Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 36-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 36

CANZONIERE POET
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 36
LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 36

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 36

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

36/366

S’io credesse per morte essere scarco
Si je croyais être délivré par la mort
del pensiero amoroso che m’atterra,
de cette amoureuse pensée qui me terrasse,
colle mie mani avrei già posto in terra
avec mes propres mains, j’aurais déjà mis en terre
  queste membra noiose, et quello incarco;
ces membres ennuyeux ainsi que ce fardeau ;

*

ma perch’io temo che sarrebbe un varco
mais parce que je crains que ce serait une ouverture
di pianto in pianto, et d’una in altra guerra,
de pleurer ainsi, et de guerroyer ainsi,
di qua dal passo anchor che mi si serra
de ce que le pas m’est encore interdit
mezzo rimango, lasso, et mezzo il varco.
à moitié je reste, hélas, et à moitié je pars.

*

Tempo ben fôra omai d’avere spinto
Il est bien temps désormais qu’ait frappé
l’ultimo stral la dispietata corda
de son ultime trait la corde impitoyable
ne l’altrui sangue già bagnato et tinto;
dans le sang des autres déjà trempé et teinté;

*

et io ne prego Amore, et quella sorda
et je t’en prie Amour, et cette sourde
che mi lassò de’ suoi color’ depinto,
Qui me laisse de ses couleurs peintes,
et di chiamarmi a sé non le ricorda.
et qui ne se souvient plus de m’appeler à elle.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

canzoniere Petrarca sonetto 36
le chansonnier Pétrarque sonnet 36
canzoniere poet