LA MAIN DESTRUCTRICE DU TEMPS – SHAKESPEARE SONNET 64 ou SONNET 149 SONNET CXLIX – When I have seen by Time’s fell hand defac’d

 SHAKESPEARE SONNET
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS

Sonnet shakespeare Sonnet

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare sonnet


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 64 ou SONNET 149 SONNET CXLIX

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
When I have seen by Time’s fell hand defac’d

****

LA MAIN DESTRUCTRICE DU TEMPS
*****

1598 

**

*

When I have seen by Time’s fell hand defac’d
Quand je vois la main destructive du Temps
The rich-proud cost of outworn buried age;
Avilir ce que la richesse et la fierté des hommes ont construit ;
When sometime lofty towers I see down-raz’d,
Quand j’observe les somptueuses tours élevées,
And brass eternal slave to mortal rage;
Et l’airain éternel frappés par cette rage mortelle ;

*

 

When I have seen the hungry ocean gain
Quand je vois l’océan affamé
Advantage on the kingdom of the shore,
Prendre l’avantage sur le royaume du rivage,
And the firm soil win of the watery main,
Et le sol ferme gagner sur les étendues marines,
Increasing store with loss, and loss with store;
Les gains et les pertes se compensent mutuellement ;

 

*


*

When I have seen such interchange of state,
Quand je vois de tels bouleversements,
Or state itself confounded, to decay;
Ou l’état lui-même s’effondre pour se décomposer ;
Ruin hath taught me thus to ruminate—
Les ruines m’apprennent finalement

*

That Time will come and take my love away.
Que le temps viendra et enlèvera mon amour.
This thought is as a death which cannot choose
Cette pensée est comme une mort qui ne peut rien entreprendre
But weep to have, that which it fears to lose.
Mais ne peut que pleurer d’avoir ce qu’elle craint de perdre.

 

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 64 ou SONNET 149 CXLIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare