O desterrado – António Soares dos Reis – 1872 – L’EXIL – Musée du Chiado Lisbonne

*Antonio Soares dos Reis

PORTUGAL
Lisboa – Lisbonne
Museu do Chiado
Musée du Chiado
 

 

 




Photo Jacky Lavauzelle

António Soares dos Reis

Musée national
Soares dos Reis 

**
O desterrado
1872

L’EXIL
**

António Soares dos Reis
Vila Nova de Gaia 1847 – Vila Nova de Gaia 1889

 

« Exiler, c’est arracher l’être de son sol, rompre les racines de ses habitudes et de sa vie, pour les porter sur une terre où il ne s’acclimatera peut-être jamais. C’est ajouter une souffrance physique, incessante et cruelle, à la souffrance morale, non moins douloureuse. »
Les Chroniques de Guy de Maupassant
L’exil
Le Gaulois, 8 février 1883

« Exilar é arrancar o ser do seu terra, quebrar as raízes de seus hábitos e de sua vida, levá-los a uma terra onde ele nunca se aclimatará. É para adicionar um sofrimento físico, incessante e cruel, ao sofrimento moral, não menos doloroso. »

« Ils vont sans trêve; ils vont sous le ciel bas et sombre.
Les Fugitifs, chassés des anciens paradis ;
Et toute la tribu, depuis des jours sans nombre,
Dans leur sillon fatal traîne ses pieds roidis. »
Le Vicomte de Guerne (André de Guerne )
Les Siècles morts
Editions Alphonse Lemerre – 1890

« Eles vão sem descanso; eles vão sob o céu baixo e escuro.
Fugitivos, afugentados dos antigos paraísos;
E toda a tribo, durante dias sem número,
Em seu sulco fatal, arraste seus pés duros
« 

« L’exil est assurément la plus terrible des peines dont on peut frapper certains hommes. En dehors de ce sentiment idéal qu’on appelle « l’amour de la Patrie », il existe une singulière tendresse, une tendresse instinctive et presque sensuelle, pour le pays où nous sommes nés, qui nous a nourris de son air, de ses plantes et de ses fruits, de la chair de ses bêtes, du jus de ses vignes et de l’eau de ses sources. »
Les Chroniques de Guy de Maupassant
L’exil
Le Gaulois, 8 février 1883

« O exílio é certamente a dor mais terrível que podemos atingir alguns homens. Além deste sentimento ideal, que chamamos de « o amor do nosso país », há uma ternura singular, uma ternura instintiva e quase sensual, para o país onde nascemos, que nos nutre com o seu ar, plantas e seus frutos, a carne de seus animais, o suco de suas videiras e a água de suas fontes. »

« Ils vont, les derniers-nés des races primitives,
Les derniers dont les yeux, sur les divins sommets.
Dans les herbes en fleur ont vu fuir les Eaux vives
Et grandir un Soleil, oublié désormais. »
Le Vicomte de Guerne (André de Guerne )
Les Siècles morts
Editions Alphonse Lemerre – 1890

« Eles vão, os últimos nascidos das raças primitivas,
Os últimos com os olhos, nos cumes divinos
Nas ervas florescentes que viram as águas brancas fugindo
E crescer um sol esquecido agora
. »

***

Traduction portugaise J Lavauzelle

****

A VOIR AUSSI

António Soares dos Reis 
LE SCULPTEUR DE L’ÂME PORTUGAISE
O Escultor da Alma Português
Museu Nacional Soares dos Reis

*Antonio Soares dos Reis