Milagros de Nuestra Señora GONZALO DE BERCEO (INTRODUCCIÓN) Traduction Française

LITTERATURE ESPAGNOLE
Literatura española
Poésie Espagnole
GONZALO DE BERCEO
Vers 1196 – vers 1264

 

Milagros de Nuestra Señora Gonzalo de Berceo Introduction Artgitato

 

Milagros de Nuestra Señora

Miracles de Notre Dame

**

Miracles de Notre Dame
INTRODUCCIÓN
INTRODUCTION
versos

Amigos e vassallos de Dios omnipotent,
Amis et vassaux de Dieu tout-puissant,
 si vos me escuchássedes por vuestro consiment,
si vous m’écoutiez par votre consentement,
querríavos contar un buen aveniment:
J’aimerais conter une bonne aventure :
terrédeslo en cabo por bueno verament.
Vous la trouverez à votre goût à la fin.

*

Yo maestro Gonçalvo de Verceo nomnado,
Moi, maître Gonzalves, prénommé Verceo,
yendo en romería caeçí en un prado,
Allant en pèlerinage, me retrouvai  dans une prairie,
verde e bien sençido, de flores bien poblado,
Toute verte et harmonieuse, de fleurs bien pourvue,
logar cobdiçiaduero pora omne cansado.
Lieu plaisant au promeneur fatigué.

*

Davan olor sovejo las flores bien olientes,
Divine odeur que ces fleurs odorantes,
 refrescavan en omne las [carnes] e las mientes,
Rafraîchissant autant le corps que le cœur,
manavan cada canto fuentes claras corrientes
De partout chantaient des symphonies de sources claires,
en verano bien frías, en ivierno calientes.
En été bien fraîches, en hiver bien chaudes.

*

Avién y grand abondo de buenas arboledas,
En abondance se dressaient de grands arbres,
 milgranos e figueras, peros e mazanedas,
Grenadiers et figuiers, poiriers et pommiers,
e muchas otras fructas de diversas monedas,
et de nombreux autres fruits de différentes monnaies,
mas no avié ningunas podridas [nin] azedas.
Mais jamais pourris [ni] acides.

*

La verdura del prado, la odor de las flores,
La verdure du pré, l’odeur des fleurs,
 las sombras de los árbores de temprados savores,
les ombres des frondaisons d’une saveur tempérée,
refrescáronme todo e perdí los sudores:
Me rafraîchissaient totalement et arrêtaient ma transpiration :
 podrié vevir el omne con aquellos olores.
L’homme pourrait vivre longtemps avec de pareilles odeurs.

*

Nunqua trobé en sieglo logar tan deleitoso,
Jamais sur terre ne fut trouvé un lieu si délicieux,
nin sombra tan temprada, [nin] olor tan sabroso:
Ni d’un ombrage si tempéré, ni d’odeurs si savoureuses :
descargué mi ropiella por yazer más viçioso,
Je fis tomber mes vêtements et m’étendis,
  poséme a la sombra de un árbor fermoso.
Tranquillement à l’ombre d’un arbre majestueux.

*

Yaziendo a la sombra perdí todos cuidados,
Dans cet ombre, je perdis toutes mes préoccupations, 
odí sonos de aves dulces e modulados:
Dans la musique des oiseaux sucrée et modulée :
nunqua udieron omnes órganos más temprados,
Jamais humain n’entendit des orgues plus tempérés,
nin que formar pudiessen sones más acordados.
Ni des sons qui pussent former de si beaux accords. 

*

Non serié organista nin serié vïolero,
Il n’existe ni organiste, ni joueur de viole, 
  nin giga nin salterio nin mano de rotero,
Ni de gigue, ni de luth, ni de rote,
nin estrument nin lengua nin tan claro vocero
Pas plus d’autres instruments, ni de langues, ni de voix claire
cuyo canto valiesse con esto un dinero.
dont la chanson valu  comme celle-ci un denier.

*

Peroque [nos] dissiemos todas estas bondades,
Pour autant[nous] louons toutes ces beautés,
non contamos las diezmas, esto bien lo creades:
Mais n’en comptons que le dixième, cela, croyez-le bien :
que avié de noblezas tantas diversidades
Qu’avec tant de noblesses que de diversités
que no las contarien priores [nin] abbades.
Que ni les prieurs [ni] les abbés ne pourraient les compter.

*

El prado que vos digo avié otra bondat:
La prairie dont j’ai parlé avec moult bontés :
por calor nin por frío non perdié su beltat,
Par la chaleur ni par le froid ne perdait sa beauté,
siempre estava verde en su entegredat,
Toujours restait vert en son intégrité,
non [perdié] la verdura por nulla tempestat.
ni [ne perdait] sa verdeur dans quelconque tempête.

*

Manamano que fui en tierra acostado,
Dès que je fus allongé sur la terre,
de todo el lazerio fui luego folgado;
De tous les ennuis je fus débarrassé;
oblidé toda cuita, [e] lazerio passado:
J’oubliais toute affliction, [et] les ennuis passés :
¡Qui allí se morasse serié bienventurado!
Qui ici se fixerait serait un bienheureux !

*

Los omnes e las aves, quantos acaecién,
Les hommes et les oiseaux, qui arrivaient,
levavan de las flores quantas levar querién,
Prenaient des fleurs autant qu’ils pouvaient en emporter,
mas mengua en el prado ninguna non façién:
Mais jamais dans la prairie il n’en manquait :
por una que levavan tres e quatro nacién.
Pour une qu’ils emportaient, trois ou quatre apparaissaient.

*

Semeja esti prado egual de Paraíso,
Cette prairie au Paradis ressemble,
en qui Dios tan grand graçia, tan grand bendiçión miso;
Qui en Dieu mit tant de généreuse grâce, tant de grande bénédiction ;
él que crió tal cosa maestro fue anviso:
celui qui créa de  telle chose, maître fut avisé  :
omne que ý morasse nunqua perdrié el viso.
Qui y habiterait jamais ne perdrait la vue.

*

El fructo de los árbores era dulz e sabrido,
Le fruit des arbres était doux et savoureux,
si don Adam oviesse de tal fructo comido,
Un tel fruit en don Adam aurait mangé,
de tan mala manera non serié decibido,
De si mauvaise manière, il n’aurait pas fauté
nin tomarién tal danno Eva [nin] so marido.
Ni Eve [ni] son mari ne se furent damnés.

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***