Archives de catégorie : littérature

LA MER DE LA PEUR de Luis de GONGORA SONNET 1584 NO ENFRENE TU GALLARDO PENSAMIENTO

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

No enfrene tu gallardo pensamiento
1584

No enfrene tu gallardo pensamiento Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

No enfrene tu gallardo pensamiento

Aucun frein à ta gaillarde pensée

A DON LUIS GAYTÁN DE AYALA
SEÑOR DE VILLAFRANCA DE GAYTÁN

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
 del animoso joven mal logrado
d’une fougueuse jeunesse mal maîtrisée
 el loco fin, de cuyo vuelo osado
la folle finde qui le vol osé
fue ilustre tumba el húmido elemento.
fut une illustre tombe dans l’humide élément.

 **

Las dulces alas tiende al blando viento
Les douces ailes caressent le léger vent
  y, sin que el torpe mar del miedo helado
et, avant que l’insaisissable mer de la peur ne glace
tus plumas moje, toca levantado
et ne mouille tes plumes, monte
la encendida región del ardimiento.
vers la chaude région de l’ardeur.

 **

Corona en puntas la dorada esfera
Couronne  en ces sommets la sphère d’or
  do el pájaro real su vista afina,
d’où le véritable oiseau aiguise sa vue,
  y al noble ardor desátese la cera,
et que le noble feu te libère de la cire,

 **

que al mar, do tu sepulcro se destina,
que la mer, d’où ton sépulcre se destine,
gran honra le será, y a su ribera,
t’attende avec les grands honneurs, et à son rivage,
  que le hurte su nombre tu rüina.
que se dérobe son nom par ta ruine.

************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***********

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos DE LUIS DE GONGORA Texte et Traduction

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos
1620

Peinaba al sol Belisa sus cabellos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Peinaba al sol Belisa sus cabellos

Bélise peignait ses cheveux au soleil

Peinaba al sol Belisa sus cabellos
Bélise peignait ses cheveux au soleil
con peine de marfil, con mano bella,
avec un peigne en ivoire, de sa belle main,
mas no se parecía el peine en ella
mais le peigne se voyait moins
como se escurecía el sol en ellos.
que le soleil qui se ternissait en eux.

 **

En cuanto, pues, estuvo sin cogellos,
Comme, ensuite, elle les fit retomber,
 el cristal solo, cuyo margen huella,
le seul cristal, dont les marges laissaient les empreintes,
bebía de una y otra dulce estrella
buvait d’une douce étoile et puis d’autres,
en tinieblas de oro rayos bellos.
en ténèbres d’or, les splendides rayons.

**

Fileno en tanto, no sin armonía, 
Philène pourtant, non sans harmonie,
las horas acusando, así invocaba 
se plaignant des heures,  invoquait
la segunda deidad del tercer cielo:
la seconde divinité du troisième ciel :

**

«Ociosa, Amor, será la dicha mía,
« Amour, la joie serait mienne,
si lo que debo a plumas de tu aljaba
si ce que je dois aux plumes de ton carquois
no lo fomentan plumas de tu vuelo».
n’encourageaient les plumes de ton vol. « 

 

**********
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********

Mariposa no solo no cobarde de Luis de Gongora Texte et Traduction Le papillon non seulement n’est pas un lâche

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Mariposa no solo no cobarde
1623

Mariposa no solo no cobarde Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Mariposa, no solo no cobarde

Le papillon non seulement
n’est pas un lâche

 

Mariposa, no solo no cobarde,
Le papillon non seulement n’est pas un lâche,
 mas temeraria, fatalmente ciega,
mais il est téméraire, fatalement aveugle,
 lo que la llama al Fénix aun le niega
ce que la flamme au Phénix n’a pas voulu
quiere obstinada que a sus alas guarde,
il veut obstinément qu’elle le garde à ses ailes,

**

pues en su daño arrepentida tarde,
Trop tard il s’est repenti, malheureux
del esplendor solicitada, llega
d’avoir sollicité la splendeur, il va
a lo que luce, y ambiciosa entrega 
vers la lumière, et, ambitieux, il livre
su mal vestida pluma a lo que arde; 
sa plume mal habillée à ce qui brûle ;

**

yace gloriosa en la que dulcemente 
dans lequel glorieux  il se retrouve doucement
huesa le ha prevenido abeja breve, 
prévenu par une abeille
,
¡suma felicidad a yerro sumo!
grande félicité pour une grande erreur !

**

 No a mi ambición contrario tan luciente,
Comment mon ambition, qui brille autrement,
menos activo, sí, cuanto más leve,
moins active, oui, et plus légère,
  cenizas la hará, si abrasa el humo.

en cendres ne serait-elle pas consumée, si le feu brûle notre papillon.

****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Cual parece al romper de la mañana de GONGORA Texte & Traduction

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Cual parece al romper de la mañana
1582

Cual parece al romper de la mañana Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Cual parece al romper de la mañana

 

Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
aljófar blanco sobre frescas rosas,
ces perlières blanches sur les fraîches roses,
o cual por manos hecha, artificiosas,
ou celles faites par les mains, artificielles,
bordadura de perlas sobre grana,
brodées de perles sur le tissu écarlate,

**

tales de mi pastora soberana
telles que celles de ma bergère souveraine
parecían las lágrimas hermosas
paraissaient de si belles larmes
sobre las dos mejillas milagrosas,
sur ses deux joues miraculeuses,
de quien mezcladas leche y sangre mana.
sur lesquelles coulaient un mélange de lait et de sang.

**

Lanzando a vueltas de su tierno llanto
Lancées autour des tendres larmes
tal que el más duro canto enterneciera,
des larmes telles que le chant le plus dur s’adoucit,
si enternecer bastara un duro canto
si adoucit qu’il n’est plus tout à fait un chant dur

 

**

un ardiente suspiro de su pecho,
un souffle ardent de sa poitrine,
mirad que habrá con un corazón hecho,
en ouvrant un cœur fermé, voit
que al llanto y al suspiro fue de cera.
que les larmes et le soupir étaient de cire.

 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

CUAL DEL GANGES MARFIL, o cuál de Paro DE GONGORA Texte et Traduction

Cuál del Ganges marfil o cuál de Paro Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

 

  ¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro-
Quel est cet ivoire du Gange ou de Paros
1583

 

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
Par quel ivoire du Gange, ou de Paros
blanco mármol, cuál ébano luciente,
le marbre blanc, par quel brillant ébène,
cuál ámbar rubio o cuál oro excelente,
par quel excellent ambre doré ou par quel or raffiné,
cuál fina plata o cuál cristal tan claro,
par quel argent fin ou ce cristal si clair,

**

cuál tan menudo aljófar, cuál tan caro
par quelles si parfaites perles, par quel si cher
oriental safir, cuál rubí ardiente,
safir d’orient, par quel rubis de feu,
o cuál, en la dichosa edad presente,
ou par quelle, en cet âge heureux présent,
mano tan docta de escultor tan raro
main si habile d’un si talentueux sculpteur

**

vulto dellos formara, aunque hiciera
des formes douces, pourrait se réaliser,
ultraje milagroso a la hermosura
outrage miraculeux à la beauté,
su labor bella, su gentil fatiga,  
ce beau travail, sa douce fatigue,

**

que no fuera figura, al sol, de cera,
qui ne serait figure de cire au soleil,
delante de tus ojos, su figura,  
devant tes yeux, sa figure,
oh bella Clori, oh dulce mi enemiga?
Ô belle Chloris, Ô ma douce ennemie ?

*************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************

A una rosa GONGORA Texte et Traduction A une rose

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

A UNA ROSA GONGORA

A una rosa Gongora Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

A UNA ROSA

A une rose


Ayer naciste, y morirás mañana.
Née hier et morte demain.
Para tan breve ser, ¿quién te dio vida ?
Pour être aussi brève, qui t’as donnée la vie?
 ¿Para vivir tan poco estás lucida,
Pour vivre si peu comment un tel éclat t’habite,
y para no ser nada estás lozana ?
et pour n’être presque rien comment es-tu si fraîche ?

**

Si te engañó tu hermosura vana,
Si tu te trompes par ta beauté vaine,
bien presto la verás desvanecida,
Alors tu la verras rapidement se faner,
porque en tu hermosura está escondida
car en ta beauté est cachée
la ocasión de morir muerte temprana.
l’occasion de mourir une mort précoce.

**

Cuando te corte la robusta mano,
Lorsque te coupera la robuste main,
ley de la agricultura permitida,
la loi du jardinier l’a permis,
 grosero aliento acabará tu suerte.
un souffle désagréable enterrera ton destin.

**

No salgas, que te aguarda algún tirano ;
Ne laisse pas, garde-toi des tyrans ;
 dilata tu nacer para tu vida,
retarder ta naissance pour que tu vives,
que anticipas tu ser para tu muerte.
car à trop l’anticiper, tu te prépares à ta mort.

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

Mientras por competir con tu cabello de GONGORA Texte & Traduction – Pour rivaliser avec ta chevelure

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Mientras por competir con tu cabello
1582

Mientras por competir con tu cabello Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Mientras por competir con tu cabello

Pour rivaliser avec ta chevelure

 

 

Mientras por competir con tu cabello,
Pour rivaliser avec ta chevelure
oro bruñido al sol relumbra en vano;
Le soleil d’or bruni brille en vain
mientras con menosprecio en medio el llano
Tandis qu’avec mépris au milieu de la plaine
mira tu blanca frente el lilio bello;
Se confond la blancheur de ton front et la, beauté du lys ;

**

 mientras a cada labio, por cogello,
Tandis que chaque lèvre, pour cueillir,
siguen más ojos que al clavel temprano;
aimantent plus de regards que pour l’œillet précoce,
 y mientras triunfa con desdén lozano
et tandis que triomphe avec dédain
del luciente cristal tu gentil cuello;
ton adorable cou sur le brillant cristal.

**

 goza cuello, cabello, labio y frente,
profite de ce cou, de ces cheveux, de ces lèvres et de ce front
antes que lo que fue en tu edad dorada
avant que ce qui fut en ton âge rayonnant
oro, lilio, clavel, cristal luciente,
or, lys, œillet, cristal brillant,

**

 no sólo en plata o vïola troncada
non seulement en argent ou en violette passée
se vuelva, mas tú y ello juntamente
devienne, toi et eux réunis,
 en tierra, en humo, en polvo, en sombra, en nada.
en terre, en fumée, en poussière, en ombre, en rien.

 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO de GONGORA Texte & Traduction Epuisé et malade, pèlerin

BILINGUE ESPAGNOL-FRANCAIS – TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE- ARTGITAO

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO …
1594

Descaminado enfermo péregrinoLuis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Descaminado Enfermo Péregrino

Epuisé et malade, pèlerin

 

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
en tenebrosa noche, con pie incierto
dans la nuit sombre, incertaine à pied
la confusion pisando del desertio,
déambulant dans la confusion désertique,
voces en vano dio, pasos sin tino.
il appelait en vain mais marchait sans fin.

**

Repetido latir, si no vecino,
Il entendit des jappements répétés, rapprochés,
Distincto oyo de can simpre despierto,
Et puis, plus distinctement, les yeux d’un chien grands ouverts,
Y en pastoral albergue mal cubierto
Et dans une auberge mal couverte
Piedad hallo, si no hallo camino.
Ne trouvant pas sa route, il trouva du réconfort.

**

Salio el sol, y entre arminos escondida,
Le soleil se leva, et cachée d’hermine,
 sonolienta beldad con dulce sana
une beauté endormie avec une saine douceur
 salteo al no bien sano pasajero.
se jeta sur le passager engourdi.

**

Pagara et hospedaje con la vida,
Et il paya l’hébergement de sa vie,
 mas le valiera errar en la montana,
il lui eût été préférable encore d’errer dans la montagne,
   que morir de la suerte que yo muero.
que de mourir de la sorte !
 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

INSCRIPCION PARA EL SEPULCRO DE DOMINICO GRECO de LUIS DE GONGORA Texte & Traduction

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Esta en forma elegante, oh peregrino…
Vers 1614

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco
Inscription pour le sépulcre du Gréco

 

Esta en forma elegante, oh peregrino,
C’est dans cette forme élégante, Ô pèlerin,
de pórfido luciente dura llave,
brille la clef du dur porphyre,
el pincel niega al mundo más süave, 
que se niche le pinceau au monde le plus doux
que dio espíritu a leño, vida a lino.
qui au bois donna de l’esprit et de la vie à la toile.

**

Su nombre, aún de mayor aliento dino
Son nom, d’un souffle encore plus digne
que en los clarines de la Fama cabe, 
que celles que joueraient les trompettes de la renommée,
el campo ilustra de ese mármol grave:
illustre le champ de cette tombe de marbre :
venéralo y prosigue tu camino.
vénérez-la et passez votre chemin.

**

Yace el Griego. Heredó Naturaleza 
Ici gît le Greco. Il a hérité de la nature
Arte; y el Arte, estudio; Iris, colores; 
Son Art, et de l’Art, sa connaissance, de l’Iris, ses couleurs;
Febo, luces -si no sombras, Morfeo-.
de Phébus, la lumière, de Morphée, les ombres.

**

Tanta urna, a pesar de su dureza, 
Que cette urne, malgré sa dureté,
 lágrimas beba, y cuantos suda olores
boive les larmes, et les fragrances qui exhalent
corteza funeral de árbol sabeo.
des écorces de l’arbre funéraire.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

Kapuzinerpredigt Schiller Le Sermon du Capucin LE CAMP DE WALLENSTEIN Schiller Scène 8 AUFTRITT Texte & Traduction Huitième Tableau

LITTERATURE ALLEMANDE
Dramatische Werke
Théâtre ALLEMAND

Friedrich von Schiller
1759-1805

Kapuzinerpredigt Schiller
LE SERMON DU CAPUCIN


WALLENSTEINS LAGER

Le Camp de Wallenstein Scène 8 Wallensteins 8 Auftritt Lager Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato


LE CAMP DE WALLENSTEIN
1799

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

8 Auftritt

Huitième Tableau

Scène 8

Bergknappen treten auf und spielen einen Walzer, erst langsam und dann immer geschwinder.
Les mineurs entrent et jouent une valse, d’abord lentement, puis de plus en plus vite.
Der erste Jäger tanzt mit der Aufwärterin, die Marketenderin mit dem Rekruten; das Mädchen entspringt, der Jäger hinter ihr her und bekommt den Kapuziner zu fassen, der eben hereintritt
Le Premier Chasseur danse avec la Servante, la Cantinière avec la Recrue ; la jeune fille s’en va, le chasseur la suit et met la main sur le Capucin qui arrive

Kapuziner
Le Capucin

Heisa, juchheia! Dudeldumdei!
Héla ! Hourra ! La la lère !
Das geht ja hoch her. Bin auch dabei!
Ceci est, ma foi, bien animé ! J’y suis, moi aussi !
Ist das eine Armee von Christen?
Est-ce là une armée de chrétiens ?
Sind wir Türken? sind wir Antibaptisten?
Sommes-nous des Turcs ? Sommes-nous des anti-Baptistes?
Treibt man so mit dem Sonntag Spott, Man
Que nous en sommes à trouver le dimanche ridicule,
Als hätte der allmächtige Gott
Comme si Dieu Tout-Puissant avait
Das Chiragra, könnte nicht drein schlagen?
La goutte et ne pouvait même plus frapper ?
Ist’s jetzt Zeit zu Saufgelagen?
Est-il arrivé maintenant le temps de beuveries?
Zu Banketten und Feiertagen?
Pour les banquets et les jours fériés ?
Quid hic statis otiosi?
[Quid hic statis tota die otiosi Matthieu 20-6 – « Pourquoi êtes-vous restés ici toute la journée sans rien faire? »]
Was steht ihr und legt die Hände in Schoß?
Pourquoi êtes-vous debout avec les mains sur ses genoux ?
Die Kriegsfuri ist an der Donau los,
La furie de la guerre se déroule sur le Danube,
Das Bollwerk des Bayerlands ist gefallen,
Le rempart de la Bavière est tombé,
Regensburg ist in des Feindes Krallen,
Ratisbonne est dans les griffes de l’ennemi,
Und die Armee liegt hier in Böhmen,
Et l’armée est ici tranquillement en Bohême,
Pflegt den Bauch, läßt sich’s wenig grämen,
S’occupant de sa panse, ne pensant plus que peu à la douleur,
Kümmert sich mehr um den Krug als den Krieg,
Se souciant plus de la cruche que la guerre,
Wetzt lieber den Schnabel als den Sabel,
Aiguisant plutôt le bec que le scalpel,
Hetzt sich lieber herum mit der Dirn,
Préférant tourner autour de la femme de chambre,
Frißt den Ochsen lieber als den Oxenstirn.
Mangeant du bœuf plutôt que titiller le cœur des soldats d’Oxenstirn.
Die Christenheit trauert in Sack und Asche,
La Chrétienté pleure en se revêtant d’un sac et de cendre,
Der Soldat füllt sich nur die Tasche.
Le soldat ne pense qu’à se remplir les poches.
Es ist eine Zeit der Tränen und Not,
C’est un temps de larmes et de détresse,

Am Himmel geschehen Zeichen und Wunder,
Dans le ciel, on voit des signes et des phénomènes,
Und aus den Wolken, blutigrot,
Et des nuages, rouges comme le sang,
Hängt der Herrgott den Kriegsmantel ‘runter.
Le Seigneur déroule son manteau de guerre.
Den Kometen steckt er, wie eine Rute,
La comète est tenue, comme une tige,
Drohend am Himmelsfenster aus,
Menaçante de la fenêtre du ciel,
Die ganze Welt ist ein Klagehaus,
Le monde entier est une maison explosée,
Die Arche der Kirche schwimmt in Blute,
L’Arche de l’Eglise nage dans le sang,
Und das römische Reich – daß Gott erbarm!
Et l’Empire romain que Dieu ait pitié !
Sollte jetzt heißen römisch Arm;
Devrait maintenant s’appeler l’Armée romaine;
Der Rheinstrom ist worden zu einem Peinstrom,
Les flots du Rhin se sont transformés en flots de chagrin,
Die Klöster sind ausgenommene Nester,
Les monastères sont des nids éviscérés,
Die Bistümer sind verwandelt in Wüsttümer,
Les couvents sont ouverts à tous les vents,
Die Abteien und die Stifter
Les abbayes et les lieux de culte
Sind nun Raubteien und Diebesklüfter,
Sont maintenant des granges et des repaires de voleurs,
Und alle die gesegneten deutschen Länder
Et toutes les terres allemands bénies
Sind verkehrt worden in Elender –
Ont été transformées en champs de terreur…
Woher kommt das? Das will ich euch verkünden:
Pourquoi ça ? Je vais vous le dire :
Das schreibt sich her von euern Lastern und Sünden,
La cause à vos vices et à vos péchés,
Von dem Greuel und Heidenleben,
Des abominations et des vies païennes,
Dem sich Offizier und Soldaten ergeben.
auxquelles les officiers et les soldats se livrent.
Denn die Sünd’ ist der Magnetenstein,
Car le péché est comme une pierre d’aimant,
Der das Eisen ziehet ins Land herein.
qui attire le fer dans ce pays.
Auf das Unrecht, da folgt das Übel,
A linjustice succède le malheur,
Wie die Trän’ auf den herben Zwiebel,
Comme la larme l’est avec l’oignon,
Hinter dem U kömmt gleich das Weh,
Comme derrière le L vient tout de suite le M du malheur,
Das ist die Ordnung im ABC.
Tel est l’ordre dans l’A B C.
Ubi erit victoriae spes,
Où conduit l’espoir dans la victoire,
Si offenditur Deus?
Wie soll man siegen,
Si elle offense Dieu ? Comment peut-on gagner
Wenn man die Predigt schwänzt und die Meß,
Si l’on oublie le sermon et la mesure,
Nichts tut, als in den Weinhäusern liegen?
Qu’on ne fasse rien que de vivre dans les tavernes ?
Die Frau in dem Evangelium
La femme dans l’Evangile
Fand den verlornen Groschen wieder,
Retrouve l’argent qu’elle avait perdu,
[Parabole de la drachme perdue :
Luc 15.8-10]
Der Gaul seines Vaters Esel wieder,
Du cheval les ânes de son père,
Der Joseph seine saubern Brüder;
De Joseph ses aimables frères ;
Aber wer bei den Soldaten sucht
Mais qui recherche, chez nos soldats,
Die Furcht Gottes und die gute Zucht
La crainte de Dieu et la bonne éducation
Und die Scham, der wird nicht viel finden,
Et la retenue, ne trouvera pas grand chose,
Tät’ er auch hundert Laternen anzünden.
Même s’il mettait le feu à des centaines de lanternes !

Zu dem Prediger in der Wüsten,
Pour le prédicateur dans le désert,
Wie wir lesen im Evangelisten,
Comme nous le lisons dans l’Evangile,
Kamen auch die Soldaten gelaufen,
Se pressaient également les soldats,
Taten Buß und ließen sich taufen,
Après des actes de repentance, ils étaient baptisés,
Fragten ihn: Quid faciemus nos?
Ils lui demandaient : nos de faciemus Quid?
Wie machen wir’s, daß wir kommen in Abrahams Schoß?
Que devons-nous faire pour entrer dans le sein d’Abraham ?
Et ait illis, und er sagt:
Et ait illis, et il dit :
Neminem concutiatis,
Wenn ihr niemanden schindet und plackt;
Ne violentez ni ne persécutez personne ;
Neque calumniam faciatis,
Niemand verlästert, auf niemand lügt.
Ne blasphémez personne, ne mentez à personne.
Contenti estote, euch begnügt,
Estote Contenti, contentez-vous,
Stipendiis vestris, mit eurer Löhnung
Stipendiis Vestris, de vos salaires
Und verflucht jede böse Angewöhnung.
Et maudissez chaque mauvaise habitude.
Es ist ein Gebot: Du sollst den Namen
Il est un commandement qui dit Tu dois du nom
Deines Herrgotts nicht eitel auskramen!
De notre Seigneur ne jamais jurer !
Und wo hört man mehr blasphemieren,
Et où entend-on plus blasphémer,
Als hier in den Friedländischen Kriegsquartieren?
Que dans les quartiers de guerre de Friedland ?
Wenn man für jeden Donner und Blitz,
Si, pour tous les tonnerres et les éclairs,
Den ihr losbrennt mit eurer Zungenspitz,
Qui vous proférer avec votre langue fourchue,
Die Glocken müßt’ läuten im Land umher,
Les cloches devaient sonner dans tout le pays,
Es wär’ bald kein Mesner zu finden mehr.
Il ne serait bientôt plus possible de trouver un seul sacristain.
Und wenn euch für jedes böse Gebet,
Et si à chacune de vos ignominies,
Das aus eurem ungewaschnen Munde geht,
qui par votre bouche sort,
Ein Härlein ausging aus eurem Schopf,
Un cheveu tombait de votre tête,
Über Nacht wär’ er geschoren glatt,
A la nuit venue, vous seriez chauve comme un crâne,
Und wär’ er so dick wie Absalons Zopf.
Et même si vous aviez la tignasse épaisse d’Absalon !
Der Josua war doch auch ein Soldat,
Josué était lui aussi un soldat,
König David erschlug den Goliath,
Roi David tua Goliath,
Und wo steht denn geschrieben zu lesen,
Et où est-il écrit dans tout ce qui peut être lu,
Daß sie solche Fluchmäuler sind gewesen?
Qu’une quelconque malédiction soit dite ?
Muß man den Mund doch, ich sollte meinen,
Faut-il ouvrir plus grande sa bouche,
Nicht weiter aufmachen zu einem Helf Gott!
Pour remercier Dieu de lui venir en aide 
Als zu einem Kreuz Sackerlot!
Que pour blasphémer sur la croix !
Aber wessen das Gefäß ist gefüllt,
Mais quand la cuve est pleine,
Davon es sprudelt und überquillt.
Elle
bouillonne puis déborde.
Wieder ein Gebot ist: Du sollst nicht stehlen.
Un autre commandement est : « Tu ne voleras pas ! »
Ja, das befolgt ihr nach dem Wort,
Oui, vous le suivez à la lettre !
 Denn ihr tragt alles offen fort.
Parce que vous emportez tout sans vous cacher !
Vor euren Klauen und Geiersgriffen,
Avec vos griffes et vos becs de vautours,
Vor euren Praktiken und bösen Kniffen
Avec vos coupables pratiques et vos mauvais tours
Ist das Geld nicht geborgen in der Truh,
L’argent sous les draps n’a aucune protection
Das Kalb nicht sicher in der Kuh,
Le veau n’est même pas en sécurité dans la vache !
Ihr nehmt das Ei und das Huhn dazu.
Vous prenez l’œuf et la poule par dessus le marché !
Was sagt der Prediger? contenti estote,
Que disait le prédicateur ? estote contenti,
[contenti estote stipendiid Vestris : Contentez-vous de votre salaire]
Begnügt euch mit eurem Kommißbrote.
Contentez-vous de votre pain.
Aber wie soll man die Knechte loben,
Mais comment être un des serviteurs de la louange,
Kömmt doch das Ärgernis von oben!
Quand l’exemple ne vient pas d’en haut !
Wie die Glieder, so auch das Haupt!
Car les membres sont à l’image de la tête !
Weiß doch niemand, an wen der glaubt!
Blanc comme personne, mais pas de celui qui a la foi!

Erster Jäger
Le Premier Chasseur

Herr Pfaff! uns Soldaten mag Er schimpfen,
Monsieur l’Evangéliste ! Critiquez-nous simples soldats,
Den Feldherrn soll Er uns nicht verunglimpfen.
Le commandant Lui ne doit pas jamais être dénigré.

Kapuziner
Le Capucin

Ne custodias gregem meam!
Ne custodias gregem meam !
Das ist so ein Ahab und Jerobeam,
C’est un Achab et un Jéroboam,
Der die Völker von der wahren Lehren
Qui des peuples de l’enseignement véritable
Zu falschen Götzen tut verkehren.
Vers les fausses idoles sont détournés.

Trompeter und Rekrut
La Trompette et la Recrue

Laß Er uns das nicht zweimal hören!
Laisse-le ! Ne dis pas ça deux fois!

Kapuziner
Le Capucin

So ein Bramarbas und Eisenfresser,
C’est donc un fanfaron et intimidateur,
Will einnehmen alle festen Schlösser.
Qui veut prendre tous les châteaux forts.
Rühmte sich mit seinem gottlosen Mund,
Il se vante par sa bouche fallacieuse,
Er müsse haben die Stadt Stralsund,
Qu’il pourrait occuper la ville de Stralsund,
Und wär’ sie mit Ketten an den Himmel geschlossen.
Même attaché par des chaînes au ciel.
Hat aber sein Pulver umsonst verschossen!
Alors qu’il serait capable de la manquer avec sa poudre !

Trompeter
La Trompette

Stopft ihm keiner sein Lästermaul?
Tu n’as que l’étoffe d’un calomniateur ?

Kapuziner
Le Capucin

So ein Teufelsbeschwörer und König Saul,
Donc, c’est une espèce d’exorciste et de roi Saül,
So ein Jehu und Holofern,
Ainsi, qu’un Jéhu et un Holopherne,
Verleugnet, wie Petrus, seinen Meister und Herrn,
Qui a renié, comme Pierre avec  son Seigneur et Maître,
Drum kann er den Hahn nicht hören krähn –
Et par conséquent, ne peut plus entendre le coq qui chante…

Beide Jäger
Les deux Chasseurs

Pfaffe! Jetzt ist’s um dich geschehn!
Prêtre! Maintenant, tu vas te taire !

Kapuziner
Le Capucin

So ein listiger Fuchs Herodes –
C’est un renard rusé comme Hérode …

Trompeter und beide Jäger
La Trompette et les deux Chasseurs
se jettent sur lui

Schweig stille! Du bist des Todes!
Silence ! Tu es un homme mort !

Kroaten
Le Croate
legen sich drein
ils s’interposent

Bleib da, Pfäfflein, fürcht’ dich nit,
Reste là, petit prêtre! N‘aie crainte !
Sag dein Sprüchel und teil’s uns mit.
Continue ton sermon !

Kapuziner
Le Capucin
schreit lauter
il crie plus fort encore

So ein hochmütiger Nebukadnezer,
C’est ainsi un hautain Nabuchodonosor,
So ein Sündenvater und muffiger Ketzer,
C’est aussi un Père des péchés et un  hérétique pourri !
Läßt sich nennen den Wallenstein;
Il se laisse appeler Wallenstein ;
Ja freilich ist er uns allen ein Stein
Oui, en effet, il est pour nous tous une pierre
Des Anstoßes und Ärgernisses,
D’achoppement et de friction,
Und solang der Kaiser diesen Friedeland
Et tant que l’Empereur de ce Friedland
Läßt walten, so wird nicht Fried’ im Land.
Lui permettra d’exercer, nous ne pourrons vivre en paix dans ce pays.

Er hat nach und nach bei den letzten Worten, die er mit erhobener Stimme spricht, seinen Rückzug genommen, indem die Kroaten die übrigen Soldaten von ihm abwehren
Il a dit les derniers mots en hurlant et opère sa retraite, protégé par les Croates qui repoussent les soldats tout autour de lui

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************