Poésie de Pouchkine ELEGIE ЭЛЕГИЯ 1830

Poèsie de Pouchkine

ЭЛЕГИЯ


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 ЭЛЕГИЯ Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


ЭЛЕГИЯ 1830

 ELEGIE 1830

 

  1830
ЭЛЕГИЯ Пушкин 

Безумных лет угасшее веселье
Les joies passées de ma jeunesse débridée
Мне тяжело, как смутное похмелье.
Me sont aujourd’hui pénibles, telle une gueule de bois.
Но, как вино — печаль минувших дней
Mais, comme le vin – la tristesse des jours passés
 В моей душе чем старе, тем сильней.
Dans mon âme croît intensément.
Мой путь уныл. Сулит мне труд и горе
Mon chemin est triste. Des lendemains de travail et de douleur
  Грядущего волнуемое море.
M’attendent sur cette inquiétante mer.

*

Но не хочу, о други, умирать;
Mais je ne veux pas mourir, ô amis ;
Я жить хочу, чтоб мыслить и страдать;
Je veux vivre, penser et souffrir ;
И ведаю, мне будут наслажденья
Et des moments de plaisir je trouverai
Меж горестей, забот и треволненья:
Entre les peines, les soucis et les ennuis :
Порой опять гармонией упьюсь,
Parfois joyeux je serai encore,
Над вымыслом слезами обольюсь,
Et des larmes m’agiteront après une œuvre,
И может быть — на мой закат печальный
Et peut être – dans mon triste coucher de soleil
Блеснет любовь улыбкою прощальной.
L’amour illuminera mon dernier sourire.

**********

ЭЛЕГИЯ POUCHKINE ELEGIE
 1830

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poésie de Pouchkine
ЭЛЕГИЯ Пушкин