LA CHAISE A PORTEURS Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – PORTANTINA

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Portantina

Sonetto

La Chaise à porteurs

Sonnet


Convalescente di squisiti mali
Convalescente de maux exquis
ella va per la villa in portantina.
elle va à la villa en chaise à porteurs.
A quando a quando languida s’inclina
De temps en temps, elle bascule languissante
verso i bussi de’ taciti viali:
vers les buis des tacites allées :

*

guarda l’erme tra gli alti bussi eguali
Elle
se penche sur les hermès entre les hauts buis égaux
solinghe ne la pallida mattina.
qui se relèvent dans ce matin si pâle.
Ridono intorno a la sua fronte china
Elles rient autour de son front baissé
le pinte istoriette pastorali.
les petites scènes pastorales.

*

Come bianca la fronte e come fina!
Comme est blanc son front et comme il est fin !
se l’abate non sa ne’ madrigali
Même l’abbé ne saurait dans ses madrigaux
trovare grazia che le sia vicina,
trouver une grâce qui s’en approche,

*

mentre ai dolci tepori mattinali
Alors qu’à la douce chaleur matinale
ella va per la villa in portantina
elle va à la villa en chaise à porteurs
convalescente di squisiti mali.
convalescente de maux exquis.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

JE ME SOUVIENS DE RIPETTA – Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – Ricordo di Ripetta

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Ricordo di Ripetta

Sonetto

Je me souviens de Ripetta

Sonnet


E ne l’anima ancor veggovi quale
Et dans mon âme, encore, je vous vois telle
io da prima vi amai. Alta e pieghevole
qu’au premier jour de mon amour. Haute et souple
passaste, sorridente e luminante,
vous passâtes, souriante et lumineuse,
 pe ’l chiaro gelo del mattin iemale.
sur la gelée claire d’un matin hivernal.

*

Lunghi rami di mandorlo la fante
De longues branches de l’amandier, la femme de chambre,
Dietro di voi recava. Inconsapevole,
derrière vous, portait. Sans le savoir,
un bellissimo sogno floreale
un beau rêve floral,
dietro di voi lasciaste al riguardante.
derrière vous, vous laissâtes à cet observateur.

*

-Su da la strada chiara e solitaria
-Par la route claire et solitaire
Rompeano molti al cielo di turchese
Flottaient de nombreux, dans le ciel turquoise,
mandorli in fiore, per incantamento.
d’amandiers en fleurs, par enchantement.

*

E stava tra la selva imaginaria
Dans cette forêt imaginaire, se trouvait
il palazzo del principe Borghèse
le palais du prince Borghèse
 come un gran clavicembalo d’argento.
comme un grand clavecin d’argent.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

JE ME SOUVIENS DE TREVI – Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – Ricordo di Trevi

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Ricordo di Trevi

Sonetto

Je me souviens de Trevi

Sonnet


 
Subitamente apparsa nel mattino
Tout à coup, apparu, dans la matinée
di febbraio ridea la Primavera
de février, riant, le Printemps
giovine. Tutta l’Urbe trepida era
jeune. Toute la Ville [Rome] était anxieuse
di meraviglia al riso repentino.
dans l’émerveillement de ce rire soudain.

*

Gioiva ne la fonte il travertino
Se réjouissait dans la fontaine le travertin
papale; e su per la gran mole altera
papal ; et sur cette haute grande masse 
ovunque diffondeasi da la spera
se reflètait partout sur le miroir
de l’acque un sottil brivido argentino.
de l’eau un subtil frisson d’argent.

*

Ma quando ella passò (m’ebbi sol uno
Mais quand elle passa (pour moi seulement
    guardo e mi parve quasi un’immortale
un regard, mais il m’a paru comme une immortelle
gioia!) mise la fonte alto susurro
joie !) la fontaine plus haut susurra

*

e da gli òmeri vasti di Nettuno
et des épaules larges de Neptune
si levò con un chiaro frullo d’ale
se leva, d’un bruissement d’ailes,
  un volo di colombi ne l’azzurro.
un vol de colombes dans l’azur.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 84-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 84

 
CHANSONNIER PETRARQUE

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

 

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 84

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 84

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

84/263

-Occhi piangete: accompagnate il core
– Mes yeux, pleurez ! accompagnez le cœur
che di vostro fallir morte sostene.
qui par votre faute supporte la mort.
 – Cosí sempre facciamo; et ne convene
Ainsi nous faisons, toujours ; et il convient
   lamentar piú l’altrui, che ’l nostro errore.
de nous lamenter plus des autres que de nos erreurs.

**

-Già prima ebbe per voi l’entrata Amore,
Même l’entrée d’Amour commença par vous,
là onde anchor come in suo albergo vène.
là où encore il vient comme dans son auberge.
 – Noi gli aprimmo la via per quella spene
Nous lui avons ouvert la voie par l’espoir
 che mosse d ’entro da colui che more.
venant de l’intérieur de celui qui meurt.


**

-Non son, come a voi par, le ragion’ pari:
Elles ne sont pas, comme cela vous semble, de raisons égales :
ché pur voi foste ne la prima vista
car vous étiez à la première vue
  del vostro et del suo mal cotanto avari.
de vôtre mal et de son mal tellement avare.

**

-Or questo è quel che piú ch’altro n’atrista,
Maintenant, ce qui surtout nous attriste :
che’ perfetti giudicii son sí rari,
les jugements parfaits sont rares,
 et d’altrui colpa altrui biasmo s’acquista.
et pour les fautes des autres, ce sont les autres qui vous blâment.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 84
le chansonnier Pétrarque 84
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 83-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 83

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 83
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 83

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 83

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

83/263

Se bianche non son prima ambe le tempie
Si mes tempes ne sont point blanchies
ch’a poco a poco par che ’l tempo mischi,
peu à peu, le temps s’immisce
securo non sarò, bench’io m’arrischi
je n’aurai pas de sécurité, bien que je me risque
talor ov’Amor l’arco tira et empie.
des fois où Amour à l’arc tire et se réarme.

**

Non temo già che piú mi strazi o scempie,
Je crains déjà qu’il m’arrache et m’anéantisse,
né mi ritenga perch’anchor m’invischi,
qu’il me tienne, me saisissant un peu plus encore,
 né m’apra il cor perché di fuor l’incischi
qu’il m’ouvre mon cœur, le touchant du dehors
 con sue saette velenose et empie.
avec ses flèches empoisonnées et sans pitié.

**

Lagrime omai da gli occhi uscir non ponno,
Désormais les larmes par mes yeux ne sortent plus,
ma di gire infin là sanno il vïaggio,
mais pour aller vers eux, ils connaissent le voyage,
sí ch’a pena fia mai ch’i’ ’l passo chiuda.
oui, qui à jamais pourra fermer cette issue.

**

Ben mi pò riscaldare il fiero raggio,
Eh bien, je me réchauffe un peu au fier rayon,
  non sí ch’i’ arda; et può turbarmi il sonno,
oui, sans me brûler ; et peut perturber le sommeil,
 ma romper no, l’imagine aspra et cruda.
mais non le rompre, la brute et âpre image

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 83
le chansonnier Pétrarque 83
canzoniere poet