Tous les articles par artgitato

OCCITANIE – LITTERATURE OCCITANE

 

SELECTION ARTGITATO
OCCITANIE

LITTERATURE OCCITANE

Occitania Occitanie Litterature Occitane Artgitato

*******

AS FRANCIMANDS
Auguste Quercy

LAS MOUNT-ALBANESOS 
Auguste Quercy

Léon CLADEL
par Auguste QUERCY

Mount-Alba à bisto de nas
Auguste Quercy

Auguste QUERCY
par Gabriel LAFORGUE, le dernier des aèdes

THE FOLLY OF BEING COMFORTED Yeats Texte Bilingue – LA FOLIE D’ÊTRE RECONFORTE – VERSIONS 1902 & 1933

ARTGITATO

William Butler Yeats
Irish poet – Poète Irlandais
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
The Folly of Being Comforted Yeats 1904
VERSION 1902 & VERSION 1933

 

the folly of being comforted yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

YEATS
1865-1939

[In the Seven Woods- 1904]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


THE FOLLY OF BEING COMFORTED
poem
La Folie d’être réconforté
[Poème]

VERSION 1902

 One that is ever kind said yesterday:  
Une femme qui a toujours été bienveillante m’a déclaré hier:
“Your well beloved’s hair has threads of grey, 
« Les cheveux de votre bien-aimée ont des fils gris,
And little shadows come about her eyes; 
Et de petites ombres apparaissent autour de ses yeux;
Time can but make it easier to be wise,  
Le temps ne peut que rendre plus facile d’être sage,
Though now it’s hard, till trouble is at an end;    




Bien que maintenant ce soit difficile, jusqu’à ce que ce que le trouble se termine ;
And so be patient, be wise and patient, friend.”  
Mais sois patient, sois sage et patient, ami. « 
But heart, there is no comfort, not a grain; 
Mais pour le cœur, il n’y a pas de réconfort, pas un grain;
Time can but make her beauty over again:
 Le temps peut faire que sa beauté renaisse :
 Because of that great nobleness of hers; 
En raison de cette grande noblesse qui est la sienne;
The fire that stirs about her, when she stirs     
Le feu qu’elle suscite autour d’elle, quand elle se meut,
Burns but more clearly. O she had not these ways,  
N’en brûlera que plus clairement. O elle n’avait pas ces manières
When all the wild Summer was in her gaze.  





Quand toute l’ardeur de l’été était dans son regard.
O heart! O heart! If she’d but turn her head,
cœur! O cœur! Si elle tournait la tête,
You’d know the folly of being comforted.
Tu saurais la folie d’être réconforté.

——

VERSION 1933

 One that is ever kind said yesterday:  
Une femme qui a toujours été bienveillante m’a déclaré hier:
“Your well beloved’s hair has threads of grey, 
« Les cheveux de votre bien-aimée ont des fils gris,
And little shadows come about her eyes; 
Et de petites ombres apparaissent autour de ses yeux;
Time can but make it easier to be wise,  
Le temps ne peut que rendre plus facile d’être sage,
Though now it seems impossible, and so
Bien que maintenant cela semble impossible, et ainsi 
All that you need is patience.’
Tout ce dont vous avez besoin : c’est la patience. « 
     Heart cries, `No,




Le cœur crie : `Non,
I have not a crumb of comfort, not a grain.
Je n’ai pas une miette deconfort, pas un grain.
Time can but make her beauty over again:
Le temps peut faire que sa beauté renaisse :
Because of that great nobleness of hers




En raison de cette grande noblesse qui est la sienne
The fire that stirs about her, when she stirs,
Le feu qu’elle suscite autour d’elle, quand elle se meut,
Burns but more clearly. O she had not these ways
N’en brûlera que plus clairement. O elle n’avait pas ces manières
When all the wild summer was in her gaze.’




Quand toute l’ardeur de l’été était dans son regard. »

O heart! O heart! If she’d but turn her head,
cœur! O cœur! Si elle tournait la tête,
You’d know the folly of being comforted.
Tu saurais la folie d’être réconforté.

————————–

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

the foly of being comforted Yeats 1904

WALLENSTEINS LAGER 10 Auftritt – LE CAMP DE WALLENSTEIN – 10 ème Tableau- Texte & Traduction

LITTERATURE ALLEMANDE
Dramatische Werke
Théâtre ALLEMAND

Friedrich von Schiller
1759-1805

WALLENSTEINS LAGER
Le Camp de Wallenstein

 

Le Camp de Wallenstein Scène 10 Wallensteins 10 Auftritt Lager Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato


LE CAMP DE WALLENSTEIN
1799

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

10 Auftritt

Dixième Tableau

Scène 10

Soldaten bringen den Bauer geschleppt
Les soldats conduisant les paysans

Erster Jäger
Le Premier Chasseur
Der muß baumeln!
Il va déguster !
 –
Scharfschützen und Dragoner
Les Fusiliers et les dragons
Zum Profoß! Zum Profoß!
Au prévôt ! Au prévôt !
 –
Wachtmeister
Le Maréchal des Logis
Das Mandat ist noch kürzlich ausgegangen.
Le mandat vient de paraître récemment
 –
Marketenderin
La Cantinière
In einer Stunde seh’ ich ihn hangen!
Dans une heure, je le veux pendu !
 –
Wachtmeister
Le Maréchal des Logis
Böses Gewerbe bringt bösen Lohn.
Des affaires de canailles apportent un salaire de canaille !
 –
Erster Arkebusier
Le Premier Arquebusier
zum andern
A l’autre Arquebusier
Das kommt von der Desperation.
Cela vient du désespoir !
Denn seht, erst tut man sie ruinieren,
Car voyez, ils commencent par être ruinés,
Das heißt sie zum Stehlen selbst verführen.
C’est comme si nous les poussons nous-mêmes à voler.
 –
Trompeter
La Trompette
Was? Was? Ihr red’t ihm das Wort noch gar?
Quoi ? Quoi ? Vous trouvez encore des mots pour sa défense ?
 Dem Hunde! Tut Euch der Teufel plagen?
Le chien ! Êtes-vous habité par le diable ?
 –
Erster Arkebusier
Le Premier Arquebusier
Der Bauer ist auch ein Mensch – so zu sagen.
Le Paysan est aussi un humain pour ainsi dire.
 –
Erster Jäger
Le Premier Chasseur
zum Trompeter
A la Trompette
Laß sie gehen! sind Tiefenbacher,
Laissez-les faire Ils sont de Tiefenbach,
Gevatter Schneider und Handschuhmacher!
Compagnons tailleurs et gantiers !
Lagen in Garnison zu Brieg,
Ils ont séjourné en garnison à Brigue,
Wissen viel, was der Brauch ist im Krieg.
Ils en savent beaucoup sur les coutumes en temps de guerre.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Le Camp de Wallenstein Schiller Tableau 10 Wallensteins Lager

Le CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 10 CANZONIERE PETRARCA Sonetto 10 Texte Bilingue

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 10
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 10 canzoniere petrarca sonetto 10 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 10

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 10

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire


PRIMA PARTE
Première Partie

10/366

Gloriosa columna in cui s’appoggia
Columna glorieuse où repose
[Stefano Colonna l’Ancien – 1265- v 1348] 

 nostra speranza e ‘l gran nome latino,
notre espoir et le grand nom latin,
     ch’ancor non torse del vero camino
qu’encore ne détourna du véritable chemin
      l’ira di Giove per ventosa pioggia,
la colère de Jupiter par une pluie venteuse,

*

        qui non palazzi, non theatro o loggia,
ici pas de bâtiments, pas de théâtre ni de loge,
 ma ‘n lor vece un abete, un faggio, un pino,
mais à leurs places un sapin, un hêtre, un pin,
   tra l’erba verde e ‘l bel monte vicino,
entre cette herbe verte et de la belle montagne à proximité,
   onde si scende poetando et poggia,
on descend en poétisant et on repose,

*

         levan di terra al ciel nostr’intellecto;
s’élèvent de terre vers le ciel notre intellect ;
    e ‘l rosigniuol che dolcemente all’ombra
et le rossignol qui doucement dans l’ombre
    tutte le notti si lamenta et piagne,
toutes les nuits se lamente et pleure,

*

     d’amorosi penseri il cor ne ‘ngombra:
d’amoureuses pensées submergent nos cœurs :
  ma tanto bel sol tronchi, et fai imperfecto,
mais de ce beau soleil tu casses, et le fait imparfait,
       tu che da noi, signor mio, ti scompagne.
toi qui en nous, mon Seigneur, nous accompagne.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
******************

le chansonnier petrarque sonnet 10

THE GARDEN OF LOVE Blake Texte Bilingue – LE JARDIN D’AMOUR

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Innocence and of Experience

SONGS OF EXPERIENCE
THE GARDEN OF LOVE William Blake

poèmes – poems
1794

WILLIAM BLAKE
1757-1827

The Garden of Love Blake Le Jardin d'Amour William Blake par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

THE GARDEN OF LOVE
—–
Le Jardin d’Amour

 

I went to the Garden of Love,
Je suis allé au Jardin d’Amour,
And saw what I never had seen:
Et vu ce que je ne l’avais jamais vue :
A Chapel was built in the midst,
Une chapelle était construite en plein milieu,
Where I used to play on the green.
Où j’avais l’habitude de jouer sur la pelouse.

And the gates of this Chapel were shut,
Et les portes de cette chapelle étaient fermées,
And ‘Thou shalt not’  writ over the door;
Et « Tu ne feras pas« , était écrit sur cette porte ;
So I turn’d to the Garden of Love,
Je me suis tourné alors vers le Jardin d’Amour,
That so many sweet flowers bore.
Que tant de fleurs douces décoraient.

And I saw it was filled with graves,
Et je l’ai vu rempli de tombes,
And tomb-stones where flowers should be:
Et de pierres tombales où les fleurs devaient être:
And Priests in black gowns, were walking their rounds,
Et les prêtres en robe noire, déambulaient dans leurs rondes,
And binding with briars, my joys & desires.
En liant avec des ronces, mes joies & mes désirs.

************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************************
the garden of love blake

THE ECCHOING GREEN William BLAKE – Texte & Traduction – La Prairie des Echos

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Innocence and of Experience

SONGS OF INNOCENCE
The Ecchoing Green William Blake

poèmes – poems
1789

WILLIAM BLAKE
1757-1827

the ecchoing green William Blake par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

THE ECCHOING GREEN
La Prairie des Echos

The sun does arise,
Le soleil apparaît,
And make happy the skies.
Et rend heureux les cieux.
The merry bells ring
Les cloches sonnent joyeuses
To welcome the Spring
Pour accueillir le printemps
The sky-lark and thrush,
L’alouette et la grive,
The birds of the bush,
Les oiseaux des broussailles,
Sing louder around,
Chantent plus fort encore,
 To the bells’ cheerful sound.
Avec  les cloches enjouées.
While our sports shall be seen
Quant à nos jeux vous les verrez
On the Ecchoing Green.
Sur la Prairie des Echos

*

Old John, with white hair
Le vieux John, avec ses cheveux blancs
Does laugh away care,
Rejette les soucis en riant,
Sitting under the oak,
Assis sous le chêne,
Among the old folk,
Parmi les vieux,
They laugh at our play,
Ils rient de notre jeu,
And soon they all say.
Et bientôt, ils disent tous.
  ‘Such, such were the joys.
« Ainsi étaient nos agréments
When we all girls & boys,
Lorsque nous tous, filles et garçons,
 In our youth-time were seen,
Dans notre jeunesse nous étions,
On the Ecchoing Green.’
Sur la Prairie des Echos. »

*

Till the little ones weary
Enfin les plus petits, fatigués
No more can be merry
Ne peuvent plus être joyeux
The sun does descend,
Le soleil descend,
And our sports have an end:
Et nos jeux prennent fin :
Round the laps of their mothers,
Ils s’arrondissent auprès de leurs mères,
Many sisters and brothers,
Parmi les frères et les sœurs,
Like birds in their nest,
Comme les oiseaux dans leur nid,
Are ready for rest;
Ils sont prêts pour le repos;
And sport no more seen,
Et le jeu ne se voit plus
On the darkening Green.
Sur la Prairie qui s’assombrit.

*************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************************

 

Le CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 9 CANZONIERE PETRARCA Sonetto 9 Texte Bilingue

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 9
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 9 canzoniere petrarca sonetto 9 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 9

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 9

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire


PRIMA PARTE
Première Partie

9/366

Quando ‘l pianeta che distingue l’ore
Lorsque la planète qui distingue les heures
ad albergar col Tauro si ritorna,
à s’héberger avec le Taureau s’en retourne,
    cade vertu da l’infiammate corna
une vertu tombe des cornes enflammées
     che veste il mondo di novel colore;
que le monde prend comme nouvelle couleur ;

*

      et non pur quel che s’apre a noi di fore,
et même pour se qui s’offre à nous du dehors,
          le rive e i colli, di fioretti adorna,
les rivières et les collines, elle les habille de fleurettes,
  ma dentro dove gia mai non s’aggiorna
mais au-dedans, où jamais le jour ne séjourne,
gravido fa di se il terrestro humore,
elle produit en soi les terrestres humeurs,

*

     onde tal fructo et simile si colga:
où de tels fruits et de semblables se cueillent :
  cosi costei, ch’e tra le donne un sole,
de mêmecelle qui chez les femmes est un soleil,
    in me movendo de’ begli occhi i rai
en moi transportent de ses beaux yeux les rayons

*

    cria d’amor penseri, atti et parole;
crée des pensées d’amour, des actes et des paroles ;
ma come ch’ella gli governi o volga,
mais comme on les gouverne ou tourne,
        primavera per me pur non e mai.
le printemps pour moi ne sera jamais plus.

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************

le chansonnier petrarque sonnet 9

Le CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 8 CANZONIERE PETRARCA Sonetto 8 Texte Bilingue

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 8
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 8 canzoniere petrarca sonetto 8 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 8

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 8

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

8/366

A pie’ de’ colli ove la bella vesta
Au pied de la colline la belle robe
        prese de le terrene membra pria
première prise des membres terrestres de
    la donna che colui ch’a te ne ‘nvia
la dame que celui qui t’envoie
     spesso dal somno lagrimando desta,
souvent dans son sommeil suscite les pleurs,

*

  libere in pace passavam per questa
libres en paix nous déambulons par cette
vita mortal, ch’ogni animal desia,
vie mortelle, que chaque animal désire,
 senza sospetto di trovar fra via
sans se soucier d’y trouver sur sa route
cosa ch’al nostr’andar fosse molesta.
quelque chose pour notre marche qui fut importun.

*

          Ma del misero stato ove noi semo
Mais l’état misérable dans lequel nous sommes
          condotte da la vita altra serena
conduits  au-delà de cette vie paisible
        un sol conforto, et de la morte, avemo:
vers la mort par laquelle avons un ultime confort  :

*

        che vendetta e di lui ch’a cio ne mena,
que la vengeance soit donnée pour celle qui nous mène,
       lo qual in forza altrui presso a l’extremo
laquelle dans la force d’autrui nous presse à l’extrême
riman legato con maggior catena.
Reste liée par une plus grande chaîne.

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************

le chansonnier petrarque sonnet 8

Le CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 7 CANZONIERE PETRARCA Sonetto 7 Texte Bilingue

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 7
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 7 canzoniere petrarca sonetto 7 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 7

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 7

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

7/366

 La gola e ‘l sonno et l’otiose piume
Le ventre, le sommeil et les plumes oiseuses
    anno del mondo ogni vertu sbandita,
ont du monde, banni la vertu,
     ond’e dal corso suo quasi smarrita
que son cours a presque disparu
nostra natura vinta dal costume;
notre nature vaincue par ces coutumes ;

*

et e si spento ogni benigno lume
et toute lumière infime s’efface
   del ciel, per cui s’informa humana vita,
du ciel, par laquelle se forme l’humaine vie,
che per cosa mirabile s’addita
que comme chose miraculeuse on souligne
     chi vol far d’Elicona nascer fiume.
qui veut faire de l’Hélicon naître une rivière.

*

      Qual vaghezza di lauro, qual di mirto?
Quel besoin de laurier, quel besoin de myrte ?
Povera et nuda vai philosophia,
Pauvre et nue tu vas philosophie,
       dice la turba al vil guadagno intesa.
dit la tourbe au vil gain .

*

          Pochi compagni avrai per l’altra via:
Quelques compagnons tu auras sur l’autre voie :
 tanto ti prego piu, gentile spirto,
alors d’autant plus s’il te plaît, esprit sublime,
   non lassar la magnanima tua impresa.
ne laisse pas là ta magnanime entreprise.

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************

le chansonnier petrarque sonnet 7

Le CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 6 CANZONIERE PETRARCA Sonetto 6 Texte Bilingue

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 6
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 6 canzoniere petrarca sonetto 6 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 6

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 6

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire

Prima Parte
Première Partie

6/366

Si traviato e ‘l folle mi’ desio
Mon désir effréné s’est égaré ainsi
  a seguitar costei che ‘n fuga e volta,
à suivre celle qui a fui,
       et de’ lacci d’Amor leggiera et sciolta
Et qui, des lacs de l’Amour, et légère et souple
vola dinanzi al lento correr mio,
vole au-devant de ma course empesée,

*

che quanto richiamando piu l’envio
que plus je le rappelle, plus je le conduit
     per la secura strada, men m’ascolta:
par la route sûre, moins il m’écoute :
ne mi vale spronarlo, o dargli volta,
Il ne  vaut pas la peine, de lui faire tourner la bride,
ch’Amor per sua natura il fa restio.
que l’amour par sa nature le fait réticent.

*

        Et poi che ‘l fren per forza a se raccoglie,
Et puisque le frein de force à soi il retire,
 i’ mi rimango in signoria di lui,
je me remets en son empire,
che mal mio grado a morte mi trasporta:
que malgré moi vers la mort il me transporte :

*

     sol per venir al lauro onde si coglie
Seulement pour venir au laurier où l’on cueille
 acerbo frutto, che le piaghe altrui
d’amers fruits, qui pour les plaies des autres
  gustando afflige piu che non conforta.
enflamment plutôt qu’ils ne réconfortent.

 

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************

le chansonnier petrarque sonnet 6