Agarra-Me Esta Noite – Pedro Abrunhosa -Retiens-moi cette nuit

PEDRO ABRUNHOSA

 Agarra-me esta noite
Retiens-moi cette nuit
(Letra – Paroles)

Onde estiveres, eu estou
Où que tu sois, je serai
Onde tu fores, eu vou
Où que tu ailles, j’irai
Se tu quiseres assim
 Si tu le désires
Meu corpo é o teu mundo
 Que mon corps soit ton univers
E um beijo um segundo
 En un baiser, en une seconde
És parte de mim
 Que tu fasses partie de moi

Para onde olhares, eu corro
Où que tu regardes, j’y cours.

Se me faltares, eu morro
 Si tu me manques, je meurs
Quando vieres, distante
 Quand au loin tu arriveras
Soltam-se amarras
 Les amarres seront lâchées
E tocam guitarras
 Et nous entendrons les guitares

  Por ti, como dantes
Pour toi, comme avant
Agarra-me esta noite
Retiens-moi cette nuit
Sente o tempo que eu perdi
Vois le temps qui passe
Agarra-me esta noite
Retiens-moi cette nuit
Que amanhã não estou aqui
Demain, je ne serai plus là

Agarra-me esta noite
Retiens-moi cette nuit 

Sente o tempo que eu perdi
Vois le temps qui passe
Agarra-me esta noite
Retiens-moi cette nuit
Que amanhã não estou aqui
Demain, je ne serai plus là
TRADUCTION ARTGITATO

BEIJO Abrunhosa Baiser (Paroles-Letra)

PEDRO ABRUNHOSA

 Beijo – Baiser
(Letra – Paroles)

Pedro Abrunhosa
Voz, piano e contrabaixo
Voix, piano et contrebasse
Paulo Pinto
Guitarras – Guitare
Ian Humphries
Violino – Violon
Charles Mutter
Violino – Violon
Nic Pendelbury 
Viola – Alto
Philip Sheppard 
Violoncelo – Violoncelle

Não posso deixar que te leve
Je ne peux pas laisser s’installer en toi
O castigo da ausência,
La présence de cette absence.
Vou ficar a esperar
Je serai là à attendre
E vais ver-me lutar
Et tu me verras lutter
Para que esse mar não nos vença.
Pour que cette mer ne nous emporte pas
Não posso pensar que esta noite
Il m’est impossible de penser que cette nuit
Adormeço sozinho,
Je dormirais seul,
Vou ficar a escrever,
Je vais écrire
E talvez vá vencer
Et peut-être gagnerai-je
O teu longo caminho.
Ta longue route.

Quero que saibas
Je veux que tu saches
Que sem ti não há lua,
Que sans toi la lune a disparu,
Nem as árvores crescem,
Que les arbres ne croissent plus
Ou as mãos amanhecem
Ou que les mains apparaissent
Entre as sombras da rua.
Entre les ombres de la rue.

Leva os meus braços,
Prends mes bras
Esconde-te em mim,
Cache-toi en moi
Que a dor do silêncio X 2
Pour que cette douleur du silence
Contigo eu venço
Puisse être vaincue
Num beijo assim.
Par un seul baiser.

Não posso deixar de sentir-te
Je ne peux pas t’empêcher de sentir
Na memória das mãos,
Par la mémoire des mains
Vou ficar a despir-te,
Que je vais te déshabiller
E talvez ouça rir-te
Et, peut-être, entendrais-je ton rire
Nas paredes, no chão.
Sur les murs, sur le sol.
Não posso mentir que as lágrimas
Je dois avouer que les larmes
São saudades do beijo,
Sont les réminiscences du baiser,
Vou ficar mais despido
Je serai plus dépouillé
Que um corpo vencido,
Qu’un corps vaincu,
Perdido em desejo.
Perdu dans le désir.

Quero que saibas
Je veux que tu saches
Que sem ti não há lua,
Que sans toi la lune a disparu,
Nem as árvores crescem,
Que les arbres ne croissent plus
Ou as mãos amanhecem
Ou que les mains apparaissent
Entre as sombras da rua.
Entre les ombres de la rue.

Refrão
Refrain

Eu Nao Sei Quem Te Perdeu P. ABRUNHOSA JE NE SAIS PAS QUI TE PERD

 PEDRO ABRUNHOSA

EU NAO SEI QUEM TE PERDEU
JE NE SAIS PAS QUI TE PERD

Eu Nao Sei Quem Te Perdeu
Je ne sais pas qui tu as perdu

Quando veio,
Quand elle est venue
Mostrou-me as maos vazias,
Elle me montra ses mains vides
As maos como os meus dias,
Des mains comme mes jours,
Tao leves e banais.
Si lumineuses, si banales.

E pediu-me
Et me demanda
Que lhe levasse o medo,
Que je lui enlève sa peur,
Eu disse-lhe um segredo :
Je lui ai dit alors ce secret
« Nao partas nunca mais« 
 » Ne pars plus jamais  »

E dancou,
Et elle dansa,
Rodou no chao molhado,
Roula sur le sol mouillé,
Num beijo apertado
Par un ardent baiser
De barco contra o cais.
Le bateau fut arrimé au quai.
E uma asa voa
Et une aile de mouche se pose
A cada beijo teu,
A chacun de tes baisers,
Esta noite
Cette nuit
Sou dono do céu,
Je possède le ciel,
E eu nao sei quem te perdeu.
Je ne sais pas qui te perd.

Abracou-me
M’étreint
Como se abraca o tempo,
Comme m’étreint le temps,
A vida num momento
La vie à cet instant précis
Em gestos nunca iguais.
Sans jamais les mêmes gestes.

E parou,
Et elle s’ arrêta,
Cantou contra o meu peito,
Et elle chanta contre ma poitrine,
Num beijo imperfeito
D’un baiser imparfait
Roubado nos umbrais.
Dérobé dans l’embrasure.

E partiu,
Et elle partie
Sem me dizer o nome,
Sans me dire le nom
Levando-me o perfume
Me privant du parfum
De tantas noites de mais.
De tant de nuits à venir.

E uma asa voa
Et une aile de mouche se pose
A cada beijo teu,
A chacun de tes baisers,
Esta noite
Cette nuit
Sou dono do céu,
Je possède le ciel,
E eu nao sei quem te perdeu.
Je ne sais pas qui te perd.

Traduction Argitato 2015

LES PLUS BELLES VALSES VIENNOISES

 RANKING ARTGITATO 2015
DANSE
VALSE VIENNOISE
LES PLUS BELLES
VALSES VIENNOISES

Johann Strauss II Fils
Le Beau Danube bleu – An der schönen, blauen Donau
Op. 314

Johann Strauss II Fils
Frühlingsstimmen
op. 410

Johann Strauss II Fils
Schatz-Walzer (La Valse du Trésor) – Der Zigeunerbaron
op. 418

Franz Lehar
Gold und Silber
Opus 79

Johann Strauss II Fils
Wiener Blut
Opus 354

Johann Strauss II Fils
Wein, Weib und Gesang – Walzer
Op. 333

Iosif Ivanovici
Donauwellen Walzer (Waves of the Danube Waltz)

Johann Strauss II Fils
Geschichten aus dem Wiener Wald
Op. 325

Johann Strauss
Kaiser-Walzer

Johann Strauss II Fils
Künstlerleben
Op. 316

TAP DANCE – LES PLUS BELLES CLAQUETTES

RANKING ARTGITATO 2015
DANSE
CLAQUETTES -TAP DANCE
LES PLUS BELLES CLAQUETTES

Gene Kelly
Singing In The Rain – Chantons sous la pluie
Stanley Donen – 1952

Gene Kelly et Donald O’Connor – Moses supposes
Singing In The Rain – Chantons sous la pluie
Stanley Donen – 1952

Anna Kendrick (Pitch Perfect)
« Cups » Tap Dance –

Fred Astaire
A Damsel in distress – Une Demoiselle en détresse
George Stevens – 1937

Gene Kelly & Fred Astaire
The Babbit and the Bromide – Ziegfeld Folies
Vincente Minnelli – 1945

Fred Astaire & Ginger Rogers
Swing Time – Sur les ailes de la danse
George Stevens – 1936

Debbie Reynolds, Gene Kelly and Donald O’Conner
Good Morning -Singing In The Rain
Chantons sous la pluie –  Stanley Donen – 1952

Fred Astaire & Eleanor Powell
Broadway Melody – Broadway qui danse
Norman Taurog – 1940

Fred Astaire
Steppin’ Out With My Baby (From Easter Parade – Parade de Printemps) – Charles Walters – 1948

Fred Astaire et  Ginger Rogers
Un envoyé très spécial – Too Hot to Handle
Jack Conway – 1938

Judy Garland & Gene Kelly
Ballin’ the Jack (in For Me and My Gal)
Busby Berkeley – 1942

Happy Tap Dance sur Happy de Pharrell Williams

Poppin’ Taps, Macklemore & Ryan Lewis Cover
A « Thrift Shop » Tap Dance Parody

Just (Tap) Dance – Vintage 1940’s Jazz Lady Gaga Cover

MAMBO – LES PLUS BEAUX MAMBOS

 

RANKING ARTGITATO 2015
DANSE
MAMBO

LES PLUS BEAUX MAMBOS

Lou BEGA
Mambo N°5

West Side Story
Mambo!

PEREZ PRADO
QUE RICO MAMBO

 DAMASO PEREZ PRADO
MAMBO N°8

TITO PUENTE
Five Beat Mambo

ORIGINAL QUE RICO EL MAMBO

DEAN MARTIN
Mambo Italiano

Dario MORENO
Mambo Italiano

Tropkillaz
Mambo

Ricardo Lemvo
Mambo Yoyo

LES PLUS BEAUX MADISONS

RANKING ARTGITATO 2015
DANSE
MADISON

LES PLUS BEAUX MADISONS

Chris Anderson & Dj Robbie – Last Night




The Ray Bryant Combo– The Madison Time

Al Brown’s TuneToppers – The Madison – Mo’ Madison 1960

JOHNNY HALLYDAY
Madison Twist

Madison Dance

Buster Brown– The Madison Shuffle

JEAN-LUC GODARD
Bande à part (1964) – Scène du Madison
Anna Karina – Sami Frey – Claude Brasseur

MAURO BOLOGNINI
LA CORRUZIONE – LA CORRUPTION – 1963
Scène avec le madison
Rosanna Schiaffino – Jacques Perrin – Alain Cuny
https://www.youtube.com/watch?v=_Geyz4XgwQs

MADISON LAOTIEN
Sao Xiang Khouang – สาว เซียงขวาง – ສາວຊຽງຂວາງ

MADISON THAÏLANDAIS
ดีใจได้พบน้อง เพลงลาว

LES PLUS BELLES RUMBAS

RANKING ARTGITATO 2015
DANSE
RUMBA

RUMBA CUBAINE – RUMBA CONGOLAISE
LES PLUS BELLES RUMBAS

Sean Kingston – Beautiful Girls

Shakira – Moscas En La Casa

Stevie Wonder ,You Are The Sunshine Of My Life

YORUBA ANDABO – La Gozadera

Astrud Gilberto  Fly Me To The Moon,

GRUPO AFROCUBA DE MATANZAS – PALO YAYA

RUMBA CONGOLAISE
Tabu Ley Rochereau – « Mokolo Nakokufa »

MARIACHIS…….la cucaracha

RUMBA CONGOLAISE
STINO MUBI
ROMEO ET JULIETTE

RUMBA CONGOLAISE
Mbilia Bel – Nakei Nairobi

Joe Jackson
Breaking Us In Two

Dirty Dancing – Rumba

Robbie Williams & Nicol Kidman – Something Stupid

Rumberos de Cuba – Donde andabas tu

RUMBA CONGOLAISE
Koffi olomide- Djino

RUMBA COMIQUE
Bourvil – La rumba du pinceau –

LES PLUS BELLES SAMBAS Os Melhores Sambas 最好的桑巴舞 лучшие самбы




DANSE
SAMBA
Samba the best os melhores Samba Les plus belles sambas Artgitato
LES PLUS BELLES SAMBAS
Os Melhores Sambas

 

SAMBA

最好的桑巴舞
лучшие самбы

Gal Costa
Aquarela do Brasil

Jorge Ben Jor
Mas que nada







Martinho Da Vila
Canta Canta Minha Gente


Chico Buarque
Essa moça ta diferente

Sambô
Não deixe o Samba morrer

Roberta Sá
Alô Fevereiro

Vinicius de Moraes
Samba da Bênção 





Bitter Sweet Samba

Chico Buarque
Exaltação à Mangueira

Zeca Pagodinho, Paulinho da Viola, Rildo Hora, Zé Menezes, Rogério Caetano
Foi Um Rio Que Passou Em Minha Vida

Adoniran Barbosa
Samba do Arnesto

Paulinho da Viola
Filosofia

Maria Bethânia
Sambas de Roda

LES FORBANS DE LA NUIT (Dassin) LA FUITE INFERNALE

Jules DASSIN
LES FORBANS DE LA NUIT
Night and the City
1950

LA FUITE INFERNALE

LES FORBANS DE LA NUIT Night and The City Jules Dassin Artgitato

Les Forbans de la nuit est une œuvre sur la fuite. « Qui fuis-tu ? » demande l’héroïne. Harry pense pourtant fuir pour sortir du pétrin dans lequel il s’enfonce un peu plus. « Tu ne peux pas passer ta vie à fuir » languit-elle. Mais depuis longtemps ils ne font plus de projets à deux. Il est déjà trop loin. Aux confins de la vie, à la frontière des turpitudes et de la mort. Il est là, sorte de Chaplin perdu dans les histoires nauséabondes, entre les deux rives, près du précipice.

Et quand Harry ne fuit plus, c’est qu’il est traqué, c’est qu’il se terre, ou qu’il est mort.

LES TEMPS ONT CHANGE
La fuite comme cette course vers la modernité que regarde Jules Dassin. Dans la ville, le spectacle de lutte en est l’illustration. Le fils Kristo (Herbert Lom) adepte d’une lutte revisitée et grand spectacle, la lutte moderne, celle qui l’oppose à son père, le grand Gregorius (Stanilaus Zbyszko), chantre de la beauté et de la grandeur de l’éternelle lutte classique gréco-romaine, celle que l’on pratique à Athènes.  « Comprends, dit le fils, que les temps ont changé. » A cela son père répond qu’ « on n’oublie pas la noble lutte. »

Harry est un homme mort de s’être brûlé les ailes dans sa courses effrénées. « Un homme mort » comme lui annonce son boss, Phil Nosseross (Francis L. Sullivan), dans le cabaret, dans un dernier coup de cymbales. Mort comme dans la descente de l’escalier qui suit et qui ouvre sur la rue et sur la voiture qui le frôle.

JE NE POUVAIS PAS SUIVRE
Sa compagne l’air hagard le suis des yeux et tente de le comprendre. Mais elle avouera : « je ne pouvais pas suivre. » Harry est l’homme des mauvais choix. Il prend toujours la mauvaise solution. Et il glisse peu à peu dans de terribles sables mouvants.

Les pirates qui opèrent sous nos yeux, roulent sur les vagues londoniennes des tripots et des cloaques interlopes de la banlieue. Tout est bon pour quelques billets, pour quelques pounds. Ils courent, fuient et mentent. La bonne affaire est pour maintenant. Night and the City, le titre original, marque bien la séparation entre les deux planètes, la Nuit, où les forbans fourbissent leurs armes et la City, la lumière et la respectabilité.

L’ENFER AUTOUR DANSE
La nuit est l’acteur principal du film de Jules Dassin. « Mais voici dans l’ombre  Qu’une ronde sombre  Se fait, L’enfer autour danse, Tous dans un silence Parfait. » (La Nuit, Alfred de Musset, Poésies posthumes) C’est l’enfer qui remplit les yeux d’Harry qui court sans voir que la seule pépite qui brille encore dans son quartier, Marie, Gene Tierney, est à ses côtés. Impassible Mary. Quasi biblique. Mary est une sainte, qui, à chaque fois renouvelle son attente. Elle a connu Harry autrefois bien différent. Mais Harry ne change plus. Elle qui a entendu ses plans et ses éclairs de génie « mille fois ».

HOW MUCH ?
Mais Mary espère encore et toujours d’un avenir à l’odeur de passé, Mary espère toujours au mariage. Elle pense pouvoir le sauver, mais, trop lourd de toutes ses fautes, ne pourra l’empêcher de rejoindre les abîmes.

Harry Fabian est un de ces petits forbans à l’imagination féconde et destructrice. Tous les plans sont plus troués que les précédents. La rencontre avec une ancienne légende de la lutte gréco-romaine est l’ultime plan qui devrait le mettre enfin dans la lumière, lui, le petit escroc sans envergure et décrédibilisé aux yeux de tous. How much ? La seule question qui vaille la peine pour Harry.

Jules Dassin joue sur le contraste de la ville où les gens vont à leurs occupations et de sa banlieue où les truands règlent leurs derniers comptes, de ses lumières et de ses ombres, de cette course effrénée à la mort pour une histoire de quelques billets. Et ce contraste entraîne le mouvement infini. Les pauses n’existent pas.

UNE NUIT DANS LA VILLE
La musique du générique de langoureuse devient calme. La nuit est là qui s’est faite avec quelques lumières éparses qui se mirent dans la Tamise. La musique se bloque sur une note pour devenir tranquillement inquiétante. Une voix claire, calme annonce : « une nuit dans une ville. Cette nuit, l’autre nuit, n’importe quelle nuit. La ville, Londres. » La musique devient stridente et extrêmement rapide comme une course poursuite. Un homme est seul dans la nuit, dans la ville, sur une place immense…

TU POUVAIS TOUT REUSSIR
…C’est Harry. La course qu’il commence finira par sa mort. Les rues se font plus étroites. Harry prend le temps, toutefois, de ramasser la fleur tombée de sa boutonnière. C’est un professionnel. La manière de remettre son costume avant de rentrer chez Marie le confirme.

Le sac à main qui s’offre sur la table de chevet devient une évidence. Surpris par Marie, Harry ne se dégonfle pas ; « je cherchais une cigarette. » Marie n’est pas dupe. Elle passe l’éponge. Elle seule voit quelque chose en lui. « Tu pouvais tout réussir. » Mais Harry s’est perdu.

UNE OCCASION UNIQUE !
Pour Harry, tout est « une occasion unique ! » Harry pense toujours à la dernière affaire. Après les bons paris, l’association juteuse dans un cynodrome. La dernière et tout redeviendra comma avant. Il s’occupera de Marie. Il sera dans le droit chemin. Enfin. C’est sans oublier ce qu’Aristote disait déjà dans l’Ethique à Nicomaque : « Les hommes s’imaginent qu’il est en leur pouvoir d’agir injustement, et que par suite il est facile d’être juste. Mais cela n’est pas exact …Il y a des êtres qui sont incapables de tirer profit d’aucune portion de ces biens, ce sont ceux qui sont irrémédiablement vicieux et à qui tout est nuisible. » (Trad. J. Tricot, V-13, Ed. J. Vrin) Harry est un de ceux-là. Tout ce qu’il touche se transforme en rien. Mais il y croit. Toujours.

JE VEUX ÊTRE QUELQU’UN
Il veut réellement réussir. Il le répète à l’envi : « je veux être quelqu’un. » Il veut montrer à tous que lui aussi peut être reconnu, apprécié, respecté.

« La ronde contente, En ris éclatante, Le prend ; Tout mort sans rancune Trouve au clair de lune Son rang. » (La Nuit, Alfred de Musset, Poésies posthumes)

Harry est pris dans sa ronde. Son rire éclatant d’hyène s’est éteint dans la nuit. Là, sur les quais de la Tamise. Lui aussi a retrouvé son rang. Celui du forban malheureux pour avoir trop voulu la lune et avoir trop cru en sa chance.

POUR LA PREMIERE FOIS, J’AI UN PLAN SANS FAILLE
Jusqu’à la fin, Harry croira à son étoile. « Harry Fabian n’a pas dit son dernier mot. » Il veut se donner afin que Mary puisse récupérer la rançon de 1000 livres. Il jouera jusqu’à la fin avec son âme et les sentiments de Mary. « Dis-lui où je suis, tu auras 1000 livres. Il faut bien que quelqu’un les touche. Pour la première fois, j’ai un plan sans faille

Mary sait alors qu’Harry est définitivement perdu. A jamais. Harry est mort Déjà !

Le « Reviens » de Mary n’y fera rien. L’aube se lève. Le jour enfin. La ville a perdu Harry qui désormais flotte dans la Tamise.

« Tout mort sans rancune Trouve au clair de lune Son rang. »

Jacky Lavauzelle

Les personnages
Harry Fabian (Richard Widmark) Mary Bristol (Gene Tierney) Helen Mosseross (Googie Withers)  Adam Dunne (Hugh Marlowe)  Phil Nosseross (Francis L. Sullivan) Kristo (Herbert Lom) Gregorius (Stanilaus Zbyszko) L’étrangleur (Mike Mazurki) Molly (Ada Reeve)

Poésie Littérature Cinéma Arts du monde