ILS ÉTAIENT DÉJÀ MORTS – HEINRICH HEINE POÈMES – LE LIVRE DES CHANTS XXXIII- DIE HEIMKEHR – Sie liebten sich beide

HEIRICH HEINE POÈMES
DIE HEIMKEHR HEINE
LE LIVRE DES CHANTS
LITTERATURE ALLEMANDE

Buch der Lieder




Christian Johann Heinrich Heine


 

 

Sie liebten sich beide, doch keiner
Tous les deux s’aimaient, mais aucun
Wollt’ es dem andern gestehn;
A l’autre de n’osait l’avouer ;
Sie sahen sich an so feindlich,
Comme des ennemis, ils se voyaient,
Und wollten vor Liebe vergehn.
Et voulaient mourir d’amour.

*

Sie trennten sich endlich und sah’n sich
Ils se séparèrent enfin, ne se revirent
Nur noch zuweilen im Traum;
Que, parfois, en rêve ;
Sie waren längst gestorben,
Ils étaient déjà morts
Und wußten es selber kaum.
Et ne le savaient qu’à peine.



 

*

****************************************

HEINRICH HEINE POEMES
BUCH DER LIEDER
*************

UNE HISTOIRE DE SOUFFRANCE

Les Mains & La Beauté musicale de Heine

Mais ce qui m’intéressait plus encore que les discours de Heine, c’était sa personne, car ses pensées m’étaient connues depuis longtemps, tandis que je voyais sa personne pour la première fois et que j’étais à peu près sûr que cette fois serait l’unique. Aussi, tandis qu’il parlait, le regardai-je encore plus que je ne l’écoutai. Une phrase des Reisebilder me resta presque constamment en mémoire pendant cette visite : « Les hommes malades sont véritablement toujours plus distingués que ceux en bonne santé. Car il n’y a que le malade qui soit un homme ; ses membres racontent une histoire de souffrance, ils en sont spiritualisés. » C’est à propos de l’air maladif des Italiens qu’il a écrit cette phrase, et elle s’appliquait exactement au spectacle qu’il offrait lui-même. Je ne sais jusqu’à quel point Heine avait été l’Apollon que Gautier nous a dit qu’il fut alors qu’il se proclamait hellénisant et qu’il poursuivait de ses sarcasmes les pâles sectateurs du nazarénisme : ce qu’il y a de certain, c’est qu’il n’en restait plus rien alors. Cela ne veut pas dire que la maladie l’avait enlaidi, car le visage était encore d’une singulière beauté ; seulement cette beauté était exquise plutôt que souveraine, délicate plutôt que noble, musicale en quelque sorte plutôt que plastique. La terrible névrose avait vengé le nazarénisme outragé en effaçant toute trace de l’hellénisant et en faisant reparaître seuls les traits de la race à laquelle il appartenait et où domina toujours le spiritualisme exclusif contre lequel son éloquente impiété s’était si souvent élevée. Et cet aspect physique était en parfait rapport avec le retour au judaïsme, dont les Aveux d’un poète avaient récemment entretenu le public. D’âme comme de corps, Heine n’était plus qu’un Juif, et, étendu sur son lit de souffrance, il me parut véritablement comme un arrière-cousin de ce Jésus si blasphémé naguère, mais dont il ne songeait plus à renier la parenté. Ce qui était plus remarquable encore que les traits chez Heine, c’étaient les mains, des mains transparentes, lumineuses, d’une élégance ultra-féminine, des mains tout grâce et tout esprit, visiblement faites pour être l’instrument du tact le plus subtil et pour apprécier voluptueusement les sinuosités onduleuses des belles réalités terrestres ; aussi m’expliquèrent-elles la préférence qu’il a souvent avouée pour la sculpture sur la peinture. C’étaient des mains d’une rareté si exceptionnelle qu’il n’y a de merveilles comparables que dans les contes de fées et qu’elles auraient mérité d’être citées comme le pied de Cendrillon, ou l’oreille qu’on peut supposer à cette princesse, d’une ouïe si fine qu’elle entendait l’herbe pousser. Enfin, un dernier caractère plus extraordinaire encore s’il est possible, c’était l’air de jeunesse dont ce moribond était comme enveloppé, malgré ses cinquante-six ans et les ravages de huit années de la plus cruelle maladie. C’est la première fois que j’ai ressenti fortement l’impression qu’une jeunesse impérissable est le privilège des natures dont la poésie est exclusivement l’essence. Depuis, le cours de la vie nous a permis de la vérifier plusieurs fois et nous ne l’avons jamais trouvée menteuse.

Émile Montégut
Esquisses littéraires – Henri Heine
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 63
1884

****************************************

HEINRICH HEINE POÈMES
BUCH DER LIEDER

DIE HEIMKEHR HEINE

Buch der Lieder Heine Lavauzelle

La bataille de Tarifa (1340)- LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS CANTO III-109 LES LUSIADES – Juntos os dous Afonsos finalmente

*Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-109 LES LUSIADES III-109
LITTERATURE PORTUGAISE

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes




Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-109




OS LUSIADAS III-109
A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 109
Strophe 109

III-109

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******




Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-109
LES LUSIADES III-109

******

« Juntos os dous Afonsos finalmente
« Ensemble, les deux Alphonse finalement
Nos campos de Tarifa estão defronte
Se retrouvent dans la pleine de Tarifa devant
 Da grande multidão da cega gente,
Une grande multitude d’Infidèles,
Para quem são pequenos campo e monte.
Que n’arrivent pas à contenir champs et montagne.
Não há peito tão alto e tão potente,
Il n’y avait pas un grand cœur, même le plus valeureux,
Que de desconfiança não se afronte,
Qui ne ressente sa confiance l’abandonner,
Enquanto não conheça e claro veja
Tant qu’il ne fût pas sûr et certain
Que co’o braço dos seus Cristo peleja.
Qu’il combattait dans les bras du Christ. 

****
ALPHONSE XI DE CASTILLE
(13 août 1311 Salamanque – 26 mars 1350 Gibraltar)
Le Justicier – El Justiciero

Alphonse XI de Castille
Alfonso XI
Peinture de Francisco Cerdá de Villarestan
Musée du Prado  – Madrid

****

Marie-Constance de Portugal
Femme d’Alphonse XI de Castille (1328)
Fille d’Alphonse IV du Portugal et de Béatrice de Castille
(1313 – 1357)
Alphonse XI préférait sa maîtresse Leonor de Guzmán à Marie-Constance (celle-ci assassina Leonor à la mort d’Alphonse XI)

*******

Alphonse IV Le Brave
( Lisbonne – )
Roi de Portugal et de l’Algarve par la grâce de dieu

Alphonse IV
Alfonso IV
Peinture du XVIIIe siècle

********************

*
Précisions historiques
et
Retour sur les versets précédents


Sonnet 1 à Sonnet 94 : la naissance du Portugal – Règnes d’Alphonse I, Sanche I, Alponse II et Sanche II. Le sonnet 94 évoque la passation de pouvoir de Sanche II à Alphonse III en 1247, un an avant la mort de Sanche II.
Sonnet 94 : nous partons pour les 32 années de règne d’Alphonse III qui nous conduirons jusqu’en 1279, date du nouveau règne de Denis Ier.
Sonnet 95 : Camoes évoque les prises guerrières d’Alphonse III en Algarve sur les Maures.
Sonnet 96 : le règne de Denis Ier-  Second fils d’Alphonse III. Son règne s’étalera de 1279 à sa mort, le 7 janvier 1325. Il nomme déjà son successeur Alphonse IV Le Brave qui règnera 32 ans de 1325 à 1357. Denis Ier va pacifier son pays – Poète et troubadour, il laissera de nombreux cantigas : cantigas de amor, cantigas de amigo, cantigas de escarnio y maldecir.
Sonnet 97 : création de l’Université de Coimbra sur les bords du Mondego -A Leiria, Denis Ier signera le Scientiae thesaurus mirabilis. L’université de Coimbra est créée en 1290.
Sonnet 98 : Denis Ier reconstruit et renforce son pays. Atropos, une des trois Moires, coupe son fil de vie en 1325. (les 3 Moires : Clotho, celle qui tisse le fil de la vie, Lachésis, celle qui déroule et qui répare le fil et la dernière Atropos, celle qui coupe). Voici venu le règne d’Alphonse IV.

Les Moires
Francisco de Goya
1820-1823
Musée du Prado – Madrid

Sonnet 99 : la traditionnelle opposition entre les Castillans et les Lusitaniens. Mais celle-ci n’empêche pas la solidarité et l’entraide, notamment lors de l’invasion Mauritanienne en terre Castillane.
Sonnet 100 : Les troupes d’invasion sont énormes. Camoes évoque la reine légendaire de Babylone, Sémiramis, celle qui créa Babylone et ses fameux jardins suspendus. L’Hydapse décrit est l’actuel Jhelum (Inde & Pakistan). Les Sarrasins se rassemblent dans le Tartèse (Andalousie).
Sonnet 101 : Alphonse XI de Castille est dépassé par l’armée imposante de l’ennemi sarrasin. Il envoie Marie-Constance, sa femme, pour avoir le soutien d’Alphonse IV du Portugal, qui n’est autre que sa propre fille (que celui-ci a eu avec Béatrice de Castille). Ce n’était pas tout à fait « a caríssima consorte » d’Alphonse XI puisqu’il lui préférait sa maîtresse, Leonor de Guzmán.
Sonnet 102 : Arrivée de la belle Marie-Constance en sanglots devant son père Alphonse IV.
Sonnet 103 : Un rassemblement gigantesque d’armées venues d’Afrique sont derrière le grand Roi du Maroc.
Sonnets 104 & 105 : La supplique de Marie-Constance à son père Alphonse IV. S’il ne vient pas à l’aide d’Alphonse XI de Castille, Marie aura tout perdu.
Sonnet 106 : Camoes compare la demande de Marie à celle de Vénus pour Énée devant Jupiter.
Sonnet 107 : Alphonse IV accepte et regroupe ses forces dans les plaines d’Évora.
Sonnet 108 : Alphonse IV à la tête des troupes lusitaniennes pénètre en Castille avec sa fille Marie-Constance.
Sonnet 109 : 1340 La bataille de Tarifa (Province de Cadix) ou bataille du Salado (30 octobre 1340) se prépare entre les deux Alphonse (IV du Portugal et XI de Castille) face aux armées menées par Abu al-Hasan ben Uthman et Yusuf Ier de Grenade.

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

****

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-109 CAMOES LUSIADES III-109
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************


White_Fawn_Drawing Faon Diane

 OS LUSIADAS
LA BATAILLE DE TARIFA
LUIS DE CAMOES LES LUSIADES

Sur les tours de Barnard – WALTER SCOTT – ROKEBY CANTO I – 1 The Moon is in her summer glow

LITTÉRATURE ANGLAISE
ROCKEBY

WALTER SCOTT POÈME

*******

 

Sir Walter Scott
Édimbourg – Abbotsford

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


LES POÈMES
DE SIR WALTER SCOTT

Walter Scott’s poems

ROKEBY
1813

*
CANTO I
*

I

 

The Moon is in her summer glow,
La lune est là dans sa lumière d’été,
But hoarse and high the breezes blow,
Mais rauques et forts soufflent les brises,
And, racking o’er her face, the cloud
Et, changeant de formes, le nuage
Varies the tincture of her shroud;
Varie la teinte de son voile ;
On Barnard’s towers, and Tees’s stream,
Sur les tours de Barnard et les flots de la Tees,
She changes as a guilty dream,
La lumière change comme un rêve coupable,
When Conscience, with remorse and fear,
Quand la conscience, avec remords et avec peur,
Goads sleeping Fancy’s wild career.
Envahit d’aiguillons le sommeil.
Her light seems now the blush of shame,
La lune rougit comme remplie de honte,
Seems now fierce anger’s darker flame,
Pour devenir plus sombre que la colère,
Shifting that shade, to come and go,
Déplaçant cette ombre, qui va et vient,
Like apprehension’s hurried glow;
Dans les teintes mouvantes de la peur ;
Then sorrow’s livery dims the air,
Alors les airs semblent disparaître derrière un voile de chagrin,
And dies in darkness, like despair.
Et meurent dans l’obscurité, comme le désespoir.
Such varied hues the warder sees
La sentinelle voit tant de nuances variées
Reflected from the woodland Tees.
Refléter des forêts qui bordent la Tees.
Then from old Baliol’s tower looks forth,
Puis, de l’antique tour de Baliol,
Sees the clouds mustering in the north,
Il regarde les nuages se rassembler vers le nord,
Hears, upon turret, roof and wall,
Écoute sur les tourelles, les toits et les parois,
By fits the plashing rain-drop fall,
La chute des gouttes de pluie,
Lists to the breeze’s boding sound,
Frémissant aux sons inquiétants de la brise,
And wraps his shaggy mantle round.
Et s’enveloppe dans son manteau hirsute.

****************

**************************

WALTER SCOTT
vu par
VICTOR HUGO

Walter Scott a su puiser aux sources de la nature et de la vérité un genre inconnu, qui est nouveau parce qu’il se fait aussi ancien qu’il le veut. Walter Scott allie à la minutieuse exactitude des chroniques la majestueuse grandeur de l’histoire et l’intérêt pressant du roman ; génie puissant et curieux qui devine le passé ; pinceau vrai qui trace un portrait fidèle d’après une ombre confuse, et nous force à reconnaître même ce que nous n’avons pas vu ; esprit flexible et solide qui s’empreint du cachet particulier de chaque siècle et de chaque pays, comme une cire molle, et conserve cette empreinte pour la postérité comme un bronze indélébile.
Peu d’écrivains ont aussi bien rempli que Walter Scott les devoirs du romancier relativement à son art et à son siècle ; car ce serait une erreur presque coupable dans l’homme de lettres que de se croire au-dessus de l’intérêt général et des besoins nationaux, d’exempter son esprit de toute action sur les contemporains, et d’isoler sa vie égoïste de la grande vie du corps social. Et qui donc se dévouera, si ce n’est le poète ? Quelle voix s’élèvera dans l’orage, si ce n’est celle de la lyre qui peut le calmer ? Et qui bravera les haines de l’anarchie et les dédains du despotisme, sinon celui auquel la sagesse antique attribuait le pouvoir de réconcilier les peuples et les rois, et auquel la sagesse moderne a donné celui de les diviser ?
Ce n’est donc point à de doucereuses galanteries, à de mesquines intrigues, à de sales aventures, que Walter Scott voue son talent. Averti par l’instinct de sa gloire, il a senti qu’il fallait quelque chose de plus à une génération qui vient d’écrire de son sang et de ses larmes la page la plus extraordinaire de toutes les histoires humaines. Les temps qui ont immédiatement précédé et immédiatement suivi notre convulsive révolution étaient de ces époques d’affaissement que le fiévreux éprouve avant et après ses accès. Alors les livres les plus platement atroces, les plus stupidement impies, les plus monstrueusement obscènes, étaient avidement dévorés par une société malade ; dont les goûts dépravés et les facultés engourdies eussent rejeté tout aliment savoureux ou salutaire. C’est ce qui explique ces triomphes scandaleux, décernés alors par les plébéiens des salons et les patriciens des échoppes à des écrivains ineptes ou graveleux, que nous dédaignerons de nommer, lesquels en sont réduits aujourd’hui à mendier l’applaudissement des laquais et le rire des prostituées. Maintenant la popularité n’est plus distribuée par la populace, elle vient de la seule source qui puisse lui imprimer un caractère d’immortalité ainsi que d’universalité, du suffrage de ce petit nombre d’esprits délicats, d’âmes exaltées et de têtes sérieuses qui représentent moralement les peuples civilisés. C’est celle-là que Scott a obtenue en empruntant aux annales des nations des compositions faites pour toutes les nations, en puisant dans les fastes des siècles des livres écrits pour tous les siècles. Nul romancier n’a caché plus d’enseignement sous plus de charme, plus de vérité sous la fiction. Il y a une alliance visible entre la forme qui lui est propre et toutes les formes littéraires du passé et de l’avenir, et l’on pourrait considérer les romans épiques de Scott comme une transition de la littérature actuelle aux romans grandioses, aux grandes épopées en vers ou en prose que notre ère poétique nous promet et nous donnera.

Victor Hugo
Œuvres complètes de Victor Hugo
A PROPOS DE QUENTIN DURWARD
Juin 1823
Littérature et philosophie mêlées
Texte établi par Cécile Daubray
Imprimerie Nationale, Ollendorff
Editions Albin Michel
1934 – Hors séries – Philosophie I

*********

******************

SIR WALTER SCOTT POÈME

ALZHEIMER – Roman Musical- Jacky Lavauzelle – Avertissement

*
ALZHEIMERAlzheimer Roman Musical Jacky Lavauzelle



Roman Musical de
Jacky Lavauzelle

******

Alzheimer Roman Musical Jacky Lavauzelle 

*****

ALZHEIMER
****
Roman Musical


-Avertissement-

Je me balade dans les capacités résiduelles de la mémoire.

Par des détours et des détours, j’entrevoie une lisière, un fossé, un torrent. Une marguerite commune. Très commune. Trop ? Je vois le blanc et je vois le jaune. Comme l’œuf originel. Je vois la tige. Je suis la tige jusqu’au sol. Jusqu’à cette terre que je sens encore. Ça sent le résidu et la poudre, ça sent le résidu. Ça sent le rien. Et il ne sert à rien de l’effleurer. La poussière à la poussière reviendra. Mais je la prends à pleine main et je la serre, comme pour l’étouffer, comme pour l’étreindre. Et je serre si fort que la poudre s’en échappe de chaque côté et revient à la terre. Indéfiniment. La force s’est relâchée. J’ai humé les grains qui me restaient et des infinités de mondes se sont alors perdues définitivement dans les labyrinthes de mes narines.

Je me balade comme un corsaire sans épée et sans bottes. Sans équipage non plus. J’ai perdu mon bateau depuis si longtemps. Il me reste des cordages, des ampoules, des cals et des cors. Il me reste cette peau que je traîne encore et encore.

La falaise qui tombe pourrait emporter mon corps ; mes jambes déjà se ploient. Elle pourrait m’emporter. Mais, là-bas, de l’autre côté, j’entends un son. Une note de piano. Aigüe et lointaine. Presque une musique d’enfant. Ne dit-on pas que l’on revient en enfance.

[Paula Vesala – Sinuun minä jään]

Et mon corps se reprend. Il pourra aller pousser plus loin. Quelque chose reste. J’entends les plissements des vagues qui se priveront de mes os ce soir. J’entends le ressac et le cri des mouettes sur ma tête. Je resterai. La corde au cou je délierai. La plaçant autour de la taille. Le vieux chêne me tiendra. J’entendrai les voix des anges.

Les anges de Finlande, peut-être ? De Norvège où d’ailleurs. Paula se pose. Je vois ma dernière passion, ma dernière flamme. Mon dernier baiser. Dans la cabane, au fond. J’attends Paula qui ne vient pas. Mais je l’entends, mais je l’entends…

Les êtres se sont effacés et les mots et les noms. Mais j’entends. Et je ressens. Ce soir, la brise ne me rafraîchit plus. Je n’ai plus de temps.

Alzheimer, n’est ni un roman basé sur la science ni sur la médecine. N’est ni fidèle à une chronologie quelconque. Une chanson peut être sortie dix ans après. Peu importe. C’est un roman qui se recueille dans le débarras. Un roman qui chante sous les étoiles qui ont bien voulu rester. Un roman qui serait une sorte de Lee Marvin chantant I was born under a Wandering Star, les deux pieds dans la boue dans un village hostile. Il se trouve dans la cave sous une porte cachée sous le tapis où la table de la salle à manger repose. Les intermèdes musicaux ne sont pas des intermèdes. Ils sont là. A prendre ou non. Ils accompagnent le texte comme ils accompagnent notre vie. Ils sont en phase et parfois correspond et la mélodie et l’attente de notre cœur.  Des fois non. Parfois, ils s’y opposent et nous heurtent aussi. Parfois, ils nous dérangent. Mais n’est-ce pas ça aussi un peu, notre parcours.

Cette musique de l’autre côté de la falaise, moi, je la prends. Je la prends comme une bouée, comme un fil lancé par quelqu’un ou quelque chose. C’est un raccord. Peut-être pas. Un fil dans l’inconnu, dans un ailleurs, dans un autre. Mais n’est-ce pas aussi un peu ça, notre vie.

Parce que certaines musiques ont un tel pouvoir…au-delà des montagnes, au-delà des cimes, des nuées…Elles nous reviennent avec une parcelle de dieu et des anges.

[Johanna Kurkela – Rakkauslaulu]

Elles retraversent les mers et les embruns. Mais reviennent avec une incandescence. Une lumière. Un faisceau de merveilles. Des ondes de bonheur à se vendre l’âme. Nous savons qu’un au-delà est possible. Plus puissant que les preuves de l’existence de dieu. Plus fort que Plotin, que saint Augustin, Sainte Johanna et Sainte Paula réunies. J’entre dans la ligne mélodique et je vois les bateaux drakkars aux voiles enflées des odes de Grimnir, d’Alviss et de Skirnir portées par des mers de pétales de roses. Je comprends dans le texte l’intégralité de l’Edda poétique en vieux norrois que je n’ai jamais lue.

Et ça je m’en souviendrai…

*******

ALZHEIMER

Roman Musical

roman musical Alzheimer

LE TRISTE CHANGEMENT – Walter Scott – THE DREARY CHANGE

LITTÉRATURE ANGLAISE
WALTER SCOTT POÈME

*******

 

Sir Walter Scott
Édimbourg – Abbotsford

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


LES POÈMES
DE SIR WALTER SCOTT

Walter Scott’s poems

THE DREARY CHANGE

 

*
LE TRISTE CHANGEMENT
*


The sun upon the Weirdlaw Hill,
Le soleil sur la colline Weirdlaw,
 In Ettrick’s vale, is sinking sweet;
    Dans la vallée d’Ettrick, coule paisiblement ;
The westland wind is hush and still,
Le vent des terres de l’ouest reste silencieux,
  
The lake lies sleeping at my feet.
Le lac se couche à mes pieds.
 Yet not the landscape to mine eye
Pourtant, le paysage à mes yeux
 
Bears those bright hues that once it bore;
N’a plus ces teintes éclatantes qu’il arborait jadis,
  Though evening, with her richest dye,
Même ce soir, avec de si riches couleurs,
 Flames o’er the hills of Ettrick’s shore.
Qui embrase les collines du rivage d’Ettrick.

*

With listless look along the plain
Avec un regard quelconque le long de la plaine,
  I see Tweed’s silver current glide,
Je vois le glissement des flots argentés de la Tweed,
And coldly mark the holy fane
Et froidement, je remarque le saint temple
 
Of Melrose rise in ruin’d pride.
  De Melrose qui s’élève dans sa fierté ruinée.
The quiet lake, the balmy air,
Le lac tranquille, l’air doux,
  
The hill, the stream, the tower, the tree, –
La colline, le ruisseau, la tour, l’arbre, –
   Are they still such as once they were,
Sont-ils toujours comme jadis,
  
Or is it the dreary change in me?
Ou ce changement mystérieux vient-il de moi ?

*

Alas, the warp’d and broken board,
Hélas, le tableau enroulé et brisé,  
  How can it bear the painter’s dye!
  Comment supporterait-il les couleurs du peintre ?
The harp of strain’d and tuneless chord,
La harpe aux cordes déformées et limées,
 
How to the minstrel’s skill reply!
  Comment répondrait-elle à la maîtrise du ménestrel !
To aching eyes each landscape lowers,
Aux yeux douloureux, chaque paysage est affadi ,
To feverish pulse each gale blows chill;
À l’impulsion fiévreuse, chaque souffle se glace ;
  And Araby’s or Eden’s bowers
Et les bosquets d’Arabie ou d’Éden
    
Were barren as this moorland hill.
Deviendraient aussi stériles que cette colline des landes.

****************

**************************

WALTER SCOTT
vu par
VICTOR HUGO

Walter Scott a su puiser aux sources de la nature et de la vérité un genre inconnu, qui est nouveau parce qu’il se fait aussi ancien qu’il le veut. Walter Scott allie à la minutieuse exactitude des chroniques la majestueuse grandeur de l’histoire et l’intérêt pressant du roman ; génie puissant et curieux qui devine le passé ; pinceau vrai qui trace un portrait fidèle d’après une ombre confuse, et nous force à reconnaître même ce que nous n’avons pas vu ; esprit flexible et solide qui s’empreint du cachet particulier de chaque siècle et de chaque pays, comme une cire molle, et conserve cette empreinte pour la postérité comme un bronze indélébile.
Peu d’écrivains ont aussi bien rempli que Walter Scott les devoirs du romancier relativement à son art et à son siècle ; car ce serait une erreur presque coupable dans l’homme de lettres que de se croire au-dessus de l’intérêt général et des besoins nationaux, d’exempter son esprit de toute action sur les contemporains, et d’isoler sa vie égoïste de la grande vie du corps social. Et qui donc se dévouera, si ce n’est le poète ? Quelle voix s’élèvera dans l’orage, si ce n’est celle de la lyre qui peut le calmer ? Et qui bravera les haines de l’anarchie et les dédains du despotisme, sinon celui auquel la sagesse antique attribuait le pouvoir de réconcilier les peuples et les rois, et auquel la sagesse moderne a donné celui de les diviser ?
Ce n’est donc point à de doucereuses galanteries, à de mesquines intrigues, à de sales aventures, que Walter Scott voue son talent. Averti par l’instinct de sa gloire, il a senti qu’il fallait quelque chose de plus à une génération qui vient d’écrire de son sang et de ses larmes la page la plus extraordinaire de toutes les histoires humaines. Les temps qui ont immédiatement précédé et immédiatement suivi notre convulsive révolution étaient de ces époques d’affaissement que le fiévreux éprouve avant et après ses accès. Alors les livres les plus platement atroces, les plus stupidement impies, les plus monstrueusement obscènes, étaient avidement dévorés par une société malade ; dont les goûts dépravés et les facultés engourdies eussent rejeté tout aliment savoureux ou salutaire. C’est ce qui explique ces triomphes scandaleux, décernés alors par les plébéiens des salons et les patriciens des échoppes à des écrivains ineptes ou graveleux, que nous dédaignerons de nommer, lesquels en sont réduits aujourd’hui à mendier l’applaudissement des laquais et le rire des prostituées. Maintenant la popularité n’est plus distribuée par la populace, elle vient de la seule source qui puisse lui imprimer un caractère d’immortalité ainsi que d’universalité, du suffrage de ce petit nombre d’esprits délicats, d’âmes exaltées et de têtes sérieuses qui représentent moralement les peuples civilisés. C’est celle-là que Scott a obtenue en empruntant aux annales des nations des compositions faites pour toutes les nations, en puisant dans les fastes des siècles des livres écrits pour tous les siècles. Nul romancier n’a caché plus d’enseignement sous plus de charme, plus de vérité sous la fiction. Il y a une alliance visible entre la forme qui lui est propre et toutes les formes littéraires du passé et de l’avenir, et l’on pourrait considérer les romans épiques de Scott comme une transition de la littérature actuelle aux romans grandioses, aux grandes épopées en vers ou en prose que notre ère poétique nous promet et nous donnera.

Victor Hugo
Œuvres complètes de Victor Hugo
A PROPOS DE QUENTIN DURWARD
Juin 1823
Littérature et philosophie mêlées
Texte établi par Cécile Daubray
Imprimerie Nationale, Ollendorff
Editions Albin Michel
1934 – Hors séries – Philosophie I

*********

******************

SIR WALTER SCOTT POÈME

La Poésie de WALTER SCOTT

LITTÉRATURE ANGLAISE

*******

 

Sir Walter Scott
Édimbourg – Abbotsford.

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


LES POÈMES
DE SIR WALTER SCOTT

Walter Scott’s poems

*

THE BRIDE OF LAMMERMOOR
LA FIANCÉE DE LAMMERMOOR
Lucy Ashton’s Song
La Chanson de Lucy Ashton

Look not thou on beauty’s charming,
Ne regarde pas la charmante beauté,
Sit thou still when kings are arming,
Reste apaisé quand les rois préparent leurs armées,

*

THE DREARY CHANGE
LE TRISTE CHANGEMENT

The sun upon the Weirdlaw Hill,
Le soleil sur la colline Weirdlaw,
 In Ettrick’s vale, is sinking sweet;
    Dans la vallée d’Ettrick, coule paisiblement ;

*

THE HEART OF MIDLOTHIAN
LE CŒUR DU MIDLOTHIAN

Chap. XVI
Proud Maisie is in the wood

Proud Maisie is in the wood,
La fière Maisie est dans les bois,
Walking so early;
Dès potron-minet marchant ;

*

ROKEBY
CANTO I

1
The Moon is in her summer glow,
La lune est là dans sa lumière d’été,
But hoarse and high the breezes blow,
Mais rauques et forts soufflent les brises,

2
Those towers, which in the shif’tin gleam
Ces tours, sur les mouvants flots scintillants,
Throw murky shadows on the stream,
Jettent d’obscures ombres,


****************

**************************

WALTER SCOTT
vu par
VICTOR HUGO

Walter Scott a su puiser aux sources de la nature et de la vérité un genre inconnu, qui est nouveau parce qu’il se fait aussi ancien qu’il le veut. Walter Scott allie à la minutieuse exactitude des chroniques la majestueuse grandeur de l’histoire et l’intérêt pressant du roman ; génie puissant et curieux qui devine le passé ; pinceau vrai qui trace un portrait fidèle d’après une ombre confuse, et nous force à reconnaître même ce que nous n’avons pas vu ; esprit flexible et solide qui s’empreint du cachet particulier de chaque siècle et de chaque pays, comme une cire molle, et conserve cette empreinte pour la postérité comme un bronze indélébile.
Peu d’écrivains ont aussi bien rempli que Walter Scott les devoirs du romancier relativement à son art et à son siècle ; car ce serait une erreur presque coupable dans l’homme de lettres que de se croire au-dessus de l’intérêt général et des besoins nationaux, d’exempter son esprit de toute action sur les contemporains, et d’isoler sa vie égoïste de la grande vie du corps social. Et qui donc se dévouera, si ce n’est le poète ? Quelle voix s’élèvera dans l’orage, si ce n’est celle de la lyre qui peut le calmer ? Et qui bravera les haines de l’anarchie et les dédains du despotisme, sinon celui auquel la sagesse antique attribuait le pouvoir de réconcilier les peuples et les rois, et auquel la sagesse moderne a donné celui de les diviser ?
Ce n’est donc point à de doucereuses galanteries, à de mesquines intrigues, à de sales aventures, que Walter Scott voue son talent. Averti par l’instinct de sa gloire, il a senti qu’il fallait quelque chose de plus à une génération qui vient d’écrire de son sang et de ses larmes la page la plus extraordinaire de toutes les histoires humaines. Les temps qui ont immédiatement précédé et immédiatement suivi notre convulsive révolution étaient de ces époques d’affaissement que le fiévreux éprouve avant et après ses accès. Alors les livres les plus platement atroces, les plus stupidement impies, les plus monstrueusement obscènes, étaient avidement dévorés par une société malade ; dont les goûts dépravés et les facultés engourdies eussent rejeté tout aliment savoureux ou salutaire. C’est ce qui explique ces triomphes scandaleux, décernés alors par les plébéiens des salons et les patriciens des échoppes à des écrivains ineptes ou graveleux, que nous dédaignerons de nommer, lesquels en sont réduits aujourd’hui à mendier l’applaudissement des laquais et le rire des prostituées. Maintenant la popularité n’est plus distribuée par la populace, elle vient de la seule source qui puisse lui imprimer un caractère d’immortalité ainsi que d’universalité, du suffrage de ce petit nombre d’esprits délicats, d’âmes exaltées et de têtes sérieuses qui représentent moralement les peuples civilisés. C’est celle-là que Scott a obtenue en empruntant aux annales des nations des compositions faites pour toutes les nations, en puisant dans les fastes des siècles des livres écrits pour tous les siècles. Nul romancier n’a caché plus d’enseignement sous plus de charme, plus de vérité sous la fiction. Il y a une alliance visible entre la forme qui lui est propre et toutes les formes littéraires du passé et de l’avenir, et l’on pourrait considérer les romans épiques de Scott comme une transition de la littérature actuelle aux romans grandioses, aux grandes épopées en vers ou en prose que notre ère poétique nous promet et nous donnera.

Victor Hugo
Œuvres complètes de Victor Hugo
A PROPOS DE QUENTIN DURWARD
Juin 1823
Littérature et philosophie mêlées
Texte établi par Cécile Daubray
Imprimerie Nationale, Ollendorff
Editions Albin Michel
1934 – Hors séries – Philosophie I

*********

 

LA CHANSON DE LUCY ASHTON – Poème WALTER SCOTT (La Fiancée de Lammermoor) Lucy Ashton’s Song

LITTÉRATURE ANGLAISE
WALTER SCOTT POÈME


*******

 

Sir Walter Scott
Édimbourg – Abbotsford

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


LES POÈMES
DE SIR WALTER SCOTT

Walter Scott’s poems

THE BRIDE OF LAMMERMOOR
*
LA FIANCEE DE LAMMERMOOR


*
Lucy Ashton’s Song
La Chanson de Lucy Ashton


****************

Look not thou on beauty’s charming,
Ne regarde pas la charmante beauté,
Sit thou still when kings are arming,
Reste apaisé quand les rois préparent leurs armées,
Taste not when the wine-cup glistens,
Ne bois pas ta coupe quand le vin scintille,
Speak not when the people listens,
Ne parle pas quand les gens écoutent,
Stop thine ear against the singer,
Pose ton oreille contre le chanteur,
From the red gold keep thy finger;
Loin de l’or vermeil, tu garderas ton doigt ;
Vacant heart and hand and eye,
Le cœur, les mains et les yeux vacants,
Easy live and quiet die.
Vis simplement et meurs tranquillement.

**************************

WALTER SCOTT
vu par
VICTOR HUGO

Walter Scott a su puiser aux sources de la nature et de la vérité un genre inconnu, qui est nouveau parce qu’il se fait aussi ancien qu’il le veut. Walter Scott allie à la minutieuse exactitude des chroniques la majestueuse grandeur de l’histoire et l’intérêt pressant du roman ; génie puissant et curieux qui devine le passé ; pinceau vrai qui trace un portrait fidèle d’après une ombre confuse, et nous force à reconnaître même ce que nous n’avons pas vu ; esprit flexible et solide qui s’empreint du cachet particulier de chaque siècle et de chaque pays, comme une cire molle, et conserve cette empreinte pour la postérité comme un bronze indélébile.
Peu d’écrivains ont aussi bien rempli que Walter Scott les devoirs du romancier relativement à son art et à son siècle ; car ce serait une erreur presque coupable dans l’homme de lettres que de se croire au-dessus de l’intérêt général et des besoins nationaux, d’exempter son esprit de toute action sur les contemporains, et d’isoler sa vie égoïste de la grande vie du corps social. Et qui donc se dévouera, si ce n’est le poète ? Quelle voix s’élèvera dans l’orage, si ce n’est celle de la lyre qui peut le calmer ? Et qui bravera les haines de l’anarchie et les dédains du despotisme, sinon celui auquel la sagesse antique attribuait le pouvoir de réconcilier les peuples et les rois, et auquel la sagesse moderne a donné celui de les diviser ?
Ce n’est donc point à de doucereuses galanteries, à de mesquines intrigues, à de sales aventures, que Walter Scott voue son talent. Averti par l’instinct de sa gloire, il a senti qu’il fallait quelque chose de plus à une génération qui vient d’écrire de son sang et de ses larmes la page la plus extraordinaire de toutes les histoires humaines. Les temps qui ont immédiatement précédé et immédiatement suivi notre convulsive révolution étaient de ces époques d’affaissement que le fiévreux éprouve avant et après ses accès. Alors les livres les plus platement atroces, les plus stupidement impies, les plus monstrueusement obscènes, étaient avidement dévorés par une société malade ; dont les goûts dépravés et les facultés engourdies eussent rejeté tout aliment savoureux ou salutaire. C’est ce qui explique ces triomphes scandaleux, décernés alors par les plébéiens des salons et les patriciens des échoppes à des écrivains ineptes ou graveleux, que nous dédaignerons de nommer, lesquels en sont réduits aujourd’hui à mendier l’applaudissement des laquais et le rire des prostituées. Maintenant la popularité n’est plus distribuée par la populace, elle vient de la seule source qui puisse lui imprimer un caractère d’immortalité ainsi que d’universalité, du suffrage de ce petit nombre d’esprits délicats, d’âmes exaltées et de têtes sérieuses qui représentent moralement les peuples civilisés. C’est celle-là que Scott a obtenue en empruntant aux annales des nations des compositions faites pour toutes les nations, en puisant dans les fastes des siècles des livres écrits pour tous les siècles. Nul romancier n’a caché plus d’enseignement sous plus de charme, plus de vérité sous la fiction. Il y a une alliance visible entre la forme qui lui est propre et toutes les formes littéraires du passé et de l’avenir, et l’on pourrait considérer les romans épiques de Scott comme une transition de la littérature actuelle aux romans grandioses, aux grandes épopées en vers ou en prose que notre ère poétique nous promet et nous donnera.

Victor Hugo
Œuvres complètes de Victor Hugo
A PROPOS DE QUENTIN DURWARD
Juin 1823
Littérature et philosophie mêlées
Texte établi par Cécile Daubray
Imprimerie Nationale, Ollendorff
Editions Albin Michel
1934 – Hors séries – Philosophie I

*********

SIR WALTER SCOTT POÈME

LE CŒUR DU MIDLOTHIAN Poème de Sir Walter Scott – Chap. XVI – THE HEART OF MIDLOTHIAN

LITTÉRATURE ANGLAISE
WALTER SCOTT POÈME


*******

 

Sir Walter Scott
Édimbourg – Abbotsford.

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POÈMES
DE SIR WALTER SCOTT

Walter Scott’s poems

THE HEART OF MIDOLTHIAN
*
LE CŒUR DE MIDLOTHIAN

[Midlothian -Meadhan Lodainn – est un des 32 council areas d’Écosse – Le Midlothian jouxte la ville d’Édimbourg ]

Chapter XVI Chapitre
Proud Maisie is in the wood


****************

Proud Maisie is in the wood,
La fière Maisie est dans les bois,
Walking so early;
Dès potron-minet marchant ;
Sweet Robin sits on the bush,    
Le doux Rouge-gorge sur un buisson attend,
Singing so rarely.
Chantant à pleine voix.

*

‘Tell me, thou bonny bird,    
«Dis-moi, mon bel oiseau,
 When shall I marry me?’-
Quand dois-je me marier tout de bon ? »-
 
‘When six braw gentlemen
«Quand six beaux damoiseaux
Kirkward shall carry ye.’
Vers l’église te porteront. »

*

Who makes the bridal bed,
«Qui fait le lit de mariée,
Birdie, say truly?’-
Mon bel Oiseau, parle franchement ? « –
‘The grey-headed sexton    
«Le sacristain à la tête cendrée
That delves the grave duly.
Qui creuse la tombe proprement.

*

‘The glow-worm o’er grave and stone
«Le ver luisant sur la tombe et la dalle
Shall light thee steady;
Consciencieusement, t’éclairera ;
The owl from the steeple sing,
Le chouette du clocher chantera :
« 
Welcome, proud lady! »’
‘Bienvenue, fière dame !’ « 

**************************

WALTER SCOTT
vu par
VICTOR HUGO

Walter Scott a su puiser aux sources de la nature et de la vérité un genre inconnu, qui est nouveau parce qu’il se fait aussi ancien qu’il le veut. Walter Scott allie à la minutieuse exactitude des chroniques la majestueuse grandeur de l’histoire et l’intérêt pressant du roman ; génie puissant et curieux qui devine le passé ; pinceau vrai qui trace un portrait fidèle d’après une ombre confuse, et nous force à reconnaître même ce que nous n’avons pas vu ; esprit flexible et solide qui s’empreint du cachet particulier de chaque siècle et de chaque pays, comme une cire molle, et conserve cette empreinte pour la postérité comme un bronze indélébile.
Peu d’écrivains ont aussi bien rempli que Walter Scott les devoirs du romancier relativement à son art et à son siècle ; car ce serait une erreur presque coupable dans l’homme de lettres que de se croire au-dessus de l’intérêt général et des besoins nationaux, d’exempter son esprit de toute action sur les contemporains, et d’isoler sa vie égoïste de la grande vie du corps social. Et qui donc se dévouera, si ce n’est le poète ? Quelle voix s’élèvera dans l’orage, si ce n’est celle de la lyre qui peut le calmer ? Et qui bravera les haines de l’anarchie et les dédains du despotisme, sinon celui auquel la sagesse antique attribuait le pouvoir de réconcilier les peuples et les rois, et auquel la sagesse moderne a donné celui de les diviser ?
Ce n’est donc point à de doucereuses galanteries, à de mesquines intrigues, à de sales aventures, que Walter Scott voue son talent. Averti par l’instinct de sa gloire, il a senti qu’il fallait quelque chose de plus à une génération qui vient d’écrire de son sang et de ses larmes la page la plus extraordinaire de toutes les histoires humaines. Les temps qui ont immédiatement précédé et immédiatement suivi notre convulsive révolution étaient de ces époques d’affaissement que le fiévreux éprouve avant et après ses accès. Alors les livres les plus platement atroces, les plus stupidement impies, les plus monstrueusement obscènes, étaient avidement dévorés par une société malade ; dont les goûts dépravés et les facultés engourdies eussent rejeté tout aliment savoureux ou salutaire. C’est ce qui explique ces triomphes scandaleux, décernés alors par les plébéiens des salons et les patriciens des échoppes à des écrivains ineptes ou graveleux, que nous dédaignerons de nommer, lesquels en sont réduits aujourd’hui à mendier l’applaudissement des laquais et le rire des prostituées. Maintenant la popularité n’est plus distribuée par la populace, elle vient de la seule source qui puisse lui imprimer un caractère d’immortalité ainsi que d’universalité, du suffrage de ce petit nombre d’esprits délicats, d’âmes exaltées et de têtes sérieuses qui représentent moralement les peuples civilisés. C’est celle-là que Scott a obtenue en empruntant aux annales des nations des compositions faites pour toutes les nations, en puisant dans les fastes des siècles des livres écrits pour tous les siècles. Nul romancier n’a caché plus d’enseignement sous plus de charme, plus de vérité sous la fiction. Il y a une alliance visible entre la forme qui lui est propre et toutes les formes littéraires du passé et de l’avenir, et l’on pourrait considérer les romans épiques de Scott comme une transition de la littérature actuelle aux romans grandioses, aux grandes épopées en vers ou en prose que notre ère poétique nous promet et nous donnera.

Victor Hugo
Œuvres complètes de Victor Hugo
A PROPOS DE QUENTIN DURWARD
Juin 1823
Littérature et philosophie mêlées
Texte établi par Cécile Daubray
Imprimerie Nationale, Ollendorff
Editions Albin Michel
1934 – Hors séries – Philosophie I

*********

SIR WALTER SCOTT POÈME

ALZHEIMER – Roman musical de Jacky Lavauzelle

*
ALZHEIMER



Roman musical de Jacky Lavauzelle

******

 

*****

ALZHEIMER
****
Roman musical

**

***********


Avertissement

Je me balade comme un corsaire sans épée et sans bottes. Sans équipage non plus. J’ai perdu mon bateau depuis si longtemps. Il me reste des cordages, des ampoules, des cals et des cors. Il me reste cette peau que je traîne encore et encore.

[Paula Vesala – Sinuun minä jään]

I

Il en était sûr ! Mais que faisait donc cette table au Café des Sports entre trois supporters défoncés du Puy Foot 43 Auvergne ! Il était satisfait de sa découverte qui lui avait permis de le faire cogiter plus que la normale. Trois minutes exactement. C’était déjà un exploit. Un air de satisfaction parcourut son visage ordinaire, comme tout le reste, il me semble, une fraction de seconde.

[Ingebjørg Bratland – Fordi eg elskar deg ]
[
Odd Børretzen og Lars Martin Myhre – Vintersan]
[
Odd Børretzen – Måker (Jeg hater måker)]
[
Ole Paus – Maske]
[Lene Marlin – Kanskje du behøver noen]

**

II


Le froid revint quand même. Il était là. Tapi dans la nuit. En veilleur insatiable attendant sa proie. Et le froid reprit son travail. Membre après membre. D’une implacable logique. Et ce fut tout son corps qui fut saisi soudainement d’un léger tremblement. Par intermittence, il ouvrait les yeux et les refermait, comme pour voir, peut-être, l’étendu du massacre sur les ombres fugaces qui se projetaient sur le sale plafond, qui devait être blanc à l’origine, de la chambre…

[Agnès Obel – Just So]
[The Animals – The House of the Rising Sun]

**

III

Il le vit arriver un peu plus tard. Georges campé sur deux longues tiges avait une tête patibulaire à faire recracher l’amour dans la bouche de Vénus. Un abandon du beau. Sec au dernier degré. Une apparence sans queue ni tête. On ne savait pas où le prendre. Toujours cet air épuisé et gris. Un mélange savant d’alcoolique, d’anémique, de maladie d’Addison et de hémochromatose.
[Halvdan Sivertsen – Twisted little star]
[Vinni – God Morgen Norge]
[Solomon Burke – Cry To Me]
[Jackie Wilson – Lonely teardrop]
[Johanna  Kurkela-Ainutlaatuine]

**

IV

La belle descendit non s’en émettre un petit pet que Paul entendit distinctement. Elle fit comme si de rien n’était. La princesse partait en pétant, mais sans se retourner, princesse jusqu’au bout du string. Ce pet permit à Paul de revenir sur terre beaucoup plus rapidement et d’enlever une bonne partie du parfum enjôleur. La belle était humaine. Positivement humaine.
[
Johanna Kurkela – Sun Särkyä Anna Mä En]
[
Johanna Kurkela -Ainutlaatuinen]
[Johanna Kurkela – Prinsessalle]
[Chisu – Yksinäisen keijun tarina]
[Laura Närhi – Hetken tie on kevyt]
[Jippu ja Samuli Edelmann -Jos sä tahdot niin]
[Johanna Kurkela – Oothan tässä vielä huomenna]
[Suvi Teräsniska – Rakkaus on lumivalkoinen]
[Bertine Zetlitz – Høre til på jord]

*******

ALZHEIMER

Roman musical

L’ÂNE – HEINRICH HEINE POÈMES – LE LIVRE DES CHANTS XXXII- DIE HEIMKEHR – Hat sie sich denn nie geäußert

HEIRICH HEINE POÈMES
DIE HEIMKEHR HEINE
LE LIVRE DES CHANTS
LITTERATURE ALLEMANDE






Christian Johann Heinrich Heine


 

 

« Hat sie sich denn nie geäußert
« N’a t-elle jamais rien montré
Ueber dein verliebtes Wesen?
En voyant ton amour ?
 Konntest du in ihren Augen
N’as-tu jamais dans ses yeux
Niemals Gegenliebe lesen?
Lu un quelconque amour ?

*

Konntest du in ihren Augen
N’as-tu pu par ses yeux
Niemals bis zur Seele dringen?
Jamais pénétrer dans son âme ?
 Und du bist ja sonst kein Esel,
Tu ne parais pas être un âne,
Theurer Freund, in solchen Dingen. »
Cher ami, en cette matière « . 


 

*

****************************************

HEINRICH HEINE POEMES
*************

UNE HISTOIRE DE SOUFFRANCE

Les Mains & La Beauté musicale de Heine

Mais ce qui m’intéressait plus encore que les discours de Heine, c’était sa personne, car ses pensées m’étaient connues depuis longtemps, tandis que je voyais sa personne pour la première fois et que j’étais à peu près sûr que cette fois serait l’unique. Aussi, tandis qu’il parlait, le regardai-je encore plus que je ne l’écoutai. Une phrase des Reisebilder me resta presque constamment en mémoire pendant cette visite : « Les hommes malades sont véritablement toujours plus distingués que ceux en bonne santé. Car il n’y a que le malade qui soit un homme ; ses membres racontent une histoire de souffrance, ils en sont spiritualisés. » C’est à propos de l’air maladif des Italiens qu’il a écrit cette phrase, et elle s’appliquait exactement au spectacle qu’il offrait lui-même. Je ne sais jusqu’à quel point Heine avait été l’Apollon que Gautier nous a dit qu’il fut alors qu’il se proclamait hellénisant et qu’il poursuivait de ses sarcasmes les pâles sectateurs du nazarénisme : ce qu’il y a de certain, c’est qu’il n’en restait plus rien alors. Cela ne veut pas dire que la maladie l’avait enlaidi, car le visage était encore d’une singulière beauté ; seulement cette beauté était exquise plutôt que souveraine, délicate plutôt que noble, musicale en quelque sorte plutôt que plastique. La terrible névrose avait vengé le nazarénisme outragé en effaçant toute trace de l’hellénisant et en faisant reparaître seuls les traits de la race à laquelle il appartenait et où domina toujours le spiritualisme exclusif contre lequel son éloquente impiété s’était si souvent élevée. Et cet aspect physique était en parfait rapport avec le retour au judaïsme, dont les Aveux d’un poète avaient récemment entretenu le public. D’âme comme de corps, Heine n’était plus qu’un Juif, et, étendu sur son lit de souffrance, il me parut véritablement comme un arrière-cousin de ce Jésus si blasphémé naguère, mais dont il ne songeait plus à renier la parenté. Ce qui était plus remarquable encore que les traits chez Heine, c’étaient les mains, des mains transparentes, lumineuses, d’une élégance ultra-féminine, des mains tout grâce et tout esprit, visiblement faites pour être l’instrument du tact le plus subtil et pour apprécier voluptueusement les sinuosités onduleuses des belles réalités terrestres ; aussi m’expliquèrent-elles la préférence qu’il a souvent avouée pour la sculpture sur la peinture. C’étaient des mains d’une rareté si exceptionnelle qu’il n’y a de merveilles comparables que dans les contes de fées et qu’elles auraient mérité d’être citées comme le pied de Cendrillon, ou l’oreille qu’on peut supposer à cette princesse, d’une ouïe si fine qu’elle entendait l’herbe pousser. Enfin, un dernier caractère plus extraordinaire encore s’il est possible, c’était l’air de jeunesse dont ce moribond était comme enveloppé, malgré ses cinquante-six ans et les ravages de huit années de la plus cruelle maladie. C’est la première fois que j’ai ressenti fortement l’impression qu’une jeunesse impérissable est le privilège des natures dont la poésie est exclusivement l’essence. Depuis, le cours de la vie nous a permis de la vérifier plusieurs fois et nous ne l’avons jamais trouvée menteuse.

Émile Montégut
Esquisses littéraires – Henri Heine
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 63
1884

****************************************

HEINRICH HEINE POÈMES

DIE HEIMKEHR HEINE

"podrá no haber poetas; pero siempre habrá poesía" Gustavo Adolfo Bécquer