POUCHKINE 1820 Зачем безвременную скуку Poème Pourquoi cet ennui ?

 Зачем безвременную скуку
Алекса́ндр Серге́евич
Alexandre Pouchkine 1820
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1820
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
Пушкин

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Зачем безвременную скуку

POURQUOI CET ENNUI ?

Зачем безвременную скуку

Зачем безвременную скуку
Pourquoi cet ennui prématuré
 Зловещей думою питать,
Qui attise de si noires pensées,
И неизбежную разлуку
Et cette séparation inévitable
  В унынье робком ожидать?
Que tu attends si tristement ?
И так уж близок день страданья!
Et si proche, tu sembles désirer ce jour de souffrance !
Один, в тиши пустых полей,
Seul, dans le silence des prairies,
Ты будешь звать воспоминанья
Appelant tes souvenirs anciens
Потерянных тобою дней.
Qui se perdront dans la nuit des temps.
Тогда изгнаньем и могилой,
Puis l’exil et la tombe viendront,
Несчастный, будешь ты готов
Misérable, tu seras prêt alors
Купить хоть слово девы милой,
A payer pour un mot doux de sa bouche,
Хоть лёгкий шум её шагов.
A payer pour entendre juste un léger bruit de ses pas.

**********

LA SOLITUDE CHEZ POUCHKINE

Lorsque Pouchkine se vit en présence de cette sévère et puissante nature de l’antique Chersonèse, qu’il aperçut le Caucase à la cime souveraine, que ses regards se perdirent à l’horizon de ces steppes sans fin où l’on voit passer les chameaux des caravanes comme aux déserts de l’Arabie, alors le poète connut de nouvelles émotions. Ce fut pour lui un moment de recueillement profond et solennel ; s’interrogeant pour la première fois dans la solitude, il sentit ce qui manquait à son esprit encore inculte ; il appela au secours de son âme chagrine et désabusée l’étude et la réflexion. Jusqu’alors son génie n’avait obéi qu’à une fougueuse effervescence, à des colères subites et à des passions soudaines ; d’admirables instincts poétiques avaient donné à ses premiers accents la verve, la puissance et l’harmonie ; mais le flot de ces inspirations pouvait se tarir, si des études sérieuses n’en venaient entretenir et purifier la source. Pouchkine recommença donc son éducation lui-même. Il écrivait des lieux de son exil : « J’ai appelé dans la solitude le paisible travail et le goût de la réflexion. Le temps est à moi, et j’en use selon ma volonté ; mon esprit est devenu l’ami de l’ordre ; j’apprends à retenir mes pensées, je cherche à réparer en liberté le temps perdu : je me mets en règle avec le siècle. » Comme l’intelligence de Pouchkine était vive, cette éducation fut bientôt terminée. »

Pouchkine et le mouvement littéraire en Russie depuis 40 ans
Charles de Saint-Julien
Revue des Deux Mondes
Œuvres choisies de Pouchkine, traduites par M. H. Dupont
T.20 1847