermit poor in pensive place obscure 
Comme un pauvre ermite dans un contemplatif lieu obscur
I mean to spend my days of endless doubt, 
Je veux passer mes jours avec des doutes sans fin,
To wail such woes as time cannot recure, 
Plaindre tant de malheurs que le temps ne pourra jamais apaiser,
Where nought but love shall ever find me out. 
Là où personne sauf l’amour ne pourra me retrouver.
And at my gates despair shall linger still,
Et à mes portes, le désespoir s’attardera encore,
To let in death when love and fortune will.  
La mort entrera quand amour et fortune le voudront.

 




 A gown of grief my body shall attire, 
Une robe de douleur vêtira mon corps,
And broken hope shall be my strength and stay; 
Et l’espoir brisé sera ma force et mon soutien ;
And late repentance, linked with long desire, 
Et la repentance tardive, liée à un si long désir,
Shall be the couch whereon my limbs I’ll lay.
Sera la couche où mes membres se reposeront.
And at my gates despair shall linger still, 
Et à mes portes, le désespoir s’attardera encore,
To let in death when love and fortune will.
La mort entrera quand amour et fortune le voudront.

 




*

 




My food shall be of care and sorrow made; 
Ma nourriture sera et ma crainte et ma peine ;
My drink nought else but tears fallen from mine eyes; 
Ma boisson pas autre chose que les larmes de mes yeux ;
And for my light, in such obscured shade,
Et comme lumière, dans cette ombre obscurcie,
The flames may serve which from my heart arise. 
J’utiliserai les flammes qui sortirons de mon cœur.
And at my gates despair shall linger still, 
Et à mes portes, le désespoir s’attardera encore,
To let in death when love and fortune will. 
La mort entrera quand amour et fortune le voudront.




*****************

LA LOGIQUE DES PASSIONS

Les passions du XVIe siècle sont marquées vivement chez Raleigh. C’est ce qui le rend si intéressant pour nous. Il réunit l’esprit d’aventure, le génie de l’intrigue, le courage guerrier, la liberté du style, la ferveur protestante, l’animosité politique, le luxe italien, l’avidité britannique, et la violence comme l’audace gasconnes ; âme singulière, au sein de laquelle luttent les vices et les grandeurs nés de ces sources diverses, mensonge, fierté, bassesse, magnanimité, cruauté, fourberie, héroïsme. L’antithèse des rhéteurs est impuissante à dire les contrastes d’une telle vie : elle a pour caractère l’excès dans toutes les directions ; sublimité dans le péril, avilissement dans le succès ; rien de modéré, rien d’égal ; aujourd’hui le rôle d’un martyr et demain celui d’un laquais. On ne peut l’expliquer que par la logique des passions, non par celle de la raison.

Philarète Chasles (1798 – 1873)
Walter Raleigh
Revue des Deux Mondes
Période Initiale
Tome 23, 1840

**********








Raleigh désira tout et fut tout

Il était né dans un temps qui fomentait l’ardeur vague de l’ambition, laissant tout espérer à la témérité, et enivrant de magnifiques promesses les âmes violentes. Nous savons aujourd’hui, fils du XIXe siècle, ce qu’une époque peut contenir de désirs immodérés, d’espérances sans terme et de désirs immodérés, d’espérances sans terme et de désirs insatiables. Raleigh désira être et fut tout ; plus d’une fois il atteignit le succès, et sa renommée incomplète demeura comme suspendue entre tous ces genres de gloire. On l’a vu tout commencer, ne rien accomplir ; de succès en succès n’aboutir qu’à des avortements, et devoir son véritable triomphe à sa prison, lorsque cette ardeur fixée se concentra dans des pensées sévères, et valut à Raleigh la gloire littéraire, celle qui protège encore avec le plus de certitude et de magnificence une renommée équivoque.
A cette leçon curieuse rien ne manque, ni les incidents romanesques d’un drame lointain, ni les péripéties sanglantes ou fatales, ni les bigarrures de la comédie. Si magnanime de temps à autre que certains ne veulent pas croire à ses faiblesses, si dédaigneux de la vérité et de la morale que certains ne veulent pas croire à son héroïsme ; sans arrêt, sans repos, sans scrupule ; âme qui désire tout, ambition qui prétend à tout, générosité qui veut tout donner, avidité qui veut tout prendre, ardeur d’admiration qui embrasse mille espèces de grandeur ; enthousiasme qui ne s’arrête à rien, et qui cherche les objets de la convoitise la plus diverse ; intrigant, vénal, sans pitié ; puis sublime ; — devant une dépense si vaste de qualités annulées ou perdues, l’historien reste comme épouvanté. La vie de Raleigh ne serait elle pas un enseignement énergique, digne de fixer l’attention des temps nouveaux ?

Philarète Chasles (1798 – 1873)
Walter Raleigh
Revue des Deux Mondes
Période Initiale
Tome 23, 1840

**************************

SIR WALTER RALEIGH